20/08/2012

Tiens! Je suis de droite, tendance bière, ça s'arrose!

NKMOui j'ai fait un test débile sur Slate.

Mais c'est pas de ma faute, c'est Rosaelle qui a commencé!

Après avoir répondu à quelques questions, tant bien que mal parce que les réponses proposées n'étaient pas hyper satisfaisantes, il paraît que je de "droite urbaine".
Concept qui n'existe pas, entendons-nous bien.
Il semble que ce soit plus ou moins le courant de NKM.
Merde, si j'avais su, je ne lui aurais pas taper dessus dans mes billets.
La droite urbaine, c’est la droite bien élevée qui surveille ses paroles mais aussi son look.
Autres appellations: Droite connectée, droite cool, droite Inrocks, droite bobo, droite métrosexuelle
Jusqu'ici, ça va à peu près.

Mon niveau de droititude sur l'échelle Christian Jacob se situant plus à gauche et croisant le fer la bière, cela n'est pas pour me déplaire.
être de gauche
La synthèse de Slate, c'est ça:
Progressiste, ouverte, moderne, la droite urbaine plaît surtout à la gauche. D’où la question qu’on ne peut éviter de poser: soit la droite urbaine n’est pas vraiment de droite - voire est totalement de gauche - soit les gens de gauche sont en réalité de droite.
Et elle m'offre une transition toute trouvée sur le sempiternel débat autour de la "vraie gauche", "la droite de la gauche", "la gauche de la gauche", "la gauche molle", "la gauche morale", "la gauche pop"... 
Débat ranimé depuis hier avec le retour de vacances de Jean-Luc Mélenchon, sur lequel je ne m'attarderai pas puisque les copains s'en sont déjà chargés et que j'essaie dans la mesure du possible, même si ce n'est pas toujours évident, de ne pas parler des mêmes sujets quand ils sont déjà 3 ou 4 à l'avoir fait.

Finalement, Slate m'offre ici un sujet de billet tout fait qui pourrait répondre à la question que posait Juan il y a quelques jours: "Êtes-vous vraiment de gauche?"

Car il s'avère, toujours selon Slate (même si, je vous rassure, tous mes neurones sont connectés et j'ai parfaitement conscience que Slate ne s'est jamais revendiqué comme étant une média politologue) que:
Je serais donc à mettre dans le même sac que François Barouin, Rama Yade ou Chantal Jouanno et faire la Une des Inrocks avec eux. 

Bon ça pourrait être carrément pire. on aurait pu me mettre dans le même sac que Brice Hortefeux, Claude Guéant, Nadine Morano ou Nicolas Sarkozy himself.

Ce que j'aime selon Slate:
  • La reconversion écologique
  • L’open-data
  • La flexisécurité
  • Les entrepreneurs
  • Le mariage gay
  • Le numérique
Ce que je n'aime pas selon Slate:
  • Le FN
  • Avoir honte de mes amis de droite (ça m'arrive souvent)
C'est là que ça se complique un peu.
Parce que la flexisécurité, non merci. Faciliter les licenciements contre des indemnités plus longues ou je ne sais quoi, non.
Parce que les entrepreneurs, euh, c'est très vaste et que dit ainsi c'est complètement con.
Parce que je n'ai pas honte de mes amis de droite. Pas du tout même. C'est pas défaut d'avoir essayé de comprendre le-pourquoi-du-comment-ils-sont-de-droite, mais bien que je sois radicalement opposée à leurs opinions économiques et sociales, je n'ai pas honte d'eux. 

Sinon, ce ne seraient pas mes ami-e-s.
Moment Bisounours.

Je vais donc conclure ma pause café (ben oui hein, c'est le moment de la digestion, il fait encore 30° et je ne passe pas ma vie à faire des tests débiles...), en publiant mes convictions les plus à gauche comme l'a fait Juan:
  • Mettre en place un revenu minimum sans condition de chômage (licenciement, démission, jeunes diplômé-e-s... Et qui soit vraiment minimum hein: un truc qui permette de vivre sans être obligé-e d'aller aux Restos du Cœur)
  • Mariage civil pour les LGBT et homoparentalité (adoption, insémination)
  • Plafonnement des salaires dans toutes les boîtes selon un écart n'excédant pas 1 à 30, ce qui me semble déjà pas mal avec un SMIC à 1425€ bruts, ça ferait un salaire de l'ordre de 42750€ bruts pour le boss)
  • Plafonnement des prix de l'essence.
  • Instituer le droit de vote pour les immigrés en France depuis quelques années (3 ou 5 ans par exemple).
  • Régularisation de tous les sans-papiers qui travaillent.
  • Obligation de la parité absolue dans les CA des grandes entreprises et dans les partis, avec augmentation de l'amende pour celles et ceux qui ne la respectent pas.
  • Obligation d'embauche de personnes handicapées ou à mobilité réduite dans les grandes entreprises avec augmentation de l'amende ici aussi.
  • Enseignement du genre non plus seulement dans les programmes de SVT de Première mais dès le collège et également en philosophie en Terminale.
On se croirait au Café du Commerce, c'est ça que vous êtes en train de vous dire?

Et bien oui, c'est l'heure de ma pause café je vous l'ai dit.

Une pause café de gauche, cela va sans dire.

7 commentaires:

  1. Réponses
    1. pfff. Je vais être obligée de boire pour oublier

      Supprimer
  2. J'ose pas imaginer les réponses de Nicolas...
    Marrant, hein?
    On serait donc des métrosexuelles urbaines?
    Lol...
    Imaginons un monde parallèle...NON, en fait, on est bien comme ça finalement.Tes propositions sont pas mal, tiens:-)

    RépondreSupprimer
  3. Je devrais faire un test si ça se trouve ...
    Aux dernières élections, j'ai trouvé que mon entourage s'était "droitisé" d'où quelques frictions.
    Oh my God, et si c'était contagieux ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh non heureusement, sinon il y a belle lurette que je serais de droite !

      Supprimer
  4. La pause café c'est de gauche, puisque c'est bien. (gauchisse! Comme dirait Captain...ah c'est déjà fait)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pause café gauchisse quoi! Un pléonasme alors.

      Supprimer

Vous qui passez par là, ne restez pas anonyme et choisissez au moins un pseudo.
Et si vous voulez balancer du lien, intégrez cette balise