Le chômage, comment ça marche ? Message de service à Jean-Marie Le Guen

Mon cher Jean-Marie,

S'il est bien un sujet qui me tient particulièrement à cœur - en plus des droits des femmes, de la lutte contre le racisme, de la défense du du satanique lobby LGBT, et autres préoccupations gauchisantes - ce sont les droits des chômeurs, leurs conditions de vie, leur moral, leur lutte incessante pour retrouver un job.

Parce que vois-tu - tu ne m'en voudras pas de te tutoyer puisque nous sommes sensés être camarades - j'ai moi-même eu l'immense privilège d'être au chômage 19 mois.
  • 19 mois pendant lesquels j'ai perçu 57% de mon salaire, autrement dit environ 840€ par mois, 900 pour les mois de 31 jours.
  • 19 mois pendant lesquels je me suis levée à 7h30 "pour garder le rythme" et une vie sociale normale.
  • 19 mois pendant lesquels la fin du mois arrivait le 5 de chaque mois.
  • 19 mois pendant lesquels Pôle Emploi m'a proposé d'être conductrice de bus, hôtesse de charme sur le web, rabbin, ou encore assistante sociale dans l'Armée de l'Air.
  • 19 mois pendant lesquels Pôle Emploi m'a proposé des offres d'emploi d'avenir, de CUI CAE ou de contrat d'apprentissage alors que je n'étais pas éligible.
  • 19 mois pendant lesquels je me suis demandé quel était l'intérêt d'être Bac + 8.
  • 19 mois pendant lesquels je n'ai eu que 3 RDV avec ma conseillère Pôle Emploi.
  • 19 mois pendant lesquels j'ai envoyé 342 candidatures spontanées qui n'ont reçu que 42 réponses. Négatives, cela va sans dire.
Mais je peux aussi te raconter mon aventure de chômeuse.
  • Fin de contrat le 31 août 2011
  • 1er RDV chez Pôle Emploi 3 semaines plus tard
  • Reçu de la notification de refus de prise en charge 1 mois plus tard
  • Prise en charge de mon ancien employeur de la fonction publique 4 mois plus tard
Autrement dit, je suis restée 4 mois sans aucune source de revenu. Mais c'est un détail.
Et c'est tellement un détail que j'ai contracté des dettes auprès de proches et d'organismes de crédit pour subvenir à mes besoins pendant cette sinistre période. Que tu sois rassuré, ils sont tous remboursés aujourd'hui. Mais c'est un détail.

Aujourd'hui, Jean-Marie, tu préconises de revenir sur le montant et la durée des allocations chômage au prétexte que l'Assurance chômage est en déficit, que ça coûte cher et blablabli et blablabla.

La première question que je me pose : ne serait-il pas plus juste de lutter efficacement contre le chômage, afin qu'il y ait moins de chômeurs, et donc moins d'indemnités versées? Ainsi le déficit de l'Assurance chômage se résorberait autrement qu'en ponctionnant encore davantage celles et ceux qui n'ont déjà plus grand chose. Je pose la question.

La deuxième question que je me pose : quand va-t-on enfin réformer cette usine à gaz scandaleusement déshumanisée qu'est devenu Pôle Emploi?
  • des offres d'emploi sélectionnées et envoyées par des robots,
  • des codes ROME qui n'ont rien avoir avec le profil des candidat-e-s,
  • le 39 49 qui ne répond pas ou, quand il répond, il faut raconter pour la 62ème fois, la même histoire, sans cesse et sans cesse rabâchée,
  • les mois pendant lesquels on ne touche rien, rien du tout Jean-Marie. Rien. Pas un euro pendant plusieurs mois sous prétexte que la lourdeur administrative est telle qu'il faut parfois 4 mois minimum pour indemniser un chômeur selon qu'il est issu de la fonction publique, ou de l'audiovisuel par exemple. 
Enfin, dernière question : de quoi je me mêle? N'es-tu pas sensé être Secrétaire d’État chargé des Relations avec le Parlement ?
En bon camarade, je ne doute pas que tu sauras faire fi de mon agacement passager. Et en bon camarade, je t'invite à lire tous les autres billets que j'ai écrits sur le sujet afin que tu mesures pleinement le désarroi et les grands moments de solitude que les chômeurs peuvent être amenés à traverser.
Et je ne ne doute pas que tu comprendras que l'urgence n'est pas à l'abaissement de la durée et du montant des allocations.

Amitiés,

Elodie

Vous aimerez aussi

18 commentaires

  1. Ce n'était pas ton cas mais tu aurais pu aussi mentionner le fait que la moitié environ des chômeurmeuses ne sont tout simplement PAS indemnisés. Mais ce n'est qu'un détail dirait un autre Jean-Marie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Certes. Mais j'ai préféré ne parler que de ce que je connais.

      Supprimer
  2. Excellente mise au point plus que nécessaire, la dérive de Le Guen et de ses amis tendance droite du PS n'a dorénavant plus de limite. C'est usant .... et après ils se demandent pourquoi ils perdent toutes les élections..... mais quand on déçoit son propre électorat, celui-ci va ailleurs.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et nous risquons bientôt de pleurer encore davantage ........

      Supprimer
  3. Stéphanie .......................15 janvier 2016 à 15:57

    Gouvernance par la peur : Peur du FN , peur du terrorisme , peur du chomage ....... On ne peut pas gouverner longtemps par la peur ...........

    RépondreSupprimer
  4. C'est la simple conséquence de la politique économique complètement stupide menée par Hollande depuis 2012 au service du MEDEF tout autant stupide.

    Hollande aura été une calamité encore pire que Sarko, c'est pas peu dire...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui oui bien sûr. Tous les évènements de 2011 que je relate sont de la faute de Hollande.

      Supprimer
    2. Non, mais c'est encore pire avec lui, sur tous les plans.

      En quoi être au chômage à l'époque est il pire que maintenant ?

      On peut rajouter les déclarations immondes de Rebsamen à celles de Le Guen.

      Supprimer
    3. "En quoi être au chômage à l'époque est il pire que maintenant ?"
      Je ne sais pas, j'ai la chance de ne plus être au chômage depuis juin 2013.
      "Non, mais c'est encore pire avec lui, sur tous les plans." => des exemples précis et comparatifs ?

      Supprimer
  5. Pourquoi milites-tu dans un parti que tu critiques autant?
    Did

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne le critique pas tant que ça tu sais. Ce n'est pas parce que je m'oppose à JM Le Guen ou au projet de déchéance de nationalité que je dois quitter le PS.
      Et puis, je ne connais pas un seul militant, quel que soit le parti, qui soit 100% en phase avec ses instances ou ses dirigeants.

      Supprimer
  6. Bonjour,
    Je ne connais pas votre profil mais un bac+8 ne veut rien dire. J'ai rencontré trop de gens qui ont des bac+5 et des doctorats dans des domaines où l'offre d'emploi est inexistante. Il faut aussi se poser les questions de l’attractivité de son diplôme avant de s'engager dans les études plutôt que d'être désolé après. Faire un doctorat en Astronomie, Histoire Géo, psycho, socio, lettre...ouvre peu de portes.

    Ensuite je suis d'accord avec votre commentaire sur le fait de lutter contre le chômage mais le problème est que notre pays a sombré dans le socialisme il y a presque 40 ans et que ce soit le PS ou l'ancien UMP on pratique la même politique collectiviste socialiste à savoir toujours plus de dépenses publiques et de fiscalité. Nos PMEs ont la fiscalité la 2ème plus élevée sur leurs résultats avec 62.7% de ponction (derrière l'Italie), les dépenses publiques sont passées de 44% du PIB en 1980 (moyenne des pays de l'OCDE) à quasiment 58% aujourd'hui (les 2èmes plus élevées au monde) et après on dit que notre pays est libéral. C'est la théorie Shaddock à force de le répéter les gens s'en sont persuadés pourtant la France est loin d'être libérale.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Il faut aussi se poser les questions de l’attractivité de son diplôme avant de s'engager dans les études plutôt que d'être désolé après. Faire un doctorat en Astronomie, Histoire Géo, psycho, socio, lettre...ouvre peu de portes."
      Et bien il faudrait pour cela que les doctorats soient mieux considérés et plus valorisés car ce sont de vrais jobs, même si on est encore officiellement étudiants, et le champ de compétences que l'on développe en doctorat peut largement intéresser les recruteurs les plus variés... A conditions qu'ils n'aient pas de préjugés sur les docteurs ès Sciences...

      Supprimer
    2. On est d'accord sur la valorisation du doctorat mais reste que certains secteurs offrent peu de perspectives à part des postes de maîtres de conférence et vu le nombre de postes limités c'est très risqué. Je pense que beaucoup d'étudiants s'engagent dans des études sans réfléchir. La France forme 1/3 des étudiants de psycho de toute l'Europe, forcément à la sortie ça fait beaucoup de compétition.

      Ensuite vu qu'il est difficile de licencier en France, les recruteurs ne prennent pas de risque et je les comprends. Si nous voulons que ça change il faut libéraliser le système dans son ensemble: contrat de travail unique (même pour les fonctionnaires cad possibilité d'être licencié) et tout le monde aura sa chance et sera égal devant les prêts immobiliers, la location... Mais bon chacun défend son corporatisme on le voit encore avec les taxis.

      ps: j'ai aussi un doctorat, en mécanique

      Supprimer
  7. "des exemples précis et comparatifs"

    Vous vivez sur quelle planète pour poser une telle question ? C'est consternant...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sur la même que vous. Je vous invite à débattre, ne soyez pas grossier, ou grossière.
      ET prenez au moins un pseudo.

      Supprimer

Vous qui passez par là, ne restez pas anonyme et choisissez au moins un pseudo.
Et si vous voulez balancer du lien, intégrez cette balise