07/01/2015

Les larmes et l'incompréhension #CharlieHebdo

J'ai été terrassée par cette nouvelle. Quand j'ai allumé la télé au boulot, c'est le nom de Cabu que j'ai entendu en premier. Cabu. Mon enfance. Ma lecture. Mes barres de rire quand je regardais ses caricatures. Puis Charb. Puis Wolinski. Puis Tignous. Bernard Maris. Et les autres. Les forces de l'ordre.
Je n'ai rien compris.
Comme des balles dans ma tête.
Je ne comprends pas.
Je suis atterrée. Et j'ai pleuré. Sans contrôler. Pour la première fois de ma vie, un drame public m'a fait pleurer.


L'heure est au recueillement, à l'unité nationale. Les déclarations publiques de nos politiques se sont enchaînées les unes après les autres. François Hollande parfait. Nicolas Sarkozy digne. Marine Le Pen soft. Je n'ai pas honte de l'écrire.

Un seul a fait preuve d'une indécence intolérable à moins de 2 heures du drame: Nicolas Dupont-Aignan.