08/09/2012

Fantasmagorie sarkozyste

Sarkozy
On nage en plein fantasme.
On rêve éveillé.

On nourrit un espoir hier enfoui profond dans son cœur mais qu'on déclame aujourd'hui au grand jour.

"On", c'est tout le monde si on en croit Libé.
"L'espoir", c'est le retour de Nicolas Sarkozy.

Selon Libé: "Au secours Sarko revient!"

Libé qui affirme en page 2 :
"Quatre mois après la présidentielle, la droite, la gauche et les médias s’accoutument mal à l’absence de l’ex-président, officiellement en retrait de la vie politique". 
Tremblez pauvres gauchistes.

Il est de retour. Il va remettre de l'ordre à l'UMP. Il va monopoliser les médias. Il va parler matin midi et soir dans le poste TSF.

Moi perso, je m'accoutume assez bien de son absence hein. Et même si j'en parle souvent, ce n'est pas parce qu'il me manque, loin de là. Contrairement à ce que certains commentateurs affirment par ci par là sur ce blog.

Si j'en parle, c'est parce qu'à chaque nouvelle mesure prise par notre gouvernement, à chaque projet de loi, on constate, affligé, les dégâts causés par 5 ans - et bien plus - de sarkozysme.

Bref.

Comme aurait pu le chanter Rika Zaraï:
Nicolas est de retour, alléluia!
Nicolas est de retour et je l'aime toujours

Son navire est attendu, alléluia!
Son navire est attendu qu'on croyait perdu
Du coup, quand je lis les déclarations navrantes des figures UMP, j'essaie de me mettre à la place de Nicolas Sarkozy. Exercice assez complexe je dois bien l'avouer. Je l'imagine en train de lire la presse et se dire:
"Pauvre Copé, il est désespérant. Pauvre Nadine qui ne sait plus comment exister sur la scène politique. Pauvre UMP, devenue opposition lamentable. Pauvre Henri, mon ami, qui se fourvoie dans cette campagne".
Et je l'imagine hésitant, trépignant, la main sur son portable...
Portable Sarkozy
Que Libé s'accoutume mal de l'absence de l'ex président, je veux bien le comprendre. Libé de gauche ne sait plus sur qui taper. Libé, comme bon nombre de canards, s'est fourvoyée dans un Hollande-Bashing assez désespérant.
Et finalement, c'est François Hollande himself qui résume le mieux ce sentiment de "vide" intersidéral qui s'empare de "la droite, la gauche et les médias" pour reprendre l'expression de Libé:
"Nicolas Sarkozy a été rejeté par les Français, mais il a laissé entre eux et le pouvoir exécutif une relation passionnelle. Il a imposé l'habitude d'une réactivité maximale, ancré l'idée du "je parle, donc je gouverne", du "j'annonce, donc je décide". Je dois revenir sur tout cela, réhabituer les Français à ce qu'ils aient un premier ministre à part entière après ces années où François Fillon a pris la posture d'être toujours "de côté", les réhabituer à ce que le Parlement soit considéré, à ce que le gouvernement soit valorisé" (source).
Ronald avait raison dans son mail, lire Libé aujourd'hui, ça m'a pris 5 minutes, douche comprise.

7 commentaires:

  1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  2. La sarkoïtude aiguë continue jusqu'à dimanche soir...
    RDV lundi matin!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merde j'ai loupé un truc, pourquoi Lundi?

      Supprimer
    2. Je suppose que notre ami Bembelly voulait faire référence à notre François qui va causer dans l'étrange lucarne demain soir.

      Supprimer
    3. Rigolo l'échange, on dirair Bourel dans les 5 dernières minutes.
      (Ca date du milieu du siècle dernier)
      Booooone soirée. Mais au fait, pourquoi cinq fois "O" dans Elooooody ?

      Supprimer
    4. Question de pseudonyme Twitter les 5 O

      Supprimer

Vous qui passez par là, ne restez pas anonyme et choisissez au moins un pseudo.
Et si vous voulez balancer du lien, intégrez cette balise