08/12/2016

50 nuances de gauche, verte, rouge, rose, molle, vrauche, social-démocrate, social-libérale...

Au commencement, il y avait François Hollande. Président sortant qui, à moins d’une tempête de sauterelles, n’avait aucune raison (si on met de côté sa cote de popularité proche du néant) de ne pas briguer un second mandat de Président de la République.

Il y avait aussi Jean-Luc Mélenchon qui a d’emblée rappelé que jamais Ô grand jamais il n’accepterait de participer à la primaire de la gauche si François Hollande y participait aussi. Sur le principe, il ne semblait pas hostile à une primaire de la gauche mais à condition de pouvoir en choisir les candidats.

En interne, il y avait Manuel Valls. Premier ministre ferme et autoritaire, clivant dans son propre camp et même au-delà, dont le bilan est aussi celui du Président et vice-versa, promoteur du 49.3 pour les lois Macron et El Kohmri, pourfendeur de la déchéance de nationalité, auteur de quelques phrases assassines qui crispent la gauche, accusé d’avoir poussé François Hollande jusque dans les cordes, puis vers la sortie. Lundi dernier, Manuel annonce qu’il est candidat à la primaire de la gauche « pour faire gagner tout ce qui nous rassemble ». Il a donc démissionné dans la foulée de son poste de Premier ministre. Normal. Et il a été remplacé par Bernard Cazeneuve qui, lui par exemple, aurait pu faire un bon candidat pour cette primaire.

Parallèlement, Marie-Noël Lienemann, Gérard Filoche, Arnaud Montebourg et Benoît Hamon, en lice pour cette fameuse primaire, passent le plus clair de leur temps à mettre des tartes à Manuel Valls et François Hollande plutôt qu’à taper sur la droite. En ce sens, ils ont un point commun avec Jean-Luc Mélenchon qui, lui, met des tartes au Gouvernement depuis 2012. Son adversaire, c’est la « gauche de Gouvernement ». OK. Pour Marie-No et Gégé, même combat. Pour Nono et Ben, ça cogne dur sur la « gauche de Gouvernement », mais seulement depuis qu’ils n’y sont plus (au Gouvernement, pas à gauche). Pas fous les types. Pour autant, ils sont eux aussi comptables d’au moins la moitié du bilan.

Au Nord, dans les Hauts-de-France, bien loin de la Terre du Milieu, on a Martine Aubry qui exhorte, à juste titre, la gauche de se rassembler, de faire front commun contre le Front national et le Front filloniste, parce que l’union fait la force. Ça mange pas de pain de le rappeler. Mais Martine n’est pas candidate. 

En périphérie de la Terre du Milieu, on a Jean-Luc Bennahmias, Président du Front démocrate, ancien secrétaire national des Verts et vice-président du MoDem, Pierre Larrouturou, fondateur de « Nouvelle Donne », François de Rugy, Président du parti « Ecologiste ! », Bastien Faudot voudrait bien y participer aussi au nom du MRC, Sidi Hamada-Hamidou, membre du Parti radical de gauche (Mayotte), Maxime Legrand, chef d'entreprise et conseiller municipal d'opposition à Poissy, Fabien Verdier, conseiller municipal de Châteaudun, conseiller régional, et Sylvia Pinel, qui a d’abord été investie par le PRG sans passer par la primaire et qui, depuis que FrançoisHollande a renoncé, a finalement annoncé hier qu’elle participait aux primaires.
Et – toujours depuis hier – on a appris que Vincent Peillon, ancien ministre de l’Education nationale, et eurodéputé, annoncerait sacandidature ce week-end.

Dans l’autre nébuleuse de gauche hors primaire, on a Jean-Luc Mélenchon, Emmanuel Macron, Yannick Jadot, Philippe Poutou et Nathalie Arthaud.

Et m’est avis que j’en oublie. M’est avis aussi que c’est hyper confus mais c’est pourtant bel et bien ce qui se passe à l’instant T.

Les sondages sur les intentions de vote à la primaire de la gauche sortent Manuel Valls vainqueur à 51%.
Et les sondages sur les intentions de vote à l’élection présidentielle sortent la gauche cumulée au 2nd tour des Présidentielles.

Sauf qu’on n’est pas cumulés.

On est dispersés, divisés, bordélisés.

Pour autant, parmi les membres de l’équipe de foot de la gauche, toutes et tous (sauf Jean-Luc Mélenchon, crédité de 14% d’intentions de vote au 1er tour), y compris Emmanuel Macron (crédité lui aussi de 14% d’intentions de vote au 1er tour) ont unanimement salué la lucidité de François Hollande, sa dignité et la clairvoyance de son message lorsqu’il a pris la parole en direct le 1er décembre 2016: 

Comme socialiste, parce que c’est l’engagement de toute ma vie, je ne peux accepter, je ne peux me résoudre même à la dispersion de la gauche, à son éclatement, parce qu’elle priverait de tout espoir de l’emporter face au conservatisme et pire encore, face à l’extrémisme.
[...] Aujourd’hui, je suis conscient des risques que ferait courir une démarche, la mienne, qui ne rassemblerait pas largement autour d’elle. 
Toutes et tous ont souligné l’urgente nécessité de se rassembler (sauf Jean-Luc Mélenchon).

Mais comme à gauche, on n’a pas le culte du chef, on aime bien bordéliser les choses.

A croire que c’est un véritable hobby.

13 commentaires:

  1. Il y a juste un truc que je ne comprend pas. Amis de gauche, expliquez moi :-).

    Jean-Luc Mélenchon est-il bien un ancien membre du Front national euh, pardon, de Gauche, et n'est-il pas soutenu par les communistes, ce qui n'est pas exactement le Parti Socialiste.

    Dès lors, que ferait Jean-Luc Mélenchon, d'extreme gauche, dans une primaire de gauche ?
    N'auriez vous pas halluciné (euphémisme) si Marine le Pen, d'extreme droite, avait participé à la primaire de droite ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On a déjà eu ce débat 100 fois et je n'ai jamais considéré que le Front de Gauche et le Front National, c'était pareil.

      Supprimer
    2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    3. le FN a été créé en 1972 autour d'Ordre Nouveau et était au départ foncièrement et avant tout anticommuniste. ce n'est qu'a la fin des années 70 que jmlp va ramasser les quelques centaines de survivants et en faire le parti nationaliste qu'il est devenu

      Supprimer
  2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  3. regardez bien leurs programmes. Euro, protectionnisme, travailleurs détachés, Poutine, fonction publique, propos populistes : où sont les différences ?

    Et en comparaison, quel rapport avec MAcron qui, lui, a des idées plutot libérales et a priori intéressantes?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne suis ni électeur du FN, ni de Mélanchon, mais vous, vous devriez un peu plus ouvrir les yeux le "libéral". Qu'a apporté l'euro, le libre-échange intégral, et la sinistre directive des travailleurs déttachés (nommée Bolkestein en son temps) ? Chômage, misère et désindustrialisation. Par conséquent, cher euro-libéral tenant de la pensée unique, vous devriez vous faire un peu plus modeste. Signé : Un "populiste" qui n'a pas honte de ce terme, car dans populiste il y a peuple.

      Supprimer
  4. Comme je le disais hier ou avant-hier chez Nicolas, la seule question (haletante) qui se pose désormais est : le candidat de la Belle Alliance populaire sera-t-il, au premier tour de la présidentielle, devant ou derrière votre cher Dupont-Aignan ? C'est un défi qui vaut la peine d'être relever, non ?

    (Sinon, vous avez vu : à droite, ça prolifère aussi : désormais, ils doivent se farcir l'Alliot-Marie pleine de grâce.)

    RépondreSupprimer
  5. 50 nuances de gauche? Lire "Hémisphère de gauche" de Razmig Keucheyan, Ed la Découverte-2013.

    RépondreSupprimer
  6. Macron de gauche ? C'est une plaisanterie ? Si Jaurès entend ça, il doit s'en retourner dans sa tombe... Macron est le candidat des banques et de la finance (comme d'autres, j'en conviens).

    RépondreSupprimer
  7. Je ne regarde plus la télé, Jack Lang n'est pas encore candidat?

    RépondreSupprimer
  8. Peu importe le gagnant de cette primaire, il y a un coup à faire car Fillon ne peut gagner avec un programme rétrograde sur de nombreux points, trop libéral sur d'autres ...c'est un boulevard pour Bayrou

    RépondreSupprimer
  9. "Président sortant qui, à moins d’une tempête de sauterelles, n’avait aucune raison (si on met de côté sa cote de popularité proche du néant) de ne pas briguer un second mandat de Président de la République."

    Elle est bien bonne celle là, un tel niveau d'aveuglement mérite un grand chapeau bas.

    RépondreSupprimer

Vous qui passez par là, ne restez pas anonyme et choisissez au moins un pseudo.
Et si vous voulez balancer du lien, intégrez cette balise