04/06/2013

Brailler la bouche pleine

La bouche pleine
On n'a parlé que de ça aujourd'hui: la réforme du quotient familial.
Certains ont applaudi des 2 mains, d'autres ont crié au loup parce qu'ils en ont ras-le-bol qu'on dise qu'avec 5000€, t'es riche, t'es un cheuri, un bourge.
Ils ont raison.
Pas de crier au loup hein, mais d'en avoir ras-le-bol qu'on les considère comme des riches dès lors que leur foyer gagne plus de 5000€ nets par mois.

Parce qu'ils sont pas riches, genre pété de tunes. Non. Ils sont "favorisés", pour reprendre l'expression d'un militant socialiste interviewé ce matin sur France Info.

Mais finalement, tout le problème, c'est de savoir:
  • "C'est quoi un riche?"
  • "C'est quoi la classe moyenne?"
Seb explique pourquoi cette notion de classe moyenne n'existe pas... ou plus:
"Se définir "de la classe moyenne", c’est souvent excessif ou réducteur. Perso, j'ai une grille plus simple: on est riche ou pauvre. A ces deux catégories s'ajoutent les très riches et les très pauvres."
Il a raison. 
Comme je l'écrivais déjà ici:
"Selon l'Observatoire des inégalités, on appartient à la classe moyenne quand on touche un salaire net mensuel compris entre 1 200 et 1 840€ pour des temps complets. Ce qui paraît assez logique puisque la moyenne serait donc de 1 520€ nets, soit 400€ de plus que le SMIC et que 39% de la population gagne moins.

Logique mais flippant."
Finalement, le vrai problème c'est d'être considéré comme riche dès lors qu'on est au-dessus de 2500€ net par tête. C'est bien ça le problème: que 80% de la population soient en dessous de 2500€ nets par mois.

Voilà le vrai problème.

Donc on est toujours le riche ou le pauvre de quelqu'un. Sauf qu'à 2500€ nets par mois, même si on n'est pas pété de tunes, il faut admettre qu'on est plus riche que 80% de la population.

Entre le début de ce billet et sa fin imminente, j'ai dîné (et un peu bu aussi) avec mon père. Pas franchement de gauche, pas vraiment de droite, un peu centriste sur les bords, il m'a dit:
Lui - "Faut arrêter hein. C'est bien ce qu'il a fait Hollande aujourd'hui. Y'en a qui n'en ont pas besoin de toutes ces aides. C'est normal de réviser le quotient familial."
Moi - "Oui mais les 15% qui sont concernés par cette réforme, et bah ils gueulent."
Lui - "Oui ben y'en a ras-le-bol de ceux qui braillent la bouche pleine"
J'ai bien aimé cette figure de style. Mon père est un pro en la matière. Et pourtant. Il est concerné lui: par la réforme du quotient familial, par une réforme des retraites qui ne saurait tarder, et sans doute par une ponction des retraites comme la sienne.
Et bien, alors qu'il n'est pas franchement de gauche (et c'est un euphémisme crois-moi), il trouve ça normal.

Et il m'a dit qu'il était hors de question qu'il s’apitoie sur ceux qui braillent la bouche pleine pendant que ceux dont le frigo est vide ferment leur gueule depuis trop longtemps.

Et pour la première fois de ma vie, j'étais d'accord avec mon père sur la politique.

Ça s'arrose. 

A lire aussi:

7 commentaires:

  1. Difficile de définir ce qu'est être "riche", à la rigueur "richissime" c'est à dire ne plus savoir quoi faire de son pognon et ne même plus savoir combien on gagne.
    Car la richesse est relative au lieu où on vit ( les coûts étant inférieurs à la campagne).
    Elle est relative également aux besoins qu'on se crée : si on veut un 4x4 et qu'on ne peut se le payer alors on se plaint de faire partie des défavorisés.
    La richesse est relative à l'idée qu'on se fait de celle des autres . L'envie et la jalousie n'y sont pas pour rien.
    Comme disait Coluche "il y a les bons( les pauvres) et les méchants (les riches) mais tout le monde rêve d'être méchant"

    Par contre définir la pauvreté c'est plus facile : c'est ne plus pouvoir faire face à ses besoins vitaux, alimentation ( de qualité), santé, logement, habillement sans parler bien sûr de tout ce que notre société a inventé de superflu qui est en passe de devenir le "vital" , le téléphone étant désormais plus important que le plat de résistance du midi!
    Voir l'observatoire des inégalités qui décrit très bien les différentes catégories de "pauvres"
    Oui "il y en a ras le bol de ceux qui braillent la bouche pleine"
    Attention l'abus d'alcool est dangereux pour la santé!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Assez d'accord avec cette analyse...C'est la notion de "favorisé" ou de "défavorisé" qui me pose un problème de repères...Maintenant, on se sent favorisé lorsqu'on décroche un CDD, encore plus favorisé s'il s'agit d'un CDI, et encore plus favorisé si ce CDD est basé sur 35 heures payées au SMIC, alors que le SMIC représente la rémunération minimum d'un salarié sans aucune qualification...Et bien sûr, lorsqu'on est dans ces situations, on considère comme "riche", celui qui gagne 2000 € par mois...Ce n'est que la conséquence du façonnage de l'opinion par l'idéologie dite "libérale" durant ces trente dernières années, qui fait admettre que la situation de pauvreté dans laquelle se retrouvent une majorité de salariés est la situation "normale"

      Supprimer
    2. Nous sommes tous les trois d'accord!

      Supprimer
  2. Mon couple fait parti de ces favorisés, alors oui on est favorisé mais on paye tout plein pot, on a l'immense chance de dépenser 2000 euros par an dans des vacances en France (si je retrouve très vite du travail après mon CDD sinon non), de mettre 200 euros de côté pour acheter une bagnole d'occasion tous les 5 ans (en priant pour que les deux autres nous lâchent pas avant), on fait nos courses chez les petits producteurs du coin, on doit payer la nounou. On dépense local, on est fier de payer des impôts, on est favorisé mais de là à dire que 500 euros de plus par an ça nous coûte rien, non
    Une fois toutes nos factures payées, et ces 200 euros mis de côté ils nous restent 0. On se paye pas de loisirs, pas de resto, pas de vêtement, seulement à notre bébé. Alors oui on gagne 5000 euros par mois, mais 500 euros de plus d'impôt ça nous fait un choc. Je suis en CDD, on dépasse tous les plafonds pour quelques euros et on se retrouve avec 500 euros de plus d'impôt.
    Ces 500 euros clairement c'est de la consommation en France pour des emplois français en moins. On est favorisé mais je ne me sens pas coupable d'avoir fait des études et de travailler depuis 15 ans.

    Le problème de la fiscalité française n'est pas ces taux élevés (je ne considère pas que payer 10% d'impôt est choquant même si se prendre 500 euros de plus ça fait mal) mais les effets de palier.
    Tu dépasses d'un euro un palier, et boum tu n'as plus droit à rien, à tel point que des foyers qui gagnent moins que toi se retrouvent avec plus à la fin parce qu'ils ne payent pas la crèche, la nounou, leur taxe d'habitation, leur loyer, leur électricité, la cantine, le centre aéré, les transports, les études. Il faudrait "déclarer" toutes les aides à côté pour faire mieux accepter aux favorisés l'idée de redistribution et instaurer plus de palier.

    Mais sinon je comprends toujours pas comment on est passé "il faut régler le déficit de la caisse d'allocations familiales" à "on augmente l'impôt sur le revenu", c'est super fort!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous sommes d'accord sur les paliers des impôts. Ces paliers sont injustes, c'est vrai.
      Mais sur le reste, même si je comprends vos remarques, je reste convaincue qu'il est grand temps de réguler.
      Les plus modestes, pour pas dire les plus pauvres, n'ont pas tous mérité le sort qui leur est réservé (rapport à vos années d'études et vos 15 ans d'emploi).
      2000 € pour vos vacances, je pense que plus de 60% de la population aimerait pouvoir en faire autant.
      Ce que je déplore, c'est que les plus aisés, et notamment ceux qui gagnent plus que vous, se plaignent de privations secondaires tandis que d'autres se plaignent de trouver leur frigo vide le 6 du mois.

      Supprimer
  3. Enfin bon avant de polémiquer il faudrait connaitre les détails exacts... Pour exemple, sur M6 dans capital avec Hollande ils ont pris pour exemple une famille qui soi-disant gagnait 5900 euros, la femme se plaignait qu'ils allaient perdre 1000euros par an an... Sauf que M6 avait oublié que cette famille avait déjà servi d'exemple et qu'il touchait bien plus... Le comble c'est que meme en gagnant plus que ce que M6 disait dans capital ce couple n'est meme pas concerné...
    Pour en revenir aux vacances, pouvoir y consacrer 2000euros c'est déjà bien quand on sait que beaucoup aimerait n'avoir rien que 100 euros de plus par mois pour uniquement mieux vivre...

    RépondreSupprimer

Vous qui passez par là, ne restez pas anonyme et choisissez au moins un pseudo.
Et si vous voulez balancer du lien, intégrez cette balise