28/02/2013

Françoise Seligmann

Françoise Seligmann est morte, mais qui donc est-ce?

J'aurais presque envie de dire qu'elle est était le pendant masculin de Stéphan Hessel finalement.
J'ai croisé Françoise Seligmann (au sens figuré) quand j'étais en Licence et que j'ai eu à préparer un oral sur les femmes dans la Résistance.
Je l'ai croisée (toujours symboliquement) une seconde fois en Maîtrise lorsque j'ai été amenée à interviewer plusieurs femmes membres du réseau Défense de la France comme Jacqueline Pardon ou Hélène Viannay.
Car Françoise Seligmann était membre du réseau Combat.
Elle est décédée hier à 93 ans. 

Le même jour que Stéphane Hessel. 
 
Elle a été résistante, socialiste, collaboratrice de Pierre Mendès-France, journaliste, militante féministe, sénatrice, présidente de la Fondation qui porte son nom et qui a a été créée:
"En souvenir des combats menés par Françoise et François-Gérard Seligmann:
  • contre le nazisme au sein de la Résistance,
  • contre l’intolérance et l’injustice pendant la guerre d’Algérie 
Elle entend, dans le respect de l’idéal laïque, œuvrer pour la victoire de la raison et de la tolérance, et promouvoir le rapprochement entre les citoyens et résidents étrangers de toutes origines rassemblés sur le sol français.  
Elle a pour but de combattre les sources du racisme et du communautarisme : fondamentalismes religieux, relents du colonialisme, peur irrationnelle de l’inconnu, ségrégations fondées sur la condition sociale, le niveau d’instruction, les traditions héritées du passé". (source)
Un seul billet ne suffirait à retracer son histoire.
Vous en trouverez le détail sur le site de sa Fondation.

Elle a publié quatre livres dont deux exclusivement consacrés à la Seconde Guerre Mondiale: 
  • Liberté, quand tu nous tiens, tome I, Paris, Fayard, 2000. 
  • Les socialistes aux portes du pouvoir, 1974-1981, tome I, Paris, Michalon, 2005. 
  • Liberté, quand tu nous tiens, tome II, "L’espoir et la honte", Paris, Fayard, 2003.
  • Les socialistes au pouvoir, 1981-1995, tome II, Paris, Michalon, 2005.
Hasard ou coïncidence, elle était surnommée "la vieille dame indignée". 

J'ai toujours une pensée émue lorsqu'une ancienne résistante s'éteint. Car toutes celles que j'ai eu la chance de rencontrer me disaient quelque chose qui ressemblait à ça:
"C'est bien ce que vous faites. C'est bien de vous intéresser à la Résistance et à nous, les femmes. Car, nous ne sommes plus guère nombreuses pour en parler."      
Comme vous le savez si vous suivez l'agitation incontrôlée sur ce blog, ce soir j'ai RDV avec Christiane Taubira.

Mes camarades de la Section PS de Brunoy l'ont invitée pour une réunion publique.
Brunoy étant à 3 km de chez moi, je m'y rendrai avec les membres de la Section PS de Yerres.

Mais comme tout le monde ne pourra pas entrer dans la Salle des Fêtes de Brunoy, et que je sais que parmi vous, il y en a qui trépignent d'impatience de savoir ce qui va s'y dire, je vous invite à suivre les comptes suivants pour vivre en presque direct-live l'intervention de la Garde des Sceaux:
Sur Twitter:
Quant au Hashtag, ce sera #TaubiraBrunoy
Mais si tu n'as pas de compte Twitter, tu pourras toujours te réfugier sur Facebook:

Et de toutes façons, il n'y a rien à la TV ce soir... donc... CQFD. 

Christiane Taubira à Brunoy

27/02/2013

Parental Advisory
Rosaelle m'interpelle dans son dernier billet.

Elle en relaie un autre (billet) dans lequel il est question de la violence 2.0 faite aux femmes.
C'est donc une violence virtuelle. Une violence contre laquelle les femmes sont protégées par un  écran en somme.
Enfin tout est relatif hein.
Mais je sens poindre la remarque du genre:
"Ouais bah c'est bon hein. C'est que des mots. Elle a pas été tabassée non plus la meuf."  
C'est en Suède que ça se passe.
La Suède qui n'est pourtant pas un pays complètement "à la traîne" en matière d'égalité femmes-hommes me semble-t-il.
Mais finalement, ce n'est pas trop d'égalité dont il est question, mais plutôt de la banalisation de la violence verbale envers les femmes.
Puisqu'il est question dans ces 2 billets de rap, hip-hop-yo-wesh-wesh, je vais rester dans le thème.
Mais avant toute chose, sache toi qui me lis, que même si je ne suis pas überfan de rap, je te mentirais si je te disais que:
"Oh non! Jamais de la vie je n'écouterai cette musique d'analphabètes, et puis d'ailleurs ce n'est pas de la musique"
Non.
Moi mon truc c'est le rock (heavy, soft, metal, grunge... peu m'importe du moment que je peux pogotter en Doc Martens).

Mais, comme je suis open-minded paraît-il, j'écoute aussi du rap. 

Parfaitement. Abd Al Malik, I am, MC Solaar... Mais aussi Snoop Doggy Dog, Coolio ou encore... Et oui j'avoue, quelle horreur, Joey Starr...
Mais seulement certaines de leurs chansons (je me dédouane comme je peux).
Je n'y peux rien: certains de leurs titres me restent dans la tête, leurs paroles sont pas trop connes, le flow est riche et la musique me plaît.
Que veux-tu? Je ne vais pas vivre avec des boules Quiès ou changer de station dès que j'entends du rap hein.

Mais heureusement pour moi, je n'écoute pas de radios qui diffusent Booba ou La Fouine.
Ceux-là mêmes qui te diront que les artistes que j'ai cités plus haut ne sont pas des rappeurs, et blablabli et blablabla.
Alors évidemment, visuellement, c'est un autre délire et c'est là que le bas blesse aussi. Parce que forcément, dans la plupart de leurs clips, c'est bagouses aux doigts,  chaînes en or qui brillent et qui pèsent 2 tonnes au bas mot, et surtout, pour faire joli dans le décor viril de ces caïds à deux balles:
Des femmes, des meufs, des gonzesses... des teupus comme on dit.
A moitié nues, voire au 3/4 nues, mais jamais pieds nus: toujours en talons aiguilles cela va sans dire.
Mesdames se trémoussent, se frottent près de Monsieur qui les ignore carrément, tant la belle plante est une plante verte qui pourrait trouver sa place en déco de salon près de l'écran plasma de Monsieur le rappeur.
Vérifie par toi-même. Il suffit d'aller sur Youtube, de taper "clip Booba" mais de couper le son.

Enjoy.

Et puis soudain, par un miracle de technologie incontrôlé, la machine se met en route et tu entends ça: 
  • "Si t'es sérieuse t'es ma meuf, sinon t'es ma pute" (Booba - Garde la pêche)
  • "Sale pute j't'offre pas des fleurs, passe-toi la chatte au rouleau" (Booba - Wesh Morray)
  • "Dégage de ma chambre salope si t‘as tes règles" (La Fouine - Fouiny Juice)
  • "Salope, j'te lèche la chatte" (La Fouine - Chewing gum)
  • "J'ai tant besoin de toi, t'es ma salope à moi!" (La Fouine - Veni Vidi Vici)
  • "Suce ma bite pour la Saint-Valentin" (Orelsan - St Valentin) 
  • "Tu veux baiser sans sucer bouffonne ? Garde la pêche !" (Booba - Garde la pêche)
Et qu'on ne vienne pas me rebattre les oreilles en me disant que telle ou telle insulte est destinée à tel ou tel gus dans un pseudo-conflit d'égo surdimensionné de rappeurs à deux balles.

Et qu'on ne vienne pas non plus me dire que la "salope" de La Fouine est en fait sa bagnole. Sans doute sa Benz-Benz est-elle si docile qu'il en fait ce qu'il veut, comme avec une salope finalement. n'est pas trop la question en fait.

La question, c'est plutôt de savoir quel est l'impact de ce genre de propos quand ça tombe dans les oreilles de millions d'ados prépubères, puceaux et pucelles la plupart du temps, et qui n'ont que leurs parents (dans le meilleur des cas) pour seule référence hétéro-normée (dans le "meilleur" des cas)...

Et encore, je vous ai épargné la sémantique insultante vis-à-vis de l'homosexualité. Car si nombre de rappeurs ne sont pas women-friendly dans leurs paroles, ils sont encore plus nombreux à ne pas être gay-friendly.

Alors quand j'entends Manuel Valls déclarer qu'il voudrait contrôler davantage les propos de certains textes de rap qui véhiculent: "une image dégradée de la place de la femme au sein de la société", je m'interroge...

Moi qui suis à priori contre la censure, comme je l'expliquais déjà à Rosaelle, en août dernier dans ce billet-ci, je vais finir par être d'accord avec Manuel Valls.

Je crois que je vire réac. Ou indignée.

Ou lucide.

C'est selon.

Mais je m'interroge...    
... Ils se racontent des histoire de paix.

C'est dans la Minute Plus de la Matinale d'aujourd'hui que j'ai vu ça.
Et ça m'a... comment dire... quelque peu émue.

Celui qui a obtenu le Prix Nobel de la Paix en 1984, notamment pour rendre hommage à sa lutte contre l’Apartheid en Afrique du Sud, a rendu visite à Aung San Suu Kyi hier, à Rangoun, dans la résidence dans laquelle elle a été assignée pendant 15 par la junte au pouvoir.

Celui qui avait crié "Je vous aime" à la Dame de Rangoun en septembre 2011, vient de lui apporter son soutien, en face à face, main dans la main, dans son combat pour la liberté en Birmanie. 

Desmond Tutu et Aung San Suu Kyi
Desmond Tutu et Aung San Suu Kyi

En voilà un qui aurait pu succéder à Benoît XVI... s'il avait été catholique...

25/02/2013

Christiane Taubira en réunion publique à Brunoy
Jeudi prochain, j'ai RDV avec Christiane Taubira.

Je te rassure, ce n'est pas pour un dîner en tête à tête hein.
C'est pour une réunion publique organisée par la section PS de Brunoy (91).

J'imagine qu'on aura l'occasion de la féliciter pour sa grandeur et son talent au cours des débats pour l'ouverture du mariage aux personnes de même sexe.

Et j'imagine aussi qu'on abordera son projet de loi visant à refondre le système des peines utilisées en droit français. Au programme de ce projet de loi: apparition des peines de probations, disparation des peines planchers.

Christiane Taubira veut lutter contre le "tout-carcéral".
Et je suis bien d'accord avec elle.

Je précise que je ne suis pas contre la prison hein, cela va de soi. Mais comme il arrive parfois qu'on me prête des propos que je n'ai pas tenus, j'anticipe.
Mais je crois que la prison n'est pas le seul moyen, la seule solution pour conduire les coupables à s'amender.
Pourtant, en France, la prison est devenue la seule réponse pénale (ou presque) pour tous les délinquants, et ce, quel que soit le crime ou le délit qu'ils ont commis.
Durant la décennie de droite que nous venons de traverser, cette politique répressive a atteint son paroxysme tant les lois qui ont accru la sévérité de la politique pénale ont été nombreuses.

Politique de droite qui a conduit à engorger les prisons, dont certaines affichent une densité supérieure à 150%, voire 200%.

L'objectif affiché de toutes ces lois étaient évidemment - et l'intention était louable - de dissuader la délinquance et limiter la récidive.

Sauf que c'est l'inverse qui s'est produit et que le résultat de cette politique hyper répressive des dix dernières années est un cuisant échec.
  • Surpopulation carcérale.
  • Conditions de vie souvent lamentables plus proches de Prison Break au Panama que de Oz
  • Augmentation de la récidive.
Au 1er janvier 2013, on comptait 66 572 personnes incarcérées pour 56992 places de prison. Enfin, et à l'heure où il est question de réduire drastiquement les dépenses de l’État, la prison en tant que telle coûte beaucoup plus cher à la collectivité que les peines alternatives comme le bracelet électronique ou la semi-liberté.

Toutes les études réalisées depuis plusieurs mois sont catégoriques: ces mesures dites "alternatives" sont plus efficaces contre la récidive que le "tout-carcéral".

Alors évidemment, si le projet de Christiane Taubira aboutit, il s'agira de ne pas faire les choses à moitié et de mettre en place des moyens suffisants pour assurer un encadrement et un suivi dignes de ce nom pour accompagner les condamnés à ce genre de peine "alternative": conseillers, agents de probation et de prévention...etc.

D'autant plus que dans un pays comme la France où la prison a longtemps été envisagée comme la seule réponse pénale possible à la délinquance, le pari est loin d'être gagné.

Et puis, la gauche ayant toujours été taxée de laxisme, d'amateurisme et d'incompétence en matière de sécurité, on imagine donc que la droite va s'en donner à cœur-joie quand les débats vont débuter à l'Assemblée.
Peut-être auront-nous encore l'occasion d'apprécier le niveau argumentaire des réacs de tous bords, après leurs grands moments de bravoure lors de l'adoption du projet de loi ouvrant le mariage aux personnes de même sexe.

Toujours est-il qu'on saura quoi lui répondre à la droite:
"Puisque vous avez merdé pendant 10 ans sur ce sujet, laissez-nous donc essayer autre chose que le tout-carcéral à tout prix, y compris au prix de la dignité humaine."
Il va de soi que ces peines alternatives ne doivent pas concerner les psychopathes et sociopathes de tous bords, mais quand on sait que plus 35% des prisonniers français le sont pour une durée inférieure à 1 an, on peut imaginer que s'ils étaient en semi-liberté ou sous contrôle judiciaire avec bracelet électronique, leur réinsertion serait plus aisée.

Et puis j'avoue que j'ai un peu du mal à imaginer comment on peut envisager toute possibilité de réinsertion quand on croupit dans une prison qui déborde et dont les conditions d'hygiène et de confort élémentaires ne sont pas respectées.  
Les chiffres-clés de la population carcérale
Les chiffres-clés de la population carcérale

Source: Contre la récidive, des alternatives à la prison (article du Monde)     

   
Au moment même où je me mets en quête d'informations pour rédiger un billet, je tombe sur celui de Jegoun qui donne des tuyaux pour les blogueurs en mal d'inspiration.

Fait exprès, son exemple est précisément celui que j'avais choisi.

On a bien rigolé pendant tout l'automne avec la guerre à l'UMP. Comme quoi, ils ont encore de l'humour à l'UMP.
Et on a bien rigolé quand ils nous ont annoncé avec tambours et trompettes que la guerre était finie.
Et on va continuer de rigoler car la hache de guerre est déterrée.
  1. Alors que François Fillon se prépare pour son grand meeting de rentrée qui doit se tenir demain à la Mutualité, Jean-François Copé n'a rien trouvé de mieux que de convoquer au même moment les cadres du parti à une conférence téléphonique pour préparer "l'avenir du mouvement".
  2. Jean-François Copé s'est dit opposé à toute primaire UMP pour choisir le candidat aux municipales à Paris. En même temps, vu le bordel de l'automne dernier, on comprend quelque peu que le "chef" du parti soit réticent à une nouvelle élection interne. Pour autant, NKM, elle, est favorable à cette primaire. Et comme si une division ne suffisait pas entre Jean-François Copé et NKM, elle a même déclaré qu'elle espérait avoir le soutien de François Fillon. Jean-François Copé appréciera.
Bref. On n'a pas fini de rigoler avec l'UMP.


24/02/2013

François Hollande au Salon de l'Agriculture
Pathétique.
Je crois vraiment qu'on a une opposition lamentable dans ce pays. Non mais franchement...
Je lis ici ou là qu'on a la droite la plus bête du monde.
Et à chaque fois, ça me fait sourire.
Mais là franchement, on touche le fond.

Une première fois d'abord, quand François Hollande a déclaré suite à l'annonce de la démission du Pape:
"Nous ne présentons pas de candidat"
Perso, j'ai trouvé ça très drôle.
Pour deux raisons: 
  1. Parce que c'est vrai. Je ne crois pas (à moins que j'ai loupé un épisode) qu'il y ait en France une éminence religieuse qui se proposera comme successeur de Benoît XVI au prochain conclave.
  2. Parce que la France, pays laïc, n'a pas à se prononcer sur une question qui ne regarde que les catholiques et qu'il serait malvenu que François Hollande entre "en campagne" pour défendre un potentiel "candidat" français.
Alors on a eu droit à une levée de boucliers de la droite, et notamment de Claude Guéant qui a déploré une "blague déplacée" et irrespectueuse envers les catholiques.

Faut qu'il se détende Claude hein, c'est bon, y'a pas mort d'homme comme on dit. Rien de grave: le pape démissionne. C'est tout. La belle affaire!
 
Et puis hier, quand une fillette au Salon de l'Agriculture a dit à François Hollande "je n'ai jamais vu Nicolas Sarkozy", il a répondu ça:
Là aussi ça m'a fait rire. Oui je sais je suis bon public.

Nouvelle levée de boucliers de l'UMP qui nage en pleine nostalgie pathologique dans l'attente du retour inespéré du messie Nicolas Sarkozy.

Et comme l'UMP n'a pas peur des mots, on a pu entendre ceux de "dérapage", "insulte", "phrase déplacée".

Pareil. Faut se détendre! Il ne l'a pas non plus traité de gros con hein.
Pas touche à Nicolas Sarkozy. On n'a pas le droit d'en dire du mal. C'est mal.

NKM, Luc Chatel, Frédéric Lefebvre... Tous y sont allés de leurs petites phrases pour dénoncer le "chansonnier" Hollande et l'insulte faite aux millions de Français qui ont voté pour Nicolas Sarkozy.
Allons bon.
Mais où est l'insulte bordel de merde?
Et sinon, blague à part, est-ce que les lieutenants de Nicolas Sarkozy souhaitent qu'on leur rafraichisse la mémoire en leur rappelant toutes les conneries et les insultes que l'ex-président a balancées au cours de son quinquennat?

Du "casse-toi pauvre con", en passant par les "racailles", le "karcher" et l'"assistanat", à mon avis il y aurait de quoi faire en matière de propos insultants non?  

Je crois que l'UMP est à cran. A fleur de peau, à fleur de nerfs. Faudrait qu'ils se détendent.

Vraiment.  

UMP sous Lexomil