30/05/2012




C'était prévu hein...
Mais pas de quoi tomber de sa chaise non plus.

6 jours que je n'ai rien publié sur ce blog... Il était temps que je me remette au boulot comme dirait Nicolas



Les salaires des patrons des grandes entreprises publiques qui gagnent plus de 20 fois le salaire de celui ou celle qui est en bas de l'échelle vont bientôt se cogner au plafond.

La belle affaire!
A la question: "Que vous inspire cet écart de 1 à 20?" posée à Louis Gallois par Challenges, celui-ci répond:
"C’est raide pour certains. Mais avec les 5 % de salaires les plus bas à 30.000 euros annuels dans un groupe comme le nôtre, ça ferait 600.000 euros. On peut quand même vivre avec 600.000 euros!"
En effet oui... J'imagine qu'à 600 000 € par an, on n'est pas à la rue hein...

Bon alors évidemment, il va peut-être falloir se calmer sur le boursicotage, la collec' de voitures de luxe, les bouteilles millésimées à 500 €, les thalassos à St-Barth... 
Mais, tout comme on peut vivre avec 600 000 € par an, on peut aussi vivre sans les thalassos une coupe de Champ' à la main.
Enfin je crois.

Louis Gallois persiste et signe, donc.

En effet, en janvier dernier, à la question "Qu'est-ce qu'un salaire raisonnable pour un patron de votre niveau ? Je conçois qu'il faille des différences, mais quelles limites donner à cela ?"
Il avait déjà répondu:
"Ma rémunération est de 2,6 millions par an. Je trouve que c'est un salaire absolument incompréhensible par l'opinion publique. Je le dis franchement, on ne peut pas comprendre que quelqu'un gagne une telle somme quand on voit les difficultés. Je pense qu'il y a un effort de solidarité à faire. Pour mon confort personnel, je m'arrange en donnant une partie de mon salaire à des actions socialement utiles, mais je dirai que c'est du sauvetage individuel; je pense qu'il faut qu'il y ait une discipline et une fiscalité qui aide à cette discipline". 
Lorsqu'il dirigeait la SNCF, Louis Gallois gagnait "10 fois moins. J'arrivais à vivre quand même [...]. Je ne suis pas contre une hausse de la fiscalité pour les plus hauts revenus."
Et bien, ça tombe bien car on y est

Non seulement le Changement c'est maintenant, mais la décence et la solidarité aussi.
Et Louis Gallois de répéter une nouvelle fois:
"Je constate que je gagne dix fois plus qu’à la SNCF. Y a-t-il une telle différence de responsabilité? Je ne le ressens pas comme tel. Ma position personnelle, que je n’impose à personne, est qu’une rémunération comme la mienne est inexplicable à l’extérieur. A personne. Je règle ça avec ma conscience en faisant un usage socialement utile de ma part variable. Il me reste très largement de quoi vivre!" 
Quant à la taxation à 75% des plus hauts revenus, il s'agit selon lui  d'"une mesure de crise, où il faut que la solidarité s’exprime".

Le temps du "chacun pour sa gueule" est-il enfin révolu?

24/05/2012



Il nous avait déjà servi de la grand prose en critiquant l'accent et les origines étrangères d'Eva Joly. Aujourd'hui, il nous sert sa vision de la parité actuelle du gouvernement.
Finalement, polémiste ça pourrait être un métier pour certain-e-s.
Patrick Besson publie aujourd'hui un billet dans le magazine Le Point dans lequel il évoque la Parité selon François Hollande... enfin selon lui-même plutôt.



La parité, ça fait un peu partouze straight. Dix-sept hommes. Un homme par femme. Et donc une femme par homme. Du coup, personne ne se retrouve sans personne. Il était déjà comme ça à l'ENA, François Hollande: bon camarade. Avant, les épouses de ministres étaient tranquilles: il n'y avait presque que des hommes dans le gouvernement. Maintenant, elles ont du souci à se faire, surtout avec les canons dont s'est entouré Jean-Marc Ayrault: 
  • L'ingénue libertaire: Najat Vallaud-Belkacem
  • La séductrice culturelle: Aurélie Filippetti
  • L'associative hitchkockienne: Delphine Batho
  • La radicale chic: Sylvia Pinel,
  • Le tanagra guyanais: Christiane Taubira
  • La geisha intellectuelle: Fleur Pellerin
  • La shéhérazade cinématographique: Yamina Benguigui
Il ne manquerait pas grand chose à Cécile Duflot pour être au niveau de ses consœurs du gouvernement. Un nouveau couturier?
Ce n'est pas le tout de trier les ordures, il faut faire pareil avec les vêtements. Marisol Touraine préparera le retour à la retraite à 60 ans. Pas la retraite amoureuse en tous cas.
Voilà.
De la grande classe encore une fois.
Et des arguments à faire pâlir d'envie les plus belles plumes de notre pays.

Geisha, libertaire, tanagra: c'est la débandade au gouvernement.

Voilà comment se résume la parité pour Patrick Besson.
Mais surtout, la menace pèse sur les couples des ministres. Toutes ces femmes, tous ces canons sont des spectres d'adultères pour les épouses de ministres.

Et quand ces Messieurs les Ministres vont bosser, ils ne vont pas à Matignon mais au bordel...

Mais oui. Bien sûr.
Comme à chaque fois dans l'histoire des femmes, quand celles-ci s’immiscent dans une sphère traditionnellement masculine, elles incarnent la tentation et la débauche.

Toutes ces ministres seraient donc des Ève et des Pandore en puissance.

Bien évidemment, pas un mot sur leurs compétences.
Car elles n'en ont pas, cela va de soi.

Elles apprécieront sans aucun doute la comparaison et les métaphores ampoulées de ce brave Patrick Besson.

Et elles vont - encore une fois - devoir prouver, encore plus que les hommes, qu'elles sont légitimes et à leur place.

Cécile Dufflot appréciera elle aussi la chronique mode de Patrick Besson qui réduit par ailleurs ses compétences chez EELV à du tri sélectif.

Et on saluera aussi l'imaginaire colonial et raciste de Patrick Besson: Shéhérazade et geisha, deux figures féminines constitutives du fantasme colonial masculin.


Aujourd'hui, je suis affligée par tant de néant journalistique.

Le sexisme ordinaire, c'est ça. Et c'est dans Le Point.

23/05/2012

Alors là c'est l'pompon!
Mais attendez!
Le pompon c'est pas ça...
Le pompon, c'est ça:

Posté en début d'après-midi.
Et comme Nadine Morano semble s'ennuyer sévère depuis qu'elle n'est plus ministre, elle a occupé son après-midi à rédiger un communiqué de presse.
Rien que ça!

Voilà voilà...
Le degré zéro de la stratégie politique comme dirait Jegoun...

Heureusement pour elle que Nicolas Sarkozy n'a pas démissionné à chaque fois qu'il a eu l'insulte légère...

Du "pauv'con" du Salon de l'Agriculture au "couillon" de journaliste en début d'année 2012, il y aurait eu de quoi faire...

Ah mais oui pardon... Que je suis bête. Nicolas Sarkozy, lui, ne s'était pas engagé à diriger une République irréprochable... Sinon ça se saurait.

Comme le rappelle très justement Melclalex, il serait de bon ton de laisser un peu de temps au gouvernement Ayrault pour trouver ses marques avant de lui taper dessus.
La presse, et les médias d'une manière générale (que l'on accuse régulièrement d'être des gauchistes vendus) n'a, me semble-t-il, pas fait preuve d'autant de zèle en 2007 quand Nicolas Sarkozy bafouait assez rapidement ses promesses de campagne.
Bref.
Depuis 10 jours, l'opposition, n'ayant pas grand chose à se mettre sous la dent, se livre lamentablement à une compilation d'observations et de critiques toutes plus minables les unes que les autres.

En vrac, dans le sac à merde, on aura eu:
Ça fait beaucoup pour une seule personne.
Jusque là, j'avais trouvé que mes camarades des LeftBlogs avaient plutôt assuré pour défendre notre Garde des Sceaux. Et je m'étais abstenue d'en rajouter une couche.

Mais ce matin, en guise de digestif de petit-déjeuner, on m'a servi du Florian Filippot qui en a remis une couche, avec la classe qu'on lui connaît.
"On préfère une justice indépendante à une indépendantiste à la justice"
Dans la même veine, on nous apprenait la semaine dernière que la Guyane était une île et que Christiane Taubira était issue de la diversité...


Alors oui, c'est pas complètement faux cette histoire d'indépendantisme. Puisqu'elle elle commence sa carrière politique comme militante indépendantiste, jusqu'à l'arrivée de la gauche au pouvoir en 1981. 
Quand le vide argumentatif saisit l'opposition, il donne alors lieu aux envolées lyriques les plus minables. Ou à une résistance rance ou moisie. C'est selon.

Et je suis bien d'accord avec Najat Vallaud-Belkacem qui s'est dite:
"atterrée des accusations toutes plus infondées les unes que les autres, des préjugés, des vieilles lunes contre la gauche". "C'est quand même assez préoccupant. C'était un petit peu le chemin escarpé qu'avait pris la droite pendant la campagne présidentielle. Je m'étonne qu'elle n'ait pas compris que les Français rejetaient cela et qu'ils la sanctionneront à nouveau" [...]Je retiens les déclarations de Jean-François Copé qui affirme aux électeurs du Front national que voter pour le Parti socialiste, c'est voter pour Mme Taubira, et donc j'ai envie de lui demander : qu'il aille au bout de sa pensée" (source)
Il n'est pas question pour moi ici de défendre envers et contre tous le Président pour lequel j'ai voté. Et si son équipe déconne, je serai la première à lui taper dessus. Ce que je m'apprêtais à faire avant que Politeeks ne s'en charge.

Mais j'essaierai, à la hauteur de mes modestes moyens, de ne pas sombrer dans l'argumentaire de caniveau.

Contrairement à celles et ceux qui vomissent sur Christiane Taubira aujourd'hui.

21/05/2012

Chantal Delsol, philosophe et éditorialiste au Figaro vient de publier une tribune dans laquelle elle s'oppose au mariage homosexuel
Non au mariage homosexuel!
 Sa tribune s'ouvre sur un rappel des traditions chrétiennes de notre pays. C'est son premier argument contre le mariage pour tous-tes.
Chez nous, toutes les valeurs traditionnelles sont chrétiennes, et quand la chrétienté s’efface, c’est comme si on nous retirait le sol sous les pieds – plus rien ne reste.
"Les valeurs traditionnelles"... Cette expression n'est pas sans rappeler celles de Nicolas Sarkozy dans son interview accordée au même journal en février 2012.
Je ne suis bien entendu pas d'accord avec Chantal Delsol.
Mais ce qui me gêne d'entrée de jeu avec cette tribune, c'est cette affirmation au nom du "nous" qui dit que si ces valeurs disparaissent, plus rien de reste. Non seulement c'est très expéditif mais en plus, cela revient à dire que rien ne doit changer dès lors que cela affecte ces valeurs traditionnelles chrétiennes.

Cela veut-il dire que Chantal Delsol dénoncerait également le droit au divorce ou à l'IVG?

Car même si ma pratique religieuse se résume à un athéisme convaincu, je connais suffisamment mes classiques pour savoir que ces deux "pratiques" s'inscrivent en faux avec la sacro-sainte Chrétienté.
Pour autant, la philosophe reconnaît bien volontiers que le mariage pour tous-tes est une avancée sociétale et culturelle inéluctable.
Ainsi, un certain nombre de citoyens n’ont pas voté Hollande, parce qu’il était entendu qu’il légitimerait aussitôt le mariage homosexuel (mesure qui ne coûte pas un sou et qui fait plaisir aux journalistes). Mais chacun savait bien que Sarkozy, lui, aurait fait la même chose quelque temps ou quelques années plus tard. On dirait bien que ce genre de mesure nous attend comme un destin grec! Un futur inéluctable, et cela est corroboré par la déclaration récente du président Obama. Dire le contraire ne serait pas moderne, et jetterait aussitôt un président dans les marges du populisme. Pourquoi inéluctable? Parce que, dans nos sociétés, tous les arguments susceptibles de s’opposer à ces mesures sont d’ordre religieux. Et nos concitoyens n’ont plus de religion. Alors, on ne voit pas à quel titre on les empêcherait de faire n’importe quoi. Et tous les combats contre le mariage homosexuel ou l’euthanasie (pour prendre ces deux exemples récents) sont des combats le dos au mur, obsidionaux, et évidemment perdus d’avance : leur justification n’est comprise et partagée que par quelques arriérés dans mon genre.
Bon... Mais que cherche-t-elle a nous dire au juste?
  • Que Nicolas Sarkozy n'est pas moderne et qu'il a versé dans le populisme en s'opposant au mariage pour tous-tes. OK.
  • Mais qu'il aurait cédé un jour ou l'autre pour permettre à "nos concitoyens" de "faire n'importe quoi" puisque nous n'avons "plus de religion". 
Donc puisque nous n'avons plus de religion, nous n'avons plus aucune raison d'être empêché-e-s de faire n'importe quoi. CQFD.

Dans un État laïc, il me semble plus que normal que la religion n'ait plus à dicter les lois!

Et à noter au passage, ce raccourci particulièrement homophobe qui revient à dire que:

Se marier avec une personne du même sexe, c'est faire n'importe quoi.

Sa tribune se poursuit sur les limites d'une telle union. Bien que Chantal Delsol récuse les arguments naturalistes qui prétendent qu'une union homosexuelle est contre-nature, elle reconnaît néanmoins que ces arguments sont dépassés:

Des chrétiens vont me répondre que le mariage homosexuel heurte la nature, et que la religion à cet égard ne fait qu’écouter la nature. Mais la nature a bon dos. Avec ce même argument, les catholiques prétendaient, il y a un siècle, que les femmes devaient souffrir pendant l’accouchement parce que c’était naturel… L’homme est un être de culture. Nous distançons et nous dominons sans cesse la nature, et c’est tant mieux. La difficulté consiste à savoir quelles limites il faut se garder de franchir, à partir de quand les dégâts dépasseront les avantages, et finalement, à partir de quand le progrès coûte trop cher.
Elle insiste au contraire sur le fait que la défense du mariage homosexuel est une revendication nihiliste qui revient à nier toutes les valeurs sociales et morales.

Car c'est bien cela qui dérange Chantal Delsol: ouvrir le mariage aux homosexuel-le-s, c'est la porte ouverte à toutes sortes d'abus:

C’est le remplacement des valeurs morales par l’unique critère de la souffrance et du désir individuels: empêcher deux homosexuels de se marier est inhumain, car enfin ils en souffrent. Pourquoi les en empêcher puisqu’ils s’aiment? Avec ce raisonnement, on justifie n’importe quoi. Des Hollandais ont contracté un mariage à trois. Un jeune Australien s’est marié l’année dernière avec son chien. Des enfants de 10 ans pourraient se marier, s’ils s’aiment. Et aussi un père avec sa fille de 10 ans, s’ils s’aiment.
Voilà.
CQFD.

Permettre aux homosexuel-le-s de se marier au nom de leur amour, c'est cautionner sur le long terme la zoophilie, la polygamie, la pédophilie et l'inceste.

Ces propos ne sont pas sans rappeler ceux de Brigitte Barèges qui s'offusquaient sur le mariage pour tous-tes en questionnant: "Et pourquoi pas des unions avec des animaux? Ou la polygamie?"

Et c'est là que cette tribune dépasse les bornes selon moi.

Finalement - et bien que tous ces arguments me filent la nausée - je crois que je préfère encore les arguments réac de la droite catholique qui - au nom de la religion - se dit contre le mariage pour tous-tes.
Quant à la conclusion de cette tribune, je vous laisse en apprécie la teneur qui vient mettre un point final à toute cette diatribe ouvertement homophobe.

Lorsque plus rien n’arrête le désir, ni la religion ni la tradition, ni aucune sagesse plus haute, alors les dégâts ne sont pas loin. Nos contemporains, d’ailleurs, le savent bien, puisque dans tous les autres domaines ils militent contre la loi du désir tout-puissant : face à l’environnement, face à l’économie. Dans ces domaines, ils sont conservateurs au bon sens du terme: au sens où nous devons conserver l’avenir. Pourquoi faudrait-il limiter nos caprices dans le but de protéger l’avenir des forêts ou celui des salariés, et non de protéger l’avenir de la famille et de la filiation?
Le mariage pour tous-tes, parce qu'il répond à un caprice, mènerait alors à l'extinction de la famille, de la filiation et à plus long terme - cela va sans dire - de l'humanité.

Voilà ce que publiait Le Figaro aujourd'hui.
Bien... Par chez moi, l'UMP vient de sortir de son chapeau le candidat de la dernière chance pour battre Nicolas Dupont-Aignan les 10 et 17 juin 2012: Laurent Béteille, maire de Brunoy depuis 1977... Oui 1977: vous avez bien lu.
Pendant ce temps-là, Aude Bristot, en campagne depuis déjà plusieurs semaines, bat le pavé à la rencontre des électeurs et électrices de la 8ème circonscription.
Loin des bisbilles entre candidats et des querelles d'égo, elle fait ce qu'il faut pour le Changement.
Côté ambiance dans la 8ème circonscription, le communiqué de presse d'Aude Bristot se passe de commentaires.

18/05/2012

Il y en a parmi nous qui reçoivent des bouses dans leurs boîtes aux lettres.

Moi j'ai reçu une perle dans ma boîte mail:
"La 8° circonscription a besoin de vous !"
Envoyé par Aude Bristot que je soutiens pour les Législatives.
La tâche sera rude pour celle qui affrontera Nicolas Dupont-Aignan, Maire de Yerres et Député depuis 3 mandats.

Dans ce mail, elle nous convie à plusieurs réunions publiques pour défendre le Changement.
Lundi 21 mai
YERRES - Salle de l’Orangerie Grange aux Bois - 10 rue de Concy - 20h30
Thématique: Logement
Intervenant: Frédéric Petita
Mardi 22 mai
MONTGERON - Centre St Exupéry - 2 rue du Dr Besson - 20h30 
Thématique: Santé / Handicap / Dépendance
Intervenant: Jérôme Guedj
Mercredi 30 mai
BRUNOY - Salle Leclerc - 116 av. Gal Leclerc - 20h30
Thématique: Transport
Intervenant: Hicham Affane
Longtemps impliquée dans le milieu associatif local, devenir élue s’impose  pour elle comme un acte citoyen, un engagement profond et sincère pour œuvrer dans l’intérêt général et collectif: elle devient ainsi conseillère municipale en 2001, maire adjointe aux solidarités en 2008, conseillère générale suppléante sur le canton de Montgeron en 2008, et actuellement Première adjointe de la Ville de Montgeron. Elle est et s’engage à rester avant tout une élue de terrain, de proximité, une citoyenne engagée, présente et accessible. 
"Après l’exercice désastreux du pouvoir de la droite, il est temps tous ensemble de porter le renouveau et de mettre un terme à l’actuelle violence sociale, économique et morale subie par nos concitoyens. C’est pourquoi, face à cette situation, j’ai décidé de présenter ma candidature aux élections législatives des 10 et 17 juin prochains. Je souhaite me mettre au service de l’ensemble des citoyens de la 8° circonscription, combative pour les Brunoyens, pour les Crosnois, pour les Montgeronnais, pour les Vigneusiens et pour les Yerrois. Je désire profondément réhabiliter nos valeurs humanistes de solidarité et de justice sociale; je veux être la porte-parole de vos aspirations et de vos préoccupations, être un relais efficace pour faire entendre vos voix à l’Assemblée nationale. Me reconnaissant pleinement dans les propositions avancées par François Hollande pour notre pays, je souhaite également m’engager dans les dossiers prioritaires de notre circonscription, notamment, la rénovation du RER D, la préservation de notre patrimoine naturel, l’accès au logement et le développement de l’emploi local, en particulier en faveur de notre jeunesse.Enfin, au travers de ma candidature, je veux porter haut et fort une juste revendication en faveur du renouvellement des élus de la République, du strict non-cumuldes mandats et de la représentation des femmes dans notre pays".
Ce que j'aime dans la déclaration de candidature d'Aude Bristot, c'est qu'elle s'inscrit en parfaite cohésion avec le programme de François Hollande.
Ca peut paraître évident et logique à première vue.
Mais même si elle fait quelques allusions à des préoccupations propres aux habitants de la 8ème circonscription, elle garde à l'esprit qu'elle s'inscrit dans le Changement.
Celui pour lequel François Hollande a été élu le 6 mai.
Parce que j'entends dire ici ou là des aberrations, notamment au sujet de Nicolas Dupont-Aignan:
- "Quand même, Yerres c'est une belle ville. Il a fait des choses bien pour la ville. Alors je vais voter pour lui".
Admettons.

Mais rappelons-nous que les 10 et 17 juin prochains, ce ne sont pas les municipales.

Il ne s'agit pas de récompenser tel ou tel maire qui aurait fait telle ou telle "chose bien" à échelle locale. Les jets d'eau, les parterres de fleurs, une nouvelle salle de spectacle, des pavés sur la place de l’Église... Tout ça... on s'en fout un peu à l'Assemblée Nationale hein...
Il s'agit de donner une majorité au Président nouvellement élu et à son gouvernement pour leur permettre de mener à bien un programme.
D'où l'importance de pas se louper aux Législatives.

Garder à l'esprit que même si un maire est "bon", cela n'en fait pas pour autant un bon député. Mais surtout, si ce maire n'est pas du même bord politique que le Président que l'on vient d'élire, alors il faut se faire violence - ce qui ne sera pas mon cas - et être logique avec soi-même.
Comment voter pour un candidat à la députation si celui-ci s'inscrit en opposition totale avec le programme de François Hollande?
C'est précisément cette question qu'il faut se poser avant de mettre n'importe quel bulletin dans l'urne.
Alors j'en appelle solennellement à tous-tes celles et ceux qui ont voté pour François Hollande, celles et ceux qui l'ont élu: faites preuve de bon sens en lui donnant une majorité à l'Assemblée Nationale en votant Anne Bristot dans la 8ème circonscription et en faisant de même dans toutes les autres.

17/05/2012

34 ministres / 17 femmes
Alors oui c'est vrai: comme le souligne Olympe, les ministères régaliens sont tenus par des hommes...
Et d'autres me rétorquent aujourd'hui que certaines femmes leur sont totalement inconnues.
C'est un argument un peu bidon. Car la vraie question, c'est "Pourquoi sont-elles si méconnues?"
Ce n'est pas parce qu'elles sont incompétentes évidemment.
C'est seulement parce que notre République est restée bien trop patriarcale depuis bien trop longtemps.
Et que pour apprécier les compétences des femmes qui ont déjà accédé à des fonctions municipales, régionales ou nationales, il faut aussi que ces Messieurs réalisent - ils seraient temps - qu'ils n'ont pas le monopole du pouvoir.
Et bien c'est chose faite.
Le Changement c'est aussi la Parité.
Une parité parfaite.
Une première dans l'Histoire de la République.
Alors qui sont-elles?
Yamina Benguigui - Ministre déléguée aux Français de l'étranger
Franco-algérienne, elle a 55 ans et elle issue de la société civile. Réalisatrice, productrice et écrivaine, elle 'est l'auteure de plusieurs œuvres de fiction et documentaires:
  • Femmes d'Islam (1996), Paris, Albin Michel. Prix Rachid Mimouni
  • Mémoires d’Immigrés: 'héritage maghrébin (1997), Paris, Canal+ Éditions. Prix Rachid Mimouni
  • Inch'Allah dimanche (2001), Paris, Albin Michel.
  • 9/3. Mémoire d'un territoire (2008), pour lequel elle a été récompensée d'un Globe de Cristal en 2009.
  • Et bien d'autres encore...
En 2008, elle devient adjointe à la Mairie de Parisen charge des des droits de l’homme et de la lutte contre les discriminations. Elle est également conseillère municipale du 20e arrondissement. 
George-Pau Langevin - Ministre déléguée à la réussite éducative
Députée de Paris, née en Guadeloupe. Avocate de formation.
Ancienne Présidente du MRAP (le Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples.
Elle s'est particulièrement investie à l'Assemblée Nationale dans la Mission d'information sur les questions mémorielles et dans la lutte contre le projet de loi visant à maîtriser l’immigration. Projet de loi qui envisageait d'imposer des tests ADN dans le cadre du regroupement familial ouvrant ainsi la voie à la mise en place de statistiques ethniques.
Au Partis Socialiste, elle a été responsable des questions de justice, particulièrement celle des mineurs.
Entre 1997 et 2001, George Pau-Langevin dirige l’Agence nationale de promotion et d’insertion des travailleurs d’outre-mer.
Geneviève Fioraso - Ministre de l'Enseignement Supérieur
Députée grenobloise.
Adjointe au maire de Grenoble, en charge de l’enseignement supérieur et de la recherche.
Elle est membre de l'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques et du conseil d’administration de l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs.
Elle a également été professeure en ZEP.
Christiane Taubira - Ministre de la Justice
Apparentée PRG, elle devient la 5ème femme à prendre la tête de ce Ministère. 
Députée de Guyane, elle a fondé et dirige le parti Walwari. Elle se revendique indépendantiste.
Très populaire dans les DOM-TOM, elle a été candidate à l'élection présidentielle en 2002, avant de se rapprocher du Parti Socialiste.
Elle fait de la lutte contre la corruption une de ses priorités.
Elle est aussi à l'origine de la loi mémorielle qui porte son nom concernant la reconnaissance des traites et des esclavages comme crime contre l'humanité.
Delphine Batho - Ministre déléguée à la justice
Spécialiste de la sécurité.
Elle a 39 ans et est députée des Deux-Sèvres.
Porte-parole de François Hollande durant sa campagne.
En 1986, alors qu'elle est encore collégienne, elle participe activement au mouvement lycéen contre le « projet de loi Devaquet » visant à réformer les universités françaises en prévoyant notamment de sélectionner les étudiants à l'entrée des universités, et de mettre celles-ci en concurrence.
En 1988, elle adhère à SOS Racisme avant de devenir présidente du syndicat lycéen FIDL (Fédération indépendante et démocratique des lycéens).
C'est en 1994 qu'elle fait son entrée au PS.
En 2004, elle devient secrétaire nationale du PS, en charge de la sécurité
En 2007, elle soutient Ségolène Royal dans son concept d'« ordre juste », et son projet d'encadrement militaire des jeunes délinquants.
Fleur Pellerin - Ministre déléguée aux PME, innovation et numérique
Dans l'équipe de campagne de François Hollande, elle est responsable du pôle société et économie numérique. Elle est passée par l'Essec et IEP de Paris avant de devenir conseillère référendaire à la Cour des Comptes. En 2002 et 2007, elle a participé aux campagnes de Lionel Jospin et Ségolène Royal. Entre 2012 et 2012, elle est Présidente du Club XXIe siècle et membre du Comité permanent "diversité" du groupe France Télévisions. Elle est aussi administratrice de Public Sénat et membre du comité des sanctions de l'Autorité de régulation des jeux en ligne.
Sylvia Pinel - Ministre déléguée à l'artisanat, au commerce et au tourisme
34 ans, députée du PRG du Tarn-et-Garonne.
Elle est la plus jeune femme députée dans la dernière assemblée.
Elle est l’ancienne chef de cabinet du président du conseil général du Tarn-et-Garonne, Jean-Michel Baylet.
Conseillère régionale de Midi-Pyrénées depuis 2010.
Au PRG, elle est en charge des droits des citoyens, de la sécurité et de la justice.
Marisol Touraine - Ministre des Affaires Sociales et de la Santé
Normalienne de 53 ans (fille du sociologue Alain Touraine).
Députée d'Indre-et-Loire, nommée secrétaire nationale du PS à la santé et à la Sécurité sociale en 2008.
En 2010, elle s'illustre dans le combat contre la réforme des retraites de Nicolas Sarkozy.
Marie-Arlette Carlotti - Ministre déléguée aux personnes handicapées
Une des rares élues socialistes des Bouches-du-Rhône à avoir rompu avec Jean-Noël Guérini, bien qu'elle fut sa porte-parole lors de la campagne municipale de Marseille en 2008.
Députée européenne, conseillère générale, puis conseillère régionale, elle est élue depuis 1996.
Durant la campagne de François Hollande, elle s'est occupée de l’égalité homme/femme.
Michèle Delaunay - Ministre déléguée aux personnes âgées
En 2007, elle bat Alain Juppé aux Législatives de 2007 à Bordeaux.
Toujours en 2007, elle soutient Ségolène Royal pour laquelle elle a rédigé le chapitre "santé" de son programme".
En 2011, elle soutient François Hollande au cours des primaires socialistes.
Elle est également l'auteure de plusieurs ouvarges:
  • L'ambiguïté est le dernier plaisir, Actes Sud
  • La Ronde droite, éd. Gallimard
  • Jardins de Bordeaux, en collaboration avec M.-C Leng, éd. Fanlac.
  • L'Éphémérité durable du blog, livre + DVD, 2007, éditions Le Bord de L'eau
Valérie Fourneyron - Ministre des sports, de la jeunesse, de l’éducation populaire et de la vie associative
52 ans
Députée-maire socialiste de Rouen.
Ancienne joueuse de volley-ball de haut niveau, elle est devenue médecin du sport et est entrée en politique dans les années 1990.
En 1995, elle devient conseillère municipale de Rouen avant de devenir adjointe chargée des sports puis 1ère adjointe au maire PS, Yvon Robert.
Conseillère régionale de Haute-Normandie de 1998 à 2007.
Conseillère générale de Rouen de 2004 à 2008
Députée de Seine-Maritime en 2007.
Elle soutenait Martine Aubry lors des primaires socialistes de 2011.
Elle est ensuite responsable des sports dans la campagne de François Hollande.
Dominique Bertinotti - Ministre déléguée à la famille
Maire du 4ème arrondissement de Paris.
Agrégée d’histoire, elle est maîtresse de conférences à Paris 7.
Soutien de Ségolène Royal en 2007, elle également dirigé sa campagne pour les primaires socialistes de 2011.
Cécile Duflot - Ministre de l'égalité des territoires
Secrétaire nationale d’Europe Ecologie-Les Verts (EELV) depuis novembre 2010, et des Verts depuis 2006.
Présidente du groupe écologiste au conseil régional d'Ile-de-France.
Conseillère municipale d’opposition à Villeneuve-Saint-Georges (Val-de-Marne).
Nicole Bricq - Ministre de l'écologie
Sénatrice de Seine-et-Marne, et rapporteure générale du budget auprès de la Commission des finances.
Ancienne chevènementiste, elle a ensuite rejoint le courant "Socialisme et Démocratie" de DSK.
Opposée aux gaz de schiste, elle dépose en mars 2011 une proposition de loi pour en interdire l’exploration.
Rédactrice d'un rapport très critique sur l’évolution des prélèvements obligatoires sous le quinquennat Sarkozy, elle dénonce notamment les dépenses fiscales liées à la consommation d’énergies fossiles, dispendieuses et facteurs de dérèglements climatiques. Elle s’est aussi illustrée par un rapport critique sur la vente de l'hippodrome de Compiègne, “bricolage” du ministère du budget alors dirigé par Eric Woerth.
Aurélie Filippetti - Ministre de la culture et de la communication
38 ans.
Elle soutient François Hollande avant la primaire socialiste.
Responsable dans son équipe des questions culturelles.
Agrégée de lettres, normalienne, elle publie en 2003 Les Derniers Jours de la classe ouvrière, dans lequel elle évoque la mémoire de son enfance dans le pays minier et la figure de son grand-père mineur, immigré d’origine italienne, résistant et déporté après avoir été dénoncé à la Gestapo.
Fille d’un mineur, maire communiste d’une petite commune de Moselle, Aurélie Filippetti adhère aux Verts et se présente aux élections municipales dans le 5ème arrondissement de Paris en 2001.
En 2006, elle quitte les Verts et rejoint le PS et l’équipe de Ségolène Royal, candidate à la présidence, comme conseillère sur les questions d’environnement et, déjà, de culture.
En 2007, elle est élue députée socialiste de Moselle.
Najat Vallaud-Belkacem - Ministre des droits des femmes et porte-parole du gouvernement
Fervente soutien de Ségolène Royal dont elle était la porte-parole de campagne en 2007 et en 2011 pendant les primaires socialistes.
Née au Maroc, dans le Rif.
A 5 ans, elle rejoint son père, émigré en France et ouvrier dans le bâtiment.
Elle fait ses études à Sciences Po.
Adjointe au maire Gérard Collomb (PS) à Lyon depuis 2008, elle est aussi conseillère générale, et a planché au PS sur des sujets de société, tels la bioéthique ou les droits des homosexuels-les.
Marylise Lebranchu - Ministre de la réforme de l'Etat et de la décentralisation
Bretonne de 65 ans.
Députée du Finistère depuis 1997.
Pendant les primaires socialistes, elle soutient Martine Aubry.
Vice-présidente de la région Bretagne, ancienne ministre de la justice de Lionel Jospin (2000-2002), elle planche sur la décentralisation depuis qu’elle a pris la présidence, en 2010, de l’association des élus du PS (la Fédération nationale des élus socialistes et républicains).
Alors... Oui à première vue, on ne peut que remarquer que les Ministères "prestigieux", "virils", "powerful" sont détenus par des hommes.
Néanmoins, force est de constater que ces femmes sont à des postes-clés du programme présidentiel de François Hollande.
Alors la question n'est pas tellement de savoir si leurs postes sont importants, pas importants, moins importants que ceux des hommes.
La question c'est de savoir si ces femmes, comme les hommes d'ailleurs, sauront mettre en œuvre le Changement pour lequel François Hollande a obtenu 51,9 % des voix.
Et bien je dois dire que je suis très optimiste. 

16/05/2012

Bon ben ça y est, on y est: on l'a notre gouvernement !

Liste des Ministres
  • Laurent Fabius: Affaires Étrangères
  • Arnaud Montebourg: Redressement productif
  • Jean-Yves Le Drian: Défense
  • Stéphane Le Foll: Agriculture
  • Pierre Moscovici: Économie/ Finances /commerce Extérieur
  • Vincent Peillon: Éducation Nationale
  • Manuel Valls: Intérieur
  • Michel Sapin: Travail / Emploi / Dialogue Social
  • Victorin Lurel: Outre-Mer
  • Marilyse Lebranchu: Réforme de l’État / décentralisation / Fonction Publique
  • Cécile Duflot : Égalité des territoires et du Logement
  • Aurélie Filippetti: Culture / Communication
  • Christiane Taubira: Justice
  • Nicole Bricq: Écologie / Développement Durable
  • Marisol Touraine: Affaires Sociales / Santé
  • Najat Vallaud-Belkacem: Droits des Femmes / Porte-Parole du Gouvernement
  • Geneviève Fioraso: Enseignement Supérieur et Recherche 
  • Valérie Fourneyron: Sports, de la Jeunesse, Education populaire, Vie associative   
9 femme / 9 hommes

Liste des Ministres Délégués (à compléter)
  • Jérôme Cahuzac nommé ministre délégué au Budget
  • François Lamy nommé ministre délégué chargé de la Ville 
  • George Pau-Langevin nommée ministre déléguée à la Réussite éducative 
  • Delphine Batho nommée ministre déléguée auprès de la Garde des Sceaux 
  • Benoît Hamon nommé ministre délégué chargé de l'Economie sociale et solidaire
  • Bernard Cazeneuve nommé ministre délégué chargé des Affaires européennes 
  • Kader Arif, ministre délégué chargé des Anciens combattants
  • Yamina Benguigui nommée ministre déléguée des Français de l'étranger
  • Fleur Pellerin nommée ministre déléguée chargée des PME, de l'Innovation et de l'Economie numérique
  • Marie Arlette Carlotti nommée ministre déléguée aux affaires sociales chargée des handicapés
  • Alain Vidalies nommé ministre délégué chargé des relations avec le Parlement
  • Michèle Delaunay nommée ministre déléguée en charge des personnes âgées et de la dépendance
  • Sylvia Pinel nommée ministre déléguée au Tourisme
  • Frédéric Cuvillier nommé ministre délégué en charge de l'écologie et du développement durable chargé des transports et de l'économie maritime 
  • Dominique Bertinotti nommé ministre déléguée en charge de la Famille
  • Pascal Canfin nommé ministre en charge du Développement
Bon alors déjà, je remercie Jean-Marc d'avoir attendu que je rentre pour annoncer officiellement son gouvernement.

Mais déjà des noms viennent de tomber... Sur BFM hein... On s'enflamme pas:
  • Stéphane Le Foll: Agriculture
  • Laurent Fabius: Affaires Étrangères
  • Vincent Peillon: Éducation
  • Jean-Yves Le Drian: Défense
  • Arnaud Montebourg: Production / Industrie
  • Manuel Valls: Intérieur
  • Pierre Moscovici: Économie
  • Christiane Taubira: Justice
  • Nicole Bricq: Budget
  • Michel Sapin ou Marisol Touraine: Affaires Sociales / Travail
Pour l'instant, on en est donc à 7 hommes et 1 ou 2 femmes...
Et puisque le gouvernement est sensé être réduit... Cela voudrait dire qu'il reste au moins 5 ou 6 femmes à nommer pour atteindre la parité. 
Hum...
Si BFM ne raconte pas n'importe quoi (et rien n'est moins sûr) à l'heure qu'il est, alors presque tous les ministrables masculins peuvent aller prendre l'apéro hein...

J'admire les copains et les copines des LeftBlogs qui se risquent à composer le futur gouvernement.
Leurs arguments sont souvent bons.

Et leurs ministres aussi.
Bref, ils font fort et nous proposent des équipes tout à fait crédibles.


  1. Je suis à cours d'arguments et je reprendrais les leurs donc: aucun intérêt
  2. J'ai trop de noms à proposer... Alors à moins d'avoir 2 Ministres par Ministère, ça se bouscule à mon portillon.
  3. Si j'étais fine stratège, ça se saurait.
Michel Sapin, Arnaud Montebourg, Cécile Duflot, Marisol Touraine, Vinent Peillon ,Najat Vallaud-Belkacen, Delphine Batho, Pierre Moscovici, Aurélie Filipetti, Elisabeth Guigou, Eva Joly, Stéphane Le Foll, Fleur Pellerin, Christiane Taubira, Arnaud Montebourg, Manuel Valls, Isabelle This Saint Jean, Corrine Lepage, José Bové... et j'en oublie, ça ne fait aucun doute.
Par contre, y'en a que j'ai pas trop envie de revoir hein... alors déconnez pas.

Il nous faut du bon, du lourd et du solide pour mener la bataille des Législatives.

On nous annonçait la composition du gouvernement pour 16h.
Paraît que finalement, ce sera plus tard.

Par contre, ce serait cool d'attendre mon retour car j'ai poney jusqu'à 17h30.

15/05/2012


Oui, le Changement c'est aussi Jean-Marc Ayrault.

Un Premier Ministre qui n'a jamais été ministre et qui aura donc un regard neuf sur la politique.
Évidemment, Marine Le Pen s'est empressée de dénoncer la condamnation de Jean-Marc Ayrault en 1997 comme une première entrave aux promesses de République irréprochable de François Hollande.


Affaire classée.

Après avoir payé la peine d’amende qui lui était réclamée, Jean-Marc Ayrault bénéficie désormais comme tout justiciable, des effets de la réhabilitation. 

Alors laissons les squelettes au placard:
"Suite à la polémique me concernant, je tiens à apporter les précisions suivantes. C'était il y a 15 ans. Je n'ai jamais rien caché, surtout pas aux Nantais qui m'ont réélu deux fois. C'est une affaire qui ne me concernait pas intuitu personae, mais que j'ai assumée en tant que Maire. Ma probité personnelle n'a jamais été mise en cause. Il n'a jamais été question d'enrichissement personnel ou de financement politique. Honnête homme je suis, honnête homme je resterai". (source)
Paraîtrait même qu'il adore passer ses vacances à vadrouiller en camping-car... Si ça c'est pas du changement!

Bon évidemment, je l'imagine mal poursuivre ses périples estivaux en combi hippie, mais c'est un passif qui me plaît assez je dois bien l'avouer.

Mais l'heure est à la bataille des Législatives que Jean-Marc Ayrault aura à mener pour poursuivre dans la voie du Changement et vers une majorité présidentielle. 

Allez... Bonne route Jean-Marc!

Elle se fait tellement chier, qu'elle invente des polémiques là où il n'y a pas lieu d'en avoir.

Elle se fait tellement chier qu'elle joue au Mille Bornes contre le PS et balance des coups fourrés à tour de bras, désespérant de voir de François Hollande quitter la route, 10 jours seulement après son élection et à quelques heures de son investiture.

L'UMP sait parfaitement que les 1ers jours du Président François Hollande n'auront rien de comparable avec ceux de Nicolas Sarkozy.

Alors elle essaie avec l'énergie du désespoir de remuer une merde qui n'existe pas.

Après la polémique des drapeaux...
Celle de Jules Ferry.

François Hollande a fait le choix de rendre hommage à Jules Ferry et Marie Curie aujourd'hui.

Quand on sait qu'il a placé la jeunesse, l'école, les droites des femmes et la recherche au cœur de son programme, le choix de ces deux figures historique n'a rien de choquant.
  • Jules Ferry: Ministre de l'Instruction Publique sous la IIIe République. Fondateur de l’École publique.
  • Marie Curie: Prix Nobel de physique et de chimie.
Mais Jules Ferry était aussi un fervent défenseur des thèses coloniales et de la hiérarchie des "races".
  • Comme presque tous-tes les Français-e-s au XIXe siècle.
  • Comme presque tous-tes les Européennes au XIXe siècle.
  • Comme tous-tes les politiques, tous bords confondus, au XIXe siècle.
Donc l'UMP dénonce le personnage.

Ben oui voyons, tout le monde sait que François Hollande a effectivement l'intention de rendre hommage au Jules Ferry colonisateur. 

Non mais n'importe quoi...

L'UMP n'est elle pas celle qui: 
  • A soutenu Claude Guéant dans sa hiérarchisation des civilisations?
  • A proposé en 2005 de réhabiliter le "rôle positif de la colonisation" dans les programmes scolaires? 
  • A psychoté autour de la viande halal pendant plusieurs semaines?
  • Est entrée en transe dans les meetings de Nicolas Sarkozy quand il dénonçait l'invasion de la France par des tribus communautaires ?
Allons, allons...

Il n'y a pas de polémique.
Il n'y aura pas de polémique.

Ne vous emballez pas à l'UMP.

François Hollande ne se vautrera pas dans la maladresse historique et culturelle qui reste la marque de fabrique de Nicolas Sarkozy.

  • L'UMP dénonce donc Jules Ferry.
  • L'UMP dénonce le choix de l'homme pour l'hommage du Président Hollande.
  • L'UMP se fait chier et raconte n'importe quoi, oubliant par la même occasion qu'elle a été une fervente ambassadrice de l'ethnocentrisme européen et franco-français depuis des années.
Et sinon, l'UMP a-t-elle prévu de débaptiser les centaines d’Écoles Jules Ferry en France ou bien ?

12/05/2012


Alors mois aussi, je vais y aller de ma petite diatribe sur mes souvenirs de campagne.
Pour moi cette campagne rime avec:


  1. Chômage
  2. Figaro
  3. Twitter
  4. Blog
  5. Riposte Party
  6. LeftBlogs
  7. Victoire
  8. Législatives
1. Chômage
Ça peut paraître étrange dit comme ça mais je suis au chômage depuis que je suis docteure en histoire.
Diplômée en novembre dernier, je suis venue gonfler les rangs des 4 millions de chômeurs que compte la France de Nicolas Sarkozy.
Après 24 mois de travail intensif pour boucler une thèse débutée en 2005, je sors la tête de l'eau et je prends en plein face la campagne des primaires socialistes. Je mesure enfin - il était temps mais la thèse est travail d'ermite et de longue haleine - l'enjeu de cette campagne qui va précéder celle des Présidentielles.
Je vous rassure, je n'ai pas attendu d'être diplômée pour me révolter contre la république sarkozyste. Mais cette nouvelle période qui commence pour moi s'accompagne d'un réveil politique.
Et comme je suis au chômage, je n'ai que ça à foutre, selon les plus mauvaises langues.
Donc je participe aux primaires.
Et je vote aux deux tours.
Mais comme mon cœur balance entre Martine Aubry et François Hollande.
Je vote au 1er tour pour elle et au 2nd pour lui.

2. Figaro
En février 2012, je publie une bafouille sur internet pour démonter l'argumentaire de Nicolas Sarkozy publié dans le Figaro: "Pourquoi je ne voterai pas Sarkozy en 2012". Ses "valeurs pour la France" me débectent. Elles me débectent depuis longtemps, mais là la coupe est pleine.
Mon billet est repris par TousHollande. Il est vu ou lu plus de 1000 fois. Et je me dis que je ne peux pas en rester là. Puisque je n'ai que ça à foutre paraît-il, alors qu'à cela ne tienne, je vais faire tout ce que je peux, à la hauteur de mes modestes moyens, pour faire gagner François Hollande et mettre un terme à la carrière présidentielle de Nicolas Sarkozy que je ne peux plus voir en peinture.

3. Twitter
Je découvre Twitter. Enfin non, je ne découvre pas. J'avais ouvert un compte il y a quelques années mais je ne m'en servais pas alors je l'avais fermé. Sauf que là, j'ai vraiment des trucs à dire. Alors je commence à suivre tous les membres de la webcampagne de François Hollande. Je me retrouve à avoir plus de 500 followers en quelques semaines. Je suis complètement larguée. Je les confonds tous-tes. Je ne sais plus qui est qui, ni qui pense quoi.
Là ça va mieux! J'ai en fin mis des visages sur la plupart de mes ami-e-s Twitter.

4. Blog
Influencée par @MehdiYanis, j'ouvre un blog.
La galère.
Je passe des heures à essayer de configurer trois pauvres boutons. Je les vire. Je les remets. Je les efface. Je les désactive. Je les réactive. Bref, on dirait que ça marche.
Je choisis une écriture noire sur fond blanc. Je trouve ça rock'n roll.
Et j'écris.
J'écris plusieurs billets qui rencontrent leur petit succès.
Je suis contente. Toute seule dans mon coin.

5. Riposte Party
Je m'inscris au groupe des activistes 2012 pour François Hollande.
@Romain_Pigenel, @MehdiYanis et @PowerfulPanda nous mitraillent d'infos, d'argumentaires et d'actions à mener pour faire gagner notre candidat.
Élève appliquée, je m'exécute.
Et je m'inscris aux Riposte Party. Je participe à 4 ou 5 d'entre elles.
Je suis au taquet.

6. LeftBlogs
@MehdiYanis et @MAJiCWoofy me parlent des LeftBlogs. Je les connais puisque je lis déjà tous leurs billets et que je les suis sur Twitter. Ils m'expliquent ce que je dois faire pour rejoindre ce club select: leur envoyer ma demande et les linker dans tous mes billets.
OK. Pas de problème.
"Salut les LeftBlogs! Paraît que j'ai droit à un ticket d'entrée pour chez vous. C'est Mehdi et MAJiCWoofy qui m'ont montré le chemin. Et comme y'a de la lumière, j'aimerais bien entrer. Mon blog, c'est http://libreaffichage.blogspot.fr/. Il existe depuis la mi-février. Comme j'étais à la rue question blogging, j'ai commencé par ma blogroll histoire de cheker ce qui se faisait de mieux... et c'est sur vous que je suis tombée. Mon bilan de compétences est mince et comme je suis une "assistée" selon Sarko, je ne vous enverrai pas mon CV. Mais sinon, question hobbies: Despé, Vouvray, 1664, bistros, café et encore bistros. Et quand je fais ma
timide, je bois du Monaco. Comme z'êtes à la pointe question gauchosphère, et que j'aime bien me faire des amis-es (au bistro entre autres), ben je voudrais bien faire partie des Leftblogs. Bon je vais finir solennellement parce que je sais aussi m'exprimer normalement et a priori sans trop de fautes d'orthographe. Je vous remercie pour l'intérêt que vous porterez à ma demande et, dans l'attente de votre réponse, je vous prie de croire Madame Monsieur, en l’expression de mes salutations respectueuses. A la vôtre! Elooooody."
Je vous épargnerai les échanges auxquels cette demande a donné lieu avant que je ne sois acceptée dans ce groupuscule. Car je respecte la propriété intellectuelle.
Et je change les couleurs de mon blog parce que j'ai cru comprendre que c'était peut-être rock'n roll mais pas très lisible (dixit Dedalus et PGildan) le blanc sur fond noir.

7. Victoire
Dimanche 6 mai.
Je suis à la Bastille.
20h00.
La Bastille s'embrase. Je pleure. Je scotche. J'exulte. Je suis crevée.

8. Législatives
Nous sommes en plein dedans. Mais je considère que cette période fait partie de ma campagne parce que pour que le Changement soit total, la majorité pour François Hollande est indispensable.
Alors, ce blog n'est pas prêt de fermer ses portes.
Vous y lirez encore des billets politiques.
Pour les législatives.
Pour défendre les idées et les mesures de François Hollande.
Pour le critiquer s'il dérape.
Pour démonter les intox de l'UMP-FN qui ont encore de beaux jours devant elles si on en croit les dernières envolées lyriques de Jean-François Copé.

Rendez-vous le 17 juin pour confirmer le Changement.