28/10/2016

La haine de l'Autre: nouveau sport national?

Hier, un sondage est ressorti des archives du web et m'a interpellée.
Il date de mai dernier et émane d'Amnesty International:
82% des Français-es se disent favorable à l'accueil des réfugiés.
Et soudain, je me dis qu'il reste quelque chose de bon dans l'humain... Que, non la France n'est pas un pays xénophobe et raciste, que non, nous ne sommes pas entourés que de fachos qui déversent par semi-remorques entiers toutes sortes d'insultes paranoïaques et apocalyptiques sur "le migrant", ce voleur violeur qui n'est là que pour profiter du système et poser des bombes, sur cette théorie fantasmagorique du grand remplacement...

Que s'est-il passé depuis mai 2016 pour qu'aujourd'hui, au grand jour et sans la moindre inquiétude, la fachosphère soit devenue la seule nébuleuse audible, écrasant tout sur son passage en polluant le web de ses commentaires nauséabonds?

Que s'est-il passé depuis mai 2016 pour que ces 82% de Français-es déclarent aujourd'hui qu'ils vont voter pour la droite, pour l'extrême-droite, ou pour la droite dure et décomplexée? Ils sont favorables à l'accueil des réfugiés mais vont voter pour des candidat-e-s qui n'ont pour seul programme que de les renvoyer "chez eux", sous les bombes, en passant par la Méditerranée, cette Grande Bleue devenue le cimetière de milliers d'entre eux depuis plusieurs mois.

Hier encore, la rédaction de France 3 Midi Pyrénées est sortie de sa réserve en dénonçant des commentaires insupportables sur sa page Facebook suite à la publication d'un article relatif à l'accueil de réfugiés à Toulouse.

La France, ce pays qui a accueilli par milliers des Italiens, des Polonais, des Espagnols, des Maghrébins, des Russes avant, pendant ou après les guerres qui ont secoué l'Europe au XXème siècle, est-elle (re)devenue un pays raciste, égoïste, parano?
Les ratonnades seraient-elles redevenues le dernier sport à la mode?

Cette ambiance puante n'est pas sans rappeler celle de Gringoire, journal pamphlétaire qui a ouvertement glissé dès 1936 vers l’antisémitisme et la xénophobie.
Sommes~nous le dépotoir du monde?
Par toutes nos routes d’accès, transformées en grands collecteurs coule sur nos terres une tourbe de plus en plus grouillante, de plus en plus fétide.
C’est l'immense flot de la crasse napolitaine, de la guenille levantine, des tristes puanteurs slaves, de l'affreuse misère andalouse, de la semence d’Abraham et du bitume de Judée ; c'est tout ce que recrachent les vieilles terres de plaies et de fléaux.
Doctrinaires crépus, conspirateurs furtifs, régicides au teint verdâtre, pollaks mités, gratin de ghettos, contrebandiers d’armes, pistoleros en détresse, espions usuriers, gangsters, marchands de femmes et de cocaïne, ils accourent précédés de leur odeur, escortés de leurs punaises [...].
Naguère les Russes, ensuite, les Polonais, l puis les Grecs, puis les Italiens qui suivirent les Allemands, précédant les Espagnols [...].
Ouvriers, paysans, bourgeois, anciens combattants, on prend la place de vos fils, on vous mène a la boucherie, on vous impose silence... Et vous n’avez pas honte?
Des vagabonds de grandes routes viennent chez vous, disposer de votre patrimoine, s’emparer de votre gagne-pain, vous bâtonner devant vos femmes... Et vous n’avez pas honte?
Les conseils de l’État se tiennent en yiddish, le Chef du gouvernement salue en riant l’étendard des sans patrie ; à l’heure même où, dans les cabinets ministériels, le drapeau de la France a remplacé le papier hygiénique... Et vous n’avez pas honte?
En 1936, Gringoire publiait ça:


Depuis 2 ans, Valeurs actuelles publie ça:

 Quelle différence?

5 commentaires:

  1. Bravo. Au nom de toute la non et l'anti-fachosphère, soit plus de 80 % des français, j'ai l'honneur de te décorer de l'ordre du mérite antifasciste. Il est bon en effet de rappeler ces évidences factuelles. Tu as bien mérité ton 🔻. Quant aux explications, elles sont connues. Ces cracheurs de vomi malodorant sont beaucoup plus présent et mieux organisés, structurés, sur le net et notamment les réseaux sociaux que nous autres... Ainsi, rien que sur twitter, les guignols au zigougoui pro-chrétiens, la teamRDN, les comptes de la #patrisophère, le FN,etc etc, là où je me sens parfois bien seul, d'où l'idée de ce triangle rouge pour leur montrer que nous sommes bien présents, nous aussi, et (je rêve) s'il s'amplifiait, pour démontrer notre supériorité numérique et démocratique. Dernière explication, lire ce billet qui ne peut être résumé en quelques mots tant il brasse de complexité dans les rapports entre pratiques des journalistes, des militants racistes, des défaillances des systèmes de modération des réseaux sociaux etc etc etc... https://gauchedecombat.net/2016/10/25/journalistes-et-reseaux-sociaux-un-couple-denfer-journalismedebout/

    RépondreSupprimer
  2. Ouh la ! mais c'est le désert, par chez vous ! Quand on n'a plus que ce brave Adolfo Ramirez (dit aussi : le brasseur de complexité) comme commentateur, c'est que ça commence à sentir méchamment le sapin…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je viens de voir le billet, je commente et je claque une bise à la taulière.

      Supprimer
    2. Fred Camino, je claque aussi.
      Didier Goux, en effet, ça commente de moins en moins mais ça lit et ça visite de plus en plus.

      Supprimer
    3. On dit ça, on dit ça ! Il n'empêche que, il n'y a pas encore si longtemps, vous aviez des commentateurs impériaux, genre Nicolas et moi, et que, maintenant, vous récupérez les délateurs professionnels, les petits parasites lorrains qui passent leurs journées à dénoncer les déviants à la police, comme ils le faisaient déjà dans les glorieuses années 40. Il ne vous manque plus que les Lyonnais anti-esclavagistes professionnels…

      Supprimer

Vous qui passez par là, ne restez pas anonyme et choisissez au moins un pseudo.
Et si vous voulez balancer du lien, intégrez cette balise