27/03/2012

Quand les apparences sont trompeuses... #musulmandapparence

"Je rappelle que deux de nos soldats étaient… comment dire… musulmans, en tout cas d’apparence puisque l’un était catholique, mais d’apparence, comme l’on dit de la diversité visible."
Nicolas Sarkozy qui a l'apparence d'un homme de bon sens, n'en est en fait pas un.
Il faut se méfier des apparences disait ma grand-mère : "tu sais, l'habit ne fait pas le moine". 
Et bien aujourd'hui, sous la soutane du moine se cache un homme qui a l'apparence d'un président, d'un candidat, d'un Français.
Mais les apparences sont souvent trompeuses car en fait il s'agit d'un homme qui n'a plus la carrure d'un président, qui ne se comporte ni comme un président ni comme un candidat digne de ce nom, et qui est d'origine catholique... Euh pardon, d'origine hongroise et de confession catholique.

Apparemment, être en roue libre, ça ne lui convient pas trop à Nicolas Sarkozy...
Autant ses discours, qui sont en apparence sans surprise, plaisent apparemment à ses militant-e-s et ne sortent pas trop des sentiers battus.
Autant, répondre spontanément à des question ne lui convient pas trop, apparemment en tous cas, puisqu'il se laisse alors aller à des dérapages verbaux qui n'ont rien à envier à celles et ceux qui ne se fient qu'aux apparences pour juger autrui.

Point Godwin
Comme disait Jean Anouillh dans Le Rendez-Vous de Senlis en 1941 : "Les apparences suffisent largement à faire un monde"... Ouais surtout en 1941! Tu m'étonnes!
Hier, Cycee n'était pas fière d'avoir atteint le point Godwin en seulement quelques lignes... Certes... Mais comment l'éviter tant la comparaison paraît évidente?
Comment ne pas penser aux déclarations les plus sordides des années 1930-1945 basées sur des soit-disant études anthropométriques permettant de "détecter" un-e juif-ve dès le 1er coup d’œil?

Changer d'apparence pour sauver les apparences?
Est-ce à cela que vont être réduit-e-s tous-tes celles et ceux qui ont peur de la stigmatisation?
Renier qui on est pour se fondre dans le décor d'un monde qui ne tolère les différences d'apparence que dans les beaux discours ?

Nicolas Sarkozy est désespérant.
Désespérant dans ses paroles.
Désespérant dans ses actes.

Et pas qu'en apparence.

Parce que quand on gratte un peu et qu'on dépasse les apparences, il est toujours :
Désespérant dans ses paroles.
Désespérant dans ses actes.

"Rien n'est si dangereux qu'un imbécile qui a les apparences d'un homme intelligent"
(Edouard Herriot, Notes et maximes inédits, 1961)

2 commentaires:

  1. On en arrive apparemment au point de non-retour. Beau billet, et pas seulement par son apparence.

    RépondreSupprimer

Vous qui passez par là, ne restez pas anonyme et choisissez au moins un pseudo.
Et si vous voulez balancer du lien, intégrez cette balise