La foire à 10 balles du passage à 2021

Il aura donc fallu qu'on soit en 2021 pour que je reprenne le clavier et que je blogue à nouveau.

Ou pas. Ne va pas croire que ce billet est le début d'une longue série quotidienne ou hebdomadaire.

Ne va pas croire non plus que c'est parce que Claire vient de débarquer dans la blogosphère que je m'y remets.

Ne va pas croire non plus (bis) que je reprends le chemin de mon blog pour essayer de convaincre Boris d'en ouvrir hein. Cela dit, il est gonflé, je lui ai dit que je lui créerais son blog de toutes pièces et Monsieur ose dire qu'il est pas sûr, qu'il sait pas, qu'il hésite. On est en 2021 bordel ! On n'a plus le temps d'hésiter !

En 2021, on n'hésite plus. On ne tergiverse plus. On fonce !

Après l'année qu'on vient de passer, on va pas tourner autour du pot 107 ans et continuer à peser le pour et le contre jusqu'à plus soif hein.

On est passés à côté de tellement de trucs en 2020, on a été privés de tellement de trucs en 2020, on a été tellement frustrés puissance 1000 au cube... 

Pas question d'hésiter en 2021 quand il s'agira de sortir de chez nous pour aller boire des verres, danser, chanter, voir des expos, aller en concert, chez les amis, dans la famille, au-delà de 20km, 100km, à 40 dans un jardin de 50 m², à 30 dans un salon de 40m², sur une terrasse bondée, pas question d'hésiter quand Nicolas convoquera un KdB la veille pour le lendemain quand La Comète aura rouvert, pas question d'élaborer des plans super galère pour nos rencards matchés sur Tinder, Adopt ou Bumble au prétexte que c'est à plus de 20 bornes, que les bars sont fermés, qu'il y a un putain de couvre-feu, pas question de remettre au lendemain cet apéro dont on parle régulièrement avec cette nana géniale rencontrée en 2012 mais que, chemin faisant, on repousse faute de temps, faute de courage, faute de volonté pour sortir de notre zone de confort.

En 2021, on se sort les doigts et on y va !

2020 a été tellement pourrie, comment pourrait-on foirer 2021 ?

On pourrait faire le bilan calmement en s'remémorant chaque instant... Je pourrais revenir sur le 1er confinement, mais je ne vais pas répéter ce que j'ai quasiment raconté quotidiennement ici.

Je pourrais dire que j'ai jamais autant bouquiné de ma vie, bien que je n'aie pas lu une seule ligne ni une seule page pendant le 1er confinement. Mais j'ai déjà chroniqué mes coups de cœur ici.

Je pourrais dire que j'ai jamais autant bossé de ma vie qu'en télétravail, à base de journées de 10h qui duraient une minute de plus chaque jour pour atteindre 12h à l'approche du Téléthon (ouais je bosse à l'AFM-Téléthon, je sais pas si tu savais).

Je pourrais dire que je regrette de ne pas avoir blogué davantage. J'avais pourtant plein de trucs à raconter. Mais une flemme mentale, une flemme rédhibitoire. Non seulement j'ai arrêté de bloguer après le 1er confinement sauf pour caler quelques chroniques ici ou là, mais j'ai carrément arrêté de lire les blogs.

Quasiment tous. Sauf ceux de Seb, Stéphane, Laurent et Nicolas.

Aujourd'hui, à J+2 du début 2021, j'écoute INXS en boucle, après avoir regardé un docu sur Nile Rodgers sur Arte. La semaine dernière, j'écoutais les Rolling Stones en boucle après avoir regardé un Crossfire Hurricane sur la même chaîne. Avant-hier, j'ai avalé un docu incroyable sur Maradona. Il y a quelques jours, j'ai fini la lecture de Chavirer de Lola Lafon, de la BD Traquée qui relate la traque d'Angela Davis. En ce moment, je suis en train de lire Le Radiateur d'appoint d'Alex Lutz en attendant désespérément que la FNAC retrouve le chemin de ma boîte aux lettres après avoir paumé dans une contrée inconnue le cadeau que Boris m'a fait pour mes 42 ans. 

Ah ouais. J'ai eu 42 piges il y a 15 jours. Il fallait bien deux semaines de congés pour m'en remettre.

Présentement j'attaque la saison 7 de West Wing après avoir bingé L'Autre côté et le Jeu de la Dame sur Netflix.

J'ai fait plein de trucs utiles : aménager ma cuisine avec une desserte digne de ce nom, fabriquer des bougies, du déo, du parfum d'ambiance, de la brume d'oreiller, de la lessive, du shampooing. Et aujourd'hui, j'ai même fait ma première mayonnaise. La première de ma vie. T'as qu'à voir comment je suis débordée. 

Mais 2020, c'est aussi l'année de mon engagement en tant que maraudeuse sociale. Ça va faire 6 mois que je maraude. Demain, ce sera ma 19ème maraude. 20h-minuit à arpenter les rues de Melun pour écouter, accompagner, apporter un sourire, une couverture, un café, une soupe, une oreille attentive, une présence. Ma plus grande fierté même si 'en vrai, il n'y a pas de quoi être fière. Je crois que j'ai juste donné un sens à ma soif d'engagement que la politique n'étanche plus.

Parce que 2020, c'est l'année des doutes politiques en mode "où suis-je, où vais-je, dans quel état j'erre?"

J'y suis toujours. J'y suis parce que j'ai envie d'y croire mais je ne m'y retrouve plus. Je ne le comprends plus. Je ne l'entends plus. Je ne sais pas ce qu'il fait, je ne comprends pas ce qu'il fait, je ne vois pas où il veut m'emmener. Alors je râle. Je gueule. Je m'interroge. J'espère que 2021 m'apportera des réponses ou, à défaut, m'aidera à prendre une décision. Rester ou partir. On dirait que je parle d'un vieux couple.

Il y a quelques jours, j'ai participé à l'enregistrement d'une émission animée par Gilles (je ne fais pas de lien vers son blog car je ne comprends rien à ce qu'il fiche avec ses blogs. Alors, à défaut, je vais pointer vers le site de sa radio). Le thème était:

Adeptes du tout numérique et du digital, sommes-nous toujours maîtres de nos propres vies terrestres?

Vaste sujet. Inutile de te dire qu'on a un peu picolé avant et pendant, histoire d'être bien inspirés deux point zéro. La dernière question qui m'a été posée était celle-ci :

Quel impact le monde digital a-t-il sur les relations humaines ? Les réseaux sociaux sont-ils vraiment le monde des fausses amitiés, ou peut-on faire de vraies rencontres sur le Net ?

Autour de la table numérique de cet enregistrement, nous étions 6. Et sur les 6, deux (Gilles et Mehdi) que j'ai rencontrés sur les internets un point zéro il y a 9 ans et qui sont aujourd'hui devenus deux vrais copains, des amis, des potos. Si j’ai bien compris, elle sera diffusée le 10 janvier.

2021 sera l'année du retour des amitiés terrestres, ou ne sera pas.

Et la liste est longue de mes amitiés virtuelles devenues terrestres.

Alors la première chose que je ferai quand on sera déconfinés du couvre-feu et de la vie sociale, ce sera sortir mon agenda et caler des rencards avec tout ce petit monde.

À défaut de prendre de bonnes résolutions que je serai incapable de tenir, je préfère faire des projets.

Et comme 2020 a été à chier (comme les cravates de Nicolas, mais il n'en porte plus), je ne vous souhaite pas une bonne ou une belle ou une excellente année. Je vous souhaite juste 2021.

Vous aimerez aussi

27 commentaires

  1. Si tu as réussi ta mayonnaise, c'est bon signe...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chapeau bas, ici on ne sait pas réussir la mayonnaise, ni à la main ni au robot. Si 2021 le permet et que ton roadtrip te mène à Marseille, fais-moi signe que nous nous organisions : je serai ton guide, te montrerai quelques unes des merveilles de cette ville, te présenterai la petite, convoquerai le talent culinaire de ma moitié pour honorer ta visite. Joyeux 2021 !

      Supprimer
    2. Quel programme !!!
      J’adorerais !!!

      Supprimer
    3. Mais qui rate une mayonnaise ? Pour les doutes sur l'engagement politique, allez on va dire qu'en mai 2012 j'avais tout juste 43 ans... La belle année avec des bôbillets Madame !

      Supprimer
    4. Ahah ! Mais je n’ai jamais dit que j’avais raté une mayonnaise.
      J’ai dit que c’était ma première et que je l’avais réussie 😇

      Supprimer
  2. Yeaah un billet d'Elodie, rien de meilleur pour bien commencer 2021 !!!
    On va pas refaire l'histoire mais je partage les mêmes doutes que toi sur l'engagement politique et son utilité actuelle (is serait de bon ton que les dirigeants de notre formation lisent les blogs de temps en temps). Pour le reste, je kifferai de venir boire un verre avec vous tous un de ces jours .. mais monter à la capitale depuis Nice faudra trouver le bon créneau et bien anticiper le bordel. Je vais écouter cette émission, mais une première observation est que les RS restent pour le moment un des rares moyens d'échanger avec d'autres personnes que les collègues de boulot (même aller voir la famille c'est compliqué).

    Et putain être dans la short-list ça me flatte ... et m'encourage à continuer d'écrire (mes conneries).
    Bonne année Elodie 😘

    RépondreSupprimer
  3. 42 piges ??!!! t'es vieille maintenant. (smiley hein, comme disait le gros avant, quand il n'insultait pas encore ses commentateurs). Mais beau billet et belle activité à part écouter INXS qui fait de la musique de merde. Allez fais-nous de beaux billets même si tu les trouves sans intérêt. On ne dit pas toujours des trucs intelligents, y a qu'à lire mes billets. Bonne année à toi et à ta vie. Bise.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ahah. Merci.

      Et alors pour INXS, carrément pas d’accord. Les morceaux arrangés et produits par Nile Rodgers sont totalement dingues.

      Supprimer
    2. Je ne voudrais pas la ramener intempestivement, mais enfin, l'expression "smiley !", c'est le gars mézigue qui l'a introduite dans la blogoboule, et non le gros machin dont auquel vous faites allusion.

      Supprimer
  4. Aaaah ! Quand je pense que, depuis des mois, chaque fois que je peinais sur un billet, je me gendarmais ainsi : « Allons, courage ! Du nerf ! Tiens-toi droit, soigne tes phrases, polis ton style, redresse ta pensée : n'oublie pas que tu seras lu par Élodie Jauneau, méprisable vermisseau blogueur ! »

    Quelle déception ! Quelle amère, terrible, cruelle, inguérissable déception !

    RépondreSupprimer
  5. "fabriquer... de la brume d'oreiller..."
    Je ne sais foutre pas de quoi il s'agit mais ça m'a l'air pas mal pour avoir des rêves légers.
    Pour la mayonnaise, faut absolument que tu rencontres ma mère, elle est championne du monde de mayonnaise !
    Bonne année ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C’est un vapo qui sent bon la fleur d’oranger et qui se vaporise sur l’oreiller avant de dormir 😴

      Ahahah. Je ne me frotterai jamais à une championne du monde !!!

      Supprimer
  6. Y'a pas Claire dans la bloguerolle ? Vous êtes déjà blogofâchées ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bah si ! Elle y est. 6ème en partant de la fin à l’heure où je te parle.

      Supprimer
    2. Ah oui ! Cette flèche a recopié ses billets de Facebook dans le blog mais on commençant par les plus récents mais elle a valorisé la date de publication pour les faire sortir dans l'ordre dans le blog. Du coup, le billet le plus ancien (par la date de diffusion initiale) est le plus récent (par la date exacte de publication sur le blog) donc est celui-qui sort dans la blogroll, mais vers la fin...

      Je me comprends...

      Supprimer
    3. En même temps il n'est pas si mal non plus, hein [flèche des blogs j'aurais du y penser comme pseudo tiens]...

      Supprimer
    4. Ah tiens, ça sent bon la gentillette blogowar des familles entre les deux !
      Y'avait longtemps !

      Supprimer
    5. Ah Ah, j'aurais voulu le faire exprès je n'aurais pas fait mieux... c'est le billet avec le printemps qui tombe un Merdanche qui avait tellement plu à Elodie. Je vois clair dans leur jeu, je ne cèderais pas à cette pression insidieuse pour que je me remette au taf et publie un vrai truc nouveau...

      Supprimer
    6. Nicolas ? Juste pour voir, tu remets un sou dans le bouzin ?

      Supprimer
    7. JE VOUS DEMANDE DE VOUS ARRÊTAY !

      Supprimer

Vous qui passez par là, ne restez pas anonyme et choisissez au moins un pseudo.
Et si vous voulez balancer du lien, intégrez cette balise