Mariage pour tous: "J'sais pas... J'aime pas. C'est tout".

mariage homo
On ne parle que ça et c'est normal.

Certains se le prennent dans la gueule, d'autres marchent dessus, d'autres encore l'évitent et certains vont sans doute carrément le contourner.

Mais on verra ça en 2014.

En attendant, on pense au reste, au quotidien, au sociétal. Et on refait le monde entre potes avec en vrac:
  • Le mariage pour tous
  • Les frais bancaires
  • La taxe d'habitation
  • Le chômage
  • Les prix de la rentrée littéraire
Parce que clairement, avec les potes, c'est pas du rapport Gallois qu'on cause. Nan.
On parle de ce qu'on voit au bout de notre nez et de tout ce sur quoi on peut avoir un avis.

Le mariage pour tous par exemple.

Après réflexion, j'en suis à me demander si c'est pas cette expression même de "mariage pour tous" qui pose problème aux plus réacs ou plus simplement à ceux qui sont contre. Car prise au pied de la lettre, certains imaginent des scénarios de mariage loufoques, incestueux, polygames ou zoophiles: pour tous quoi.

Alors évidemment, on leur dit:
"Mais arrête de déconner, fais preuve de bon sens 2 s'condes"
Et là, le réac ou le contre il te répond:
"Oui mais les mots on un sens, les mots sont importants".
Quand enfin tu as fini de tourner autour de ce pot pourri, il te sort:
"Nan mais franchement? Tu crois pas qu'il y a plus important dans la vie que de permettre aux homos de se marier?" 
Et là tu te dis:
"Nan mais What the Fuck?"
Mais comme t'es polie, tu formules le machin autrement:
"Ah ouais d'accord. Alors parce qu'on est dans un marasme sans nom, parce que l'urgence sociale et économique est ailleurs, hiérarchisons les problèmes et votons les lois sociétales quand tout le reste sera réglé?"
Et là, stoïque, il te répond:
"Bah ouais"
D'abord les bras t'en tombent. Ensuite, tu te décroches la mâchoire et quand enfin tu as rassemblé toutes les pièces détachées de ton corps, tu peux lui répondre:
"Franchement? Cet engagement était au programme de la campagne du mec qu'on a élu président. Ça te rappelle quelque chose ou bien? Il n'a jamais dit qu'il ferait un référendum, il n'a jamais dit qu'il s'attaquerait au mariage religieux, il n'a jamais dit qu'il consulterait le peuple ou l’Église pour avoir leur avis. Il leur a annoncé la couleur dans son programme. Et il a été élu. Donc, pourquoi tarder autant? Alors qu'il suffirait de tenir sa promesse et basta. Pas la peine de remuer ciel et terre pour débattre sans fin puisque ça a été débattu pendant la campagne. Et puis c'est pas comme pour le droit de vote des étrangers hein. Pas la peine de modifier la Constitution pour permettre aux homos de se marier."
Mais là, le contre, il est encore sceptique.

Alors je lui demande:
"Mais franchement, entre nous: qu'est-ce que ça peut te foutre que 2 femmes ou 2 hommes puissent se marier?"
Et là c'est le black out. Le trou noir. Et la réponse qui tombe comme une merde au fond de la cuvette des WC:
"J'sais pas... J'aime pas. C'est tout".
Ah OK.

Amis lecteurs et lectrices sceptiques vous aussi, allez voir ce billet et cette vidéo et on en reparle.  

Demain, je vous proposera un dialogue de fin de soirée arrosée sur le chômage ou les frais bancaires, je ne sais pas encore...

Vous aimerez aussi

8 commentaires

  1. Vous des devriez essayer la même chose avec des opposants à cette aberration anthropologique un peu plus intelligents : ça donnerait du relief à votre dialogue. Enfin, de son côté en tout cas, parce que je dois dire que, dans l'échantillon que vous donnez, vos “arguments” ne me semblent pas plus relevés que les siens.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai prévenu hein... Dialogue de comptoir.

      Supprimer
  2. L'intolérance ne s'explique pas... (Mr Goux devrait être assez intelligent pour le savoir non ?)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Certes.

      Mais prenez un pseudo même si vous choisissez Tartempion

      Supprimer
  3. un peu facile... le gentil pro contre l'imbécile anti... Etre contre c'est être fasciste, intégriste, obscurantiste, être pour c'est être moderne. Mais bon, être dans le vent, c'est l'ambition d'une feuille morte... Ce que j'aime dans la démocratie c'est qu'on peut s'exprimer et être respecter si et seulement si, on suit la masse. Hors de la doxa point de salut...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "un peu facile... le gentil pro contre l'imbécile anti... "

      => et pourtant, cet échange est véridique.

      Et prenez un pseudo

      Supprimer

Vous qui passez par là, ne restez pas anonyme et choisissez au moins un pseudo.
Et si vous voulez balancer du lien, intégrez cette balise