31/10/2016

On dirait que l'heure est au coming out politique. Entre les sondages qui tombent toutes les 3 minutes et 42 secondes, les soutiens qui s'affichent un peu partout toutes les 5 minutes et les scénarios de politique fiction qui sortent de la tête des uns et des autres, on a de quoi papoter à la machine à café ou accoudé-e-s au comptoir.
Comme Jégoun, je crois que je fais partie des 4% qui "sont satisfaits" de la politique menée par François Hollande. Je dis "je crois" car pour être tout à fait honnête, je ne suis pas satisfaite à 100%. Mais du coup, ça fait trop de pourcentages dans la même phrase. Je ne suis pas 100% satisfaite mais je fais partie des 4% qui le soutiennent à 99%.

Mince, c'est encore pire.

Je ne suis pas 100% satisfaite car, à défaut d'avoir un bretzel coincé dans la gorge, j'ai encore en travers le monumental bad buzz de l'"Affaire Léonarda", les couacs à répétition des premiers mois de mandat, la lenteur avec laquelle le Gouvernement a accouché du mariage pour les couples de même sexe, déroulant un boulevard à tous les réacs, moisis et homophobes de France et de Navarre pendant 9 mois, la déchéance de nationalité, le 49.3, les lois fourre-tout qui portent les noms de Macron et El Khomri, le droit de vote des étrangers aux élections locales, passé à la trappe, le CICE dont on cherche encore les effets...
Quant au best-seller de la rentrée qui frôle avec le ras-des-pâquerettes (j'ai commencé à le lire, j'avoue que je traîne un peu des pieds), on aurait aussi pu s'en passer.

Ça fait beaucoup tu me diras... C'est pas faux.

Et pourtant. Je suis malgré tout satisfaite:
  • Du rétablissement de la formation des enseignants
  • De la création des emplois d'avenir
  • De la mise en place du compte pénibilité
  • Du mariage pour les couples de même sexe
  • De la loi sur le non-cumul des mandats
  • De la prime d'activité étendue aux 18-25 ans
  • De la garantie jeune
  • Du dispositif embauche PME
  • De la création du compte personnel de formation
  • Du remboursement intégral de la contraception pour les mineur-e-s
  • De la prise en charge intégral de l'IVG
  • De la revalorisation des bourses étudiantes et la bourse lycéenne
  • De la revalorisation de l'allocation rentrée
  • De l'encadrement des stages
  • De la lutte contre la fraude fiscale
  • Du rétablissement de l'ISF
  • De la réduction du budget de l'Elysée et de la baisse des salaires des Ministres et du Président
  • Des 60 000 postes dans l’Éducation Nationale
  • De la revalorisation du point d'indice des fonctionnaires
  • Du retour à l'équilibre d'une partie de la sécurité sociale
Et du rattrapage d'un certain nombre de conneries léguées par la droite comme, par exemple, pris au hasard de l'actualité, la suppression de 13 000 postes dans la gendarmerie et la police.
Au hasard.

Ça fait beaucoup tu me diras... C'est pas faux.

Et pourtant, je dois être maso car aucune de ces mesures ne me concerne personnellement.
J'ai le malheur de ne pas être lesbienne en emploi d'avenir, de ne pas payer l'ISF, de ne jamais avoir avorté, d'avoir plus de 25 ans et d'être sans enfant, en CDI mais pas dans l’Éducation nationale, de ne pas être en stage et de n'avoir jamais fraudé le fisc, de ne pas être fonctionnaire dans un emploi pénible.

Mais comme je suis convaincue que l'homme ou la femme providentiel-le n'existe pas et qu'un-e Président-e faisant l'unanimité relève du fantasme sous acide, me voilà dans le camp des 4%... Ou la secte. C'est selon.

Je dois être maso car je me fais insulter à tour de bras. Ou alors, j'ai le cuir solide comme dirait Pépère.

Cela dit, en parlant d'insultes, il serait de bon ton que les "camarades" estampillés FH2017, Montebourg, Hamon, Macron ou MNL2017 arrêtent d'insulter tout le monde à tour de bras. C'est pas comme ça qu'on fait campagne les p'tits chats.

Insultons la droite et l'extrême-droite en chœur et de bon cœur car c'est de bonne guerre et ce ne sont pas les occasions qui manquent en ce moment.

Allez-y, ouvrez les vannes, j'ai enfilé ma combi.

28/10/2016

Hier, un sondage est ressorti des archives du web et m'a interpellée.
Il date de mai dernier et émane d'Amnesty International:
82% des Français-es se disent favorable à l'accueil des réfugiés.
Et soudain, je me dis qu'il reste quelque chose de bon dans l'humain... Que, non la France n'est pas un pays xénophobe et raciste, que non, nous ne sommes pas entourés que de fachos qui déversent par semi-remorques entiers toutes sortes d'insultes paranoïaques et apocalyptiques sur "le migrant", ce voleur violeur qui n'est là que pour profiter du système et poser des bombes, sur cette théorie fantasmagorique du grand remplacement...

Que s'est-il passé depuis mai 2016 pour qu'aujourd'hui, au grand jour et sans la moindre inquiétude, la fachosphère soit devenue la seule nébuleuse audible, écrasant tout sur son passage en polluant le web de ses commentaires nauséabonds?

Que s'est-il passé depuis mai 2016 pour que ces 82% de Français-es déclarent aujourd'hui qu'ils vont voter pour la droite, pour l'extrême-droite, ou pour la droite dure et décomplexée? Ils sont favorables à l'accueil des réfugiés mais vont voter pour des candidat-e-s qui n'ont pour seul programme que de les renvoyer "chez eux", sous les bombes, en passant par la Méditerranée, cette Grande Bleue devenue le cimetière de milliers d'entre eux depuis plusieurs mois.

Hier encore, la rédaction de France 3 Midi Pyrénées est sortie de sa réserve en dénonçant des commentaires insupportables sur sa page Facebook suite à la publication d'un article relatif à l'accueil de réfugiés à Toulouse.

La France, ce pays qui a accueilli par milliers des Italiens, des Polonais, des Espagnols, des Maghrébins, des Russes avant, pendant ou après les guerres qui ont secoué l'Europe au XXème siècle, est-elle (re)devenue un pays raciste, égoïste, parano?
Les ratonnades seraient-elles redevenues le dernier sport à la mode?

Cette ambiance puante n'est pas sans rappeler celle de Gringoire, journal pamphlétaire qui a ouvertement glissé dès 1936 vers l’antisémitisme et la xénophobie.
Sommes~nous le dépotoir du monde?
Par toutes nos routes d’accès, transformées en grands collecteurs coule sur nos terres une tourbe de plus en plus grouillante, de plus en plus fétide.
C’est l'immense flot de la crasse napolitaine, de la guenille levantine, des tristes puanteurs slaves, de l'affreuse misère andalouse, de la semence d’Abraham et du bitume de Judée ; c'est tout ce que recrachent les vieilles terres de plaies et de fléaux.
Doctrinaires crépus, conspirateurs furtifs, régicides au teint verdâtre, pollaks mités, gratin de ghettos, contrebandiers d’armes, pistoleros en détresse, espions usuriers, gangsters, marchands de femmes et de cocaïne, ils accourent précédés de leur odeur, escortés de leurs punaises [...].
Naguère les Russes, ensuite, les Polonais, l puis les Grecs, puis les Italiens qui suivirent les Allemands, précédant les Espagnols [...].
Ouvriers, paysans, bourgeois, anciens combattants, on prend la place de vos fils, on vous mène a la boucherie, on vous impose silence... Et vous n’avez pas honte?
Des vagabonds de grandes routes viennent chez vous, disposer de votre patrimoine, s’emparer de votre gagne-pain, vous bâtonner devant vos femmes... Et vous n’avez pas honte?
Les conseils de l’État se tiennent en yiddish, le Chef du gouvernement salue en riant l’étendard des sans patrie ; à l’heure même où, dans les cabinets ministériels, le drapeau de la France a remplacé le papier hygiénique... Et vous n’avez pas honte?
En 1936, Gringoire publiait ça:


Depuis 2 ans, Valeurs actuelles publie ça:

 Quelle différence?

13/10/2016

Les Françaises ont le droit de vote depuis 1944. Depuis 1944, elles ont donc le droit, comme les hommes, de s'exprimer par le suffrage. Évidemment, comme les hommes, elles ont aussi le droit voter pour tout et n'importe quoi. Il n'y a pas de raison que les hommes aient le monopole de la connerie politique. 
Donc les femmes votent elles aussi pour le FN. Et de plus en plus. Comme les hommes. Et puis, comme dirait Gérard accoudé au comptoir, "Maintenant que Marine et Marion sont à la tête du Front, les femmes, elles se sentent plus représentées tu vois."
Ouais ouais, je vois. Je vois même très bien l'idée.

Sauf que... J'ai un peu de mal à comprendre qu'une femme, un temps soit peu soucieuse de ses droits, de ses libertés individuelles, un temps soit peu consciente de la nécessaire égalité entre femmes et hommes, puisse voter pour un parti dirigé par une femme qui n'a de cesse de faire régresser les droits des femmes. Et dont la nièce écervelée ne fait guère mieux.

Alors autant te dire que quand je suis tombée là-dessus, ça m'a bien fait marrer:


Enfin... "marrer", façon de parler.

Parce que les droits des femmes pour le Front, c'est au foyer, enceintes, mariées et dociles. La liberté des femmes pour le Front, c'est celle de se taire, de faire ce qu'on leur dit et sans broncher.

Entre Marine Le Pen qui considère que les femmes pratiquent une IVG comme elles vont au supermarché et qui va jusqu'à parler d'"IVG de confort" et Marion Maréchal-Le Pen qui compare la suppression du délai de réflexion de 7 jours à un droit de rétractation quand on achète un micro-ondes, pas de doute, le droit des femmes à disposer de leurs corps à la sauce frontiste, c'est du lourd.

 

Et pour leur couper l'envie d'aller au supermarché des IVG toutes les 5 minutes, rien de tel qu'un bon coup de rabot aux subventions accordées au Planing familial.

On pourra aussi se rappeler de la brillante idée de Dominique Martin, eurodéputé frontiste bas du front, au Parlement européen l'année dernière, de (re)donner aux femmes "la liberté de ne pas travailler" pour "s'occuper de leur foyer" et "donner une meilleure éducation aux enfants".

Autrement dit, si on veut que le chômage baisse, il serait de bon ton que les gonzesses arrêtent de bosser en piquant le taf des mecs. Et pour lutter contre l'insécurité, si les gonzesses pouvaient privilégier l'éducation de leurs chiards au lieu d'aller bosser, ceux-ci ne deviendraient des délinquants.

"Les droits des femmes, c'est Marine!"...
C'est à peu près aussi vrai que d'affirmer que "la probité en politique, c'est Sarkozy!" ou "l'avenir, c'est Juppé!". Un oxymore non?

D'ailleurs, les droits des femmes, c'est tellement Marine que Marion Maréchal-Le Pen et Gilbert Collard, les deux députés frontistes qui siègent (quand ils n'ont pas poney) à l'Assemblée nationale, ont systématiquement voté contre toutes les lois qui visaient à protéger et défendre les droits des femmes:
  • Loi pour l'abolition du système prostitutionnel
  • Loi pour l'égalité réelle entre les femmes et les hommes
  • Loi sur le harcèlement sexuel
Alors non... Vraiment. Je peux entendre le ras-le-bol politique des électeurs et des électrices. Je peux entendre "on a essayé la gauche, on a essayé la droite, essayons l'extrême"... Si si je peux, je t'assure.
Mais qu'une femme puisse aller voter Le Pen aux Présidentielles ou à n'importe quelle autre élection, je l'entends, mais je ne le comprends pas.
Et je ne le comprendrai jamais.
Jamais.