Commémorer, se souvenir, ni plus ni moins.

Journée de commémoration de l'abolition de l'esclavage
Commémoration: cérémonie officielle organisée pour conserver la conscience nationale d'un évènement de l'histoire collective et servir d'exemple et de modèle. Elle a pour but de conforter la mémoire collective et peut donner lieu à des évènements culturels en dehors de la cérémonie.

Devoir de mémoire: devoir moral de certains Etats qui entretiennent le souvenir des souffrances subies dans le passé par certaines catégories de la population, surtout s'ils en portent la responsabilité. Le devoir de mémoire est officiellement reconnu dans certains cas à travers des déclarations officielles et des textes de loi: les lois mémorielles.

C'est ainsi que chaque année, la France rend hommage aux victimes de la déportation ou, aujourd'hui, 10 mai, aux victimes de la traite négrière pendant la Journée commémorative de l'abolition de l'esclavage.

Le 10 mai a été choisi car c'est le 10 mai 2001 que "la loi Taubira" ("encore elle!" se diront nos amis réacs) reconnaissant la traite négrière transatlantique et l'esclavage comme crimes contre l'humanité, a été adoptée au Parlement.

Certains sont contre les lois mémorielles et / ou le devoir de mémoire. Moi, j'avoue qu'elles ne posent aucune problème. Au contraire. J'y suis favorable pour plusieurs raisons. La première, c'est que je considère qu'il est important de se souvenir que la France a eu une part de responsabilité dans les pires horreurs de l'Histoire. La deuxième, c'est que le temps allant, les témoignages et les traces historiques de ces évènements disparaissent peu à peu. Il me semble alors important que les jeunes générations ne soient pas exclues de l'Histoire et qu'une piqûre de rappel une fois par an ne peut pas faire de mal.

Le nouveau maire FN de Villers-Côterets, Franck Briffaud, a déclaré qu'il n'y aurait pas de commémoration cette année:
"C'est une commémoration pour faire le buzz, dans le cadre d'une autoculpabilisation permanente".
Qu'il se rassure, toutes les villes de France ne commémorent pas cet évènement. Ici, à Yerres, rien. Zéro manifestation. J'ignore pourquoi d'ailleurs. Je ne manquerai pas de poser la question dès que j'en aurai l'occasion. 
Le problème ici, ce n'est pas tant le fait qu'il n'y ait pas de commémoration qui me dérange mais plutôt le fait que Villers-Cotterêts soit la ville du Général Dumas, né esclave à St-Domingue et que la déclaration de Franck Briffaud est complètement débile.

Buzz: terme anglais signifiant « bourdonnement » d'insecte. Technique marketing consistant, comme le terme l'indique, à faire du bruit autour d'un événement, d'un nouveau produit ou d'une offre.

Culpabilisation: processus qui vise à éprouver un sentiment de culpabilité, se considérer responsable de quelque chose de mauvais.

Franck Briffaud doit donc imaginer que cette commémoration est un truc de mode obligeant les Français à s'autoflageller pour un crime qu'ils n'ont pas commis. C'est complètement débile.

Je ne vois pas ce qui pose problème aux polémistes à deux balles de se recueillir quelques heures par an pour rendre hommage aux victimes d'un système commercial qui a entraîné la mort de 15 millions de personnes. Et je pose la question en toute sincérité.
Nous ne sommes pas dans une auto-culpabilisation permanente comme le dit si bien Monsieur Bruffaud puisque si tel était le cas, il serait contraint de se souvenir de ces évènements tous les jours, chaque matin en se levant.
On en est vraiment très loin. Le principe même d'une commémoration étant d'être ponctuel, daté et évènementiel, c'est une piqûre de rappel. Point barre.

Chaque année, dans toutes les villes de France, le dernier dimanche d'avril est dédié à la célébration de la mémoire des victimes de la déportation dans les camps de concentration et d'extermination nazis lors la Seconde Guerre mondiale. Des actions sont mises en œuvre avec les fondations et les associations de mémoire. Cette journée est l'occasion de sensibiliser les élèves au monde de l'internement et de la déportation.

Aucun élu ne s'insurge contre cette cérémonie annuelle. Quel est donc le problème avec l'esclavage? Claude Ribbe avance un élément de réponse avec lequel j'aurais tendance à être d'accord:
"La France ne s’est jamais débarrassée de ses vieilles lunes paternalistes et coloniales."
Et Franck Briffaud en est l'illustration parfaite.

Par ailleurs, on pourrait lui retourner la question à Franck Briffaud: 
"Quel est donc l'intérêt de ne pas commémorer cette abolition si ce n'est de faire le buzz?"
Quant à Thierry Mariani qui a osé déclaré que les horreurs commises par la secte islamiste Boko Haram permettaient à la France de se déculpabiliser, d'autres en ont parlé bien mieux que je saurais le faire.

Mais si je suis la logique de ce brave homme, alors on peut pousser la réflexion plus loin et se dire que, l'Europe n'ayant pas attendu le nazisme pour déporter des gens, l'Etat français n'a donc aucune responsabilité dans la rafle du Rafle d'Hiv'.

C'est marrant, mais j'imagine qu'une telle déclaration provoquerait un tollé encore plus important. Osera-t-il le faire en juillet prochain?

Vous aimerez aussi

61 commentaires

  1. Le Discours de Pépère d'aujourd'hui était attendu, réduire la libération des esclaves à Victor Schoelcher était une infamie, il a joué un rôle (vrai), les artisans de cette émancipation (Toussaint Louverture etc.) étaient enfin à l'honneur, c'est bien.

    Reparation? Oui, que les héritiers fassent un geste, financer une plaque commémorative devrait suffire, un geste d'apaisement.

    Bobiyé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'était un bon discours.
      Et nous sommes d'accord.
      Et merci.

      Supprimer
  2. Je suppose qu'une partie de ce billet fait référence à des propos que j'ai tenus récemment dans mon blog. La loi n'a pas à fixer l'histoire et le contenu de l'enseignement scolaire. Donc je dis que je suis moyennement pour les lois mémorielles. On arrive à un empilement de lois assez bizarre entre les lois Gayssot, Taubira et les machins faits par la droite depuis. Que l'esclavage est un crime contre l'humanité est une telle évidence que je ne vois pas l'intérêt de le fixer dans la loi. Ça sert à quoi ? La loi est là pour fixer le droit...

    La commémoration est autre chose et il est normal que le pays consacré une journée par à se "rappeler". C'est du ressort du président de la République. Pas du Parlement. D'ailleurs, cette date a été fixée par Jacques Chirac.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merde, je pensais plutôt à notre débat en privé. Faut que je retrouve ton billet pour le linker.
      La loi ne fixe pas l'histoire, mais elle peut au moins qualifier tel ou tel fait historique.
      En revanche, je suis contre le fait que la loi définisse l'enseignement. Sur ce point, nous sommes d'accord. D'ailleurs, en 2005, à Paris 7, nous avions lancé une pétition contre les conneries de la droite qui voulait faire une loi pour réhabiliter le rôle positif de la colonisation dans l'enseignement de l'histoire.

      Enfin, n'est-ce pas au Parlement de fixer la date de ces journées commémoratives?

      Supprimer
    2. Ah ! C'était privé... J'ai oublié.

      Je ne crois pas qu'il revienne au parlement de fixer ces trucs.

      Supprimer
    3. Oui bah du coup, je t'ai linké sur Mariani.

      Mais comment imposer telle ou telle commémoration dans le calendrier alors?

      Supprimer
    4. Je ne sais pas. Par décret ?

      Supprimer
    5. @jegoun : "La loi n'a pas à fixer l'histoire et le contenu de l'enseignement scolaire"

      Faux.

      1. C'est la loi qui a fixé cette date du 10 Mai, après avoir reconnu l'esclavage comme une atrocité.
      2. Sur le contenu des enseignements, si la loi (Ministère de l'éducation nationale) ne l'encadre pas, si les enseignements ne respectent pas les lignes définies par la loi, ça va être le bordel, la porte ouverte à toutes les conneries (et révisions historiques)..

      Donc la loi.

      Supprimer
    6. C'est Chirac qui a fixé la date pas la loi.

      La loi ne définit pas les programmes scolaires. Arrête d'être agressif quand on traite ces sujets...

      Supprimer
    7. Hum... On va encore dire que je fais mon réac... Mais trois remarques:

      1/ La traite n'a pas "entraîné la mort de 15 millions de personnes" comme vous l'écrivez. On compare souvent la traite à un génocide. Or l'esclave était une marchandise: les négriers, qui avaient des objectifs mercantiles, ne pouvaient pas avoir l’intention d’exterminer les esclaves puisqu’ils en tiraient profit.

      2/ Je suis d'accord avec Nicolas: la loi n'a pas à fixer l'histoire. Une loi mémorielle comme la loi Taubira, qui fixe une vérité officielle, est une menace à la fois pour la recherche et pour la connaissance historique. L'affaire Pétré-Grenouilleau l'avait montré. D'où la démarche d'imminents historiens comme Pierre Nora et René Rémond, qui fondèrent une association, Liberté pour l'histoire.

      3/ Enfin, l'esclavage est bien sûr une atrocité mais on ne peut pas ignorer que la loi Taubira est l’expression d’un communautarisme, comme Pierre Nora l’expliquait en 2008: "ces lois traduisent à la fois la logique compassionnelle des sociétés modernes et la parcellisation de notre mémoire nationale entre différents groupes et communautés".

      Supprimer
    8. Je réponds à tout le monde dans le désordre.
      Je pense que les lois sont indispensable pour qualifier tel ou tel évènement historique.
      Elle n'a pas a fixé le contenus des enseignements, c'est le Ministère de l'Education Nationale qui s'en charge.
      C'est pourquoi j'étais contre l'initiative de 2005.
      On ne pourra jamais empêché les enseignant d'enseigner "à leur manière" tel ou tel évènement. Mais fort heureusement, la plupart des polémiques concernant la façon d'enseigner sont plutôt à la fac.

      Ne jouons pas sur les mots et encore moins sur les chiffres. Oui la traite négrière a entraîné la mort de 15 millions de personnes au bas mot. On compare la traite à un génocide. C'est une erreur parce que comme vous le dites, les esclaves étaient des marchandises. L'objectif affiché par les négriers était le commerce et le profit et non pas la mort. Alors que tout le monde sait qu'un génocide est la volonté affichée d'anéantir par la mort une catégorie de population.
      Et là où la sémantique prend tout son sens, c'est que les négriers se contrefoutaient littéralement de ce qui allait advenir de ses esclaves.

      Donc ce n'est pas un génocide mais un crime contre l'humanité qui a bien entraîné la mort de 15 millions de personnes en 400 ans.

      Considérer que cette loi est l'expression d'un communautarisme est une façon tout à fait raccourcie de retranscrire les propos de Pierres Nora.

      "Cette loi est le résultat de la parcellisation de notre mémoire nationale entre différents groupes et communautés"

      Cela ne veut pas dire que cette loi est l'expression d'un communautarisme mais qu'elle prend en compte le fait que notre mémoire nationale soit parcellée. Et je trouve cela très bien.

      Supprimer
    9. Mais non, ce n'est pas "une façon tout-à-fait raccourcie de retranscrire" les propos de Pierre Nora. Et vous le savez très bien. Il l'a suffisamment dit et répété.

      Vous pouvez trouver très bien que notre mémoire nationale soit parcellée. Mais alors, si vous êtes d'accord avec le communautarisme, soyez cohérente et ne revenez plus nous parler des "valeurs de la République".

      Enfin, pour nourrir votre réflexion à propos des lois mémorielles et de l'histoire, permettez-moi de vous conseiller la lecture de l'excellent petit bouquin de René Rémond: Quand l’État se mêle de l’histoire (Stock, 2006). C'est quand même une lecture indispensable.

      Supprimer
    10. Mais je ne suis pas du tout pour le communautarisme. Je suis même contre. Néanmoins, ça ne m'empêche pas de défendre ce genre de journée.
      Merci pour Rémond.

      Supprimer
    11. Ah, c'est encore moi. Et après je vous fous la paix, et je vous laisse toute entière à Didier.

      C'est à propos de la notion de "crime contre l'humanité"... C'est une notion contemporaine, qui était inconnue de ceux qui, à l’époque, pratiquaient la traite ou l’esclavage. Ce qui veut dire qu'avec la loi Taubira de 2001, on patauge à la fois dans l'anachronisme et la rétroactivité! ;-)

      Supprimer
    12. Tout entière, et non toutE entière…

      Supprimer
    13. Non mais d'accord... Je vous rappelle que la notion de crime contre l'humanité n'existait pas non plus au moment de la Solution Finale hein!
      C'est une notion juridique créée en 1945... Et imprescriptible par-dessus le marché.

      Supprimer
    14. Notion stupide (mais compréhensible à cette époque). La Solution finale n'était nullement un crime contre "l'humanité".

      (Ouiiiii, Aymeric, j'arriiiiiiive !)

      Supprimer
    15. Voilà. donc c'est bien ce que je dis.
      Filez deux claques à Caron pour moi.

      Supprimer
    16. Didier, ah oui, merde, vous avez raison.

      En fait, c'est le féminisme d'Elooooody qui m'impressionne, je me crois obligé de tout féminiser... Bon, j'vous la laisse.

      Supprimer
    17. toute entière, tout entière... Non ça va bien merci, ni l'un ni l'autre.

      Supprimer
  3. La traite a entrainé des génocides, relire "Exterminez toutes ces brutes" de Sven Linqvist, c'est un livre qui donne une vue d'ensemble et qui surtout ne hiérarchise pas l'horreur. Les négriers n'aurait eu l'intention d'exterminer les esclaves, pas si sûr....La culture de l'hévéa au Congo a coûté la vie à plus de 10 millions de noirs dans les années 1890. A ce niveau...la sémantique, on s'en fout!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà. La traite - crime contre l'humanité - a entraîné des génocides. C'est plus juste ainsi en effet.

      Supprimer
  4. D'un autre côté, sachons raison garder : vos 15 millions de nègres, là, ils seraient morts quand même, non ? En plus, personne ne les connaît ? alors, qu'est-ce que vous venez nous emmerder avec ? C'est vraiment histoire d'être désagréable, avouez !

    D'autre part, votre marchandise sur pattes, personne n'aurait été fichu de l'acheter, si d'autres nègres n'étaient pas allés la chercher au fin fond de la forêt, afin de se faire des couilles en or avec, si ?

    Enfin, lire ça : « Je pense que les lois sont indispensable pour qualifier tel ou tel évènement historique. » de la part d'une prétendue historienne, ça me troue le cul !

    Hugh !

    Ah ! et la traite qui a engendré "des" génocides, alors, là, on se marre franchement. Vous devenez tous fous, avec votre soif d'être responsables de tous les maux de la planète et en tous temps.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je sais que ça vous défrise qu'une pauvre sotte comme moi soit historienne...

      Les historiens qualifient les faits mais le pouvoir législatif peut aussi s'appuyer sur les travaux des historiens pour donner un cadre à ces faits, non? Vous ne saviez pas? On ne vous avait pas prévenu?

      En ce qui concerne la traite à proprement parler, je n'ai jamais dit que la France était le seul pays à la pratiquer, toute seule en loucedé sans aucune logistique sur place. Les responsabilités sont multiples. Je n'ai jamais dit le contraire.

      Pour le reste, Hugh! aussi tiens...

      Supprimer
    2. Je ne pense pas que vous soyez sotte (du moins, je ne le pense pas a priori, puisque je ne vous connais pas). Je pense que vous êtes le produit d'une époque pitoyable, ce dont vous n'êtes évidemment pas responsable le moins du monde.

      Je trouve cependant pitoyable de vous voir vous coucher devant le pouvoir, alors que vous devriez, à mon sens, être au premier rang des barricades pour le maintenir à sa place.

      En ce qui concerne l'esclavage, j'attendrai que vous vous vous soyez renseignée à son sujet et que, là-dessus comme sur d'autres thèmes que nous avons déjà effleurés, l'historienne, chez vous, prenne le pas sur la petite militante.

      Supprimer
    3. Chut ! Il n'a pas relevé ton orthographe dans le début de ton précédent commentaire. Le réveille pas.

      Supprimer
    4. Amusants, mes trois "vous"…

      Supprimer
    5. Jegoun, ta gueule ! je les avais parfaitement relevées, mais il se trouve que les vieux réacs dans mon genre sont les derniers galants hommes…

      Supprimer
    6. Oui, j'ai écrit à l'arrache parce que j'écoutais Conchita Wurst dans le poste et que j'étais subjuguée.

      Vous vous vous êtes rigolo...

      Supprimer
    7. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    8. Trop tard! Je vous ai grillé! Vous savez pas faire de liens cliquables... C'est pas grave.

      Supprimer
    9. Merde ! fuck ! shit ! tout le monde peut se planter, quoi, bordel !

      Supprimer
    10. Rrrrôôô mais vous mettez pas cet état hein, vous allez claboter.

      Supprimer
    11. Pô du tout ! Je suis en pleine forme ! La dernière fois que j'ai fait du petit-vélo-qui-bouge-pas, à l'hôpital, le cardiologue m'a affirmé que j'avais un cœur de jeune homme. De jeune homme octogénaire, mais de jeune homme quand même.

      Supprimer
    12. OCTO? bah merde alors, j'aurais point cru.

      Supprimer
    13. Moi non plus. Mais il paraît qu'on a l'âge de ses artères, alors…

      Supprimer
    14. Oh vous savez les rumeurs...

      Supprimer
    15. Moi, depuis un an, je pratique plutôt les tumeurs…

      Supprimer
    16. Au fait, pourquoi on n'entend plus le gros frisé ridicule, depuis une heure ? il est déjà écroulé au pied du comptoir, ou bien ?

      Supprimer
    17. Je ne parle pas aux vieux cancéreux qui ne savent pas faire des liens corrects.

      Supprimer
    18. Le gros frisé regarde l'eurovision mais sur les resos socials :)

      Supprimer
    19. Je ne suis plus cancéreux, tête d'endive ! Là-dessus, je salue tout le monde : il est l'heure d'aller sur France 2, m'énerver un peu contre ce connard d'Aymeric Caron.

      À demain, les gens…

      Supprimer
    20. En français, on dit : les résals sociaux.

      Bon, cette fois, je vais retrouver mon Aymeric…

      Supprimer
  5. Je je je sais, on on on me l'a souvent dit.

    Sinon, pour la peine, moi aussi, j'y suis allé de mon petit billet sur l'esclavage.

    RépondreSupprimer
  6. Y'a Filoche chez Ruquier. Le cœur du vieux va lâcher.

    RépondreSupprimer
  7. programme économique du vieux stal excité, qui se déguise en socialo pour mieux attirer les petits chaperons roses : je passe aux 32 heures voire aux 30, je pique l'argent des riches et bye bye la crise, le chomage, la désindustrialisation, la dette et les crises cardiaque (oui, il a osé en parler dans sa profession de foi) Putain, l'extrème gauche, vous n'avez pas honte qu'un type comme lui parle en votre nom ? A coté de lui, valls, hollande ou marine sont des prix nobels d'économie De plus, dire que c'est le travail qui provoque des crises cardiaques et d'une connerie sans nom (les médecins nous disent plutot que c'est le stress ou le manque d'activité physique qui les provoque) Or, le stress n'est pas présent qu'au travail mais dans la societé dans son ensemble (les médias, les télephones portables, internet, les films, les jeux vidéos, les rencontres amoureuses virtuelles ou pas, les sorties en boites de nuit, tout est potentiellement stressant dans le monde actuel) Comme d'hab, le gauchiste simplifie tout Certes, je deteste ces pédants de sociologues ou philosophes qui adorent utiliser des mots d'une autre langue ou faire des néologismes pour impressionner leur lecteur, mais quand meme Filoche l'ignore sans doute, mais c'est un homme très religieux Sa philosophie est proche du bouddhisme, de l'islam rigoriste ou du judaisme non réformé: le bien d'un coté, le mal de l'autre Des bonnes actions et des mauvaises, pas de juste milieu Le peché originel ne touche pas l'ensemble de l'humanité comme pour les chrétiens mais seulement une partie d'entre elle Vous etes pauvre, faisant partie d'une minorité ethnique ou sexuelle, vous etes de gauche ? Dieu vous pardonne Vous etes un homme blanc riche et de droite ? Horresco referens Du pour manichéisme pour ados boutonneux ou ménagère de moins de 50 ans Saint filoche, aide nous a distinguer le bien du mal Et bien sur, personne n'a osé contredire la sainte parole du christ filoche Pas de ça dans le temple du sacro-saint service publique Polony est peut etre de droite, mais sur l'économie, elle ferait passer zemmour ou nda pour des ultras-libéraux Elle pourrait reprendre la devise soralienne : gauche du travail et droite des valeurs Hélas, la plupart de ceux qui partagent cette philosophie finissent très mal en général, que ce soit aujourd'hui ou hier Ce genre d'idéologie ne fait pas fuhrer très longtemps Lol

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. P'tain vous faites encore plus de de fautes d'orthographe que Filoche lui-même.

      Supprimer
  8. PS : des volontaires pour dire a Polony et a Filoche que quand on tente de mettre la théorie marxiste en pratique, cela fini toujours très mal ?

    RépondreSupprimer
  9. Sinon, des volontaires pour une journée spéciale en l'honneur des victimes du communisme passées, présentes et futures ? (oui le communisme n'a pas encore été aboli contrairement au fascisme ou a l'esclavage)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le fascisme a été aboli? Vous plaisantez?

      Supprimer
  10. "je pense que les lois sont indispensables pour qualifier tel ou tel evenemment historique" Et des gens comme vous ont hurlé dès que sarkozy pondait de nouvelles lois en fonction de tel ou tel fait divers La France compte de nombreux descendants de victimes de la révolution française,de la commune, de la crise de 29 ou de je ne sais quoi encore Pour ma part ma famille paternelle a été victime du communisme stalinien Au nom de quoi me refuseriez vous le droit a mon jour de deuil reconnu par l'état et inscrit dans la constitution avec visite présidentielle ou ministérielle La loi n'a pas a se meler de l'histoire, on ne peut jamais revenir en arrière, ce qui est fait et fait inutile de légiferer la dessus Sinon vous enculez les mouches C'est aux historiens d'écrire ou de réecrire l'histoire pas au pouvoir politique Les athées sont les premiers a gueuler quand les religieux écrivent l'histoire ou la réinterprètent selon leurs croyances mais se foutent comme de l'an 40 que le pouvoir politique fasse de meme

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "C'est aux historiens d'écrire ou de réecrire l'histoire pas au pouvoir politique", c'est exactement ce que je dis.
      C'est vous qui enculez les mouches.

      Supprimer
    2. Mais qu'est ce queue t'as contre la diptèrophilie ? ......
      Serais tu diptèrophobe ? .......

      Supprimer
  11. C'est surtout le capitalisme qui règne sur le monde et lui continue à tuer massivement au nom de l'Inégalité instituée. Je trouve scandaleux et absurde de diffamer le socialisme authentique que représente Mr Filoche. Ce monsieur parle dignement, au nom des plus pauvres du contrôle démocratique de l'économie et autres dimensions de l’existence humaine; ce qui n'a rien à voir avec le système tyrannique transformé en monstruosité politique par Staline!!!!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai beaucoup de respect pour Gérard Filoche.

      Supprimer

Vous qui passez par là, ne restez pas anonyme et choisissez au moins un pseudo.
Et si vous voulez balancer du lien, intégrez cette balise