25/04/2013

Où on reparle du non-cumul des mandats #adcPS

Ateliers du Changement Evry
Hier soir, j'ai participé aux Ateliers du Changement à Évry (d'où la présence de ce hashtag barbare à la fin du titre de ce billet).
Davantage par curiosité que pour contribuer au sens propre.
J'étais là en spectatrice pour m'imprégner du ressenti des gens.
Les gens: vous, nous, toi, moi.

Parce que si les Ateliers du Changement sont organisés par le PS, ils sont ouverts à tout le monde. Pas besoin d'être encarté pour participer à la sauterie.

Tout le monde peut prendre la parole, qu'on soit de gauche, de droite, apolitique.
J'ai d'ailleurs pas mal discuté avec des gens qui ont voté pour François Hollande mais qui n'ont pas toujours voté à gauche.
J'ai aussi papoté avec d'autres qui n'ont tout simplement pas voté parce que cette campagne présidentielle les a soulés.
Bref.

La 1ère partie de l'Atelier consiste en une séance plénière.
  1. Visionnage d'un micro-trottoir où des Français s'expriment sur la politique
  2. Des prises de parole et des questions individuelles  
  3. Les réponses d'Harlem Désir    
La 2ème partie est constituée d'ateliers à proprement parler. Organisés autour de 3 grands thèmes:
  1. La France dans le monde
  2. Renouveler la vie démocratique
  3. Faire réussir la France
J'ai choisi de participer au 2ème atelier.
Et bien: que ce soit en séance plénière ou dans mon atelier, je n'ai pas réussi à compter le nombre de personnes qui a évoqué le non-cumul des mandats.
Une militante, particulièrement remontée, a pris la parole à ce sujet. Elle a été copieusement applaudie, y compris par des élus cumulards.
A l'heure où on nous rebat les oreilles avec la moralisation de la vie politique, il me semble que le non-cumul des mandats comme solution parmi tant d'autres, se pose là.
Car de la moralisation de la vie politique au renouvellement de la vie démocratique, il n'y a qu'un pas et vice-versa.
Que des députés ne puissent pas exercer des métiers comme avocat d'affaires par exemple, ça tombe sous le sens. Enfin c'est mon avis.
Mais je ne vois pas pourquoi on leur permettrait de cumuler des mandats.
J'ai du mal à comprendre comment le maire d'une ville de 30 000 habitants peut faire correctement son taf si en plus il est député et président d'une interco. 
Si tu suis un peu ce blog, tu sauras que je parle de Nicolas Dupont-Aignan.
Et je pose le problème dans l'autre sens. J'ai du mal à comprendre comment un député peut faire correctement son taf, s'il est maire et président d'Interco.
Et bien c'est simple, il le fait mal.
Dupont-Aignan mauvais élève à l'Assembée
Parce qu'il est maire de Yerres, Nicolas Dupont-Aignan n'a cumulé (tu apprécieras le jeu de mots) que 19 semaines de présence à l'Assemblée sur 10 mois.
Il se classe donc parmi les 150 derniers mauvais élèves de l'Assemblée.
Et parce qu'il est député, Nicolas Dupont-Aignan n'est pas souvent à Yerres, ne reçoit que très rarement les Yerrois, et vit les 3/4 du temps à Paris. 
Et je ne te parle pas de l'Interco.
Le 1er de la classe c'est le socialiste Jean-Paul Chanteguet, lui aussi cumulard puisqu'il est maire de Le Blanc, dans l'Indre, une commune de 7 000 habitants. Mais, alors qu'il est sensé vivre en province (enfin j'imagine), il a été deux fois plus présent que Nicolas Dupont-Aignan à l'Assemblée.
Donc je continue à douter du bien fondé du cumul des mandats.
NDA fait partie de ceux qui soutiennent que pour faire correctement son job à échelle locale, c'est important d'être député. Sauf qu'à échelle locale, on le voit pas beaucoup le Nicolas. Par contre, il écrit. Il écrit beaucoup. Des tracts aberrants, un journal de Bisounours...
En fait, on peut dire qu'il est maire par correspondance. Mais il s'en fout puisqu'il clamait haut et fort il y quelques mois qu'il était fier d'être un cumulard.
François Hollande avait promis pendant sa campagne qu'il mettrait un terme au cumul des mandats. On en a beaucoup parlé. On a signé des pétitions. Ça a buzzé un long moment sur internet. Et puis plus rien.
On nous a dit que les Français s'en foutaient, mais vu ce que j'ai entendu hier soir, je pense pouvoir affirmer qu'ils ne s'en foutent pas. 
On était nombreux à espérer que la loi serait effective pour les élections municipales de 2014. Mais le Conseil Constitutionnel a préconisé un report de la loi pour 2017:
"Cela afin d'éviter une censure du Conseil constitutionnel qui pourrait voir d'un mauvais œil la modification d'un mandat exécutif en cours, au non de la règle de non-rétroactivité de la loi".  (source)
D'autres craignent que si la loi passe avant 2017, on assiste à une vague de démissions à l'Assemblée, ce qui reviendrait à une mini-dissolution. Mais, sauf erreur de ma part, les députés concernés n'ont-ils pas des suppléants dont le job est précisément de les remplacer?

On pourrait aussi contraindre les sénateurs et députés qui cumulent un mandat de maire à ne pas se représenter en 2014. On procèderait ainsi à une 1ère vague de renouvellement de la scène politique. Une première étape dans l'écrémage.

On pourrait aussi limiter le cumul des mandats en fonction de la démographie des villes concernées.
  • Yerres: 30 000 habitants. (NDA)
  • Meaux: 50 000 habitants. (Jean-François Copé)
  • Dijon: 152 000 habitants. (François Rebsamen)
  • Longjumeau: 22 000 habitants. (NKM)
Je me dis que, raisonnablement, quand on est maire d'une ville de plus de 10 000 habitants, c'est mort. On fait son job de maire et basta. Si tant est que "maire" soit un job. Mais c'est un autre débat.

Enfin pas tant que ça finalement. Parce qu'à force de cumuler, la politique finit par occuper toutes leurs journées. Et du coup, la politique devient un métier à part entière.

Et moi le cumul, ça me gave. Pour plein de raisons. Et crois-moi si tu veux, on est nombreux à penser la même chose.

Et pourtant... Quand cette militante a interpelé Harlem Désir sur ce sujet hier soir, il n'a pas répondu. Sans doute pour éviter un nouveau "couac"...


Et pourtant, je dois reconnaître, pour une fois, qu'il a été plutôt brillant hier soir.

13 commentaires:

  1. Harlem Désir plutôt brillant ? Woaw... Ils l'ont dopé ?
    Ceci dit, à titre perso, je suis contre le cumul de TOUT mandat !
    Pourquoi ?
    Par expérience.
    Je suis représentant de parents d'élèves dans un lycée. Un seul exemple. La représentante de la Région (élue régionale) est en même temps 2è adjointe au maire de la grande ville (110000 habitants) où est installé cet établissement scolaire, vice-présidente de la Communauté de Communes (33 communes pour 260000 habitants ; à noter que dans cette Communauté de communes, on trouve 1 président, 2 présidents adjoints, 54 vice-présidents, et vous avec bien lu, 54 !, 48 assesseurs et... 90 conseillers), conseillère régionale et, pour finir, CPE dans un collège de la grande ville. Résultat, lorsqu'on la questionne lors des CA du lycée (lorsqu'elle y est présente, ce qui n'est pas toujours gagné !), elle n'est pas au courant de beaucoup de choses. Idem lorsqu'on l'interroge sur des problèmes avec la commune (elle est adjointe chargée de la jeunesse et des sports).On ne la trouve NUL PART !!! Sauf lorsqu'il s'agit d'encaisser ses différents chèques.
    Alors, AUCUN cumul (ou, à la limite, "juste" conseiller municipal avec un autre mandat, mais pas adjoint au maire, ni maire)).
    C'est aussi ça, le respect du Peuple !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai eu la même expérience en tant que membre du CA du collège de ma fille, et il y a bien longtemps de ça !

      Supprimer
    2. Oui et bien je compatis avec vous deux!

      Supprimer
  2. On pourrait faire plein de choses en effet...Le Président pourrait aussi mettre en œuvre ses promesses...Bien sûr que la majorité des Français ne s'en foutent pas...Mais les écoute t-on seulement ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois oui... A condition de pas tout mélanger...

      Supprimer
  3. Désolé, je m'auto-cite : "la réalité du cumul des mandats, c'est celle qui amène le parlementaire à consacrer moins de temps au travail pour lequel il est payé (présence lors des séances et des commissions), qu’à courir au niveau local pour assurer ses permanences, célébrer des mariages, déposer des gerbes aux monuments aux morts, remettre un prix, répondre à un journaliste de la presse régionale, assister au banquet de l’amicale des pompiers ou au match de foot de l’équipe locale, tâter le cul des génisses à la foire aux bestiaux, faire acte de présence au moindre vernissage, présider le conseil municipal, voire le conseil communautaire de la communauté de communes, intervenir au conseil général ou régional, assister au conseil d’administration d’une société d’économie mixte, etc."

    Pour celles et ceux que ça intéresse
    Contre le cumul des mandats : http://gabale.fr/?p=91

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous sommes d'accord. Tu gagnes un lien.

      Supprimer
  4. J'ai été élu d'opposition ( à un maire de droite) dans une commune de 10000 habitants. Et bien rien que ça, ça prend beaucoup de temps alors je m'imagine bien ce que peut être l'activité d'un maire d'une telle commune.
    "Si tant est que "maire" soit un job. Mais c'est un autre débat." . je pense qu'au contraire c'est là le vrai débat. Maire , conseiller général, sénateur ou ministre ne devraient pas être un "job" car on sait bien que comme dans tout "job" il y a conflit d'intérêt.
    Comment concilier intérêts personnels et intérêts collectifs si en permanence la disponibilité de l'élu est soumise à son seul bon vouloir.
    Je connais un maire, conseiller général et président de tas de commissions, syndicats et autres conseils d'administrations ( qui lui sont souvent attribués d'office) qui n'assiste à aucune réunion.
    Il a toujours comme excuse d'être à une autre, et c'est bien souvent très difficile de vérifier, mais les émoluments ou les frais de présidence tombent quand même systématiquement dans son escarcelle.

    Le terme "cumul des mandats" n'est malheureusement qu'un terme qui cache une réalité bien pire. C'est ce que ressentent une bonne partie des citoyens qui sont de plus en plus nombreux à douter des politiques et de leur volonté à faire évoluer les choses.

    Mais les citoyens n'ont pas seulement le droit ou le devoir de dénoncer les choses ou de voter, ils ont aussi les moyens de les faire évoluer..ne serait-ce qu'en se présentant eux-mêmes.

    Mais là on voit bien qu'il y a encore un énorme fossé entre ce qu'on aimerait et la volonté d'aboutir. On croit encore beaucoup trop au père Noël, à celui qui chamboulera tout de la cave au grenier sans qu'on ait à lever le petit doigt.

    D'où les crispations actuelles et les nouveaux adorateurs de tel ou tel "leader" , celui "qui en a" , qui parle plus fort que l'autre, même si personne n'est dupe car tous les adultes savent pourtant que le père noël n'existe pas.
    On a peut-être aussi les régimes qu'on mérite?
    Bonne journée Eloooody

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sans doute!
      Bonne journée aussi!

      Supprimer
    2. Je ne sais pas si personne n'est dupe. J'ai l'impression que si un nouveau Hitler arrivait, qu'il promettait monts et merveilles les gens lui donneraient les clés de leur liberté avec le sourire. On a beau être en démocratie, on a encore ce foutu syndrome du leader, de l'ELU de Dieu seul et unique qui réglera tous les problèmes (et s'ensuit d'énormes désillusions). Pour moi un président ne doit pas être un chef, une autorité, l'incarnation de la puissance, on est dans une démocratie, ce doit être l'arbitre du consensus, qui tranche dans un débat en écoutant les arguments de part et d'autres, qui appliquent ce que décident la majorité parce que la majorité pense que c'est ça le mieux mais en écoutant la minorité, pour ajuster les effets sur celles-ci. La démocratie est un consensus pas un combat.
      Je suis toujours estomaquée par la presse notamment quand on parle du faible Hollande (ou de tout autre personne) et de la forte Merkel (ou tout autre personne). Ouhou les gens vous croyez que les négociations se passent sur un ring ou avec un combat de regard? Que celui qui met KO le désigné de l'autre pays écrit ce qu'il veut sur un traité? Que celui qui a la plus grande gueule dit "et bah moi je vais mettre ceci sur le traité nananère, oh l'autre il est timide mouhahaa tu n'es qu'un faible ahah, allez hop tu payeras plus"

      Supprimer
  5. "D'autres craignent que si la loi passe avant 2017, on assiste à une vague de démissions à l'Assemblée, ce qui reviendrait à une mini-dissolution. Mais, sauf erreur de ma part, les députés concernés n'ont-ils pas des suppléants dont le job est précisément de les remplacer?"
    C'est exactement ça, c'est là que j'ai vraiment compris qu'on nous prenait vraiment mais vraiment pour des cons. Ils ont peur de perdre les élections municipales s'ils ne mettent pas le maire sortant? Euh pardon mais aux dernières nouvelles, on élit une liste non? Le maire sortant pourrait juste être conseiller et donc être au courant de tout, avoir le fameux lien "local". (Je dis ça mais je suis complètement contre aussi, rien n'empêche comme dans tous les autres pays aux députés de rencontrer leurs électeurs, les élus locaux et de lire pour s'informer des problèmes locaux, ils n'ont pas besoin d'être un élu local pour ça)
    Et aucun média ne l'a relevé. On dirait vraiment qu'ils font semblant de faire semblant d'en parler pour faire plaisir au peuple,de sortir des arguments bidons et hop on referme la porte.
    Et ton article et les commentaires relèvent bien l'autre partie cachée, en plus de cumuler plusieurs mandats électoraux, ils sont président, conseiller, vice-président de tous un tas d'autres structures locales, régionales, départementales. C'est juste INDECENT.

    RépondreSupprimer

Vous qui passez par là, ne restez pas anonyme et choisissez au moins un pseudo.
Et si vous voulez balancer du lien, intégrez cette balise