31/03/2015

On est en 2015 et les homosexuels n'ont toujours pas le droit de donner leur sang

Don du sang homosexuels
Je viens d'apprendre que le le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) maintient l'interdiction du don du sang par les homosexuels.
J'ai beau lire et relire le topo, je ne comprends pas. Je ne comprends pas qu'en 2015, sur mon compte Facebook, je puisse tomber sur ce genre de post :
"Etablissement Français du Sang (Officiel) lance cette semaine un appel aux dons car les réserves sont faibles et il y a urgence. Je suis en bonne santé, mes analyses de sang sont bonnes et il se trouve que je suis donneur universel (groupe O). Mais je rappelle ceci à ceux qui ne le savent pas : en France, les gens comme moi ne peuvent pas donner leur sang. L'arrêté du 12 janvier 2009 l'interdit formellement, puisqu'il me considère comme une personne à "risques pour le receveur", parce que je suis homosexuel."
Dans l'article du Monde (ici), on nous dit à la fois que "Le nombre de personnes contaminées par le VIH est 65 fois plus élevé parmi les hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes que parmi les hétérosexuels." Et quelques lignes plus loin, on peut lire "Tout le sang donné est testé, mais le virus reste indétectable pendant douze jours, c’est ce que l’on appelle 'la fenêtre silencieuse'".

Et donc ? Quel est le problème? ? Quand bien même un hétéro ou un homo ne saurait pas qu'il est contaminé, si son sang est contrôlé 12 jours après le don, quelle est la justification logique à cette interdiction?

Sur 2,5 millions de dons de sang, un seul est contaminé. Cette minuscule proportion suffit donc à exclure les homosexuels du droit de donner son sang. On entend trop souvent dire qu'on manque de donneurs, mais on restreint le panel de donneurs potentiels en se basant sur leur seule orientation sexuelle.

J'apprends dans le même article que :
"Sur ce sujet, la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) se prononcera le 29 avril sur la question préjudicielle posée par Geoffrey Léger. Le jeune homme a attaqué l’Etablissement français du sang, celui-ci ayant refusé son don de sang au motif qu’il est gay. Le tribunal administratif de Strasbourg a été saisi avant de surseoir à statuer. En juillet 2014, l’avocat général de la CJUE, Paolo Mengozzi, a estimé que le fait qu’un homme ait eu une relation sexuelle avec un autre homme ne suffit pas à justifier son exclusion permanente du don de sang.
J'attends avec impatience le verdict de la CJUE. Mais j'attends également de Marisol Touraine un peu de fermeté et de justice. On est en 2015 et il y a 33 ans, François Mitterrand dépénalisait l'homosexualité. On est en 2015 et il y a 15 ans, l'OMS retirait l'homosexualité de la liste des maladies mentales.

Tout ceci me laisse sans voix.

Didier Goux va être content. Lui qui s'inquiétait de mon absence blogosphérique, il va être servi pour mon retour.

53 commentaires:

  1. Donc, "Le nombre de personnes contaminées par le VIH est 65 fois plus élevé parmi les hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes que parmi les hétérosexuels", ok.
    Mais a-t-on examiné tous les autres "clusters", et par exemple imagine qu'on s'aperçoive que les unijambistes borgnes aient 200 fois plus de risque d'être infectés dans l'ensemble de la population que les non-unijambistes non-borgnes? On s'en est inquiété ? Ou que parmi les homosexuels, seule la tranche d'âge 27-32 ans varie par rapport à la moyenne? Ou que... Enfin bref, cette décision qui est déjà scandaleuse et stupide, se base sur une utilisation à la mords-moi des statistiques, qui masque mal les motivations réelles qui tiennent bien plus à une morale rance et indigne.

    RépondreSupprimer
  2. Tiens ! Un con anonyme.

    Cela étant tu vas faire plaisir à Didier Goux, avec ce billet. Il va être servi, comme tu dis. Cela étant, je n'ai pas d'avis sur le fond. Comme toi, je m'interroge mais je pense que les scientifiques ont plus de compétence que moi pour décider de ce genre de truc.

    Mais je reviens à mon billet du soir. Est-ce bien ainsi qu'il faut communiquer auprès des électeurs qui n'ont strictement rien à cirer de ce truc. Donner du sang n'est pas un droit fondamental comme respirer, bouffer et picoler avec les copains au comptoir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Admettons... Mais on n'est pas obligé de raisonner de façon électoraliste systématiquement, si ?

      Supprimer
    2. Non. Je fais seulement la relation avec mon billet du soir. Je repose donc plus ou moins la question que j'aurais pu poser à l'anonyme : qui sommes-nous pour remettre en cause les conclusions de la commission machin ? Crois tu qu'il soit anonyme par hasard et que le hasard en question l'ait fait débarquer sur ton blog ce soir ?

      Pourquoi il te parle d'unijambistes ou de classes d'âge si ce n'est que par pure démagogie ?

      Supprimer
    3. Des fois l'anonymat c'est par flemme :-) Non, mon propos n'était nullement démagogique, ou alors pas consciemment. Après avoir écrit tout ça je suis allé lire l'intégralité de l'avis (on pourrait dire aussi que j'aurais pu le faire avant d'écrire des bêtises), qui est tout à fait passionnant et bien plus fouillé statistiquement que ce que j'imaginais. Mea culpa donc. Ce qui dit le CCNE à mon avis, c'est que le risque d'avoir une transmission du VIH est quasi-nulle. Mais pas totalement, ils l'estiment à 1 par an vu les processus de screening actuels; en fait, il est étonnant qu'aucune ne se soit produite, et ça c'est juste de la chance pure et simple, parce qu'on est complètement en dehors des statistiques : estimer que le risque est d'une contamination annuelle n'a, sauf erreur de ma part, aucun sens (statistique). Il s'agit donc de se rapprocher du risque 0, car les conséquences politiques seraient désastreuses. On ne rigole plus avec le sang, apparemment. C'est quand même très proche d'une irrationnalité complète; mais expliquer ça au 20 heures ou sur BFM, effectivement, bon courage...

      Supprimer
    4. Je m'aperçois que je ne suis pas assez précis. On peut aussi dire que le sens de la décision est que puisque les processus de vérification, malgré l'interdiction, laissent passer des échantillons qui proviennent de personnes qui sont de fait dans la population à qui est imposée l'interdiction permanente, et vue la difficulté (volonté?) de renforcer l'efficacité du processus de filtrage, on ne peut même pas transformer l'interdiction permanente en temporaire. Cela dit, une relecture complète de tout le volet statistique de la décision ne serait pas superflue.

      Supprimer
    5. Sauf que, si tous les échantillons prélevés sont contrôlés, il n'y a plus de justification qui tienne pour exclure les homosexuels du don du sang.

      Supprimer
  3. Un con ? On doit mal se comprendre... Qu'est-ce qui est stupide exactement dans ce que j'ai écrit ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas dit un con mais un con anonyme.

      Supprimer
    2. Oui c'est parce qu'on n'aime pas trop les anonymes nous... Un pseudo, ça mange pas d'pain.

      Supprimer
  4. Et petite précision du con (pour vous servir), le CCNE comporte 15 scientifiques ou assimilés, sur 39 membres; dans les 39 il y a des représentants religieux, etc. Bref, cette décision n'est en rien scientifique, elle est avant tout morale.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les scientifiques et autres membres du machin ont plus de compétences que les cons anonymes. Cela étant, ne prend pas la mouche pour rien.

      Je dis que je suis d'accord avec la taulière et donc "choqué" par la mesure. Mais que je fais confiance aux institutions pour se prononcer sinon ce n'est pas la peine de les mettre en place.

      Il faut arrêter les conneries. On ne sait pas si les homos peuvent donner leur sang. On demande à un machin fait pour et on remet en cause leurs conclusions donc le machin. Ce n'est pas ainsi qu'on avancera.

      Revenons donc au vrai sujet : donner du sang n'est pas un droit fondamental mais peut-on refuser le sang des homosexuels au regard des besoins ?

      Supprimer
    2. Non. La pénurie de sang et de donneurs est telle qu'on ne devrait pas sélectionner les donneurs selon leurs orientations sexuelles.
      Ce n'est pas un droit fondamental, c'est clair.
      Moi, par exemple, ils n'en veulent pas !!!

      Supprimer
    3. perso je suis interdit de don du sang pour avoir vécu en Grande Bretagne dans les années 80 ( à cause de la vache folle); je ne sais absolument pas qui a pris la décision et je m'en moque complètement : je suppose qu'elle est fondée sur des critères scientifiques.
      Les homosexuels, ou plutôt ceux qui parlent en leur nom partent de l'affirmation qu'ils sont discriminés en tant qu'homosexuels : concrètement ils imaginent quoi ? un comité secret réuni la nuit dans une cave ? Des médecins cruels qui décident en ricanant de priver les patients de sang pour satisfaire leur haine des homos ?
      Remplacez "homosexuel" par "vache folle" pour bien voir le ridicule de l'argumentaire.

      eli

      Supprimer
    4. Moi, on ne veut pas de mon sang parce que le patient choperait une cirrhose.

      Arrêtons de critiquer les commissions mises en place si c'est pour critiquer leurs décisions alors qu'on les a mises pour ne pas être contestées.

      Supprimer
    5. La motivation de l'avis relève de l'ouverture du parapluie: personne ne veut prendre le risque, donc tout le monde se couvre.

      Scientifiquement parlant, on en est là:

      « En raison d’un manque de connaissances, lever la contre-indication pourrait entraîner une augmentation du risque de transmission du VIH pour le receveur »

      Mais:

      « Nous ne pouvons pas dire s’il y aura plus ou moins d’infections si la contre-indication devenait temporaire »

      Dixit le président du CCNE.

      Comme ils ne savent pas, ils ne bougent pas. On peut se demander quelle est l'utilité d'un comité consultatif qui rend ce genre d'avis... vu que ma concierge, toute seule, parviendrait exactement à la même conclusion en faisant une application pifométrique du principe de précaution (fais rien quand tu sais pas).

      Sinon, pour info, une mesure peut être discriminatoire y-compris si elle concerne l'exécution d'une devoir, même seulement moral, le principe étant l'égalité de tous devant la loi, donc les droits et les devoirs. Interdire aux homos le don du sang, c'est suggérer qu'ils sont indignes d'accomplir un acte généreux relevant du devoir moral, pour des motifs qui tiendraient à ce qu'on imagine de leur sexualité, en tant que groupe.

      La mesure comporte indiscutablement un aspect blessant.

      Mais on peut discriminer des individus ou des groupes pour un motif légitime et rationnel. La légitimité de la mesure ne se discute pas (éviter une contamination). Mais sa rationalité si: c'est "je sais pas, donc je discrimine". Quand on discrimine, on doit savoir pourquoi.

      A ce tarif, on peut tous faire l'objet d'une discrimination, à l'aveugle, pour tout motif, en toute occasion de notre vie.

      Ex: comme je ne sais pas si une personne éprouve ou non des pulsions pédophiliques, je vais m'abstenir de l'embaucher à un poste d'éducateur auquel elle postule; Ignorant si une personne peut ou non se convertir à l'islam, je vais m'abstenir de l'embaucher à un poste qui exige de la neutralité. Etc.

      Le principe de précaution peut être absolument redoutable.

      Supprimer
  5. Mais ma chère, paraphrasant le comte Joseph-Charles-Alexandre d'Anterroches je n'ai qu'une chose à vous dire : "Madame, perfusez-vous la première".

    Les mesures de santé publique, c'est à dire de protection du plus grand nombre et des plus faibles, n'ont rien à foutre de la sensibilité à fleur de peau de certains, dont vous semblez faire partie. C'est comme à la guerre, il faut savoir trancher dans le vif. Et c'est très bien. Sur ce, je vous laisse à vos émotions et vos indignations. La politique n'a rien à voir avec cette sensiblerie de bas étage.

    RépondreSupprimer
  6. Ben oui nous sommes en 2015.
    Et il se trouve qu'en 2015, les homosexuels ont toujours plus de pratiques à risques, un nombre, envieux pour des hétéros, de partenaires.
    Alors oui, que ça vous plaise ou non, les homos constituent bien encore un groupe à risque.
    Vous êtes définitivement et bêtement "bisounours".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. un nombre, envieux pour des hétéros, de partenaires.
      Voila ce qui arrive quand deux phrases se bousculent dans votre tête pendant que vous tapez le clavier....

      Supprimer
    2. Si vous l'dites.

      Trop de principe de précaution tue le principe de précaution.

      Supprimer
  7. Voilà ! Tu te tapes la crème de la réacosphere.

    RépondreSupprimer
  8. L'indépendant1 avril 2015 à 02:28

    Ben voyons, on veut encore mettre en danger la santé publique dans notre pays ? Le scandale du sang contaminé n'a -t-il pas suffit ? La santé de nos concitoyens est TROP importante pour prendre des risques inconsidérés sous prétexte de non discrimination. N'en déplaise aux idéologues.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Venant de vous, l'inverse m'eût étonnée.

      Supprimer
    2. L'indépendant (qui aurait mieux fait de demeurer une colonie)

      C'est pas une affaire d'idéologie, nuche, c'est une affaire de mise en balance d'exigences contradictoires, posées par la loi (ce truc que vous n'écoutez jamais, sauf quand ça vous arrange).

      La loi dispose que nul ne peut être exclu du don du sang: elle fixe donc un principe d'interdiction d'une exclusion, ce qui permet de rendre recevable un questionnement sur une éventuelle discrimination. Pas par idéologie, donc, mais parce qu'un principe juridique de non-exclusion est posé en droit par un texte de loi, obligatoire donc qui s'impose à tous, y-compris l'EFS.

      Mais la loi ajoute aussitôt: "en dehors de contre-indications médicales". Le débat porte sur cette question, précisément.

      Le prochain d'entre vous qui sort la connerie: yapa discrimination pakeu donner son sang n'est pas un droit sera condamné à porter un bonnet d'âne et à lire un des livres de Didier Goux.

      Toute personne qui s'estime exclue injustement du don du sang est juridiquement recevable à invoquer la discrimination, au nom de la loi. Savoir si elle est bien fondée, c'est une autre affaire, mais en tout cas le questionnement sur la discrimination n'est pas hors sujet.

      Et, soit dit en passant, donner son sang est bel et bien un droit, quand bien même ne serait-il perçu que comme l'exécution d'un devoir moral, l'un n'empêchant pas l'autre.

      Il est donc temps d'abandonner votre beaufitude coutumière pour vous lancer à corps perdu dans ce qui vous fait le plus peur: un raisonnement.

      Supprimer
    3. L'indépendant3 avril 2015 à 09:56

      Bla bla bla... Vous vous foutez éperdument des dangers potentiels que représentent vos désirs de non-discrimination en matière de santé publique. Je c je me repete, mais vous y'en a pas comprendre ke santé de nos concitoyens plus importante ke vos idéologies ke vous mettre à la sauce de la loi. Vous m'en avoir compris puisque vous parler comme ça ?

      Supprimer
    4. P'tain vous êtes vachement fatigué non ?

      Supprimer
  9. Bon, l'ensemble de vos écrits sur ce blog vous classent dans la parfaite ligne "Terra nova".
    Cette ligne post-soixantuitarde, libertaire et boboïde a fait un gros doigt au populos de ce pays, qu'elle qualifie depuis plus de trente ans de beauf, de franchouillard, d'alcoolique, de facho etc.
    => les belles âmes de gauche n'aiment pas le peuple.

    Reniant une partie de son logiciel marxiste, cette ligne a substitué l'image du populos et de l'ouvrier par celle des minorités (ethniques, sexuelles etc.), si bien qu'aux dernières élections, 7 % des ouvriers ont voté FDG, 15% PS, quand 49 % d'entre-eux votaient pour le FN.
    C'est cette ligne qui s'est en partie fracassée aux dernières élections et a fracassé la gauche pour un bon moment je pense. Je crains que vous n'en ayez même pas pris conscience.

    Ce que "la gauche" a crée (le bleu-blanc-rouge, l'hymne national, la nation quoi...), vous et vos petits camarades semblez l'avoir totalement renié, et je ne parle même pas de la question du capital ou de la misère sociale dont il semble visiblement que ça ne vous inspire pas beaucoup de billets.
    Vous et les couleurs politiques que vous défendez n'êtes que des progressistes libertaires, comme on peut aussi en trouver au modem, à l'ump, à l'udi.

    Pardonnez moi, Elodie, d'être long et insistant mais si vous ne tirez pas les conclusions nécessaires de vos derniers revers électoraux, votre militantisme politique prendra à l'avenir des allures de pénitence.
    Or, sur quel sujet vous vous précipitez dès votre retour blogosphérique? sur une histoire de sang gay, dont absolument tout le monde n'en a rien à foutre, à commencer par l'immense majorité de vos concitoyens qui se bouffent des tartines de merde depuis des décennies.

    "S'il n'y a pas de sursaut, c'est, ce soir, une répétition générale de ce qui va nous arriver en 2017. (...) On ne peut pas continuer comme ça" (Schtroumph à flipette).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elody,

      T'es une vilaine progressiste libertaire. Je ne sais pas ce que c'est au juste, vu qu'Anton considère le Modem, l'UDI et même l'UMP comme des repaires d'affreux progressistes libertaires, ce qui me laisse... songeur.

      J'ai l'impression que pour lui, dès qu'on n'est plus dans son camp, on bascule dans le progressisme libertarien, comme ça, soudainement, par effet de seuil. Faut faire gaffe, faut pas trop se pencher, sinon tu bascules dans le libertarisme.

      E pericoloso sporgersi, comme on disait à la SNCF.

      Supprimer
    2. Ouaih ! Tchok ..... Et la bande à Bono y z'étaient pas au Modem peut-être ? .....

      Supprimer
    3. Eh beh Anton... Z'êtes super en forme dites-donc. Tout le monde se contrefout de ce que je raconte mais tous les réacs débarquent d'un coup d'un seul ici pour lire des trucs dont tout le monde se fout.
      Y'a donc pas de littérature intéressante dans votre monde pour que vous vous égariez ici systématiquement et perdiez du temps à me dire que vous vous contrefoutez de ce que je raconte ?

      Supprimer
    4. Ok, Elo, z'avez raison, je m'en retourne à mes BD érotico-nazies. Et surtout ne changez rien (comme l'autre comique qui ne sait pas lire et n'est même pas foutu de s'adresser directement aux gens dès qu'il se sent homme ou spirituel ou intelligent, je sais pas).

      Supprimer
    5. Anton,

      Si vous avez un stock de BD érotico-nazie, bien évidemment ça change tout.

      Bon, cela ne fait pas d'Elody une progressiste libertaire pour autant, mais, disons, que cela fait de vous quelqu'un d'un peu plus convenable.

      Supprimer
  10. Bon, les gens, soyez gentils avec notre Schtroumpfette : elle n'a fait ce billet que pour me faire plaisir, parce que, sans encore se l'avouer, elle est un peu amoureuse de moi (la figure du père, le modèle-obstacle, tout ça…). Dans la réalité, elle non plus ne se laisserait pas transfuser du raisiné de fiote, dont elle sait aussi bien que vous et moi qu'ils sont tous plus vérolés que des roulottes de Romanos.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Didier Goux, si on vous avait pas, faudrait vous inventer. Vous aurez au moins gagné ça de ma part aujourd'hui.

      Supprimer
    2. Je le savaisl ! Je le savais !

      Supprimer
  11. "dont absolument tout le monde n'en a rien à foutre"...
    Peut-être qu'un jour les meutes d'auto-proclamés experts de "ce qui importe au peuple" (et de ce qu'est "le peuple" qu'au fond elles méprisent) finiront enfin par la fermer et laisser tous les autres dire ce qui leur chante, sans avoir d'avis -aux allures d'injonctions- sur qui a le droit de dire quoi, sur ce qui est "vraiment important", etc.
    Il me semblait que l'UMP s'était déjà bien occupée de parler au "peuple" dans des termes proches de ceux employés par "ceux qui comprennent vraiment le peuple", c'est-à-dire qui le prennent pour des cons. Il semblerait que ça ne soit pas assez ?
    Allez, une découverte, pour ceux qui considèrent que tout ce qui concerne les minorités, "y'a des choses plus importantes" : il a plus de gens qui, d'une manière ou d'une autre, font partie d'une "minorité" que de gens qui composent "la majorité". La majorité, ça n'existe que dans votre vision étriquée. Et à chaque question posée, elle change. Etonnant, non ? Alors maintenant, c'est quoi les "vrais problèmes" et les questions dont "tout le monde n'a rien à foutre" ? Je veux bien une petite liste.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh bien, par exemple, dans les questions importantes, il y a : dans combien de temps on mange ?

      Et dans les choses dont personne n'a rien à faire, il y a vos avis sur le peuple et l'UMP.

      Supprimer
  12. L'avenir de la tranze-fusion sanguine c'est le sang sein-tétique fabriqué par géni génétique en laboratoire OGM et tout çà ..... Bon , y aura des échecs (j'ai moi même été consue par géni génétique et ce fut un échec) Mais à force çà fonctionnera ............ C'est pareil pour les greffes du cœur : l'avenir est aux cœurs artificiels complétement mécaniques , et pas aux transplantations ....... L'avenir c'est la biotechnologie , les OGM , tous les machins robots miniaturisés et tous ces trucs là .....

    RépondreSupprimer
  13. Je constate qu'il est devenu de plus en plus difficile de lancer une polémique sur internet ...
    Soit tu as un bon sujet de polémique , mais tu te retrouves avec quelques procès au cul .....
    Soit tu lances un sujet bidon et tu n'as aucun succès .................
    Il faudrait que quelqu'un se décide à écrire un livre genre : " De l'art de lancer des polémiques en toute sécurité sur internet " ou alors " La polémique pour les nuls " avec des exemples de sujets bien polémiques mais sans risques de procès .................

    RépondreSupprimer
  14. Une simple précision à propos de la fameuse fenêtre silencieuse : ça ne sert à rien d'attendre 12 jours pour effectuer les tests sur un échantillon car les différents tests existant sont dépendant de la réaction du système immunitaire. Il faut donc un temps minimal entre la contamination et le prélèvement, et non pas entre le prélèvement et le test.
    C'est le problème du sang contaminé : si la personne contaminée l'a été moins de 12 jours avant le don, il n'y a aucun moyen aujourd'hui de le savoir.
    Il y a donc bien un problème de santé publique : comment peut-on savoir si du sang est sain ? En interrogeant la personne sur ses partenaires. Si la personne a changé de partenaire dans les semaines précédant le don, alors le don ne doit pas être accepté.
    Mais même cette précaution peut ne pas suffire : dans l'affaire du sang contaminé il y a quelques années, si mes souvenirs son bons c'est une femme qui avait été contaminée par son mari quelques jours avant le don. C'était donc son partenaire habituel, mais ni lui ni elle ne savaient encore qu'il était séropositif.

    En règle générale, il faut donc ne pas accepter de sang de personne ayant une sexualité avec des partenaires différents changeant régulièrement.
    C'est pour ça que le modèle du "couple modèle" de la société est valorisé (à condition qu'il n'y ait ni maîtresse ni amant dans l'histoire, ce qui est invérifiable !), le ccne a estimé qu'il y a moins de risque de sexualité multi-partenaire dans un couple hétéro. Est-ce vrai ? aucune idée ....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. le ccne a estimé qu'il y a moins de risque de sexualité multi-partenaire dans un couple hétéro. Est-ce vrai ? aucune idée .....

      Ca l'est.
      Dans une récente émission consacrée au sida, les témoignages de médecins l'attestaient. Et dans des proportions assez étonnantes d'ailleurs.
      C'était le sens de mon commentaire.

      Supprimer
  15. Juste une ou deux questions : quelle est la finalité de l'EFS ? Fournir des produits sanguins sûrs au meilleur coût possible ou bien tout faire pour avoir une image gay friendly, quels que soient les risques encourus ?
    Est-il concevable que les responsables de la question aient pris cette décision sur la base d'arguments rationnels ou bien sont-ils obligatoirement d'affreux homophobes ? Si ce sont d'affreux homophobes, pourquoi acceptent-ils le don de sang des lesbiennes ?

    Si vous voulez vous documenter un peu sur ce thème, voici un billet de blog datant d'un peu moins de 2 ans : CLIC. L'auteur, réanimateur, est assez familier de la problématique ; (très) accessoirement, il est homo.
    Je n'exclus pas complètement que vous soyez suffisamment raisonnable pour changer d'avis.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pff ! L'est vachement long, cet article de blog, pour un sujet dont je me contrepignole des deux mains ! Cela étant, je ne vois pas pourquoi un homosexuel serait "humilié" de ne pas pouvoir donner son sang. Pourquoi le serait-il davantage qu'un homme de 71 ans, qui ne peut pas davantage ? Ou d'une personne de 49 kg, qui sera elle aussi refoulée ?

      Et puis, comme le dit fort justement l'auteur de cet article, donner son sang n'est nullement un droit ! Et si les homosexuels (mâles) veulent à toute force se rendre utiles et aider leur prochain, il y a quantité d'autres façons de le faire.

      Tout cela n'a aucun sens ; c'est s'indigner pour le plaisir de le faire, rien de plus.

      Supprimer
    2. Pourquoi acceptent-ils le don de sang des lesbiennes ?
      Peut-être parce qu'ils n'ont aucune idée de ce qu'est une sexualité lesbienne ? Parce qu'ils ont l'image de La Vie d'Adèle ou d'un masturbation mutuelle sans pénétration même ? Alors que l'image de la sexualité gay c'est du bareback et de la sodomie ?
      (indice ces deux images sont fausses, mais je doute qu'il y ait un gay ou une lesbienne qui n'y ait pas été confronté).

      Pourquoi il serait plus humilié qu'un homme de 71 ans ? Parce que l'homme de 71 a pu donner son sang une fois dans sa vie. [MODE MA VIE] C'est pour ça que je me suis sentie mieux quand j'ai appris que j'ai été embauchée parce que j'étais jeune et pas parce que je suis une femme (contrairement à certaines insinuations), parce qu'être jeune, tout le monde en a bénéficié au moins une fois dans sa vie, être une femme ça ressemble davantage à un avantage injuste. [/MODE MA VIE]

      Lya

      Supprimer
  16. Guy Bedos et Jean Roucas même combat finalement ... Chacun compare tel ou tel politicien à Hitler au grès de ses opinions politiques ... Hitler reste le mètre étalon pour mesurer l'opinion des ennemis politiques de tel ou tel comique troupier ... On se marre ... On est tous Charlie ................. Ou alors on est toujours le "Hitler" de quelqu'un ..........................

    RépondreSupprimer
  17. @ Didier,

    On pourrait remplir des bibliothèques avec ce que vous ne comprenez pas. Lisez donc l'avis du CCNE, et vous verrez, il y a une logique dans tout cela. Inutile de vous taper les 54 pages, la partie raisonnement de l'avis, sur le sujet qui nous intéresse, commence à la 23ième et se termine vers la 27ième.

    C'est pas la mer à boire.

    Vous verrez que le questionnement sur la discrimination est centrale dans la démarche intellectuelle du CCNE. Je pense que vous avez largement le niveau de QI pour le comprendre.

    Maintenant, si vous ne voulez pas le comprendre, c'est différent. Quand on bloque sur un sujet parce qu'on ne veut pas le comprendre, c'est autre chose.

    Il n'y a pourtant pas lieu de s'exciter: donner son sang est bel et bien un droit, c'est la loi qui le dit (l'article L 1211-6-1 du code de la santé publique) mais ce droit n'est nullement absolu d'une part (il est donné sauf contre indications médicales) et d'autre part il n'est pas droit de l'hommiste (ce n'est pas un droit fondamental de la personne humaine).

    D'une façon générale, il se raccorde aux libéralités du code civil (le droit de donner), qui sont subordonnées à des conditions, sans être considérées comme particulièrement essentielles à la personne humaine.

    Particularité de ce droit: il est également l'expression d'un devoir moral d'entre-aide ou de secours. C'est un droit par la loi et un devoir par la moral, ce qui en fait l'une des curiosités de notre système juridique.

    Voili voilou, pas de quoi fouetter un chat.

    Maintenant, imaginez qu'on exclue les vieux du droit de donner leur bicoque ou le solde de leur livret A à une association de défense des animaux parce qu'on les présumerait séniles, en tant que vieux et sans examiner leur situation personnelle. Ils le prendraient mal, nos vieux, non?

    Passé un certain âge, c'est fini, vous n'avez plus le droit de disposer de vos bien parce qu'on présume que votre cerveau vire à la sauce blanche. Vous le prenez bien, ou mal?

    RépondreSupprimer
  18. La confusion que vous faites entre santé publique et politique laisse pantois.
    Avez-vous oublié l'affaire du sang contaminé ?

    RépondreSupprimer
  19. reste à voir si vous, amis socialistes, allez maintenant lutter contre la négrophobie, ou continuer à exclure tous les noirs africains de France du don du sang ? Tous les gens qui ont séjourné récemment en Afrique (noirs ou blancs d'ailleurs) restent exclus du don du sang, et personne n'en parle. Sans doute plus politiquement acceptable que l'"homophobie" (?!)

    RépondreSupprimer
  20. Pour les moins de 49 kg, c'est réglé puisque l'Etat vient même réguler notre poids, maintenant !

    http://leparisienliberal.blogspot.fr/2015/04/desormais-interdit-detre-trop-gros-ou.html

    RépondreSupprimer

Vous qui passez par là, ne restez pas anonyme et choisissez au moins un pseudo.
Et si vous voulez balancer du lien, intégrez cette balise