Six ans après, je suis toujours Charlie



Il y a six ans jour pour jour, la rédaction de Charlie Hebdo était décimée par deux fous de Dieu qui voulaient "venger le Prophète" caricaturé, soit avec une tête de bite, soit avec une tête de bombe, soit... avec n'importe quoi puisque de toutes façons, le simple fait de caricaturer un prophète dont, a priori, personne n'a jamais conservé la photo d'identité pour savoir à quoi il ressemble vraiment, est un crime passible de plusieurs balles dans le corps.

Il y a six ans jour pour jour, je me souviens parfaitement où j'étais. Nous sommes nombreux-ses à nous en souvenir.

Comme si c'était hier.

J'étais au travail. Permanence parlementaire du député dont j'étais la collaboratrice. Je faisais un publipostage passionnant et je mettais sous pli les what1000 cartes de vœux qu'il adressait chaque année aux responsables politiques, associatifs, culturels... de sa circonscription.

Passablement énervée devant un tableur Excel qui refusait de faire rentrer dans les planches d'étiquettes les adresses des destinataires, je faisais régulièrement des pauses en ma baladant nonchalamment sur les réseaux sociaux.

Dans cet ordre : j'ai d'abord vu Twitter qui faisait monter les mots "attentat", "Charlie hebdo" dans ses TT. Puis j'ai reçu, comme d'autres copains du même groupe, un mail de l'ami Romain Pigenel, qui disait en substance "Non, Twitter ne déconne pas. Non vous ne rêvez pas. Oui, il s'est bien passé un truc horrible". En gros hein.

Puis j'ai allumé la télé qui était dans l'entrée de la permanence parlementaire. J'étais seule. Il faisait un temps de merde. C'était le matin mais il faisait tellement moche que la permanence était quasiment plongée dans le noir comme en fin de journée. Et j'ai vu. Une rue. Des gyrophares. Et des noms qui s'égrenaient les uns après les autres au rythme des suffocations.

[Sache qu'au moment même où j'écris ces mots, je viens de recevoir le mail de Charlie Hebdo intitulé "Il y a 6 ans".]
  • Cabu
  • Charb
  • Wolinski
  • Tignous
  • Honoré
  • Bernard Maris
  • Elsa Cayat
  • Franck Brinsolaro
  • Ahmed Merabet
  • Frédéric Boisseau
  • Michel Renaud
  • Mustapha Ourrad
C'est d'abord Cabu qui a retenu toute mon attention. Parce que comme beaucoup de mes petit-e-s camarades de la génération xennial, j'ai grandi avec le Club Dorothée et les dessins de Cabu.
Puis Wolinski. Quand j'étais ado, je regardais les émissions de Denisot sur Canal Plus : Zénith et Mon Zenith à moi et j'adorais les dessins que Wolinski réalisait en direct. Ça me fascinait.

Je n'étais pas abonnée à Charlie Hebdo. Mais je l'achetais quasiment toutes les semaines depuis mes années fac. J'avais pris l'habitude de le choper au Relais H de ma gare de banlieue tous les mercredis quand je me rendais à Paris 7. Après la fac, j'ai un peu perdu le rythme mais je l'achetais au moins une fois par mois.
Et après les attentats, je me suis abonnée. Puis au bout de deux ans, j'ai trouvé que leur humour scato avait pris le pas sur tout le reste, alors je me suis lassée.
Puis, ils ont modernisé leur site internet et leurs réseaux sociaux, et ils sont revenus à un humour moins caca-popot et plus politique. Donc moi aussi, je suis revenue.

Depuis, Charlie ne me quitte plus.
J'étais Charlie en 2015. Je suis toujours Charlie.

6 ans. C'était hier. Une éternité.

On ne compte plus les attentats terroristes qui ont suivi. Toujours perpétrés par des cinglés fanatiques extrémistes islamistes se revendiquant d'une religion de paix et d'amour
On ne compte plus les menaces, les insultes, le mépris, les appels au meurtre et au viol sur les réseaux sociaux de quiconque ose soutenir Charlie, être Charlie, faire popot sur le Prophète (j'essaie d'être polie, j'ai peur que ma mère me lise... Et comme j'ai déjà écrit le mot "bite" dès la deuxième ligne de ce billet... j'essaie de ne pas abuser).

Perso, dans mon ptit palmarès, j'en suis à 4 plaintes.

Et sinon ? Depuis 6 ans ? Quelque chose a changé ou pas ?

C'est pour savoir...

Dessin de Foolz pour Charlie Hebdo
Au fait... Lisez Une Minute 49 secondes de Riss et Le Lambeau de Philippe Lançon.
Et puis, lisez aussi 50 ans de Liberté d'expression, tiens.

Vous aimerez aussi

13 commentaires

  1. Merci Élodie...
    Pour que notre colère et notre émotion soient toujours présentes et brandies a la face de tous les abrutis fanatiques et intolérants.

    RépondreSupprimer
  2. Punaise ! Six ans !
    En lisant ton texte j'ai à nouveau cette même lame glacée qui me parcourt le dos. L'effroi est le même aussi. Intact. Saleté.
    Je ne vais pas raconter ici toute l'histoire ; elle trop longue, trop complexe, trop "intime" (pas trouvé le mot convenable) ; juste qu'à certains moments des liens ont existé entre certains de ceux qui sont tombés sous les balles et moi, des liens qui font que...
    Bref, passons.
    Le lambeau ? Commencé, lâché, repris, lâché à nouveau. Putain de malaise à chaque fois. Il faut que j'y arrive. Pas pour passer à autre chose ; je crois que nous n'oublierons jamais ; non, pas pour passer à autre chose mais comme un devoir. Pour eux.

    RépondreSupprimer
  3. Eh bien, moi, je n'ai jamais "été Charlie". alors que j'ai lu ce journal chaque semaine, à une époque où vous tétiez sans doute encore Madame votre mère. D'abord, ça veut dire quoi : "être Charlie" ? Est-ce que ce n'est pas, un peu, se donner bonne conscience à pas cher ?

    "La colère et l'émotion", dont parle votre commentateur me précédant, c'est quoi, au juste ? Qu'est-ce qu'on en a à faire de notre "émotion" ? Et de cette "colère" qui est toujours toute prête à trouver des excuses à ces abrutis fanatiques (voir les violeurs de Cologne) ?

    Cela dit, je dois dire que les gens de Charlie, au milieu de l'aplatisement général ont en effet eu les couilles (ou les ovaires, c'est comme vous voudrez) de montrer que qu'était en effet l'islam.

    C'est bien pourquoi ils sont si difficiles à manier. Pour beaucoup de gens, on veut bien "être Charlie", mais pas de là à regarder les coupables en face.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Contrairement à vous, je suis convaincue que ce n’est pas l’islam le problème mais bien ce que certains en font ou comment ils le pratiquent.

      Supprimer
    2. Et pour moi « être Charlie », c’est défendre la liberté de la presse, d’expression et de caricature à outrance de tout le monde. Ça me semble évident non ?

      Supprimer
    3. C'est très bien ! Donc, comme vous êtes une personne logique, cohérente avec elle-même, vous devez aussi soutenir Valeurs Actuelles qui a "caricaturé" Danielle Obono en esclave, ainsi que je ne sais plus qui ayant transformé Christiane Taubira en guenon.

      Sinon, je ne comprends plus très bien…

      Supprimer
    4. Sauf erreur de ma part, le dessin dans VA n’était pas une caricature.
      Idem pour Taubira en guenon.
      Ne faites pas semblant de ne pas comprendre, c’est lourd.

      Supprimer
    5. De toute façon, ce qu'on appelle les "caricatures" de Mahomet n'en sont pas non plus : pour caricaturer une personne, il faut d'abord savoir à quoi elle ressemble réellement.

      D'autre part, il me semble qu'accuser les autres de "faire semblant de ne pas comprendre" est un moyen commode – mais un peu rebattu… – de se dispenser de s'expliquer.

      Et, en l'occurrence, je ne faisais semblant de rien du tout : je ne comprends réellement pas pourquoi je devrais soutenir ceci et m'indigner de cela (ou l'inverse d'ailleurs).

      Mais bon : ça n'a pas grande importance.

      Supprimer
    6. Il me semble que caricaturiste est un métier.

      Que le dessin ou la peinture est un art qui requiert un certain savoir faire.

      Il me semble que Charlie Hebdo est un journal satirique dont la plupart des collaborateurs et collaboratrices sont des gens du métier qui savent faire et qui savent ce qui peut être fait ou pas fait, dans les limites de la loi que nul n’est censé ignorer.

      Il me semble que ce n’est ni le cas de VA ni le cas de la manif pour tous.

      La différence avec VA et LMPT, c’est que leurs dessins sont racistes, orientés politiquement et à charge contre la personne qu’ils représentent.

      Contrairement à Charlie.

      N’est pas caricaturiste qui veut, et n’est pas gens du métier qui veut non plus.

      Voilà ce que veut dire mon « ne faites pas semblant de ne pas comprendre, c’est lourd ».

      Supprimer
    7. Merci pour l'effort d'explication. Je ne suis en rien d'accord avec ce que vous dites là, mais bon : on ne va pas passer le prochain confinement là-dessus, hein ?

      Supprimer
    8. Non. En effet.
      Ce serait pénible pour tous les deux.

      Supprimer

Vous qui passez par là, ne restez pas anonyme et choisissez au moins un pseudo.
Et si vous voulez balancer du lien, intégrez cette balise