21/05/2014

Dimanche, fais pas l'con

La campagne des Européennes n'a pas décollé et ne décollera plus. C'est un fait, c'est ainsi. Manuel Valls a beau faire le tour de France et de Navarre, on est tous mous du genou, à gauche comme à droite. On fait le minimum syndical, on distribue ce qu'on a à distribuer.

Mais qui entend-on? Qui truste les médias?

Les eurosceptiques avec Le Pen et Dupont-Aignan.
Les médias se régalent et leur taillent la plus grosse part du gâteau.
Même au Front de Gauche, même chez Nouvelle Donne. Ils ont beau s'acharner sur le terrain, ils sont comme les autres: ils y croient mais ils sont mous du genou.

Et pourtant, on n'a que l'embarras du choix.

Des listes en veux-tu en voilà. Isabelle parle d'objets politiques non identifiés. Elle a bien raison. Des gus qui se lèvent un beau matin et qui se disent:
"Tiens! Aujourd'hui, je me lance dans les Européennes."
C'est la démocratie. Chacun fait bien ce qu'il veut. Mais le débat se retrouve pollué par des gus qui n'auront ni la motivation ni les moyens de se taper des allers-retours à Strasbourg.

Je précise que je ne considère ni le Front de Gauche ni Nouvelle Donne comme des hurluberlus hein. Je respecte le Front de Gauche même si je pense que leur leader craque sévère et de plus en plus fréquemment. Et il craque tellement que même dans les courants qu'on imagine proches de ses positions, personne n'adhère. Comme le disait très bien Dedalus il y a quelques jours:
"Nouvelle Donne ne supporte pas Mélenchon et même le PCF en a sa claque. Et au sein même du PG, les militants sont à couteaux tirés, les uns contre les autres."
  • Le Front de Gauche? Ils auront des sièges, certes. Je mise sur 7%.
  • Nouvelle Donne? J'ai beau avoir une vraie sympathie pour leurs positions, ils ne siègeront pas, je n'y crois pas. Et ça me désole car quelques députés de Nouvelle Donne auraient fait du bien au Parlement.
  • Force Vie? A la rue et c'est tant mieux.
  • Debout la République?  Je parie sur 3%. Et c'est tant mieux aussi.
Et pourtant. Tous ces micro-partis vont se partager 10% d'un électorat qui ne va guère dépasser les 40%. C'est à pleurer. Il n'y a qu'un tour. Les gens semblent l'oublier. Pas d'alliance possible au second. 

Alors faut pas se louper.

Et je suis encore une fois d'accord avec Dedalus:
"Et pour que tout soit bien clair, à part le FN, seuls l'UMP, le Modem UDI, le PS, EELV et le FdG sont susceptibles d'obtenir des élus au parlement européen. Tout autre vote serait encore un non choix, qui profiterait au FN et à son discours de haine."
C'est moche (notamment pour Nouvelle Donne) mais c'est ainsi. C'est particulièrement dans les élections à un seul tour que la notion de "vote utile" prend tout son sens. J'ai toujours pensé ainsi.

Personne n'aura jamais le candidat idéal sous le coude. Personne. Ça n'existe pas. 

Un vote, c'est consensuel. Et plutôt que de voter pour un illuminé qui base son programme sur la dépénalisation du cannabis et qui - quand bien même il ferait 5% - ne mettrait quasiment jamais les pieds à Strasbourg, mieux vaut se poser la question dans l'autre sens et voter contre quelqu'un que pour quelqu'un.

Voter FN parce qu'on est contre l'Europe?

C'est con et ça ne veut rien dire. Comment peut-on être sain d'esprit et voter pour un parti dont le Président d'honneur, lui-même candidat, est en roue libre depuis des années et sort des insanités désespérantes de violence et de connerie?

Comment peut-on décemment croire qu'une sortie de l'euro est possible et viable pour l'économie française? Marine Le Pen et Nicolas Dupont-Aignan nagent en plein délire. La fin de l'euro, c'est une austérité que même dans nos pires cauchemars, on ne peut imaginer. La fin de l'euro, c'est la corde au cou de tous les plus modestes, ceux-là mêmes que Nicolas Dupont-Aignan et Marine Le Pen prétendent vouloir protéger. Ils ne seraient plus modestes, ils seraient pauvres. Et les plus pauvres encore plus pauvres, ne seraient plus rien.

Lutter contre les vilains immigrés qui viennent voler le travail des gentils Français? Foutaises! L'Europe est en marche et ce n'est pas en "fermant les frontières" que ça résoudra ce soit-disant problème, fumeux fantasme des eurosceptiques.

Le bilan de la droite européenne est affligeant et tout le monde le sait. Et ce n'est pas en votant pour des programmes moisis de droite que ça changera. Ça me semble logique.

Quant à voter pour les Le Pen qui mettent les pieds à Strasbourg 2 fois l'an pour leur investiture et le Marché de Noël, ça ne servira à rien sinon à entendre Marine Le Pen vociférer que le FN est le "premier parti de France". Ce serait la honte. 

La honte européenne.

Et ce serait en France.

Alors dimanche, fais pas l'con.

A lire ailleurs:





47 commentaires:

  1. C'est sympa le marché de Noël.

    RépondreSupprimer
  2. « Comment peut-on décemment croire qu'une sortie de l'euro est possible et viable pour l'économie française? »

    Et depuis quand vous vous y connaissez en économie, vous ? si ça vous amuse, je peux vous envoyer lire un certain nombre d'économistes, et pas toujours des moindres, qui expliquent que sortir de l'euro serait tout à fait possible, et que la position "c'est l'euro ou le chaos" est de l'enfumage pur et simple.

    Du coup, je sens que je vais faire le con dimanche…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'inverse m'eut étonnée....

      Supprimer
    2. Sortir de l'euro, c'est comme devenir millionnaire. C'est très facile, il suffit de gagner au loto.
      http://blog.francetvinfo.fr/classe-eco/2014/05/19/sortir-de-leuro-plus-facile-a-dire-qua-faire.html

      Supprimer
    3. Didier, personne ne dit que sortir de l'euro est impossible, il y a simplement de grandes divergences d'analyse dans le rapport coût/avantage.

      Sapir, par exemple estime à 20%/30% la dévaluation du franc et à 5% l'inflation. Donc, quelque chose d'assez idéal pour rembourser de la dette tant en interne qu'en externe, et ça remet tout de suite les entreprises françaises dans la course à la compétitivité-prix, sans avoir besoin de trop investir pour se moderniser ou innover, ce qui tombe bien vu que c'est pas notre point fort, l'innovation.

      Et sur la hausse du carburant à la pompe, il table sur 6% de hausse, pour rassurer la ménagère (le bidon d'essence fait partie du panier de la ménagère).

      D'où reprise économique, baisse du chômage, hausse des exportations, blabla.

      Sapir voit donc la sortie de l'euro en rose, si je puis dire. D'autres économistes n'ont pas cet optimisme. Ils discutent entre eux. La question est ouverte et je pense qu'on a dépassé le stade de l'enfumage.

      Maintenant, faut aussi comprendre que ça reste théorique: les scénarios de sortie de l'euro ne sont plus sur la table. Il l'ont été, mais c'est le passé. Du coup les regards se tournent vers l'autre homme malade du système financier: le dollar.

      On l'avait oublié celui-là.

      Supprimer
    4. Et bien moi, je suis contre la sortie de l'euro. Je suis convaincue qu'elle nous mettrait une grosse claque. Chacun ses références!

      Supprimer
    5. Oui, mais vous, c'est normal : vous êtes perpétuellement ravie du monde tel qu'il est. Ce qui est d'ailleurs une grande force.

      Supprimer
    6. Non. Là, vous caricaturez.

      Supprimer
    7. Chacun ses références, comme vous dites.

      Sapir n'est pas trop la mienne (mais il fait sérieux dans les cocktails, quoique ces derniers temps, il s'est fait doubler par Piketty).

      L'air de rien il table sur des chiffres inquiétants: 20% de dépréciation du franc futur par rapport à l'euro actuel, qui est son estimation basse, c'est simplement énorme.

      Sur l'inflation, il table sur 5%. Il le présente comme un truc facile à avaler.

      En fait, 5% d'inflation, ça se supporte très bien dans des sociétés qui ont conservé les dispositifs d'indexation des revenus sur l'inflation (les retraites qui sont indexées sur l'inflation, ou le salaire des fonctionnaires ou le SMIC). Sinon, ça se supporte très mal.

      Or, c'est justement le type de dispositifs qui a - comment dire?- souffert de la crise.

      Bref, les partisans de la sortie de l'euro, qui se recrutent plutôt dans les classes à faibles revenus, seront les premiers à trinquer. Rien que pour ça, ma perversité naturelle me fait caresser l'hypothèse d'une sortie de l'euro d'une main moite et avide. Juste pour voir, comme ça.

      D'un autre côté, mon attachement viscéral aux valeurs humanistes me fait immédiatement regretter ces pensées légèrement sadiques.

      Heureusement, en vous lisant, je retrouve une sorte de boussole qui, comme dit Didier, est une grande force.

      Vous êtes mon curé de province. En vous lisant, je vais à confesse.

      (ne prenez pas ce com au sérieux, hein?)

      Supprimer
    8. c'est effrayant la paperasse que j'ai recu pour les élections de demain. J'ai vu 12 listes dans ma circonscription. J'ai lu de beaux ramassis de conneries notemment du FN sur le retour au franc (tiens, ils ont oublié le taux de change ou quoi ceux là : 6,56, la dette va exploser facilement et commercialement c'est du suicide surtout avec l'euro qui est une monnaie "forte et anti-inflationniste") et l'UMP qui ne fait que s'opposer au PS car ils n'ont pas d'idée. Et j'ai mis aux orties les partis ne dépassant pas 5% d'opinions car ce serait quand même risible que ces partis représentent la France, il faut avoir un certain poids politique au niveau européen. D'ailleurs, J'ai entendu dire que les autres partis d'extrême-droite des pays européens refusent toute alliance avec le FN jugé trop "hystérique" ou "irrespectueux des droits humains".
      Et j'avoue que j'en ai un peu marre que l'austérité mine le moral des européens : que Schulz soit ! ( Je n'ai pas compris pourquoi Edouard Martin est en tête de liste alors que l'excellente Catherine Trautman qui est compétente n'est que seconde ?!! )

      Supprimer
    9. Pour passer la main? Ou pour le buzz...

      Supprimer
  3. Le souci, pour l'opinion publique et la majorité qui va s'abstenir de se déplacer dimanche, c'est qu'ils ne vient pas l'Europe comme elle est construite, mais comme l'idéal qu'ils n'atteindront jamais. Tout le monde veut d'une Europe sociale et égalitaire. Or, les discours "droitisants" dénoncent cette ingalité. LE travail n'est pourtant pas fait à Bruxelles où on déploye beaucoup de moyens pour différentes causes, mais où on accueille aussi plein de pays qui n'ont pas les épaules pour faire partie de l'Europe, et qui sont en partie la cause des difficultés qu'elle rencontre. A sa création, les pays de l'UE devaient respecter plusieurs critères, dont un équilibre des comptes et une monnaie forte. Même l'Italie n'avait pas ces critères ! Pourtant on a insisté. Et aujourd'hui, parce que l'Europe économique semble devoir reflèter son paysage géographique, on se retrouve coincé.
    LEs eurosceptiques pensent ce qu'ils veulent, mais le Français lambda ne voit pas plus loin que le bout de son nez: et au bout de son nez, l'Europe ne fait pas grand chose pour lui...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'entends bien. Moi perso, dans mon petit quotidien, l'Europe ne fait pas grand chose pour moi. Mais elle ne fait rien contre moi non plus.
      Le bout du nez, c'est aussi ça le problème.

      Supprimer
    2. " l'Europe ne fait pas grand chose pour moi."

      sans l’Europe , y aurait pas de normes et donc encore plus de

      jouets à la peinture en plomb made in RPC
      lait frelaté made in RPC

      etc etc (pas le temps de chercher des exemples)

      Supprimer
  4. Je préfèrerais toujours un votant (hors FN, évidemment) qu'un abstenant. Au dernières élections, j'ai voté blanc, et s'il n'y avait pas eu ces petits partis que vous dénoncez, je pense que j'aurais fait de meême dimanche prochain.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne dénonce pas les petits partis. Ce que je dénonce, c'est la multiplicité des petits partis dont certains n'ont même pas les moyens d'imprimer leurs affiches ou leur bulletin de vote. Il y a donc fort à parier qu'ils n'auront même pas les moyens d'aller siéger à Strasbourg.

      Supprimer
    2. Si vous voulez que vos députés siègent à Strasbourg, il faut surtout changer de pays ; au minimum, ne voter ni PS, ni UMP ni FN. Les autres, on peut leur laisser le bénéfice du doute :)

      Supprimer
    3. C'est un peu radical hein. Tous les eurodéputés ne sont pas des grosses feignasses. Ici en Île-de-France, je n'ai aucun scrupule à faire campagne pour Pervenche Bérès qui fait le job à 100% là-bas.

      Supprimer
  5. Alors votez, mais :
    - ne votez pas pour le FN, d'ailleurs ne votez même pas à droite, sinon abstenez-vous
    - ne votez pas pour un parti si vous n'êtes pas sûr qu'il ait au moins un député

    Est-ce que ça ne serait à cause de discours comme ça que les gens ne vont pas voter ?

    Dimanche je ferai le con, et ça sera pour le NPA.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le système des élections est mal foutu. C'est ça mon problème. Trop de listes tue la liste.
      Et prenez un pseudo.

      Supprimer
  6. Le FN c'est le chien de berger idéal pour les grands partis établis comme le PS et l'UMP .....
    Et ça fait quarante ans que c'est comme ça ...... Le FN rassemble les brebis égarées autour des bons bergers ..... Le FN aboie très fort et les moutons craintifs rejoignent le troupeau des "bien votants" .....
    Attention ! ... Si vous ne votez pas pour nous qui sommes les vrais partis de gouvernement alors on lâche le FN ! ..... Et les braves citoyens votent comme il faut au nom de la "réal politique" .... Mais en politique la réalité est toujours de droite parce que la réalité c'est la loi du plus fort ..... Alors bien sûr le PS fait aussi du social et du sociétal ..... Il faut bien prendre un minimum soin du bétail pour qu'il continue à travailler et à produire ...... Plusieurs milliards d'êtres humains pauvres travaillent et meurent pour combien de super riches déjà ? ..... 70 super riches maximum ........
    Le capitalisme est un totalitarisme ......
    Moi je voterai LUTTE OUVRIERE par solidarité prolétarienne .....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bon alors, là je décode: il faut que je retrouve les 4 catégories et que j'arrive à mettre Lutte Ouvrière au bout du bazar. C'est pas évident! L'imaginaire des gens, c'est quelque chose.

      (...)

      Le (...) c'est la graphie pour dire que c'est un moment d'intense travail intellectuel.

      Dites donc Stéphanie, vous avez oublié une catégorie, la 5ième: le messie!

      Toute économie pastorale a son messie. Il manque un messie a votre histoire de troupeau, de chien, de berger et tout le bordel.

      C'est important ça, le messie. C'est le 5ième élément.

      Bon, maintenant que j'ai un messie dans la boucle, je vais pouvoir mettre LO en fin de truc. Reste à caser les prolétaires et cette histoire de solidarité prolétarienne...

      (...)

      Peuple élu?

      Mais oui, c'est ça! Le peuple des prolétaires, c'est évidemment le peuple élu. Quel con je suis.

      Ok, tout marche: on a les 4 catégories de l'univers délirant de Stéphanie, Moïse, la fuite d’Égypte, le peuple élu, le veau d'or, etc.

      Logiquement, on devrait voir arriver les 10 commandements. Dont le végétalisme. La conversion au végétalisme. Et le reste.

      Supprimer
    2. http://www.assemblee-nationale.fr/13/propositions/pion3169.asp
      Tschok ..... pour information je te signale ce document sur le droit de vote et le handicap mental ...... Donc , je peux aller voter , ne t'en déplaise ......

      Supprimer
    3. J'ai parlé de te retirer le droit de vote???

      Attends, j'me relis.

      Euh... Ben non. Enfin, là tout de suite, j'vois pas.

      Faut que tu fasses gaffe avec le végétalisme, ça provoque des carences alimentaires et après on a des hallus, sans avoir besoin de fumer la moquette.

      Faut bien calculer les machins avec ton diététicien, parce que si tu te goures, ton corps il aime pas ça et tu pars en sucette.

      Perso, je me suis pas converti au végétalisme parce que ça me ballonne. Du coup chuis revenu à mon régime de base: bœuf patate. Et j'ai les végétaliens en sympathie, parce que ça me fait plus de bœuf pour moi, vu qu'ils n'en bouffent pas. En revanche, ils font monter le cours de la patate, mais bon, c'est supportable.

      Supprimer
  7. Je pense qu'il y a des tas de gens qui ne se considérent même plus comme "sujet de droit" et donc ils sont dans une logique de "suicide citoyen" . En tant que citoyens ils ne sont plus rien puisqu'ils ne sont que sujets de mépris de la part du politique ..... Alors l'abstention n'est même plus un choix mais une fatalité : Pourquoi avoir le droit de vote lorsque tous tes autres droits sont bafoués ? ......
    Je crois que les politiques n'ont pas encore pris la mesure de la catastrophe produite par ce qu'il appellent "LA CRISE" et qu'ils s'obstinent à présenter comme un phénoméne naturel comparable à la pluie et au beau temps , genre de discours débile : "Après la crise la croissance va revenir ! Je le sens ! et la courbe va s'inverser" ....... Quel baratin totalement stupide .......
    L'abstentionnisme n'est plus un choix pour bien des gens .... Il est une fatalité "naturelle" . Tout comme la crise finalement .......

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Pourquoi avoir le droit de vote lorsque tous tes autres droits sont bafoués ? ......"
      Attention, l'exagération outrancière est nuisible à une bonne discussion.

      Supprimer
    2. Je n'y vois pas d'exagération .....

      Supprimer
    3. Le mot *tous*, dans *tous les droits*, peut-être ?

      Supprimer
    4. Bon ben faites la liste de vos droits bafoués, avec des exemples précis.

      Nan parce que le discours de la victime de la société qui se plaint toujours, en restant très vague, ça va 5 mn mais après, ça lasse.

      Figurez-vous que vous n'êtes pas la seule à tenir le discours de la petite chose fragile, bousculée par un monde cruel, dangereux et cynique. Faut prendre son ticket, comme à la sécu.

      Et en attendant, remplissez le formulaire, pour qu'on sache à peu près ce qui vous arrive en matière de bafouage de droits, en donnant des exemples précis. Ca permet de recadrer le truc.

      Supprimer
    5. Tschok, je te laisse gérer avec Stéphanie. Moi j'ai démissionné.

      Supprimer
    6. Voyons, Tschok, c'est pourtant, simple, tous les droits, c'est marqué dedans.
      Par exemple, celui-ci est clairement bafoué :
      Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit.
      Elle est inquiète pour ses propres opinions, tu comprends ?

      Supprimer
    7. « Elle est inquiète pour ses propres opinions, tu comprends ? »

      Pourquoi la sympathique taulière serait-elle inquiète pour ses propres opinions, alors qu'elle pense précisément comme il convient de le faire ? Je veux bien qu'on s'amuse, quand on est encore jeune, à jouer les rebelles, les dissidents, les refujniks : ça vous pose un homme (ou une femme), ça vous donne des belles couleurs dans le miroir où vous vous contemplez, ça peut servir pour draguer. Mais enfin, il faut, au moins un petit peu, de temps à autre, sortir un minimum des ornières du monde-comme-il-va. Or, depuis que je lis ce blog – et je le fais assidument –, je n'y vois qu'assentiment béat à tout ce qui naît. Si j'étais méchant, mais je n'y tiens pas, je dirais même que je n'y vois aucune opinion : simplement une révérence perpétuelle devant ce qui advient.

      Supprimer
    8. Mais je ne suis pas inquiète pour mes propres opinions moi hein...
      Et oui, je suis béate. Ça me confère un air niais que j'assume.

      Supprimer
  8. Je comprends.

    Tous ses droits, ça va faire long. Rien que dans le code civil, aux éditions Dalloz, il y a 3136 pages...

    Et le code civil, ce n'est qu'un code parmi d'autres. Wiki précise qu'il y a 75 codes officiellement en vigueur et Legifrance dit ceci:

    "La Direction de l'information légale et administrative (DILA), qui réalise la base des textes consolidés LEGI, a pour objectif l'exhaustivité du fonds documentaire de législation - réglementation nationale, objectif non encore totalement atteint à ce jour."

    La totalités des droits dont peut disposer une personne n'est donc pas totalement connue ni inventoriée.

    Si TOUS ses droits ont été bafoués, à la condition qu'elle commence à faire la liste aujourd'hui, sur un cahier à spirales avec son bic, dans 10 ans elle aura peut être terminé.

    C'est quand même un phénomène: il est super rare de tomber sur quelqu'un dont tous les droits ont été bafoués. C'est plus qu'un complot de la CIA à ce niveau. C'est un vrai acharnement. Ca suppose que toute la société lui en veut personnellement et en même temps, pendant toute la durée de sa vie (vue qu'elle a des droits à la retraite, faut au moins que le bafouage de droit dure jusque là).

    C'est moche.

    RépondreSupprimer
  9. Je n'ai jamais eu aussi honte des 25% de Français qui ont voté FN. Ils ne réalisent pas le danger que ca représente pour eux-mêmes d'envoyer autant d'eurosceptiques.
    Et j'ai été sérieusement fatigué d'entendre les partis condamner le gouvernement en permanence avant de réfléchir à ce qu'ils disent. Egoïsme et fierté mal placée sont l'apanage de trop nombreux français, on a oublié les valeurs humanistes de l'Europe. Quand je repense a Robert Schumann, j'ai vraiment mal pour tous les Français pro-européens en ce moment.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il n'y a pas 25% de Français qui ont voté FN. Il y a 25% de votants qui ont voté FN. Et plus de 50% qui se sont abstenus. C'est ça aussi le problème.

      Supprimer
    2. oui je me suis mal exprimé : 25% des 43% qui ont été voter. soit un peu plus de 17% des français. Et c'était une réaction à chaud après les commentaires sur France 2 qui ont été très très pénibles. Et comme tu dis : que penser quand plus d'un français sur deux ne saisit pas les enjeux d'une telle élection ?

      Supprimer
    3. oulalala, je devrais éviter de calculer le matin : je me suis planté allègrement, ca ferait un peu plus de 10% pas 17%
      mea culpa

      Supprimer
    4. Arrêtez de vous tortiller dans tous les sens comme ça ! Je vous rappelle qu'un sondage a eu lieu la semaine dernière je crois bien. On demandait aux abstentionnistes déclarés pour qui ils voteraient si le vote était obligatoire. Eh bien les résultats étaient les mêmes que ceux qui ont été obtenus hier.

      Par conséquent, c'est bien un français sur quatre (voire sur trois dans certaines régions) qui est derrière le FN, à ce jour.

      Quant aux "enjeux" de cette élection, il n'y en a à peu près aucun.

      Supprimer
  10. J'ai pas honte des 12% de Français inscrits sur les listes électorales (je ne suis pas fier de mon pays,le corollaire étant que je n'en ai pas honte). En revanche, j'ai envie de faire bouffer les unes de l'Express, du Point, du Figaro (et aussi de quelques journaux moins classés à droite, genre l'Obs...) à l'ensemble de la classe politique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ah les unes des journaux, ca a le don de m'irriter prodigieusement en ce moment.

      Supprimer

Vous qui passez par là, ne restez pas anonyme et choisissez au moins un pseudo.
Et si vous voulez balancer du lien, intégrez cette balise