Gilbert Collard, les emplois d'avenir et la préférence nationale

Gilbert Collard
Cette nuit, pendant que nous roupillions tranquillement, les députés ont adopté le projet de loi sur les"emplois d'avenir" qui prévoit la création de 150.000 postes pour les jeunes de 16 à 25 ans peu ou pas qualifiés.

Les groupes de gauche ont voté ce texte, présenté par Michel Sapin, et qui reprend l'une des propositions de campagne de François Hollande prévoyant de créer 100 000 emplois en 2013, et 150 000 en 2014.

A l'UMP, on était moins synchro pour le vote. Certains ont voté contre par principe, d'autres ont voté pour, d'autres encore se sont abstenus.

Dès lundi 24 septembre, le Sénat examinera le projet de loi et, si toutes les conditions sont réunies comme dirait Martine Aubry, le texte devrait être adopté courant octobre.
Ces emplois d'avenir sont destinés aux jeunes âgés de 16 à 25 ans, peu ou pas qualifiés, ayant des difficultés d'accès à l'emploi, notamment celles et ceux vivant dans des zones où le chômage est élevé.
Dès le mois de novembre, le dispositif sera mis en place. Il concernera également les jeunes diplômé-e-s des zones sensibles rencontrant de grandes difficultés d'insertion professionnelles. 
Des emplois d'avenir seront créés dans l’Éducation Nationale afin d'accompagner les étudiants boursiers qui souhaitent poursuivre leurs études et se destiner aux métiers de l'enseignement.

Ce seront des emplois à plein temps, en CDI ou en CDD de 3 ans (ou un an renouvelable jusqu'à 3 ans), dont la rémunération démarrera au SMIC.
Plusieurs amendements ont été entérinés comme celui qui prévoit que le dispositif s'appliquera au 1er novembre 2012 et non plus au 1er janvier 2013.

De leur côté, les députés FN ont évidemment voté contre.

Gilbert Collard s'étant particulièrement illustré en défendant, en vain, un amendement visant à ce que les emplois d'avenir soient réservés "en priorité aux jeunes de nationalité française et subsidiairement, aux citoyens des États membres de l'Union européenne".

La préférence nationale, c'est leur crédo, rien de surprenant à cela. 
Sauf que comme d'habitude, le FN n'a pas fait dans la dentelle.
J'ai l'honneur de vous demander de bien vouloir voter l'amendement suivant. L'emploi d'avenir s'adresse en priorité aux jeunes de nationalité française (murmures et critiques).. Et c'est... Mais que vous on fait les Français? Mais que vous on fait les Français? Ah bon? On peut pas parler de la France ici? Ah bon d'accord, d'accord ,dès l'instant qu'on parle de la France...Non mais cher président, si on ne peut pas parler de la France à l'Assemblée Nationale... je vous laisse, je vous laisse! Je n'ai pas à parler à des gens qui n'aiment pas la France! Quelle honte! Dès qu'on parle de l'intérêt de la France, vous vous agitez comme des marionnettes! Dites-moi l'avenir dont vous parlez, c'est l'avenir de quel pays? Moi je parle de l'avenir de la France! [...] Et vous pouvez hurler tant que vous voulez, vous êtes des urnes à hurler! La France aux Français! Le travail aux Français! (oups, pardon, ça il ne l'a pas dit)
Attention, nous sommes face à une performance digne de l'Actors Studio


Mais finalement, aujourd'hui tout le monde s'en fout puisque l'iPhone 5 est sorti.

Les médias qui ont le sens des priorités, sauront mettre en Une les vraies préoccupations: les emplois d'avenir, et l'imposition des revenus du capital, sans aucun doute.

Vous aimerez aussi

17 commentaires

  1. Soit les emplois d'avenir sont une bonne solution, soit ils n'en sont pas.
    Si de toute façon c'est une mauvaise chose, pourquoi les réserver aux jeunes français ? Il y a comme une contradiction, non ?

    "Des emplois d'avenir seront créés dans l’Éducation Nationale afin d'accompagner les étudiants boursiers qui souhaitent poursuivre leurs études et se destiner aux métiers de l'enseignement."
    Avec un contrat style "on vous file le fric pendant les études, mais vous devez enseigner pendant tant d'années ?"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui il y a une contradiction chez Gilbert Collard c'est sûr.
      Pour l'EN, puisqu'il s'agit d'un projet de loi pour l'instant, j'avoue que je n'ai pas le détail de la procédure. Mais dans l'absolu, je n'ai rien contre des aides (bourses) en échange de quelques heures de boulot dans le même domaine;
      un peu comme quand des mairies subventionnent ou paient en intégralité le stage théorique du BAFA en échange d'un stage pratique dans leur ville.

      Supprimer
  2. en fin d'article : "oups, pardon, ça il nne l'a pas dit" ma question est : alors pourquoi l" journaliste l'-t-il écrit s'il ne l'a pas dit ????? Arrêtez d'attiser les passions. Michèle.

    RépondreSupprimer
  3. "en priorité aux jeunes de nationalité française et subsidiairement, aux citoyens des États membres de l'Union européenne", il n'y a strictement rien de choquant à cela dans la mesure où cela est appliqué dans tous les autres pays du monde. Mais parce que c'est Gilbert Collard qui le dit, il est sifflé par le troupeau de bovin socialiste. S'il avait dit "il est 2 heure du matin et il fait nuit", il aurait été hué de toute façon. La niaiserie socialiste n'a plus de limite; pas plus que les autoproclamés "journalistes" partisans qui relaient ces torchons et qui étalent leur ignorance sans honte. De Villepin avait dit à Hollande, en séance plénière, que c'était un lâche... il aurait pu élargir ce propos à l'ensemble du groupe socialiste. Hier et comme très souvent, le courage est venu du siège 66.

    RépondreSupprimer
  4. Je reviens sur ta conclusion. Crois tu vraiment que la gauche fasse des annonces essentielles (la nomination de Désir, la taxation du capital, ...) le jour de la sortie de l'iPhone 5 ?

    (je ne suis pas adepte de la théorie du complot, je me contente de me poser des questions).

    RépondreSupprimer
  5. Ben il me semble quand même - mais ce n'est que mon humble avis - que les emplois d'avenir et la taxation du capital, c'est essentiel et que ça mérité de la part des médias d'avantage de relai que la sortie de l'iPhone 5...
    A moins que je n'aie pas compris ta question...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La question n'était qu'à moi-même : Mosco n'aurait-il pas fait son annonce de hausse d'impôt le jour de la sortie de l'iPhone 5 pour qu'on ne l'entende pas dans la presse ? De même, tout le pataquès autour de la désignation de Désir a été tourné en arrangement sérieux et a fini dans le mur du silence...

      La date du machin d'Apple était connue depuis très longtemps. Une hausse d'impôt ne plait pas au grand public par contre, cette hausse, va museler la gauche de la gauche qui voit bien que Hollande s'attaque au capital...

      Supprimer
    2. Et je me répète (il y a Suzanne dans le coin) : je n'affirme pas, je me pose des questions.

      Supprimer
  6. Ah oui! Donc je n'avais pas compris ta question je confirme. C'est pas con tiens, je n'y avais pas pensé. Annoncer la chose le jour de la sortie de l'iPhone, c'est pas con en effet. Sont vraiment stratégiques au PS!!! (smiley hein!)
    Du coup, moi aussi je me POSE la question!

    RépondreSupprimer
  7. Hein ? Iladikoi ?
    "Mosco n'aurait-il pas fait son annonce de hausse d'impôt le jour de la sortie de l'iPhone 5 pour qu'on ne l'entende pas dans la presse ?"

    ça ne me parait pas invraisemblable. D'autant que les contribuables qui vont se faire ponctionner ont de quoi se payer le truc, qui, avec l'abonnement, va te couter un smic dans l'année.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hop ! Ni vu ni connu.

      J'étais plié de rire hier soir à suivre la présentation d'Apple dans Twitter. Ceux qui en parlaient le plus étaient les blogueurs gauchistes luttant contre le grand capital...

      Supprimer
  8. Diantre! C'est vrai que ça n'est pas invraisemblable... Moralité: dis-moi quelle est la version de ton iPhone, je te dirai combien tu vas payer d'impôts.
    Nous tenons là, grâce à Nicolas, une HYPOTHÈSE qui (fichtre) tient la route.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ca ne n'en fait pas une vérité pour autant et nous sommes loin de l'objet de ton billet.

      Tiens ! Je t'envoie un mail. Tant pis si tu prends encore dans la tronche.

      Supprimer
    2. Ah bah tu tombes à pic, je suis en train d'écrire le billet dont je t'ai parlé.
      Et puis oui hein, j'ai bien compris que tu étais dans la supputation.

      Supprimer

Vous qui passez par là, ne restez pas anonyme et choisissez au moins un pseudo.
Et si vous voulez balancer du lien, intégrez cette balise