10/10/2012

Mariage pour tous-tes… Quand le débat touche le fond. A lire sur @Mediavoxfr

M comme Mercredi // M comme Mediavox.
Lily liste
Le mariage pour tous - Crédit photo : Lily Liste.
Le mariage pour tous-tes est un sujet qui me tient à cœur et que je défends depuis des lustres.

Non pas que je sois une fervente défenseuse du mariage en tant qu’institution. Loin de là !

Mais la semaine dernière, on a eu droit à des déclarations d’élus de droite particulièrement violentes. A la suite desquelles, un ami blogueur appelait au respect.
Au respect dans le débat particulièrement.

En effet, on peut être contre le mariage homosexuel sans être contre les homosexuels et être homophobe par lien de cause à effet.
Certains ne savent même pas très bien pourquoi ils sont contre. Mais ça ne les empêche pas d’être respectueux et respectables.

En revanche, quand je lis ici ou là que le mariage homosexuel, c’est la porte ouverte à toutes sortes de dérives telles que l’inceste, la pédophilie ou la polygamie, je me dis que le débat touche le fond.

Et j’ai du mal à ne pas y voir une dose d’homophobie.

Donc, la semaine dernière, en vrac, on a eu droit à ça :

  • François Lebel le 2 octobre dans son journal municipal : "Comment s'opposer demain à la polygamie en France, principe qui n'est tabou que dans la société occidentale […] Pourquoi l'âge légal minimum des mariés serait-il maintenu ? Et pourquoi interdire plus avant les mariages consanguins, la pédophilie, l'inceste qui sont encore monnaie courante dans ce monde ?"
  • Christine Boutin le 4 octobre sur Europe 1 : "Il est vraisemblable que si on accepte le mariage homosexuel, on sera amené dans les années à venir à accepter la polygamie".
  • Xavier Lemoine le 6 octobre sur le site du journal Le Monde : "Si la loi sur le mariage entre personnes du même sexe est votée, j'espère qu'elle prévoira une clause de conscience qui permettra aux élus de ne pas avoir à rendre cette célébration […] Le mariage, c'est aujourd'hui l'engagement de deux personnes de sexe différent, devant la société, pour accueillir un enfant."

28 commentaires:

  1. Cela revient à dire qu'en autorisant le mariage homo on brise un tabou et que l'on peut penser qu' cassant celui-ci, les autres finiront par tomber aussi.
    C'est ça la bien-pensance.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Certes. Sauf que les autres ne sont pas des tabous: ce sont des déviances. Ce que n'est plus l'homosexualité depuis (officiellement en tous cas) que l'OMS l'a supprimée de sa liste des maladies...

      Supprimer
    2. J'aime t'entendre le rappeler ...

      Supprimer
  2. L'inceste n'est nullement une “déviance”, mais bel et bien un tabou. Du reste, vous reconnaissez vous-même, dès votre phrase suivante, que le concept de “déviance” est pour le moins fluctuant. Par conséquent, en effet, lorsqu'on fait sauter un tabou, il y a de grandes chances pour que les plus enragés des “progressistes” s'attaque ensuite au suivant, puis encore à un autre, etc. L'effet domino, quoi, que l'on voit fort bien à l'œuvre depuis une quarantaine d'années.

    RépondreSupprimer
  3. J'allais y revenir aussi. L'inceste est le tabou majeur, celui qui perturbe l'ordre de la hiérarchie familiale.
    Mais la question se pose : les tabous sont-ils surtout psychanalitiques ?
    Il y a des sociétés, je crois, où ce tabou n'existe pas ?

    RépondreSupprimer
  4. Je réponds à vous deux:
    OK. C'est vrai. L'inceste est un tabou, admettons.
    Et c'est vrai aussi que dans certaines sociétés, ce tabou n'existe pas. D'ailleurs, il n'y a pas si longtemps que ça (1 ou 2 siècles tout au plus), en France, les mariages consanguins étaient légion: particulièrement dans les familles royales, aristocrates, et même dans la haute bourgeoisie dans une moindre mesure.
    Je pense aussi que la loi a un rôle important dans ce débat, en France. Et il y a une différence (en tous cas, aujourd'hui) entre l'homosexualité (légale) et les autres déviances et / ou tabous sexuels (illégaux).
    Bref. Il me semble que plus rien ne s'oppose à la légalisation du mariage gay d'un point de vue juridique, ce qui n'est pas du tout le cas pour les autres "pratiques" mises en avant par les adversaires du mariage gay.
    Et j'ai du mal à voir du progressisme dans la légalisation de l'inceste, de la pédophilie ou de la zoophilie hein! Faut pas déconner quand même.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Citez-moi une seule civilisation humaine où l'inceste ne soit pas tabou ! Comme ça, juste pour voir…

      Supprimer
    2. Le destin de Monique, Claire Brétecher.
      Si vous voulez vous pencher sur la question de la génétique et de l'inceste.

      Supprimer
    3. Je me suis mal exprimée. Je pense que cela reste un tabou mais JE CROIS que dans certaines sociétés, il est moins fort que chez nous. Bref: qu'il serait "moins" tabou quoi...

      Supprimer
  5. Ben C. BOUTIN est mariée avec son cousin germain qui est le père de ses 3 enfants (c'est inscrit sur sa fiche wiki). Donc elle se fout de not'gueule, un peu non ? Perso, je suis pour que les gens aient la possibilité de faire ce qu'ils veulent ! Y compris se marier et pouvoir adopter des enfants. L'amour n'a pas de frontière... Sauf mère porteuse et procréation assistée ; Les enfants naissent de couples hétéro non ? Bon alors foutons leur la paix !!! JBL1960

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Sauf mère porteuse et procréation assistée". Perso, je suis contre les mères porteuses mais pour la PMA.
      Et oui: qu'elle se taise Christine Boutin tiens!

      Supprimer
    2. « Perso, je suis pour que les gens aient la possibilité de faire ce qu'ils veulent ! »

      Celle-là, elle est trop belle ! Je l'emporte chez moi et je vous l'encadre…

      Supprimer
    3. Pour le coup, je suis d'accord avec Didier Goux: c'est un peu expéditif comme formule.

      Supprimer
    4. @ JBL1960, Donc elle se fout de not'gueule, un peu non ? Ben non, je ne vois pas en quoi...

      @ Didier Goux : vous me faites rire ! Existez-vous en comprimé, pour les dépressifs ? :)

      Amicalement.
      Al.

      Supprimer
    5. Al West : non, plutôt sous forme de soluté buvable, que je fabrique sous le pseudonyme de Ricard.

      Supprimer
    6. Ahh, le précipité blanc -pas tant que cela, d'ailleurs, sauf en Grèce, curieusement ^^- c'est donc vous ? Le p'tit jaune et la fée verte, avec lesquels on vous confond parfois, sont-ils vos frère ou cousine ?

      Supprimer
  6. Ben C. BOUTIN est mariée avec son cousin germain qui est le père de ses 3 enfants

    pauvres gosses

    RépondreSupprimer
  7. J'ai un avis hyper intéressant sur la question:

    je m'en fiche.

    Pour ou contre, je ne sais pas, plutôt pas contre pour le mariage des adultes consentants en tout cas.
    Pour les enfants et l'adoption, c'est autre chose.
    Supposons le point de vue de l'enfant: c'est impossible de légitimer, de quelque façon que ce soit, l'utilisation de la mère porteuse. Que ce soit pour les couples homos ou pas, d'ailleurs. C'est impossible de légitimer une transaction financière pour une venue au monde. On rend l'enfant fou, amer, malheureux.
    L'adoption... allons, la plupart des adoptions de jeunes enfants à l'étranger sont des achats. Et quand les enfants le comprennent, quand la question du "combien" se pose, et ils l'apprennent un jour, ils sont gravement troublés. Le nombre des adoptions ratées, de grands enfants qu'on retrouve dans les foyers de l'ASE, est important. Et l'adoption des enfants de plus de sept ans, qui , eux, sont officiellement abandonnés et auraient tant besoin de nouveaux parents, ne fait pas courir les couples en mal d'enfant. Il y en a beaucoup, en France, qui seraient adoptables, mais dont personne ne veut. Aux Etats-Unis, ces enfants n'intéressent que les couples homosexuels, et sont adoptés par eux. Quand on leur demande leur avis, après, ils sont plutôt contents. Ce n'est pas rien.




    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi non plus, je ne suis pas "pour" les mères porteuses, quel que soit le couple d'ailleurs. Pour l'adoption, je te rejoins sur certains point mais on ne peut pas nier que les homos comme les hétéros peuvent nourrir l'envie d'être parents. Il faut donc bien trouver une solution légale à cette revendication.

      Supprimer
    2. je suis pour l'adoption dans un cas :
      que le conjoint puisse adopter l'enfant de l'autre
      ce qui devrait supprimer les difficultés quand le parent biologique décède après des années de vie commune y compris avec l'enfant ( ou les)
      les statistiques nous disent qu'il y a plusieurs milliers de gosses dans cette situation

      Supprimer
  8. "Il faut donc bien trouver une solution légale à cette revendication."
    Et là, je crois que non. Il n'y a pas de solutions légales à tout.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais je ne crois pas qu'il faille trouver de solution à tout hein. je parlais de cette revendication précisément.

      Supprimer
  9. C'est assez terrible, je viens de faire une recherche google pour savoir comment s'y prennent deux hommes homos pour avoir un bébé, et je suis tombée sur un forum... où il y a des réponses du style "j'ai vingt ans et deux enfants, on pourrait s'arranger"... Il est pas mal question de "pouvoir s'arranger".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouais, franchement les forums... heu... Bon..

      Supprimer
  10. (nous avons de jolis débats de société en perspective...)

    RépondreSupprimer

Vous qui passez par là, ne restez pas anonyme et choisissez au moins un pseudo.
Et si vous voulez balancer du lien, intégrez cette balise