Lâcher de ballons sur la toile

La Une de Libé ce matin
Depuis hier matin et le drame sans nom qui s'est déroulé à Toulouse en écho à celui de Montauban, la toile s'emballe.
Interruption de la campagne présidentielle, explosion de témoignages de compassion et de solidarité.

Ou comment le virtuel transpire l'humanité, délie les langues et unit les internautes dans un même sentiment d'incompréhension et de désemparement.

Mais au-delà de cette déferlante de tweets et de billets tous plus sincères les uns que les autres, il en est un qui pose une vraie question : "Twitter rend-il fou?"

Car en plus des messages sincères qui déferlent depuis ce matin sur ma TL, il en est d'autres qui me laissent plus sceptique. 

A trop craindre la récupération politique de cette tuerie surréaliste, les twittos la provoquent eux-mêmes en trollant les tweets de celles et ceux qui soutienent tel-le ou tel-le candidat-e.

Ainsi, seul le Président (candidat) Nicolas Sarkozy aurait la légitimité de se rendre à Toulouse. Il n'y aurait aucune place pour les autres. 
  • Et que n'aurait-on pas dit s'ils-elles ne s'y étaient pas rendu-e-s ?
  • La solidarité et le recueillement doivent-ils, en pareil contexte, être le monopole de tel ou tel camp ?
  • Et qu'est-ce que la récupération politique finalement ?
  • N'est-ce pas simplement les hasards du calendrier qui font que ce dramatique massacre met en lumière les aberrations et les contradictions de la société dans laquelle nous vivons ?
Alors si la folie des hommes doit devenir un sujet de débat dans la Présidentielle, je reconnais - au risque de choquer - que je n'ai rien contre. 
Ce qui me choque en revanche, c'est de devoir attendre que de telles horreurs se produisent pour que rejaillissent dans le débat public et virtuel, les questions de racisme, d'antisémitisme, de xénophobie, d’extrémisme...etc... Tant de corrélats qui me font horreur.

Que des censeurs-es s'immiscent dans ma TL pour me faire remarquer que poster le palmarès des Y'a Bon Awards 2012 hier soir constitue des "tweets et propos inutiles, récupération indigne" ou encore "un problème. Un jour comme celui-ci, votre post sous-entend beaucoup"... Ça me dérange. 

Parce qu'un crime ouvertement raciste a eu lieu le même jour, on doit donc occulter ou mettre entre parenthèse le racisme ambiant qui sclérose notre pays ?

Qu'y pouvons-nous si hier, 19 mars 2012, le calendrier avait donné rendez-vous aux Y'a Bon Awards, au cinquantenaire de la fin de la guerre d'Algérie et aux pulsions meurtrières d'un monstrueux cinglé ?

Alors : de la décence oui il en faut, mais du discernement aussi et surtout pas d’hypocrisie. Je ne pratique jamais les sous-entendus, je n'ai pas la langue de bois. Quand je soutiens François Hollande, je tag #FH2012. 
Mais jusqu'à preuve du contraire : ni hier et ni aujourd'hui je n'ai participé à une quelconque récupération politique. Et je remercie ici @Jegoun qui m'a inspiré ce billet et qui, comme beaucoup d'autres, s'est pris dans les dents une parano et un cynisme ambiants assez malsains je trouve.

Qu'il plaise ou non. Je le signe.
A bon-ne entendeur-se, salut.

Vous aimerez aussi

3 commentaires

  1. Chiche on pétitionne ? Nan j'déconne...

    RépondreSupprimer
  2. Merci à vous et à Jegoun. J'allais commencer à écrire quelque chose sur le même thème, mais vous avez tout dit

    RépondreSupprimer

Vous qui passez par là, ne restez pas anonyme et choisissez au moins un pseudo.
Et si vous voulez balancer du lien, intégrez cette balise