26/11/2014

Merci Madame Simone Veil

IVG
Il y a 40 ans aujourd'hui, Simone Veil, alors Ministre de la Santé dans le Gouvernement de Jacques Chirac, présentait à l'Assemblée nationale les motifs de son projet de loi relatif à l'interruption volontaire de grossesse.

La suite on la connaît.

Mais la suite aujourd'hui, on la connaît aussi: des hôpitaux qui ne pratiquent pas tous l'IVG, des médecins encore moralisateurs et culpabilisants, le poids de la société et de la famille, le poids de la religion, les tentatives ici où là, en France et ailleurs pour combattre ce droit, les "IVG de confort" version Marine Le Pen, les tentatives de Nicolas Sarkozy pendant la campagne des présidentielles de 2012 pour abolir la contraception des mineures...

L'IVG est un droit fondamental mais loin d'être inscrit dans le marbre des mentalités les plus conservatrices.

Du coup, je ne peux que saluer l'initiative des députés socialistes qui proposent ce jour une résolution visant à réaffirmer le droit fondamental à l’Interruption Volontaire de Grossesse en France et en Europe.

Et bien que je ne cautionne pas tous les positionnements politiques de Madame Simone Veil depuis, je ne peux pas ne pas la remercier d'avoir eu le courage de mener ce combat pour les femmes face à une Assemblée remplie d'hommes.

Merci Madame Veil.


77 commentaires:

  1. Oui, il est important de rappeler que le corps féminin comme masculin est une forteresse qui ne dépend que de la décision de la personne elle-même. Nul n'a le droit de refuser le droit à l'IVG, et encore moins de moraliser ou de culpabiliser. Et je peux affirmer qu'en 2014, beaucoup de femmes tombent sur des obstétriciens, gynécologues ayant un discours qui occulte complètement le droit aux femmes de disposer librement de leur corps. C'est une atteinte à la dignité et un manque de respect.
    Donc, il me semble que c'est un devoir de nos énarques de continuer à se battre contre ce phénomène et de continuer à marteler que l'IVG est un droit acquis et pleinement disposable.
    De plus, il ne faut pas hésiter à dénoncer toute dérive, et de rappeler à cette fange conservatrice et/ou pro-vie que personne n'a le droit de remettre en cause ce qui est un acquis gravé dans la loi.
    Donc oui, bravo Simone Veil, je peux dire que je suis fier du combat que vous avez mené et que je serai l'un de ceux qui soutiendront à tout jamais ce droit.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Attention Didier ! Elle est là...

      Supprimer
    2. I'm back. Faisiez pas les cons.

      Supprimer
    3. les médecins ne sont que des etres humains avec leur sentiments, leur idéologies, leur faiblesses, ce ne sont pas des machines a appliquer la foi en série Mais pas de panique la science progresse a pas de géants, bientot des clones, des robots ou des "machines a avorter" feront le job comme a l'usine, un peu de patience, on y vient

      Supprimer
    4. pas de catastrophisme ici ! il me semble qu'on parle de droit de disposer de son corps ! il me paraît malvenu de te dicter ce que tu dois faire avec ton corps non ?
      Les médecins sont là pour accompagner la personne dans son IVG dans le cas présent c'est la moindre des choses. Mais ils n'ont pas le droit de juger ni de tenter de faire revenir sur sa décision, ce serait outrepasser le code déontologique. Et je ne crois pas aux "machines à avorter" car l'accompagnement me semble être nécessaire : il n'est jamais facile pour une femme de prendre une telle décision et elle doit être accompagnée dans sa démarche. C'est ce qu'on appelle le respect. Un point et c'est tout.

      Supprimer
  2. J'espère que Didier Goux est dans le quartier qu'on puisse raconter les conneries idoines dans les commentaires de ce billet.

    Dans l'attente, je vais troller un peu. Qu'est-ce qu'un droit fondamental ? La vie et l'IGV sont-ils des droits fondamentaux ?

    Ainsi, tu dis : "L'IVG est un droit fondamental". On devine assez ce que tu veux dire mais un opposant à l'IVG pourra faire un billet en disant : "la vie est un droit fondamental".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'avais en fait qu'une chose à dire, sous ce billet convenu : je doute fortement que l'avortement soit un droit fondamental.

      (Sinon, si on voulait rigoler un peu, on pourrait faire un billet entier rien qu'avec le concentré de stupidités et de contre-vérités qui constituent le commentaire paru juste avant le vôtre…)

      Supprimer
    2. Je ne l'avais pas vu. Effectivement.

      Je vais encore passer pour un réac, moi. Les gens : je suis pour l'avortement mais les mots utilisés me gonflent.

      Supprimer
    3. Admettons. Mais notre ami Wikipedia est, sur ce point, assez limpide.
      Je pense en effet qu'on peut parler de droit fondamental.
      Les mots employés te gonflent mais en même temps, les mots ont un sens.
      Alors que dire?

      Supprimer
    4. De toute façon, je ne risque pas de polémiquer, ni encore moins de troller, là-dessus, pour la bonne raison que, de l'avortement, je n'ai rien à secouer.

      En fait, quand je pense que je suis né sur ne planète abritant trois milliards d'humains et qu'actuellement on s'achemine vers huit, je me dis que l'avortement devrait être universel et obligatoire pour toutes les femmes dès après leur premier enfant.

      Avec dérogation pour les catholiques blancs, ça va de soi.

      (Tiens, finalement, j'ai trollé quand même !)

      Supprimer
    5. Bah oui... C'est plus fort que vous.

      Supprimer
    6. J'ai lu Wikipedia avant de faire mon commentaire. Nous avons pas la même lecture.

      C'est amusant que l'anniversaire de cette loi tombe en même temps que la polémique Fergusson. C'est bien la vie qui est le droit fondamental.

      Tu me demandes que dire. On peut féliciter Simone Veil avec les bons mots. Elle a fait un gros job en luttant contre son camp mais pour ses idées en faisant progresser la condition féminine.

      Ça me rappelle la polémique au sujet du mariage pour tous. Il n'y avait aucune raison pour que le code civil donne des droits différents aux couples hétérosexuel et homosexuels. Mais il n'y a aucun droit acquis. C'est autant le mot droit que le mot fondamental. Aussi je suis d'accord avec Malavita. Il ne peut y avoir que des organismes internationaux qui peuvent décider de ce que sont des droits dits fondamentaux mais qui seraient mieux appelés universels.

      Et s'il y a un seul droit qui doit être fondamental, c'est celui de penser. On peut être contre l'ivg. C'est un droit.

      A un moment, les antiracistes disaient : le racisme n'est pas une opinion, c'est un délit. Ils ont tout faux. Le délit est l'incitation à la haine raciale voire l'expression de propos racistes (je gueulais hier sur mon blog à propos de Koltchak). Si un type pensé que les Chinois ont une petite bite sans avoir lu d'étude scientifique à ce sujet, c'est du racisme, il a le droit.

      Les mots ont un sens. L'ivg est un droit au regard de la loi de notre pays, et c'est heureux. Il faut lutter contre ceux qui combattent ce droit. Mais si, sur la terre, il y a une majorité de type opposés à l'Ivg, on peut leur donner des baffes mais ça n'en fera pas pour autant un droit fondamental.

      Supprimer
    7. C'est parce que vous croyez qu'un droit fondamental serait issu d'une conception naturelle et universelle du droit. Droit fondamental est une notion juridique bien établie qui ne dépend pas du tout du droit international, mais du droit d'un pays. Un conseil, retournez sur wikipedia.

      Supprimer
    8. Je pense aussi que "fondamental" et universel" n'ont rien à voir entre eux. En tout cas, ils ne sont nullement équivalents.

      Supprimer
    9. Lolbis, relisez la page en question. C'est évidemment elle qui m'a inspiré le commentaire sur "le droit fondamental" à la vie. C'est rigolo de voir comment on peut lire des pages web avec des pré-requis.

      Je vais vous donner un conseil : quand vous ne savez pas ce qu'est un truc (en l'occurrence "droit fondamental"), consultez Google et Wikipedia mais sans a priori sans vouloir que la définition corresponde à ce que vous pensez.

      Supprimer
    10. De ce que j'ai lu sur Wiki, il y a plusieurs interprétations du mot "fondamental".
      Mais je comprends ce que vous dites tous.
      Cela dit, compte tenu des définitions données par Wiki, j'aimerais bien que ça devienne un droit fondamental.

      Supprimer
    11. Je te comprends mais on ne peut pas s'élever au dessus d'autres cultures. On a fait passer la moi chez nous. On a gueulé quand les Espagnols l'ont remis en cause. Mais ce n'est notre problème sauf en tant que militants politiques.

      Tu te rappelles le droit d'ingérence de Kouchner. C'est un peu pareil. Occupons-nous de nos fesses (si je puis me permettre dans le contexte, vu que la sodomie devrait être un droit fondamental ce qui limiterait nos problèmes avec l'ivg).

      Supprimer
    12. un opposant à l'IVG pourra faire un billet en disant : "la vie est un droit fondamental".

      Un opposant peu au fait en vérité, car le "droit à la vie" n'est en rien un droit fondamental mais un de ces droits naturels sur lesquels est fondée la déclaration des droits de l'homme et du citoyen, bien que ce dernier, comme d'autres d'ailleurs ne soit pas énuméré. Un opposant un peu malin à l'IVG aurait fait remarquer aux républicains qu'en légalisant l'IVG, ils détruisaient une partie de l'édifice qu'ils sont censés chérir, d'autant que le droit àla vie est le premier des droits naturels en ce qu'il conditionne l'existence de tous les autres sans exception. Sans droit à la vie, point de droit de propriété, de droit à la liberté, etc.

      Supprimer
    13. Débat sans fin. Qu'est-ce qui conditionne l'existence et toussa.

      Supprimer
    14. koltchak91120

      Droit à la vie de quoi ? Des microbes, des champignons, des poulets, des ovules, des spermatozoïdes ?

      L'IVG se fonde sur le fait qu'un embryon n'est une vie humaine qu'à partir du moment de l’embryogenèse ou le système nerveux s'est formé. Sans cerveau et système nerveux peut on parler d'un humain ? De même un cadavre n'a plus de conscience, mais encore de la vie avec des bactéries puis des asticots. A t 'on le droit d'incinérer un cadavre, tuant ainsi des asticots, virus et bactéries ?

      Supprimer
  3. Je ne sais pas au juste ce qu'est un droit fondamental , n'étant pas juriste, mais il me semble que le droit à l'IVG n'est pas garanti par la CEDH ; serait-ce le cas si l'IVG était effectivement un droit fondamental ?
    De toute façon c'est un faux problème : on s'en bat les neurones avec une porte-fenêtre que nos énarques continuent à se battre [..] et à marteler que l'IVG est un droit acquis et pleinement disposable. C'est quoi, un droit, sans les conditions matérielles de son exercice ? Si c'est archi-galère d'avorter en juillet/août en Ile de France, c'est pas la faute des méchants réacs cathos coincés du cul et à l'âme desséchée et racornie : c'est une question de budget, or, je ne sais pas si vous avez remarqué, mais à l'hosto ces derniers temps, c'est pas la joie et on serre les boulons partout où c'est possible. Donc je voudrais bien qu'on m'explique pourquoi on devrait faire des efforts partout sauf du côté des centres d'orthogénie?!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Est un droit fondamental ce que le législateur décide. L'opposant qui dit que l'IVG n'est pas un droit fondamental, on s'en bat les bretelles car c'est pas lui qui décide à lui tout seul.

      Supprimer
    2. C'est grotesque. Ainsi tout droit serait fondamental ce qui réduit largement la portée du truc.

      Supprimer
    3. Oui alors là pour coup, je suis d'accord avec Nicolas.

      Supprimer
    4. Vous avez des difficultés avec le droit que vous n'avez probablement pas étudié et ne comprenez pas que dans le droit il y a une hiérarchie des textes et des blocs. De même qu'il y a une assemblée puis un sénat qui vérifie le respect de la hiérarchie des normes. Ce qui est grotesque c'est que renvoyez à wikipédia et que vous ne comprenez pas ce qui y est écrit.

      Supprimer
    5. Je trouve tout de même assez navrant que certains se prétendent démocrates et sont complètement ignares concernant le B A BA de la construction du droit qui régit la société.

      Supprimer
    6. Lolbis, reste calme, tu t'enfonces. On parlait de droit fondamental. Si tu ne fais pas la différence avec le droit qui fait notre loi, c'est ton problème. Jamais le législateur ne fait le geste de mesurer la supériorité du droit par rapport à un autre. Il se pose la question de savoir ce qui est dans la Cobstitution et dans les textes qu'elle englobe (traités internationaux, déclaration des droits de l'homme,...).

      Supprimer
    7. Jusqu'ici, je suis calme t’inquiètes donc pas, c'est toi qui confonds un peu tout et n'importe quoi, droit universel, droit fondamental, droit... Un législateur qui ne mesure pas la supériorité du droit est un législateur à la con qui se fait retoquer ses lois au sénat comme c'est arrivé récemment avec des projets de loi totalement bâclés par le PS. Pour le moment, c'est toi qui t'enfonces dans une ignorance crasse du droit et du fonctionnement des institutions. Mesurer la supériorité du droit c'est justement de savoir ce qui est dans la constitution et autres textes et c'est justement ce que tu n'arrives pas à comprendre avec tes neurones mal huilés.

      Supprimer
    8. C'est celui qui le dit qui est nananère. Le droit à l'ivg est dans la constitution, maintenant ? Cela étant, le fonctionnement des institutions est justement le sujet de mon billet de ce soir sur mon blog (jegoun.net, si quelqu'un sans iPhone peut faire un vrai lien, merci).

      Je résumes : tu es un con prétentieux qui s'enferme suite à une erreur. C'est con.

      Supprimer
    9. De plus, il n'y a pas le droit et le droit fondamental, il n'y a que le droit qui englobe les lois et les principes fondamentaux de liberté. Va poser tes fesses dans un amphi universitaire de droit avant de baver tes gloubi boulgas d'ignare présomptueux.

      Supprimer
    10. Ah ! Lolbis ! Tu as raison. Le droit fondamental, ça ne veut rien dire. Je te remercie de me donner raison quand je reproche à la taulière d'employer ce genre d'expression. Vraiment. Merci. Pauvre con.

      Supprimer
    11. La connerie prétentieuse, j'ai bien peur qu'elle est définitivement de ton côté vu ton ignorance du droit dans laquelle tu te séquestres inutilement et sans impressionner personne, pauvre cloche. Donc celui qui dit qui est te concerne au premier chef, vu comme tu te la pètes avec tes affabulations de lourdaud. L'IVG est conforme à la constitution, c'est tout.

      Supprimer
    12. Jegoun t'es vraiment un abruti complet. Le droit fondamental est une partie du droit. Mais bon, je crois que tu es définitivement et irréductiblement con comme une bite. Tu comprends globalement rien à rien, donc tu éructes tes conneries sans queue ni tête dont tout le monde se fout. Tu fais ton numéro de clown effrayant avec rien dans le ciboulot.

      Supprimer
    13. Qui a dit que l'ivg n'était pas conforme à la Constitution.

      Je vais te donner un conseil : reviens demain, à jeun, et relis tout.

      Supprimer
    14. Lolbisducon,

      Tu es beau. Je vais t'encadrer. Au fur et à mesure que tu racontes des débilités, tu t'en rends compte. Maintenant, tu respires et tu vas pisser un coup. Ensuite tu nous expliques ce qu'est le droit fondamental et la différence avec le droit pas fondamental.

      Malavita avait une définition qui me va bien ou presque : ce qui est reconnu par les accords internationaux (et encore, ça se discute).

      Quant à éructer.

      Supprimer
    15. Bon, va donc en cellule de dégrisement, tu racontes toujours autant de conneries. Le droit fondamental n'a pas grand chose à voir avec le droit international qui est le plus souvent une coquille vide car ne bénéficiant d'aucune souveraineté. hein ! Raison pour laquelle les contrats internationaux mentionnent qui sera l'arbitre. Maintenant, j'ai piscine et autre chose à faire que de me farcir un gros plouc borné et mal comprenant dans ton genre.

      Supprimer
    16. J'espère que tu arrives à faire bouger tes oreilles. Ça te donnera une raison de te couvrir de ridicule.

      Tu peux aussi répondre à la question : qu'est ce qui définit juridiquement le droit fondamental ?

      Tu auras aidé les gros cons ivrognes.

      Supprimer
    17. "Le droit fondamental, ça ne veut rien dire"

      Ca c'est de toi, nulle part je l'ai écrit. La conclusion c'est que soit tu es un crétin, soit que tu es malhonnête. Je pense que tu es les 2, ce qui se renforce mutuellement. J'ai lu quelques articles sur ton blog à chier, et tu fais les mêmes erreurs sur le plan économique, raison pour laquelle tu idolâtres Hollande qui s'enfonce dans la même connerie que toi. Le fait flagrant est que tu ne comprends rien au droit et rien à l'économie, et que tu t'en vantes, tel un beauf merdique imbu de sa connerie insondable.

      Supprimer
    18. Ok.
      Les débats sont clos.
      Merci bien.

      Supprimer
    19. La discussion tourne en rond et je vais me barrer. Néanmoins je vais t'expliquer. Didier Goux et la taulière sont des amis de la vraie vie. Malavita et Didstat ne sont pas trop éloignés mais je ne les ai jamais rencontrés. Ils ont donc une tendance naturelle à me défendre. C'est humain. Tu passes donc pour un gros con. C'est humain aussi d'autant que nu n'as répondu à aucune question. Troller est un art !

      Supprimer
    20. Pour ce qui est de ne répondre à aucune question, tu te poses bien là le Jegoun. Non seulement tu ne réponds à aucune question, mais tu te fais un honneur à tout mélanger. Ton discours sur la vraie vie est encore une grotesquerie rhétorique sentimentaliste qui ne peut abuser que les niais de ton espèce mal dégrossie. Pour ce qui est de troller, je crois bien que tu en connais un rayon. Pour ce qui est de te promouvoir comme un gros con, je crois encore que tu te sous estimes, ainsi que les capacités d'autrui, telles que tu les présumes, à te considérer comme tel de par l'évidence de tes incohérences.

      Supprimer
    21. "Didier Goux et la taulière sont des amis de la vraie vie."

      Et alors, qu'est ce qu'on en a à cirer. Ce serait pour ça que vous ne dites pas des conneries ?

      On est potes, donc ceux d'ailleurs sont des cons et des trolls par définition ? C'est exactement ce qui définit le nationalisme, le tribalisme, voire plus si affinités. Si ce blog est réservé aux "potes" de "la vraie vie", alors qu'il le dise clairement. On saura de quoi il s'agit. Mais quand j'entends un gus me parler de la vraie vie à lui et de "ses" potes, je me dis qu'il y a anguille sous roche, un truc qui pue la saloperie la plus pourrie et nauséabonde.

      Supprimer
    22. Non, c'est pour ça que tu passes pour un con. Cela étant, la taulière a sifflé le cessez le feu. Un peu de respect.

      Supprimer
    23. Non quoi ? C'est toi qui passe pour un con à force de vouloir faire passer les autres pour des cons. Tout ce qu tu racontes est idiot, donc logiquement, à la fin, c'est toi le con. Je respecte la taulière, et c'est pour ça que je signale que tu es un sinistre imbécile.

      Supprimer
    24. "amis de la vraie vie"

      Va lire du Heidegger, crétin inculte et vaniteux, et tu comprendras dans ta gueule ce que peut signifier la "vraie vie" et ce qui en résulte de dire de telles conneries. Connard d'ivrogne, va te faire mettre avec des gravillons. Un jour viendra où tu seras pendu haut et court au nom de la "vraie vie", pas la tienne mais celle qu'on t'imposera de force, mais toi tu seras pendouillant au bout d'une corde avec ta langue pendante de gros porc satisfait .

      Supprimer
    25. Qui a remis cent balles dans la machine ? Un con pareil, je m'incline ! Bravo taulière.

      Supprimer
    26. Oui j'arrête, Jégou est un inculte prétentieux, comme tout les incultes, qui croit avoir trouvé la révélation dans les bistrots au fond de ses verres vidés. Cette pauvre épave intellectuelle et physique ne mérite que le silence du mépris. Il a la tronche parfaite du mec buté.

      Supprimer
  4. Vous semblez regretter que tous les hôpitaux ne pratiquent pas d'IVG ("des hôpitaux qui ne pratiquent pas tous l'IVG", comme si c'était une anomalie, voire un scandale) ; vous voudriez donc que toutes les structures hospitalières, même les plus petites, disposent d'un service dédié aux IVG, ce qui suppose des locaux, des lits, du matos et du personnel, même si on se limite aux hospits de jour.
    Primo vous n'aurez jamais l'enveloppe adéquate, mais quand bien même, rêvons un peu : à l'hosto de proximité en zone rurale, à St Cucugnan sur mer (à l'ouest de Perpète lès Gonades) avec une population vieillissante (à la louche 6 femmes sur 10 sont ménopausées), on va se retrouver avec un service flambant neuf qui va réaliser moins de 8 actes par mois ; or un service qui pratique rarement devient très vite un service qui pratique mal, donc un service dangereux-c'est pour cette raison qu'on ferme les petites maternités...
    Vous voyez donc que ce n'est pas seulement une histoire de droit (et de symboles à la noix comme une résolution parlementaire dépourvue de toute portée concrète) et de mentalités.

    RépondreSupprimer
  5. je ne peux pas ne pas la remercier d'avoir eu le courage de mener ce combat pour les femmes face à une Assemblée remplie d'hommes.
    Vous allez dire que je chipote mais cette assemblée remplie d'hommes (tous des salauds, des soudards ?) l'a tout de même votée, la loi Veil, non ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'autant que si Mme Veil a été amenée à faire et à défendre cette loi, c'est avant tout parce que Giscard d'Estaing (encore un homme) l'a voulue.

      Supprimer
    2. Oui mais il n'arrêtait pas de baiser. Sans scooter néanmoins.

      Supprimer
    3. J'ai juste écrit qu'elle avait eu du courage de défendre sa moi devant une assemblée d'hommes.
      Je n'ai pas dit que tous ces hommes étaient des gros machos hein.

      Supprimer
  6. Merci aussi à vous pour ce billet qui révèle encore que rien est acquis dans le respect de la dignité humaine. Jouer sur les mots pour cacher ses convictions, ça ne trompe personne mais tout ça n'est pas grave...les femmes feront en sorte de ne jamais revenir en arrière.....et la sémantique, on s'en fout un peu. Les saloperies que certains ont pu dire à Simone Veil, évoquant même les camps de concentration ...les mêmes réacs pourris qui ont insulté Christiane Taubira....mais dans les deux cas ils sont tombés sur des sacrés personnalites.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas d'accord Didstat. C'est bien parce que je suis pour l'ivg et le droit des femmes à pondre des mômes si elles veulent que je fais attention aux mots. Je ne joue pas avec. Dire que c'est un droit fondamental est jouer avérés mots ont un sens. Polémiquer sur la sémantique ne sert à rien.

      Disons les mots tels qu'ils doivent l'être. En gros : un embryon n'a pas de conscience. Alors on il fait se demander quand commence la conscience. Comme on ne sait pas si c'est entre l'obtention du droit de vote ou la division d'une cellule en deux, on peut la placer à une date arbitraire que la loi fixe, de mémoire, à 12 semaines après la fécondation, ce qui peut se discuter. Parce qu'a priori tant qu'un être humain n'est aimé par personne, peut on le considéré ainsi.

      C'est ainsi (bis) que dans nos campagnes, il y a une centaine d'années, on donnait les bébés non voulus à manger aux cochons ce qui nous fait une ivg à 36 semaines.

      Vous allez me dire que je suis immoral mais c'est exactement ce que pensent de vous les opposants à l'ivg.

      Supprimer
    2. @didstat "évoquant meme les camps de concentration" Parce que le point godwin n'est pas l'argument number one du gaucho quand il débat avec un réac, non, non "les memes réacs pourris qui ont insulté taubira" On devrait avoir le droit d'insulter taubira du moment que les insultes ne soient pas déshumanisantes ou menaçantes, point barre Je ne parle pas de racisme ou d'incitation a la haine, ces notions la sont tellement floues et mal définies qu'elles peuvent recouvrir tout type de propos ( le simple fait de dire que les noirs courent plus vite et sont plus costauds peut vous envoyer en prison)

      Supprimer
    3. on donnait les bébés non voulus à manger aux cochons ce qui nous fait une ivg à 36 semaines

      Ah oui, mais attention : 36 semaines d'aménorrhée et 36 semaines de grossesse, c'est pas la même chose-dans le 1er cas, c'est un prématuré, alors ça compte pas...

      Et à 12 semaines de grossesse, pas plus de conscience que de beurre en broche, la neurulation étant loin d'être terminée ; et surtout, on s'en branle de ce que fixe la loi : la réalité matérielle des choses ne dépend pas du législateur (il me semble avoir déjà pondu un ou des commentaire(s) à ce sujet sur ce blog, si la taulière pouvait les retrouver...)




















      Supprimer
  7. des hôpitaux qui ne pratiquent pas tous l'IVG

    En oubliant de rappeler que des centaines de centres spécialisés ont fermé lorsque les socialistes étaient aux commandes. Ou lorsque les vœux pieux se heurtent à la dure réalité budgétaire...

    RépondreSupprimer
  8. Amusant que le nabot ait essayé d'abolir la contraception des mineurs quand on sait que sans la pilule et l'avortement, celle qui est sa femme aujourd'hui aurait une demi-douzaine de gosses d'une dizaine de pères différents...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah... Mais était-elle mineure quand elle a fricoté avec Lenny Krawitz et Mick Jagger?

      Supprimer
    2. 6 enfants (1 demi-douzaine) & 10 géniteurs ? Où est-ce qu'il a appris le calcul et la biologie, le François ?!

      Supprimer
  9. Je me suis mal exprimé, je voulais dire que je trouve assez drôle de voir Talonnette 1er racler la fosse septique des anti-IVG quand on regarde le passif de sa moitié.

    Malavita → une vaine tentative d'exagération (faudrait vraiment que je dorme, je dis beaucoup de conneries ces temps-ci -enfin encore plus que d'habitude-).

    RépondreSupprimer
  10. je crois que l'expression "droit à disposer son corps", sans être fausse, est maladroite. Parce que dans ce cas particulier ce dont une femme dispose c'est de son corps recelant un au-delà POSSIBLEMENT tangible, une vie humaine, rien de moins. Et c'est sur cet au-delà que chaque un qui EN PARLE projette ses fantasmes propres : ceux qui criminalisent la femme enceinte désireuse d'avorter ne font rien de moins que convoiter le futur enfant pour leur propre compte, leur propre satisfaction, leur propre apaisement personnel.
    Le fait est que la femme, seule, peut décider. Pas au sens de ne tenir compte d'aucun avis, bien au contraire elle se sait est au centre d'un faisceau d'autres désirs que le sien, à commencer par celui sans qui rien ne pourrait démarrer dans son propre corps.
    Quand je dis "la femme, seule", c'est au sens d'une ultime, extrême, et incontournable solitude psychique : seule celle qui porte en son corps une possibilité de vie est en capacité DERNIERE, IN FINE, de pressentir si ce sera, pour des raisons qu'elle seule peut connaître, du coté du bonheur ou du malheur.
    Et d'en prendre la responsabilité.



    RépondreSupprimer
  11. Bonjour Elody,

    Simone Veil est une grande dame et on ne se rend pas compte à quel point. Alors, c'est bien de le signaler.

    Sinon, c'est dommage que les commentateurs s'engueulent sur des distinctions droits fondamentaux/universels, somme toute assez théoriques. Je suis pas juge de paix, mais simplement pour info:

    - Point commun entre les deux: droits considérés comme suffisamment importants pour être distingués du droit commun en leur accordant une valeur supérieure dans une hiérarchie juridique (oui, c'est bête, hein?).

    - Différences:

    Droit fondamental: droit considéré comme essentiel et attaché à la personne même de son titulaire, en général sans autre condition que sa seule existence en tant qu'être humain. Concrètement ça recouvre les droits de l'homme et les libertés.

    Pour en bénéficier, il suffit d'être.

    Droit universel: même type de droit que précédemment, mais en outre, droit auquel les Etats ou le législateur national souhaite conférer un caractère d'universalité: partagé par tous et opposables à tous dans une communauté d'Etats. Concrètement, ça recouvre des droits inclus dans des déclarations type ONU 1948 ou des conventions internationales type CEDH.

    C'est le fait qu'une communauté d'Etats s'engage sur un droit qui confère l'universalité, en pratique (l'universalité se fait mieux à plusieurs).

    Sinon, un Etat, tout seul dans son coin, peut toujours proclamer que tel droit est universel, si ça lui chante. Mais dans ce cas, cette proclamation aura surtout une portée politique ou philosophique. Ainsi, la France révolutionnaire proclamait volontiers le caractère universel des droits et libertés qu'elle avait institués, mais elle le faisait au milieu d'une Europe qui lui avait déclaré la guerre et qui refusait précisément que ces idées se répandent.

    En son temps, l'URSS avait aussi proclamé l'universalité du droit issu du communisme (si, si), mais de notre côté du rideau de fer on s'en foutait royalement.

    En fait, la vertu première de l'universalité est essentiellement proclamatrice ou, si l'on veut être mauvaise langue, performative.

    Vous voyez, c'était pas la peine de se crêper le chignon.

    A part ça, l'expression "droit à l'avortement" est trompeuse car elle peut faire croire qu'il s'agit d'un "droit à" c'est à dire un droit de créance, ce qui suppose un créancier (la femme) et un débiteur (la société) unis dans une relation d'obligation où l'un doit faire, ne pas faire, ou donner qque chose à l'autre sous peine de dommages et intérêts.

    En réalité il s'agit d'un "droit de", un droit objectif, qui se traduit concrètement par le droit d'accéder à une prestation médicale dans le cadre de l'exercice légal d'une liberté, celle de disposer de son propre corps.

    L'équilibre des droits et obligations se distribue ainsi:

    - la société met à disposition des intéressées la prestation médicale, parce qu'elle s'y oblige en application de la loi;

    - Les intéressées exerce librement le choix d'accéder à cette prestation et, si elles le décident, ont la garantie d'y accéder en application et dans le cadre de la loi.

    L'efficacité du système est subordonnée à l'existence de moyens matériels, humains, intellectuels et bien sûr financiers, afin d'assurer l'effectivité de l'accès à la prestation.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bref.
      Si j'avais su, j'aurais écrit:
      "L'IVG doit être un droit fondamental, c'est pourquoi et je salue l'initiative des députés" blablabla...
      OU
      "Je suis d'accord avec les députés qui considèrent que"... blablabla
      J'aurais eu 6 commentaires et basta.

      Supprimer
    2. Ben euh... c'est ce que tu as fait en gros. Et tu as eu 70 coms. Beaucoup parce que Nicolas et Lolbis se sont engueulés, tu me diras. Ca fait du flux.

      Sinon, tu peux très bien dire que l'avortement est un droit fondamental, puisque ça correspond à une vérité sociale. L'adjectif appartient à tout le monde et il a un contenu symbolique plus important que son contenu juridique strict, un peu ésotérique. Ici, ce qui compte, c'est le symbole: réaffirmer l'importance concrète de ce droit.

      Perso, je te chipoterai pas là-dessus.

      Supprimer
  12. je ne t'envie pas, Elody, de te taper une telle assemblée... ça sent mauvais.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Une telle assemblée"?
      Aucun problème. Jegoun est un pote comme tu le sais. Quant aux 2-3 réacs qui se sont égarés ici, pas de souci hein, c'est comme d'hab.

      Supprimer
    2. Ce qu'il y a de rigolo, c'est que je parle de ton billet et de celui de Koltchak dans mon blog mais je ne vous mets pas en lien car je ne veux pas vous "stigmatiser" (ou du moins vos commentateurs).

      Par contre, j'ai mis en lien le billet de Didier où il fait un lien vers ici. Et je dis dans mon billet à mes lecteur de lire celui de Didier, ce n'est pas un lien de complaisance mais un lien pour qu'on clique, quoi !

      GDC arrive ici environ une demi-heure après la diffusion de mon billet. Donc la probabilité pour que GDC arrive dans ton billet sans être passé par le mien puis celui de Didier est relativement faible... Admettons 20%.

      Dans le 20% qui reste, la probabilité qu'il vienne expressément lire les commentaires ici parce que j'ai dit dans mon billet que j'ai trollé est très forte.

      Supprimer
    3. Ça se peut en effet car GdC ne vient plus ici et il m'a bloquée sur Twitter!

      Supprimer

Vous qui passez par là, ne restez pas anonyme et choisissez au moins un pseudo.
Et si vous voulez balancer du lien, intégrez cette balise