Rue du blog, on peut aussi marcher dans la merde

Rue du blog
La semaine dernière, je suis tombée sur Spécial Investigation qui portait sur les Skinheads.

Comme tout le monde, j'avais ma petite idée du machin: rangers, bombers kaki, crâne rasé, des croix gammées en veux-tu en voilà, et une espèce de musique vaguement métallo avec des gueudins braillant dans le micro.

Bref. Mais quand j'ai découvert Serge Ayoub et sa bande de fachos décérébrés, je me suis quand même un peu sentie mal.

Bon enfin, vautrée dans mon canap, pas de quoi trembler non plus.

Diatribe du facho:
"Quand le peuple n'a pas la parole, ni le pouvoir, il lui reste ses poings".
Je crois que je vais me mettre à la boxe.

Et puis ce matin, j'ai appris que le 29 septembre à Paris aurait lieu la manifestation des Jeunesses Nationalistes:
"Contre les zones de non-droit et le racisme anti-blanc: Maîtres chez nous!
Après la révolte des souchiens à Lyon, les Français en marche sur la capitale!
Tous à Paris!"
Note de service: une partie seulement de quelques Français hein.
Car jusqu'à preuve du contraire, je suis Française mais je n'irai pas marcher sur la capitale. J'ai autre chose à foutre merci.

Hier soir, Twitter, la blogo, Jegoun et Rosaelle se sont enflammés suite à un tweet de Rosa.

Je ne vous résumerai pas le débat. J'ai voulu y participer, d'abord en blaguant, et puis comme j'avais une sauterie entre amis, j'ai pas pu poursuivre le truc.
Mais j'aurais bien aimé.

Résultat, je me suis retrouvée taguée à tour de bras dans un débat en 140 caractères dont je n'ai pas compris toute la teneur, mais j'en ai quand même retiré l'essentiel je crois.

Quel rapport avec les fachos?

Ben les échanges portaient principalement sur les réacs et les fachos qui puent du bec et parfois du cerveau et qui ont pignon sur la Rue du Blog.
Faut-ils les faire taire?
Je ne le crois pas.
Faut-ils les dénoncer?
Pourquoi pas, mais pas dans la démesure.
Faut-il les jeter à la vindicte twittosphérique?
Non. 
Je suis tolérante je crois. Mais j'ai mes idées et je les défends. Enfin j'essaie.
Je sais les merdes qui trainent Rue du Blog. Et pour certain-e-s, je fais partie de ces merdes qui jonchent ses trottoirs.

Je m'en fous.

Je n'aime pas les fachos. Je ne les lis pas. Et je les laisse à leurs délires.

Les fachos ou les réacs ne m'aiment pas. Je m'en contrefous tout pareil. S'ils marchent dans la merde, c'est leur problème, ils n'ont qu'à regardé où ils mettent leurs pieds.

S'ils me considèrent comme une merde jonchant la Rue du Blog, ils n'ont qu'à m'éviter ou, à la rigueur, me marcher dessus du pied gauche, ça aussi je m'en fous.
  • Je ne commente pas chez eux.
  • Je ne leur fais pas de pub.
  • Je les laisse à leurs délires.
Dans le débat d'hier, il a été sous-entendu que je défendais le malotru parce que je le connaissais. 
Non, je ne le connais pas.

Et quand bien même je le connaîtrais. J'ai des potes de droite. J'ai des potes de droite droite. J'ai même des potes qui sont tellement à droite qu'il vont finir par tomber dans le trou.

Mais ce sont mes potes. On débat. On se dispute. On s'embrouille. On pourrait même se mettre sur la gueule, mais ce sont mes potes.

Donc je ne pense pas que la dénonciation soit la solution.
J'opte pour le débat d'idées sans prétendre avoir raison.
Chacun sa méthode.
Et enfin dernière question, et non des moindres, posée par El Camino dans un échange de mails perso:

Est-ce que les souchiens font des sous-crottes?

Et comme je pense que oui, je me dis que finalement, si on marche dedans, c'est pas bien grave.

Vous aimerez aussi

10 commentaires

  1. Tout à fait d'accord : tolérance et convivialité ! Même si les réacs détestent cette expression, il faut bien vivre ensemble ! Et surtout il ne faut pas oublier qu'on défend avant tout la démocratie et la liberté d'expression qui va avec...
    Surtout que laisser dire est souvent le meilleur moyen pour que tout le monde se rende compte qu'on dit des conneries (les uns comme les autres...)

    RépondreSupprimer
  2. Froid dans le dos en regardant le reportage sur les skinheads, je croyais connaître pourtant.
    J'ai des amis à droite et de la famille au-delà encore ... mais il me devient de plus en plus difficile de concilier tolérance et convivialité.
    Pourtant ya des années que je m'entraîne !
    Les dernières élections ont "libéré" une parole qui était en embuscade ...
    Pas simple tout ça !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui hein..
      Chacun fait comme il peut avec qui il-elle veut c'est ce que je me dis.
      Quand j'ai pas envie d'écouter ou de lire de la merde je reste chez moi.
      Et pis c'est tout!

      Supprimer

Vous qui passez par là, ne restez pas anonyme et choisissez au moins un pseudo.
Et si vous voulez balancer du lien, intégrez cette balise