La comparaison s'arrête là

Sarkozy Hollande
Tous les matins, je regarde La Matinale. Comme une petite vieille, j'ai mes habitudes. Heureusement, je n'ai pas encore sombré dans Télématin, ni le Télé-Shopping... Un jour peut-être.

Bref.

La nouvelle équipe est pas mal. Autant j'avais été la première à critiquer Ariane Massenet au Grand Journal, autant j'étais la première à émettre des doutes quant à ses capacités à remplacer Maïtena Biraben dont je suis fan, autant je suis la première à constater qu'elle s'en sort vraiment bien Ariane Massenet.

Mais alors par contre, Apolline de Malherbe... Euh... Pour remplacer Caroline Roux... Euh, c'est pas gagné.

Mais bon, laissons-lui le bénéfice du diesel en se disant que d'ici quelques semaines, elle sera plus... Plus... Qu'elle aura un peu plus la... la pêche quoi.

Donc, Apolline, elle a deux chroniques: le billet politique et l'interview politique.
Et ce matin, dans son billet politique, vidéos à l'appui, elle nous a démontré a essayé de nous démontrer que François Hollande "faisait du Sarkozy": rapport à sa visite nocturne à Echirolles hier soir.

Comprenez que "faire du Sarkozy" est censé être l'insulte suprême quand on parle de mon Président, moi la gauchiste.

Mais bon.

Elle a donc comparé cette visite avec celle Nicolas Sarkozy à Argenteuil le 26 octobre 2005.

Nicolas Sarkozy était alors Ministre de l'Intérieur, et il était tout à fait normal (selon moi) qu'il se rende dans les banlieues après les violences qu'elles avaient connues. D'ailleurs, j'étais la première en 2005 à m'étonner que le Président de la République n'ait pas accompagné son Ministre. Bref.

Vous ne voyez pas de quoi je parle? Mais si, faites un effort:

"Vous en avez assez? Hein? Vous en avez assez de cette bande de racailles? bah on va vous en débarrasser"
Et hier soir, François Hollande à Echirolles, ça a donné ça:


A une femme qui l'interpelle pour lui dire qu'il ne faut pas que ces deux jeunes soient morts pour rien, voici ce qu'il répond:
"Il ne le seront pas. Et bien ils [les habitants] ont droit à la sécurité et c'est ce que je suis venu leur apporter. Sécurité, justice et réussite..."
Voilà.

La comparaison s'arrête là.

Vous aimerez aussi

19 commentaires

  1. Je ne suis pas un numéro2 octobre 2012 à 10:38

    trop fort ces petites fausse phrases de comm répétée pendant des heures avec le staff

    très joli enchaînement : visite un jour, police qui arrête des gens le lendemain devant toute la presse convoquée par le.ministère

    Et là je pense qu'on peut finir la comparaison

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si vous voulez. Je dis juste (mais excusez-moi d'accorder de l'importance aux mots) que la façon de s'exprimer n'est pas la même.

      Supprimer
    2. Je ne suis pas un numéro2 octobre 2012 à 10:52

      Oui les mots ne sont pas pareil.
      C'est juste de la comm

      Supprimer
    3. "Sécurité, justice et réussite"
      hum. rien que ça.

      à la décharge de Sarkozy, quand on voit la vidéo de l'épisode "racailles au karcher", il reprenait juste les termes d'une dame qui parlait avant lui.

      Hollande aurait pu se contenter du mot justice, la seule promesse au moins en partie réalisable. Parce que la sécurité, sans mettre les pieds dans le plat et dire les mots qui fâchent, ça va être très très très difficile.
      Ces agressions pour un regard, je ne vois pas comment plus de sécurité pourraient gérer ça. Il y a un ensemble de comportements agressifs primaires (change de trottoir quand je te croise, t'es pas dans ton quartier ici, mec) qui ont largement débordé de la banlieue (tous les enseignants s'en plaignent peu ou prou) qui posent des problèmes de sécurité et pire encore quand ils vont jusqu'à la barbarie.
      Des reportages sur ce meurtre terrible, ce qui m'a le plus choqué était la réaction de la mère de Kevin qui disait "ben quand on veut virer un jeune du quartier, on le tape un peu, on lui fait un peu mal, quoi, on ne le tue pas". Et cette dame est pédiatre, donc ce n'est pas la pauvreté, le manque d'instruction, qui la font parler ainsi. La pauvre, hébétée devant les caméras, elle disait peut-être ça comme on dit n'importe quoi sous le coup de la douleur, mais cette banalisation de l'agression en bande (phénomène qu'on a qualifié de fantasme sécuritaire pendant longtemps, et même maintenant) me semble aussi horrible que les morts qui surviennent par fatalité, quand on a frappé un peu trop fort.
      La solidarité d'une partie des habitants avec les bandes violentes est assez inquiétante, aussi.
      Donc, Hollande, s'il n'a pas le même langage, est confronté au même problème: droit à la sécurité dans les banlieues, comme pour tous. Ce qui ne se fera pas sans grincements de dents, si ça se fait, au moins un peu.
      Laissons lui sa chance, et un peu de temps... On a accusé la droite sarko d'instrumentaliser l'insécurité. Il n'est pas sûr que l'insécurité soit si instrumentalisable que cela, la surdélinquance dans les banlieues ne va pas s'atténuer sous l'effet d'un langage respectueux et apaisant. C'est déjà bien, mais ça ne suffira pas pour les victimes.

      Supprimer
    4. @Je ne suis pas un numéro => Oui c'est de la com. Mais ce n'est pas négligeable. La com c'est important je crois.
      @Suzanne => sur le fond du problème, nous sommes d'accord. Mon billet ne visait qu'à souligner deux répliques considérablement différentes sur le fond je trouve. Mais ce n'est que mon avis.

      Supprimer
  2. j'ai fait un peu le même billet. J'attends les actes.
    Nicolas m'a répondu sur la sérénité de Hollande, peut-être faut-il aller dans ce sens
    biz

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas vraiment le même billet, et la réponse aux commentaires est... habituelle. "La société est violente partout, il n'y a pas plus de délinquance en banlieue qu'à la campagne, c'est une question de pauvreté, même si les statistiques prétendent autre chose pour alimenter le racisme." ouais bon.

      Tant qu'il y aura ce genre de raisonnement, visant à victimiser ceux qui n'en ont tellement rien à cirer de leurs victimes qu'ils les butent pour un regard de travers, sous l'oeil d'un entourage qui a peur de les dénoncer, on se contentera d'attendre, mais attendre quoi ? Que la gauche nous débarrasse du Sarkozysme pour construire une société plus juste ?
      Ben... hop, faudrait se réveiller un petit peu.
      La façon de parler de Hollande est meilleure, ça c'est sur. Quant à la façon de faire (ou ne pas faire...) on verra bien !

      Supprimer
    2. Ah mais tout à fait! On verra bien!
      J'ai répondu à Rosaelle sur son blog.

      Supprimer
  3. Apolline de mes deux mériterait un bonne claque.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Apolline?
      Mais elle n'a pas commenté ici?

      Supprimer
    2. Putain que je suis bête! Je pensais à notre copine Apolline la blogueuse... Je suis complètement à la rue!

      Supprimer
  4. La noblesse et ses bataillons de stagiaires désœuvrées.

    RépondreSupprimer
  5. Quand la Villeneuve, Echirolles, a été construite c'était un chef-d'oeuvre. Tout y avait été pensé pour le confort et le bien-être de ses habitants. Les apparts, souvent des duplex avec terrasses, des placettes arborées et tout.
    J'ai failli y habiter.
    Et puis lentement, inexorablement, c'est devenu la Zone ... c'est bien que Hollande y soit venu, les mots prononcés sont les bons, mais ...
    Il y a si longtemps que les banlieues sont abandonnées à leur triste sort.
    Y a-t-il encore une solution pacifique ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les mots sont les bons: nous sommes d'accord. Et pour le reste, je me pose les mêmes questions que toi :-(

      Supprimer
  6. La comparaison porte sur le niveau scolaire, ça change tout!

    RépondreSupprimer

Vous qui passez par là, ne restez pas anonyme et choisissez au moins un pseudo.
Et si vous voulez balancer du lien, intégrez cette balise