19/10/2012

QG du jour 7 - La garçonne

Aujourd'hui, je vous invite à découvrir (ou pas) un extrait de La Garçonne de Victor Margueritte, Paris, Flammarion, 1922, p. 132-133.
Un feu brûlait, inextinguible, dans les os de la quinquagénaire, si prodigieusement conservée, par la gymnastique et l’hydrothérapie, qu’elle n’accusait pas, à la ville comme à la scène, plus de trente-cinq ans, sous le secret des fards... Plume et poil, tout était bon à son ardeur célèbre. Elle n’en avait pas moins gardé quinze ans un danseur-chanteur, élevé par elle à la grande vedette, et venait de le quitter, il y avait six mois, pour Monique. Amours en titre, qui n’empêchaient ni les béguins de sexe différent, ni les affaires…
Insoucieuse de l’affichage, Monique se laissait aller aux bras dominateurs… Le bien, le mal ? Mots vides de sens ! Ils tintaient à ses oreilles comme des grelots fêlés. Elle était là parce que son métier et le hasard l’y avaient conduite, et que son insensibilité s’en accommodait. Avec l’apparence de la guérison, elle demeurait comme une malade, anesthésiée encore sous le chloroforme de la table d’opération. C’est ainsi qu’elle savourait, les yeux mi-clos, l’ivresse de tournoyer silencieusement.
Les premières caresses de Niquette, en réveillant en elle une sensualité froissée à l’instant de naître, avaient laissé scellée, au fond de son cœur, la sentimentalité d’autrefois. Bien morte, croyait-elle. Elle aimait, pour cette analogie, les vers du pauvre et profond Seurat, un des jeunes poètes fauchés par la guerre. Âme tendre qu’elle chérissait…
 Cœur de plomb ou l’amour pourrit avec l’orgueil
 Sous les raides linceuls de bois jaune et d’ébène…
Mais elle était, en même temps, riche de trop de sève pour ce qui ne bourgeonnait plus d’une sorte, ne jaillît pas d’une autre. Ainsi, le plaisir l’avait amenée, peu à peu, à une demi-révélation de la volupté. Minutes brèves, et au fond décevantes. Pourtant ces baisers, où la tendresse apitoyée se mêlait au trouble attrait d’une découverte,  ne lui répugnaient pas. Sous le visage de la consolation, celui de la jouissance était confusément apparu. Monique gardait à Niquette la reconnaissance de ne lui avoir apporté l’une qu’après l’autre, en ne lui découvrant que petit à petit, sous la délicatesse de l’amie, la fougue de l’amoureuse…
Elle tournait, le regard perdu. Elle était si étroitement enlacée que serrant une jambe de Niquette entre les siennes, elle sentait onduler en elle le mouvement de la danse. Un Argentin qui les croisait, narquois, eut un clappement : "Eh bien!"…
Niquette éclata de rire :
- On se passe bien d’eux !
Monique approuva, d’un abaissement de cils. Cependant, tout en éprouvant toujours, aux heures de leur abandon, le même agrément, elle commençait à ouvrir sur le monde des sens une pensée moins restreinte. Les hommes !... Après en avoir eu d’abord, et farouchement, le dégoût, puis le dédain, elle commençait à les prendre, de nouveau, en considération. Mais elle les voyait exactement sous le même angle qu’un garçon les filles : sans aucun vague à l’âme. Curiosité qu’elle ne s’avouait pas encore, dans cette inertie d’âme où elle flottait comme une épave – mais qu’elle n’écartait pas, lorsque d’aventure elle levait les yeux sur quelqu’un qui n’était pas, a priori, déplaisant.
L'héroïne, une femme que son fiancé trompe, décide de mener à son tour une vie libre, avec des partenaires multiples.
Bien que le thème ne surprenne pas spécialement aujourd'hui, il était considéré à l'époque comme choquant et subversif, à tel point que Victor Margueritte se vit retirer sa Légion d'Honneur à la suite du scandale causé par le livre. Publié dans un contexte où la France se relevait à peine de la Première Guerre mondiale, et où un lourd déséquilibre démographique persistait entre les deux sexes, le livre était perçu comme susceptible de créer des tentations tant chez les hommes que chez les femmes, mariés ou non. 
Illustration de Van Dongen, La Garçonne, édition de 1925, Paris, Flammarion, p. 225
A la semaine prochaine pour un nouveau QG!

4 commentaires:


  1. Bonjour,
    Je vous prie de m’excuser. Je n’ai malheureusement pas trouvé comment vous contacter autrement que par commentaire.
    Je souhaitais vous faire découvrir le service Paperblog, http://www.paperblog.fr dont la mission consiste à identifier et valoriser les meilleurs articles issus des blogs. Vos articles sembleraient pertinents pour certaines rubriques de Paperblog.
    En espérant que le concept de Paperblog vous titille, n’hésitez pas à me contacter pour toutes questions ou renseignements...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,
      Vous pouvez me contacter par l'adresse mail qui est sur cette page: http://bit.ly/VlS5fp pour m'expliquer plus en détail de quoi il retourne.

      Supprimer

Vous qui passez par là, ne restez pas anonyme et choisissez au moins un pseudo.
Et si vous voulez balancer du lien, intégrez cette balise