Mon confinement. Jour 2


Jour 2 du confinement mais Jour 1 du confinement total et Jour 3 de télétravail.
Je sais pas trop où on en est mais on y est.
On va dire que c'est mon Jour 2 de confinement sinon on va s'y perdre.
Mais je devais être ultra précise, je devrais dire mon Jour 1/2 puisque la dernière fois que j'ai été contact avec des congénères humains, c'était hier midi quand je suis allée donner mes plaquettes.
Donc mon compteur d'incubation est presque à zéro si j'ai bien compris.


3ème jour de télétravail et je n'ai jamais eu autant de réunions.

Des réunions à douze, à quatre, à sept, je crois même qu'à un moment, on était 18 connectés en même temps.
Vive Teams !
Des collègues avec des bébés sur les genoux, des collègues dans leurs piaules, d'autres avec un chat qui passe dans le champ de la caméra, d'autres encore qui ont des chaussons en forme de licornes, sans parler de ceux qui ont des voisins qui font des travaux ou une machine en mode essorage qui fait trembler leur ordi.
Mais ça bosse. 
Ça bosse dur, même. Et ça bosse bien.
On n'a jamais été aussi contents d'avoir des réunions finalement. C'est dire.
Et on n'en est qu'au jour 2.

Laisse tomber quand on en sera à 12 jours, avec des cheveux blancs faute de coiffeur, des barbes hirsutes faute de barbier ou qu'on aura la gueule de bois parce qu'on en est à 4 apéros par jour.
Mais j'avoue que voir ses collègues, bah ça fait du bien.
Dans la vraie vie, on passe notre temps à râler parce qu'on souffre de réunionites aiguës. Là, on est comme des gosses derrières nos écrans.
La journée est donc passée hyper vite.
J'ai rien compris.
J'ai relevé le nez, il était 17h45.

Véronique et Davina

Pleine de bonnes résolutions pour pas finir comme The Big Lebowski, j'ai transformé le salon de mon 2 pièces en salle de sport, j'ai mis l'album Voyager de Vitalic à fond et je me suis lancée dans une course effrénée de battements de jambes, gainages et autres cuisses-abdos-fessiers. 
30 minutes montre en main d'une espèce de course contre le temps du confinement.
Ce temps, trop chelou qui passe hyper vite alors qu'on sait que ça va être hyper long.
Une sort de slow motion qui tourne en boucle.
19h15, satisfaite du devoir accompli et de l'effort sportif en solitaire, tel Tom Hanks dans Seul au Monde, je me suis servi un verre de rosé.

Apéro virtuel

Mais pour pas boire seule, j'ai appelé une pote en visio. On est restée plus d'une heure comme ça à raconter des conneries, à dire du mal des gens qui construisent des châteaux forts en PQ ou qui continuent de se balader dehors dans Paris comme si de rien n'était ou presque.
20h. J'ai applaudi dans mon jardin comme le veut ce nouveau rituel relayé sur les réseaux sociaux.
J'ai applaudi nos personnels soignants qui œuvrent nuit et jour et qui se battent comme des lions contre ce putain de virus qui va faire de nous des lions en cage.

Image

20h30, un peu pompette, j'ai raccroché.
Mais j'ai rigolé à m'en décroché la mâchoire.

Bref, c'était le Jour 2 de mon confinement.


Vous aimerez aussi

10 commentaires

  1. Je dois avouer que l’exercice m’amuse (même si le bistro me manque, y compris son ambiance : je picole un peu tout seul mais beaucoup moins qu’en temps normal). Je ne participe pas aux séances de liesse collective ce qui ne m’empêche pas de penser à ceux qui sont obligés de bosser.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De bosser au boulot (parce qu’en télétravail au bout de deux jours on ne fait plus rien mais surtout car ils ne sont plus confinés). Surtout mes propres collègues. Ils sont payés moins que moi mais ont des impératifs liés au travail que je n’ai pas.

      Supprimer
    2. « Ils sont payés moins que moi mais ont des impératifs liés au travail que je n’ai pas. »

      Exploiteur ! Salaud ! Macroniste !

      Supprimer
  2. Faut garder le moral et se serrer les coudes même si on est loin !

    RépondreSupprimer
  3. « Mais pour pas boire seule, j'ai appelé une pote en visio »

    Mais quel plaisir pouvez-vous bien éprouver à ingérer de l'alcool ? C'est une chose que je ne comprendrai jamais…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hein ? Mais vous voulez quand même pas qu'on affronte le confinement sans boire une goutte ?!?!

      Supprimer
    2. Eh ! je le fais bien, moi ! Pas une goutte depuis cinq semaines… et sans aucune obligation médicale !

      (Après ça, venez donc encore dire que je suis prévisible…)

      Supprimer
    3. J'avoue. Vous marquez un point.

      Supprimer
    4. Et, en plus, c'est mon z'anniversaire ! Je frise l'héroïsme, là…

      Supprimer

Vous qui passez par là, ne restez pas anonyme et choisissez au moins un pseudo.
Et si vous voulez balancer du lien, intégrez cette balise