Pauvre Philippe Cochet

Philippe Cochet
Pendant la campagne présidentielle, on nous avait tout annoncé, tout prédit. Avec la Gauche au pouvoir, ce serait la chasse aux riches, les tanks soviétiques sur les Champs-Élysées, la fin des haricots, l'Apocalypse.

Cette fois, on y est, et Philippe Cochet l'annonce: avec la Gauche au pouvoir, c'est la mort des enfants. Leur assassinat, ni plus ni moins.
"Nous devons toujours avoir en tête, sur quelque texte que ce soit, la défense du plus faible. Et bien moi, je vous accuse, Mesdames et Messieurs de la Gauche, vous êtes en train de créer un précédent, vous êtes en train d'assassiner des enfants. C'est scandaleux! Je n'ai pas peur de ce terme! C'est une réalité! C'est inacceptable!"

Mariage gay : la gauche accusée "d'assassiner... par LeHuffPost

Et l'UMP, tranquille vissée sur ses bancs dans l'hémicycle, qui ne bronche pas... Ça s'arrange.

Vous aimerez aussi

12 commentaires

  1. Vous avez raison, c'est bizarre qu'ils n'aient pas applaudi…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est étrange en effet.
      Dites-donc, vous m'aviez décerné la Légion d'Honneur pour je-sais-plus-quelle-raison, mais si ça continue je vais être obligée de vous décerner un bidule pour récompenser votre rapidité à commenter.
      Z'êtes toujours le premier...

      Supprimer
    2. Pure coïncidence : j'ai dû parcourir deux ou trois fois de suite les blogrolls juste après vos publications.

      Par exemple, si vous vous mettiez à publier après huit heures et demie du soir, je perdrais. Car, à cette heure-là, Papy Réac est devant sa télé.

      Supprimer
    3. Comme moi d'ailleurs.
      (Devant la TV hein)

      Supprimer
  2. Je ne sais plus quoi dire tellement tout ceci m'exaspère ! Mais qu'ont ces gens dans la tête pour proférer de telles énormités ? Je parviens à comprendre que des courants d'idées peuvent s'opposent dans un débat démocratique, que des divergences se font jour au fil des discussions, mais là j'avoue...
    Encore me mettre en colère ? Je ne sais pas, plutôt envie de tout couper, tout déconnecter. L’écœurement est trop fort, comment peut-on encore en arriver à tenir de tels propos ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Franchement? Je n'en ai aucune idée, c'est affligeant.
      Et fatiguant aussi.

      Supprimer
  3. Le pire c'est qu'il a dit, après, qu'il y avait été un peu fort mais il ne s'est pas excusé ... J'en conclue qu'il ne se rend absolument pas compte des conséquences. Encore un qui ne va pas prendre ses responsabilités face à la déferlante de violence !
    J'adore cette société où tout le monde gueule sur les autres quand une connerie est faite !
    Eh y a un moment va falloir payer les pots cassés, et certains députés, politiques et autres Barjot sont tout autant responsables par leurs mots (ou leur silence), que ceux qui sont violents dans la rue.
    Y a des paires de claques qui se perdent ...

    RépondreSupprimer
  4. La concurrence est rude à l'UMP, ce Cochet a réussi à faire mieux que Mariton et Wauquiez aujourd'hui.

    RépondreSupprimer
  5. Ouais ! Les masques tombent et les soi-disants "démocrates" de droite montrent leur limite de tolérence... ARAMIS


    http://www.edilivre.com/on-a-tue-la-mere-michel-claude-carron.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui. Entre autre.
      Mais c'est quoi ce lien? Je vois pas le rapport. Autopromo?

      Supprimer

Vous qui passez par là, ne restez pas anonyme et choisissez au moins un pseudo.
Et si vous voulez balancer du lien, intégrez cette balise