FN

Nicolas Sarkozy, la guerre d’Algérie et le FN

harkis
Tout ça dans la même interview qu’il a accordée aujourd’hui au groupe Nice Matin… Et pourtant, elle est pas longue l’interview mais en 2 temps 3 mouvements, il esquive la culpabilité de la France pour "rassurer" à la fois les harkis et les rapatriés et conclure par un habile "voter pour le FN, c’est laisser le champ libre au parti socialiste". Ah d’accord.

Sur la repentance d’abord… Ah non pardon : pas de repentance. Ni pour la colonisation, ni pour la "conduite de cette guerre".

Bon OK il y a bien eu quelques abus et atrocités de part et d’autre dans les deux camps, mais pas de repentance.
Ça s’est sûr, tellement peu de repentance que le transfert des cendres du général Bigeard aux Invalides est toujours à l’ordre du jour. Ceci dit, Gérard Longuet en a annoncé le report pour le mois de septembre… peut-être… "C’est-à-dire après des élections présidentielles qui s’annoncent bien périlleuses pour la majorité actuelle" (LDH).
Depuis 2011 circule d’ailleurs sur internet une pétition contre cette "cérémonie" et elle a déjà reçu près de 9500 signatures.
À quelques jours du cinquantenaire de la fin de la guerre d’Algérie, Nicolas Sarkozy veut se souvenir, mais il a la mémoire courte alors ça complique la tâche. D’ailleurs, il n’est pas très convaincant quand il s’agit de mesurer les responsabilités de la France.
"Mais où est la responsabilité de la France ?"
"D'avoir été une puissance coloniale ?"
"D'avoir accepté un processus de décolonisation en Algérie comme toutes les puissances coloniales ont, partout, été contraintes de le faire ?"
Réponse : "La France ne peut pas être coupable de tout et de son contraire. La France assume son Histoire, c'est tout".
C’est tout. Un point c’est tout. La France qui a condamné tant de pays pour avoir enfreint les règles de "l’art de la guerre" ne se repentira pas : elle assumera, elle se souviendra et c’est déjà pas mal. 

Responsable mais pas coupable.

Et elle se souvient tellement bien qu’elle est à 2 doigts de donner au général Bigeard les Invalides comme dernière demeure…
Et elle assume tellement bien son histoire que Nicolas Sarkozy déclare qu’"elle a accepté un processus de décolonisation en Algérie comme toutes les puissances coloniales ont, partout, été contraintes de le faire". Il aura quand même fallu 8 ans de guerre pour qu’elle l’accepte. Elle est dure à la comprenette la France.
Et plutôt que de rappeler aux "rapatriés qui seraient tentés par le vote du Front National" le rôle de son fondateur en Algérie et ses connivences avec l’OAS, Nicolas Sarkozy ne trouve d’autre argument que de les mettre en garde contre un vote qui ne les protègera pas de la crise, les fera sortir de l’Euro et… Cerise sur le gâteau : laissera le champ libre au Parti Socialiste.

FN-Parti Socialiste : même combat ? Ou comment Nicolas Sarkozy s’aventure sur le terrain d’une mémoire défaillante, sélective qui plus est. 

Une mémoire qui l’amène à une récupération politicienne de celle des harkis et des rapatriés.
Et il en rajoute une couche en leur disant que le Parti socialiste "ne manquera pas, lui, d'entraîner la France sur le terrain de toutes les repentances".

Mais ça lui ferait peut-être du bien à la France de balayer devant sa porte. Et si le PS peut l’aider à manier le balai, c'est tant mieux !

Vous aimerez aussi

1 commentaires

  1. DEVOIR DE MEMOIRE

    hocine le combat d'une vie par croaclub

    lien vers http://www.dailymotion.com/video/xl0lyn_hocine-le-combat-d-une-vie_news

    En 1975, quatre hommes cagoulés et armés pénètrent dans la mairie de Saint Laurent des arbres, dans le département du Gard. Sous la menace de tout faire sauter à la dynamite, ils obtiennent après 24 heures de négociations la dissolution du camp de harkis proche du village. A l¹époque, depuis 13 ans, ce camp de Saint Maurice l¹Ardoise, ceinturé de barbelés et de miradors, accueillait 1200 harkis et leurs familles. Une discipline militaire, des conditions hygiéniques minimales, violence et répression, 40 malades mentaux qui errent désoeuvrés et l' isolement total de la société française. Sur les quatre membres du commando anonyme des cagoulés, un seul aujourd'hui se décide à parler.

    35 ans après Hocine raconte comment il a risqué sa vie pour faire raser le camp de la honte. Nous sommes retournés avec lui sur les lieux, ce 14 juillet 2011. Anne Gromaire, Jean-Claude Honnorat

    Et pour compléter le documentaire, réécoutez sur SUD RADIO, « podcasts » l'émission du 8/11/11, de Karim Hacene, Enquêtes et Investigations, sur les harkis le camp de saint maurice l'ardoise

    Sur radio-alpes.net, Infos Générales - Audio -France-Algérie : Le combat de ma vie (2012-03-26 17:55:13)

    Ecoutez: Hocine Louanchi joint au téléphone...émotions et voile de censure levé ! Les Accords d'Evian n'effacent pas le passé, mais l'avenir pourra apaiser les blessures. (H.Louanchi)

    RépondreSupprimer

Vous qui passez par là, ne restez pas anonyme et choisissez au moins un pseudo.
Et si vous voulez balancer du lien, intégrez cette balise