Toi aussi, refonde le Parti socialiste


Faut-il que la situation soit si grave pour que je reprenne le clavier? Grave, non. Pathétique et ubuesque, carrément. Sans doute aussi mon blog me manquait-il un peu.

Mais qu'importe. Je reprends le clavier pour essayer de te prouver que le Parti socialiste n'est pas (complètement) mort. Il est juste en mode zombie, façon walking dead. Il marche, mais n'importe comment. et depuis trop longtemps.

Avant-hier soir, dans toutes les provinces de France et de Navarre était organisé un grand raout dont seul le PS a le secret: un vote en sections pour dire comment on voit le PS demain, comment on veut qu'il tourne et par quels moyens.

Un joli QCM reçu il y a 15 jours avec sommation à tous-tes les secrétaires de section d'organiser la chose en bonne et due forme. 

Si on met de côté les quelques rares sections disposant d'un local bien à elles, autant te dire que pour toutes les autres, dont les 3/4 sont dans des villes de droite, décrocher une salle disponible auprès des services municipaux en 15 jours, c'était carrément mission impossible.
Voilà donc les quelques milliers de militants, à jour de cotisation, se diriger les uns chez les autres... Enfin, chez la bonne âme qui a bien voulu organiser le vote chez elle, avec un saladier en guise d'urne.

Outre le côté pittoresque de la chose, le meilleur reste à venir: le QUESTIONNAIRE. Ou plus joliment nommé "La Feuille de Route" accompagnée d'un "Bulletin de vote" en forme de questionnaire.


Avec un joli en-tête plein de promesses:

"Une nouvelle page de l'histoire du socialisme démocratique"

Diantre!

 

"Réside dans ses militant-e-s"

Sans blague?
Il serait plus que temps!

Plus que temps que la moralisation et la transparence retrouvent leur place non pas seulement dans les pratiques du PS mais aussi dans ses statuts. Et que ces statuts soient, non seulement respectés mais aussi en adéquation avec le XXIème siècle, avec la vie des militant-e-s et avec la réalité du terrain. Il serait plus que temps aussi qu'on arrête de s'asseoir sur ces statuts quand bon nous semble et qu'on les ressorte du dessous du tapis juste quand ça nous arrange. Et ils ne doivent plus être à géométrie variable selon qu'on est "un-e militant-e de base" comme on dit, "un-e cadre du parti", "un-e élu/e" ou que sais-je encore.
(Tu noteras que j'emploie volontairement la première personne du pluriel).

Il est plus que temps que les militant-e-s soient vraiment associé-e-s à la vie du PS, autrement que pendant un Congrès tous les 3 ans, autrement qu'en votant pour des désignation de candidat-e-s déjà désigné-e-s en amont sur un coin de table, dans un couloir feutré de l'Assemblée, autour d'un bon repas entre deux-trois "chefs à plumes", quand ce n'est pas carrément dans le bureau du Premier Ministre. Autrement qu'en étant sollicité-e-s quand le navire coule et que la maison-mère a été mise en vente après une hypothèque de 8 millions d'euros, pour cocher des cases dans un QCM.
Il serait plus que temps que le PS arrête de nous demander de nous prononcer, soit sur des trucs existant déjà, soit sur des trucs qu'on a déjà essayés et qui n'ont pas fonctionné, ou encore sur des trucs tellement évidents qu'on a même peine à croire qu'on nous demande si on est d'accord.

Il serait plus que temps aussi que tous-tes les prétendant-e-s au poste tant convoité de Premier Secrétaire National, qui ont torpillé les dernières campagnes socialistes, se fassent un peu oublier et n'aient pas, justement, l'outrecuidance de briguer un tel mandat.

Il est temps désormais que le haut de la pyramide se penche un petit peu vers le bas de la pyramide (attention au torticolis et aux crises de vertige hein. Parce qu'on est loin, très loin, tout en bas) et qu'elle aille à la rencontre de celles et ceux qui font vivre le PS sur le terrain et qui ne sont plus bons qu'à coller des affiches ou a distribuer des tracts pour des candidat-e-s, soit qu'ils n'ont pas choisis, soit en qui ils ne croient pas, ou qui sont si mal entouré-e-s, dans les hautes sphères, que leur campagne ne ressemble à rien
Des militant-e-s désabusé-e-s qui ne reçoivent plus que des sommations de mobilisation, qui ne reçoivent plus d'informations propres au fonctionnement de leurs fédérations, qui découvrent une fois sur place que tout à déjà été décidé. Sans parler de celles et ceux qui ne reçoivent plus rien du tout, ou encore, des secrétaires de section tout puissants qui transmettent les infos seulement quand ils n’ont ni poney ni piscine.

Le PS crève de ces pratiques claniques, sclérosées par quelques happy fews privilégié-e-s qui ne touchent plus terre parce qu'ils ont le sentiment d'être au cœur du dispositif, au cœur du réacteur.

Le PS crève de ces baronnies, jadis solidement ancrées dans nos territoires, aujourd’hui perdues à cause de chefaillons champions du monde de billard et de coups foireux à 42 bandes, qui ont préféré sacrifier leurs territoires pour sauver leurs mandats en passant des accords tordus avec des élus ou des camarades encore plus tordus qu’eux.

Le PS crève de ces castes déchues qui, malgré leurs qualités, ne sont aujourd’hui plus animées que par une soif de vengeance et de reconquête, aux dépends des idées, du renouvellement et ne vivant que dans l’obscur souvenir de leurs victoires passées.

Le PS crève de ces pratiques... Mais (rassurons-nous comme on peut), les autres partis ne se portent guère mieux en termes de fonctionnement... La belle affaire.

Alors évidemment, je te vois venir, toutes ces remarques qui ne concernent que notre tambouille interne ne permettent pas de construire une ligne politique. Ah oui, parce que ça aussi on l'a perdu. La seule chose qu'on a à peu près réussi à faire, c'est le constat que le grand écart facial pendant 5 ans (avec claquage à l'arrivée) entre Gérard Filoche et Manuel Valls n'est pas possible. N'est plus possible. Et quand on a dit ça, on n'a pas dit grand chose.

Alors je ne sais pas si j'ai réussi à te prouver que le Parti socialiste n'est pas mort.

Mais ce qui est sûr, c'est que ses militant-e-s sont bien vivant-e-s et qu'ils en on ras-le-bol de faire de la politique sur les réseaux sociaux ou d'assister à des envolées lyriques par médias interposés de celles et ceux qui devraient être à leurs côtés, sur le terrain, sous la pluie, les mains dans le cambouis.

Bulletin de vote Elodie Jauneau refondation du PS

Vous aimerez aussi

11 commentaires

  1. Je crois que l'on parle plutôt d'UN en-tête que d'une…

    D'un autre côté, vu la manière dont on semble torturer les masculins et les féminins dans votre parti zombi, ça n'a guère d'importance.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Seul Nicolas a droit au "bah !" en commentaire, jeune fille ! D'autant que, manié par des mains inexpertes, il peut arriver que le bah blesse.

      Supprimer
  2. C'est vrai que c'est pénible ces textes avec des ..t-e-s.

    RépondreSupprimer
  3. Pas mal votre nouveau papier peint...

    RépondreSupprimer

Vous qui passez par là, ne restez pas anonyme et choisissez au moins un pseudo.
Et si vous voulez balancer du lien, intégrez cette balise