16/04/2014

Gattaz le tocard

Je ne vais pas me répandre en invectives contre ce cher monsieur plein de bonnes idées. Mes camarades l'ont déjà fait. Et bien mieux que je ne l'aurais fait avant eux.

Allez les lire:
Tous ces grands penseurs comme Pierre Gattaz qui voudraient dévaloriser le SMIC, le supprimer ou le scinder entre SMIC séniors et SMIC jeunes, me font doucement rigoler. 
  • Combien d'entre eux ont été au SMIC une fois dans leur vie?
  • Combien d'entre eux se sont retrouvés au chômage après avoir touché un SMIC?
  • Savent-ils que quand on est payé au SMIC, une fois qu'on est au chômage, on touche même pas 900€? 
  • Savent-ils que quand on est payé au SMIC, on est quand même imposable?
  • Vivre avec un SMIC, c'est consacrer la moitié de son salaire à un loyer en HLM en banlieue parisienne.
  • Vivre avec un SMIC, c'est consacrer un quart de son salaire à manger, se laver, se soigner, s'habiller, bref: rester digne, présentable et en bonne santé.
  • Vivre avec un SMIC, c'est environ 900€ qui vont aux impôts par an, sans parler de la taxe d'habitation.
Quant au reste de ce faramineux SMIC, il est dédié aux frais de transports (nombreux quand on vit en banlieue parisienne ou en campagne), et aux imprévus qui, comme par hasard, te tombent toujours sur la tronche au moment où tu as le moins de tunes: remplacer le frigo, réparer la cuisinière, emmener le chat chez le véto...

Et après tout ça, bah tu es en-dessous de zéro, à découvert quoi.

Mais ça, ces braves penseurs pleins de bonnes idées, ils connaissent pas. Un découvert? Un quoi?
Et en général, passé le 15 du mois (dans le meilleur des cas), c'est déjà la fin du mois.
Quoi? Un mois, ça dure pas 15 jours?
Bah non.

Et est-ce que ces braves penseurs savent que les salariés payés au SMIC ne sont pas que des sous-diplômés incompétents ou des ouvriers ou des salariés non qualifiés?
Non. On peut être surdiplômé, bosser dans une administration, effectuer le même boulot que certains des ses collègues avec plus d'ancienneté et toucher 2 fois moins qu'eux.
On peut. Oui.

Alors, retirez 15% à tout ça et on aura la réalité d'une vie payée au mini-SMIC rêvé de Pierre Gattaz.
Et ces braves penseurs savent-ils qu'entre deux contrats, quand on est chômage, on touche que dalle pendant 1 mois, voire 2 quand on a l'immense privilège d'être indemnisé par son ancien employeur?

Ces braves penseurs sont des cons.
Monsieur Gattaz est un tocard.

Et, une fois n'est pas coutume, c'est François Bayrou qui résume le mieux ce que je pense des délires de Pierre Gattaz:

"On voit bien que ce n'est pas de leurs enfants qu'il s'agit"

Et je ne vous parle même pas de celles et ceux qui "sont au RSA" comme on dit...

6 commentaires:

  1. Je suis totalement d'accord que le SMIC c'est tout juste pour vivre.
    Donc moins, c'est condamner à la misère et aux agios qui s'additionnent.
    Superbe le nom du hashtag de croisepattes. Et je rajoute : qu'il est blème mon HLM, la voisine du dessus le hash, elle aime !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Exactement... Et le pire, c'est de se dire qu'il y a pire encore...

      Supprimer
  2. Ce que je disais dans mon billet (injustement non linké ;) ), les jeunes sont habitués à travailler en étant sous-payés via les contrats pro et les stages. Gattaz a simplement pensé à leur offrir une augmentation qui n'atteint pas encore le niveau du smic.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oublie réparé!
      Merci Monsieur Gattaz donc!

      Supprimer

Vous qui passez par là, ne restez pas anonyme et choisissez au moins un pseudo.
Et si vous voulez balancer du lien, intégrez cette balise