04/05/2012

Ce moment où tu comprends que rien n'est joué


-- Allô, ça va?
-- J'te dérange pas?
-- Nan.
-- Bon alors comment tu le sens dimanche? C'est plié hein? On va gagner ?
-- Franchement? J'y crois... J'espère même... Mais rien n'est joué.
-- Rrrrôôô ben quand même...
-- Nan... Faut rien lâcher



Voilà en quelques mots le résumé de ma dernière conversation téléphonique avec une amie, socialiste comme moi.

Rien n'est joué.

Oui les sondages sont bons... Mais pas question de les transformer en victoire anticipée.
Oui Nicolas Sarkozy s'enfonce chaque jour un peu plus dans une campagne de caniveau. Son discours s'est encore resserré - si tant est que cela soit possible - sur les immigrés, les tribus, les journalistes: "ces vendus! Tous de gauche!"
Oui l'UMP alimente cette campagne, relaie les propos de son candidat, se les approprie et les détourne dangereusement, comme en témoigne ce tweet de Malika Salim, posté ce matin, retiré depuis, mais que certains internautes ont capturé à temps:
Alors on parle de "dérapage".

Mais un dérapage, ça se contrôle non?

Donc deux possibilités:
  • Soit, on contrôle pas et on passe pour un con. Dans ce cas-là, mieux vaut éviter toute prise de parole publique.
  • Soit, on maîtrise et on assume ce qu'on dit. Dans ce cas-là, on passe vraiment pour un con de droite extrême tombé au fond du caniveau.
Alors non: rien n'est joué.
 
Parce qu'avec ce genre de déclarations d'amour aux électeurs les plus racistes ou les plus apeurés par des hordes d'étrangers et des tribus de barbares qui viendront manger notre pain, voler nos sacs à main, prendre le boulot de nos enfants; et bien on n'est pas à l'abri d'un retournement des sondages et d'un retournement de la tendance.
Ils en rêvent à droite et c'est bien légitime puisque le vent leur est mauvais en ce moment.
 
Cette désespérance et cette crainte de la défaite les font sombrer dans la méprisance, si chère à Nicolas Sarkozy.
 
A la guerre comme à la guerre, tout est permis.
A noter que depuis quelques jours, elle ne tweete plus des masses Nadine. Elle retweete son mentor ou se contente de répondre à son fan-club.
Quand à l'océan de vulgarité gauchiste sectaire.... Et bien ça me laisse sans voix de la part d'une élue qui s'exprime davantage comme une charretière et qui défend le sectarisme de Nicolas Sarkozy en matière de progrès social.
Les vannes (au sens propre comme au sens figuré) sont ouvertes, encore, jusqu’à ce soir minuit.
  • Jusqu'à ce soir minuit, on peut se préparer à vomir, à recevoir aussi des flux d'invectives et d'outrances, balancés à la pelle à la face des militants socialistes.
  • Jusqu'à ce soir minuit, on a le droit de balancer des flux d'invectives à la face des militants UMPistes.
  • Jusqu'à ce soir minuit, certains pourront suivre les interventions et les prises de parole publiques de tous-tes les politiques pour peut-être faire leur choix.
  • Jusqu'à dimanche 20h, ils pourront lire et relire ce qui a été dit ces derniers mois, ces derniers jours, ces dernières heures.
D'autres se décideront une fois dans l'isoloir.
 
Mais je leur pose la question:
 
Vous qui vous apprêtez à voter Nicolas Sarkozy: est-ce que vous êtes prêt-e-s à repartir pour 5 ans avec quelqu'un qui montre du doigt votre voisine, votre père, votre père, peut-être même vos amis?
  • Quelqu'un qui crache sur les chômeurs en les traitant d'assistés?
  • Quelqu'un qui n'accorde de l'importance qu'au "vrai travail"?
  • Quelqu'un qui compare les flux migratoires à des hordes de tribus communautaires?
  • Quelqu'un qui réduit les immigrés et les étrangers aux seuls musulmans?
  • Quelqu'un qui méprise le féminisme?
  • Quelqu'un qui nie fricoter avec le monde de l'argent quand toutes les preuves démontrent le contraire?
  • Quelqu'un qui refuse d'affronter son destin et qui se cache derrière son immunité présidentielle?
  • Quelqu'un qui ne sait s'entourer que de gens comme Claude Guéant, Nadine Morano, Jean-François Copé, Valérie Rosso-Debord, Patrick Buisson, Henri Guaino... etc?
On vote pour un homme oui c'est vrai.
Mais il est impossible d'occulter l'équipe dont il va s'entourer.
Et moi, cette équipe, je n'en veux plus.
Je veux en changer.
L'heure est venue.
Le changement c'est dimanche

4 commentaires:

  1. Je sens qu'on est dans le même état.

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour,NS a franchi la ligne bleue (Marine)etcomme disait #N_domenach #LNE même si FH gagne, ça va être dur de recoller les morceaux.

    PS:votre voisine, votre père, votre père, peut-être même...

    RépondreSupprimer

Vous qui passez par là, ne restez pas anonyme et choisissez au moins un pseudo.
Et si vous voulez balancer du lien, intégrez cette balise