13/03/2014

La droite moisie

C'est marrant comment d'une affaire Sarkozy pourrie, moisie par la trogne, on en est arrivé à tout refoutre sur le dos de Christiane Taubira.
  • Savait?
  • Savait pas?
  • Et depuis quand?
On en arrive à davantage condamner une femme qui aurait pu être au courant depuis le 26 février à 13h02min et 46 secondes (la forme) qu'à condamner ce qu'elle savait, le contenu, le fond.

Personnellement, et au risque d'en agacer certains, j'en ai strictement rien à secouer qu'elle ait su, pas su, avant tout le monde, en même temps ou juste après.
Mais je salue la droite française devant laquelle je m'incline platement pour avoir presque réussi à transformer une affaire Sarkozy pourrie, moisie par la trogne, en affaire Taubira.

Bravo les gars! Bien joué!

Profitez bien de ce micro-instant, de cet épiphénomène. Car vous ne noierez pas la pieuvre polycéphale dans un verre d'eau.
Ce qui est rigolo, c'est que la droite qui crie au complot et à la dictature socialiste, ne rêve que d'une chose depuis le Mariage pour tous: se faire Christiane Taubira, se la farcir, l'anéantir, l'écraser. En mode vengeance quoi.
Et puis après ils vont nous expliquer que leur messie est victime d'un acharnement judiciaire de la part de juges qui n'ont qu'une ambition: se faire Nicolas Sarkozy, se le farcir, l'anéantir, l'écraser. En mode vengeance quoi.

Chacun voit la vengeance où il veut.

Mais c'est grotesque.
Qu'y a-t-il de plus grave entre une Ministre qui a dit qu'elle ne savait mais qui en saurait quand même un peu, et un ex-Président mouillé dans des affaires sordides, tellement nombreuses qu'une copie A4 recto-verso ne suffit pas à les énumérer?
Je pose la question.
Et notre droite la plus bête du monde ferait bien d'en faire autant.
Quant à Jean-François Kev Adams Copé, je lui décerne la palme: hier mouillé jusqu'au cou dans une affaire de clientélisme et surfacturation, aujourd'hui sauveur d'un ex-Président victime de la dictature socialo: bravo Jef, belle agitation. 

Mais gare: à trop secouer le boomerang, il finit toujours par revenir dans la tronche de celui qui l'a lâché.

On fait le point la semaine prochaine quand les médias ne reparleront plus que du fond du problème:
Nicolas Sarkozy, clé de voûte d'un système pourri, moisi par la trogne: le sarkozysme et ses zombies.

À lire aussi:


Chez Melclalex: Sarkozy number one des casseroles au cul, http://www.perdre-la-raison.com/2014/03/sarkozy-number-one-des-casseroles-au-cul.html

Chez Jégoun: Affaire Sarkobira: où est le mensonge? http://www.jegoun.net/2014/03/affaire-sarkobira-ou-est-le-mensonge.html
 
Chez le Petit Bonhomme: Nicolas S. spécialiste en casseroles.  
http://lespagesdupetitbonhomme.blogspot.fr/2014/03/nicolas-s-specialiste-en-casseroles.html
 
Chez Bembelly: «Enfumage politique en bande organisée»: la "théorie de Pasqua" (UMP)…

12 commentaires:

  1. Tiens, tiens, je viens de lire que la Justice, forte de toute son indépendance, ouvre une enquête préliminaire sur les surfacturartions (présumées pour rester dans le Droit) de Bygmalion.
    La fumée commencerait-elle à se dissiper ?

    Juste une affaire pourrie et sordide de plus.

    RépondreSupprimer
  2. Réponses
    1. Eh dis-donc! J'en ai publié au moins 3 la semaine dernière, c'est pas rien hein!

      Supprimer
  3. En parlant de fumée très joli nuage de mots ;.)

    RépondreSupprimer
  4. Comme j'ai pu l'écrire par ailleurs, on a là un feuilleton rêvé pour l'été, dans la droite lignée de la saga Woerth-Bettencourt. Selon le principe éprouvé "trop d'infox tue l'info", on n'en saura pas plus à la rentrée et pas besoin de consulter les archives pour piger que tout ce boxif se concluera par un non-lieu généralisé. Ce qui amène à douter de l'effet boomerang : Statistiquement, combien des scandales politico-financiers qui se sont étalés sur les trente dernières années ont donné lieu à des séjours de VIP sous les verrous ? Quand ça s'est produit, ça a été bref et certains des VIP en question ont même été réélus par la suite, le votard ayant la mémoire courte...
    Pendant ce temps, François Hollande peut vaquer peinard à ses galipettes matinales sans que la France profonde s'en offusque, et Valls peut préparer son avenir à court terme de Premier sinistre dans l'amnésie généralisée des bastons nantaises.

    RépondreSupprimer
  5. Super billet qui résume parfaitement la situation

    RépondreSupprimer

Vous qui passez par là, ne restez pas anonyme et choisissez au moins un pseudo.
Et si vous voulez balancer du lien, intégrez cette balise