03/11/2014

Gone Girl et moi la féministe en carton

[ATTENTION SOILER => passe ton chemin si tu n'as pas vu Gone Girl et si comptes aller le voir]

Je viens de lire le dernier billet de Seb Musset. Il y parle de Gone Girl, le dernier film de David Fincher.
Pour faire court, c'est l'histoire d'un couple à bout de souffle au bout de 5 ans de mariage. Madame se fait chier comme un rat mort, Monsieur est au chomdu et passe son temps à jouer aux jeux vidéos. Jadis éperdument amoureux, leurs anniversaires de mariage étaient chaque année un rituel ludique et jouissif. Oui mais voilà, rien ne va plus et un matin, Madame disparaît. Monsieur est accusé. et très vite on comprend que c'est Madame qui a manigancé sa propre disparition pour se venger de son mari fainéant, distant, volage et peu attentionné.
Voilà pour le pitch.

En sortant du ciné, ce film m'a immédiatement fait penser à Liaison fatale en mode Basic Instinct. J'ai passé un bon moment avec tout ce qu'il faut de suspense, d'hémoglobine, de perversion et de flicaille.
Oui mais voilà, Osez le Féminisme! dézingue le film de Fincher et affirme qu'il s'agit-là d'un film misogyne faisant l'apologie de la violence masculine.

Et c'est là que je m'insurge, moi la féministe en carton.

Sous prétexte que l'héroïne du film est complètement fêlée de la cafetière, qu'elle n'en est pas à son premier sabotage de relation amoureuse et qu'elle ressemble davantage à une une mante religieuse perverse narcissique avec pète au casque qu'à une femme blessée, l'association féministe dénonce:
«C'est donc une valse sans fin que Fincher nous donne à voir, qui justifie en fait les pires arguments masculinistes: Amy incarne le cliché patriarcal de la perversion féminine idéale, qui utilise la violence psychologique, soi-disant arme favorite des femmes, pour humilier et blesser son mari».
Si je m'appelais Nabilla, je leur répondrais:
"Nan mais allô quoi ?!"
Osez le féminisme s'engouffre alors dans une critique sans queue ni tête sur la violence conjugale, les clichés masculinistes véhiculés par le film, les travers psychologiques féminins éculés... etc.

Allô les filles? C'est un film, une fiction, issu d'un bouquin écrit par une femme qui a scénarisé ledit film! Allô?

Je ne comprends pas. Autant j'approuve lorsque des associations féministes s'insurgent contre des publicités sexistes, des prises de position ou de parole publiques vraiment misogynes, autant je ne comprends pas ce qu'elles ont dans le ciboulot lorsqu'elles s'attaquent à ce genre de film. Les femmes n'ont-elles pas le droit d'incarner des cinglées au cinéma?

Sous prétexte que "LA" femme forcément hystérique et névrosée est une idée préconçue largement véhiculée au fil des siècles, l'industrie du cinéma devrait s'interdire de mettre en scène des femmes comme Amy Dunne?

Sous prétexte que tous les deux jours et demi, une femme meurt tuée par son conjoint, le cinéma n'aurait plus le droit de mettre en scène des violences conjugales?

Enfin, la conclusion d'Osez le féminisme me laisse sans voix:
"Enfin, faudra-t-il s'étonner après tout cela que le profil de cette femme psychopathe et destructrice soit celui d'une jeune femme belle, brillante, talentueuse, intelligente, en un mot, d'une femme de pouvoir qui pourrait faire de l'ombre à ces messieurs ?"
Je ne comprends pas. Non seulement Amy n'est pas une femme de pouvoir puisqu'elle vit des droits d'auteur de sa mère et qu'elle souffre depuis qu'elle est en âge de lire de l'ombre que lui fait l'héroïne créée par sa mère, mais en plus, elle n'est pas brillante et talentueuses puisqu'elle ne glande plus rien depuis qu'elle est venu s'installer dans le Missouri avec son mari.

Je crois vraiment que nous n'avons pas vu le même film.

Seb Musset conclut son billet ainsi:
"Au fond, Gone Girl est un film miroir qui informe d'abord sur la qualité de celui qui regarde. Moi j'y ai vu une fille dingue et une société qui ne va pas beaucoup mieux.
Mais je suis très basique. Normal, je suis un homme."
J'aurais pu conclure pareil. Sauf pour la dernière phrase:
"Mais je suis très basique. Normal, je suis une féministe en carton."

21 commentaires:

  1. Moi , mon film préféré c'est GODZILLA ..... J'adore cette meuf ! ...... Maman Godzilla .....
    Elle est un peu "too much" par moment , mais dans le fond elle est sympa , un peu caractérielle mais sympa ...... Elle pette le feu cette fille ! ........

    RépondreSupprimer
  2. "Allô les filles? C'est un film, une fiction, issu d'un bouquin écrit par une femme qui a scénarisé ledit film! Allô?"

    → Merci de rappeler cette vérité élémentaire (mais pourtant incomprise par beaucoup) que non un réalisateur/ scénariste/ auteur ne cautionne pas forcément les actes de ses personnages (sinon Peckinpah serait dans la merde avec Croix De Fer qui se passe côté allemand...).

    D'ailleurs on touche à un problème plus vaste de la critique : celle d'apposer des grilles idéologiques plutôt que d'analyser de façon déductive, via la mise en scène et la narration ce qui ressort du film.

    Enfin bon voilà, désolé mais pour une fois que je peux parler d'un sujet que je connais plus ou moins ^^

    RépondreSupprimer
  3. Donc osez le féminisme ne s'est pas aperçu que dans ce film, 3 des 4 rôles les plus importants étaient tenus par des femmes, que ces femmes ont toute une sacré personnalité et que ça faisait longtemps que ça ne s'était pas vu dans un blockbuster américain. Ca doit être chiant d'aller au cinéma avec des oeillières.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu m'étonnes.
      Mais elles te diront que l'inspectrice abandonne lâchement le héros à son triste sort et que sa sœur est une célibataire endurcie qu'on soupçonne d'être lesbienne...

      Supprimer
  4. L'industrie cinématographique n'est faite que pour gagner un maximum de fric .........
    Le cinéma fonctionne sur des représentations collectives inconscientes sans cesse réactualisées en fonction des modes du jour ............ Il faut séduire le plus grand nombre tout en jonglant avec les normes du politiquement correkt ....... Le seul contenu politique du cinéma c'est celui à la mode .....
    De toutes façons le cinéma est un art jetable ....... Alors , que ce soit misogyne , machiste ou gochiste ou n'importe quoi d'autre , peu importe .......... C'est fait pour distraire et faire du fric ......
    Le réste n'est que du baratin intello bidon ..................

    RépondreSupprimer
  5. Je n'ose même pas imaginer ce que peut penser "Osez le féminisme" de "Vipère au poing" ou "Poil de carotte". Ou de tous les films qui ont été tournés depuis.
    J'aimerais bien, d'ailleurs, savoir quel film plait aux féministes les plus féministes.
    Si je réfléchis aux derniers films possiblement féministes que j'ai vus... Bon, je remonte à l'Alice de Tim Burton, très beau personnage de femme forte, parfaite héroïne. Sinon, je ne vois pas.
    De toute façon, les sites et blogs féministes-istes ne causent que de viol. Sorties de là, ya rien qui les intéresse. Ah, si, défendre les islamistes, va comprendre comment on en est arrivé là.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bof. On ne peut pas dire que toutes les féministes défendent les islamistes quand même!

      Supprimer
    2. Non, en effet. Mais dans les ultras, yen a quand même pas mal qui le font. On pourrait faire le tour des blogs et des forums féministes et...
      oui ben non.

      Supprimer
    3. Mouais le Alice de Burton n'est pas forcément un bon exemple, vu qu'en plus de son visuel (d'une laideur assez innomable), le film fait partie du processus de reniement entamé par Burton dès Big Fish, à savoir des personnages qui sacrifient leur imaginaire afin de se mouler dans le conformisme de la middle-class américaine...pourtant épinglée dans Beeteljuice ou Edward Aux Mains d'Argent.

      J'aurais plutôt dit Catwoman (mais bon ça fait des années que je n'ai pas revu Batman et Batman Returns)

      Supprimer
    4. Catwoman ? ..... Elle correspond à tous les clichés machistes purs et durs ......
      HULK est féministe . Pourquoi ? Parce que chaque fois qu'il se transforme en Hulk il déchire sa jolie petite chemisette à carreaux , mais après , lorsqu'il redevient un petit bonhomme ordinaire et bien il a de nouveau sa chemisette bien propre et bien repassée ...... Donc Hulk lave et repasse ses chemisettes lui même , et ça c'est une preuve qu'il est féministe ......................

      Supprimer
  6. "Ah, si, défendre les islamistes"
    Euh, non, pas pour "osez le féminisme", j'veux pas médire non plus.

    RépondreSupprimer
  7. Et L'INCROYABLE HULK c'est bien un film féministe non ! ...............

    RépondreSupprimer
  8. RAMBO est un film féministe aussi ....
    Pourquoi ? ... C'est simple , parce que RAMBETTE n'existe pas .....

    RépondreSupprimer
  9. Tu n'es pas une féministe en carton, tu es normale.

    RépondreSupprimer
  10. " Osez le féminisme s'engouffre dans une critique sans queue ni tête " ...................
    C'est une histoire de sardine alors ? ...............
    Bon , en même temps les poissonnières ont le verbe haut et ne se laissent pas rouler dans la farine facilement .................

    RépondreSupprimer
  11. Il faut relativiser, Osez le féminisme est au féministes ce que Minute est a la droite, le Vatican au catholicisme ou Twiligth au cinéma.
    J'imagine que considèrent Thelma & Louise comme un film machiste puisque les deux femmes se suicident lâchement a la fin, ce qui démontre que les femmes sont bêtes, et le plus féministe JI Jane puisque Demi Moore démontre qu'elle a des couilles

    RépondreSupprimer

Vous qui passez par là, ne restez pas anonyme et choisissez au moins un pseudo.
Et si vous voulez balancer du lien, intégrez cette balise