11/11/2013

11 novembre, Bonnets rouges, Printemps Français: le contre-rassemblement des cons

J'ai regardé la cérémonie du 11 novembre en multiplex chez moi. 
  • Non pas parce que je suis une affreuse belliqueuse.
  • Non pas parce que je trouve les guerres formidables.
  • Non pas pour célébrer la guerre.
Mais parce que je suis historienne et tous les ans depuis des années, je regarde les cérémonies du 11 novembre, du 8 mai, du 14 juillet.

Mais pas seulement parce que je suis historienne.
D'ailleurs j'ai bien du mal à dire pourquoi je suis attachée à ces cérémonies.
Sans doute mon côté réac.

Je les ai regardées sous Chirac (je lui ai même serré la main un 8 mai 1995 pour le cinquantenaire), je les ai regardées sous Sarkozy.

Et ce matin, j'ai eu honte.

Non pas de François Hollande qui a failli se vautrer après avoir déposé la gerbe sur la tombe du Soldat Inconnu.

J'ai eu honte de ces quelques cons qui ont sifflé le Président deux fois: une fois pendant la minute de silence (rien que ça) et une fois pendant qu'il remontait les champs.

Ces gens sont des cons, des gros cons. Des rats comme le dit Rosaelle. Des rats semblables à ceux qui pourrissaient la vie des soldats dans les tranchées pendant la guerre.
Une espèce de vermine merdique.
C'est la première fois qu'un Président se fait huer pendant cette cérémonie.

"Des manifestants du Printemps Français avec des bonnets rouges", voilà comment ces trouducs ont été présentés par les commentateurs de France 2.

Une espèce de mix entre des vandales bretons et des réacs frustrés.

Que les Bretons soient énervés, scandalisés, avec des arguments qui sont les leurs, qu'ils saccagent des radars ou des portiques Ecomouv', c'est une chose.
Que des frustrés du Printemps Français "ne lâchent rien", c'est leur problème.
Que des Français vomissent François Hollande comme j'ai vomi Nicolas Sarkozy, c'est leur droit.

Que ces crétins profitent d'une cérémonie d'union nationale pour se faire entendre est une honte.
Instrumentaliser ainsi le 11 novembre est à vomir.

Sans parler de leurs cris "Dictature socialiste"... Ces braves gens devraient aller faire un tour en Corée du Nord pour mesurer pleinement ce qu'est une dictature.
Ces gens sont des cons, des dégénérés qui font honte à la France.
C'est quoi la prochaine étape? Faire de même le 8 mai? Le 14 juillet?
Et j'espère pour eux que leurs familles ne comptent pas dans leurs ancêtres des soldats ayant combattu pendant cette guerre.

Parce que sinon, ils seraient non seulement la honte de la France, mais aussi celle de leurs familles.
Double honte.

Et comme vient de le dire à l'instant Manuel Valls:
"Je vous propose de ne pas tout mélanger"

44 commentaires:

  1. Réponses
    1. Là tout de suite maintenant, j'ai du mal hein.

      Supprimer
  2. Cons d'abrutis de bonnets rouge, ils réclament du respect en chiant sur les autres.

    RépondreSupprimer
  3. Je viens de voir ça à la TV.
    Affligeant.

    RépondreSupprimer
  4. Ta colère est tout à fait légitime et "heureusement" que je ne suis pas sur mon écran de télé pour voir cela !

    Il ne me semble pas que même du temps de Sarkozy, certains se soient permis de siffler le président de la République.

    L'attitude de Hollande me semble la bonne, celle d'un homme flegme, calme face à des excités qui sombrent dans l'intolérance et la violence. Je crois bien que le 11 novembre marque un tournant pour les "Bonnets rouges" qui viennent de se tirer une balle dans le pied, à force de tout mélanger et de se faire entendre à des moments inopportuins !

    RépondreSupprimer
  5. Donc, résumons-nous : traiter un ministre de guenon c'est très vilain, mais assimiler des siffleurs de président à des rats, c'est bien. J'ai bon, là ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben oui Didier. Vous avez le trollage spécial aujourd'hui.

      Supprimer
    2. Tout est dans le contexte Monsieur Goux, non?

      Supprimer
    3. Qu'a-t-il de si spécial, mon trollage ? Je ne fais que pointer une amusante contradiction.

      Mais évidemment, distrait que je suis, j'avais encore oublié le sacro-saint contexte !

      Supprimer
    4. Jouez pas à l'imbécile. Traiter des cônards de rats n'est pas une insulte gratuite. N'est pas une insulte sur un ministre.

      Supprimer
    5. Ne ja-mais oublier le sacro-saint contexte.

      Supprimer
    6. Ah ? C'est plus grave d'insulter un ministre, et surtout un ministre malfaisant ?

      De toute façon, vous aurez beau gesticuler, il reste qu'assimiler des humains à des animaux, quels qu'ils soient, relève exactement du même processus. Donc, soit on le condamne en bloc, soit on l'accepte en bloc. Mais il n'est pas possible de traiter allègrement Marine Le Pen de truie tout en s'offusquant que le même traitement soit appliqué – mais avec une autre bestiole – à Christiane Taubira.

      Supprimer
    7. Un ministre malfaisant? Où ça?
      Je n'ai jamais traité Marine Le Pen de truie et je n'ai jamais insulté aucun ministre ici.
      Au pire, j'ai insinué qu'untel ou unetelle tenait des propos cons.

      Supprimer
    8. Taubira, de par sa fonction, a acquis le rôle de divinité, donc ce n'est pas la même chose. On peut insulter le français moyen, mais pas les divinités du désordre.

      Supprimer
  6. Pas grand-chose à ajouter à votre article : la décence n'étouffe pas ces gens-là.
    M'enfin ça s'inscrit bien dans les tendances des dernières "contestations" : "j'exige le respect mais tu peux toujours courir pour que je t'en témoigne (en restant polie)". Bref !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En tout cas j'espère (un peu naïvement) que les incidents d'aujourd'hui ne lanceront pas une nouvelle "mode" et que les prochaines journées de commémoration se passeront bien, peu importe qui est à la tête du pays.

      Supprimer
    2. Et bien moi je crois qu'on est en train d'assister tranquillement à une banalisation des outrances de toutes sortes.

      Supprimer
    3. je ne veux pas défendre le prédécesseur de Hollande, que j'ai suffisamment critiqué pour son socialisme de droite, mais honnetement, quand vous dénoncez la banalisation des outrances, vous rigolez, la ??

      Supprimer
    4. Non je ne rigole pas. "Outrance" c'est tout ce qui m'est venu à l'esprit... Mais je n'ai pas trouvé de mot synonyme à la fois d'indécence, connerie, irrespect, ignorance, provocation...

      Supprimer
  7. Ce n'est pas souvent mais je vais reprendre les paroles de Jésus sur sa croix "Père, pardonne-leur car ils ne savent pas ce qu'ils font" Évangile de Luc 23, 33-34

    RépondreSupprimer
  8. "Mais parce que je suis historienne..."

    Ah, ça y est, ça vous reprend cette histoire...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rrrrrââââ oui, je suis une incorrigible mythomane.

      Supprimer
  9. Siffler durant la minute de silence de cette commémoration, c'est parfaitement ignoble. J'espère qu'ils finiront tous au tribunal.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais pas si le tribunal est la solution hélas...

      Supprimer
  10. Les gros nez rouges sont des abrutis , des arsouilles manipulés ....
    Les gros nez rouges n'ont aucun rapport avec le paysan breton du 12° , 13° ou 14°siècle dont ils se réclament ..... Leurs actes de vandalisme ne sont pas des Jacqueries et ce ne sont pas de "pôvres paysans" ces mecs là ..... Derriere eux il y a le lobby des transporteurs routiers bien pollueurs , il y a les trusts de l'agro alimentaire bien pollueurs , il y a des saloperies d'abattoirs dégueulasses ...... Il y a leurs immondes élevages de poules en batterie et de porcs éléctrocutés ..... Il y a aussi des consommateurs qui se moquent bien de la souffrance animale et qui se goinfrent ignoblement ......... Cette agriculture pollue la planette entiére ..... C'est une agriculture de riches qui ruinent de plus en plus les pauvres et qui ne nourrit pas .....
    Alors déjà que chaque consommateur se prenne en charge et s'efforce de devenir au moins végétarien ..... Parce qu'à terme cette agriculture est foutue parce qu'elle ruine la terre ..... Ces salopards ont montré leur vrai visage , celui de la haine .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Ces salopards ont montré leur vrai visage , celui de la haine ."
      On est d'accord.

      Supprimer
  11. Ça c'est la vraie vermine de la France, non pas les jeunes de banlieue.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est clair. Ceci dit, celles et ceux qui sifflaient la Marseillaise je sais plus quand je sais plus pour quel match, ils méritent aussi des coups de pied au cul comme ceux de ce matin.

      Supprimer
  12. le problème est que ce genre d'actes ne datent pas de 2013

    cf "Sarkozy Champs-Elysées Sifflets Huées CNN 14 juillet 2008"
    http://www.youtube.com/watch?v=1kFBkfZBCm0

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Certes. Je n'ai jamais dit le contraire et c'est tout autant lamentable.
      Mais si je peux me permettre, 3 pauvres sifflets le jour de la FÊTE nationale sont difficilement comparables avec ce qui s'est passé aujourd'hui pendant la minute de silence sur la tombe du soldat inconnu à l'occasion de la commémoration d'une guerre.

      Supprimer
    2. Le tout en présence de BACHAR EL ASSAD si je ne m'abuse.

      Supprimer
  13. "Instrumentaliser le 11 novembre est à vomir"

    S'offusquer de l'"instrumentalisation" du 11novembre par une poignée de manifestants, sans remettre en cause le fait que le 11 novembre est déjà en soi l'instrumentalisation institutionalisée de la pire horreur, la guerre (la mort, le viol de guerre, etc) , à des fins nationalistes, c'est fort. Au passage, si la véritable indécence dans l'histoire vous a échappé: l'hommage rendu aux soldats français tombés en Afghanistan et au Mali, c'est-à-dire hommage à des personnes qui se sont VOLONTAIREMENT (et non par enrôlement forcé) engagés dans des guerres offensives et impérialistes, au dépens de peuples lointains dont on convoite les ressources naturelles et la fonction géostratégique. Donc François Hollande est juste venu dire, en substance, "nous sommes fiers d'aller tuer d'autres peuples", normal, ça passe comme une lettre à la poste, et vous ce qui vous dérange c'est qu'on ose gâcher le petit plaisir républicain de la justification du pire au nom du natonalisme.

    Ce ne serait pas du luxe de remettre un peu en question le fond de ces messes républicaines, où on égraine des dogmes tels que la glorification du sacrifice qui n'est qu'une ode à la guerre en soit. Et qui ne servent qu'à maintenir l'illusion pour les "gueux" que la soumission à une entité qui ne se rappelle d'eux que lorsqu'ils sont appelés à être exploités est une vertu. Le nationalisme est la la maladie ultime de la civilisation. La sacralisation de la "Patrie" au nom de laquelle tout devient acceptable. Tiens, vous qui êtes historienne, vous calculerez aisément que les conflits et massacres à caractère nationaliste ont fait plus de morts sur le seul 20ème siècle que toutes les guerres de religion de toute l'Histoire, toutes mises ensemble.

    Les messes républicaines et les parades militaires où l'on stylise et sublime avec un peu de fleurs et un peu de musique martiale les gueux, les poilus, les morts les entrailles à l'air, les mutilés, les estropiés, les traumatisés de guerre, sont d'une indécence qui dépasse l'entendement. Ce serait comme commémorer un viol par une fête digne d'une cérémonie de mariage. Tous ces peuples qui ont payé un tribut aux guerres ont été violés d'une façon ou d'une autre par la "Patrie".

    Maintenant, l'attitude des idiots du village (=printemps français) est non seulement vaine et stupide mais en plus contradictoire: ils se réclament eux-mêmes de symboles et codes qu'ils sont les premiers à ne pas respecter. Je ne parle même pas de ce qui les motive qui dépasse tout entendement et toute logique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Encore une fois, je ne pense pas qu'il s'agisse de célébrer la guerre, de l'encourager ou de l'encenser.
      Seulement de se souvenir de celles et ceux qui y ont perdu la vie.
      Un moment de recueillement donc.
      Et c'est pourquoi les revendications politiques n'ont rien à faire dans ce genre de moments.

      Supprimer
    2. "RATS, VERMINE MERDIQUE".
      C'est clair: avec une "historienne" qui parle comme ça de ceux qu'elle n'aime pas, on ne discute pas. On la combat sans concession, avec tout le mépris qu'elle mérite ainsi que les beaufs qui ont commenté leurs cochonneries ci dessus. Merci de nous donner des arguments par votre haine, chers partisans de la loi Taubira.

      Supprimer
    3. Tu peux dire la même chose sans bouger les oreilles ?

      Supprimer
    4. Sur la raison d'être et la fonction des commémorations annuelles en l'honneur et à la mémoire des "morts pour la patrie" durant les guerres, il n'est peut-être pas inutile de (re)lire "Voyage au bout de la Nuit" de L-F Céline qui avait participé comme combattant à la guerre en 1914.

      Eloooody et autres, SVP, relisez ne fussent que les 120 premières pages de ce livre ainsi que d'autres réflexions écrites par des vétérans de guerres contemporaines.

      Si nous sommes vraiment honnêtes et désiront connaître la vérité crue des choses qui nous fondent et nous entourent, je ne suis pas sûr alors que vous considérerez encore que ces commémorations n'entretiennent pas un rapport très étroit avec la célébration de la guerre et le déchaînement de violences qu'elle permet de libérer au sein des peuples et des individus qui y prennent part.

      Merci. Cordialement.

      Supprimer
    5. De rien.
      J'ai lu Céline, Barbusse, Remarque, Hemingway, Cendrars, Hunger... Je ne dis pas qu'aux lendemains immédiats de la guerre, ce n'était pas le cas...
      Mais aujourd'hui, tout le monde sait que les commémorations n'ont rien (ou si peu, chez quelques uns seulement) de belliciste...
      Cordialement aussi.
      Et prenez un pseudo.

      Supprimer

Vous qui passez par là, ne restez pas anonyme et choisissez au moins un pseudo.
Et si vous voulez balancer du lien, intégrez cette balise