08/06/2012

"Être Handicap Information" a fêté ses 20 ans

Mercredi soir, j'étais invitée par Mutti aux 20 ans de la Revue Être Handicap Information.
Depuis 1992 Être Handicap Information a pour objectif de favoriser l’insertion des personnes handicapées dans la vie sociale et professionnelle.
Être Handicap Information a la volonté de recenser toutes les informations utiles dans tous les domaines (médical, social, juridique, professionnel, culturel...) et entend instaurer un dialogue entre les personnes handicapées et les milieux sociaux et médicaux, les associations, les collectivités territoriales et les entreprises. (source)
Non seulement c'était très intéressant et fort enrichissant, mais cela a également été l'occasion de faire de belles rencontres: Anne Voileau, créatrice de la revue, Jacques Loyseau, ancien président de Vivre FM ou encore Ryadh Sallem, sportif de haut niveau.

Quant au cadre de l'évènement, c'était au Musée des Arts Forains de Paris.

Un lieu féérique, où on rajeunit de 25 ans en 30 secondes, où tout le monde retombe en enfance.
Un lieu à la croisée des inventions de Léonard de Vinci, de la machine à remonter le temps de Jules Verne et de l'Heroic Fantasy...


Aperçu.

2 commentaires:

  1. Je suis tombé par hasard sur cet article, et je repense à tout ce que au long de ma vie : quelle est la place de mon handicap ? car mine de rien je suis sourd profond. Profond au point de ne pas entendre un orage qui tonne même à 100 mètres de soi. Sans mes aides auditives je n'entendrais rien. Nada. Surdité située à -120dB : ca représente le bruit d'un avion au décollage. C'est dire.
    Dans ma vie personnelle, mon handicap est presque ignoré par moi-même : je fais de la musique depuis que j'ai 7 ans. J'en ai 25. Je m'amuse souvent des réactions des gens comme "ah mais tu parles si bien qu'on ne dirait pas que t'es sourd profond". On me dit que c'est un handicap facile : que nenni, la communication en 2010 passées c'est hyper important ma bonne dame. C'est la première raison qu'on invoque quand on me refuse une candidature (de travail) en prétextant une "difficulté de communication" dans 90% des cas, le reste c'est que mes compétences ne correspondent pas à ce qu'ils cherchent. Le pire c'est quand on dissimule la vraie raison que je ne saurai jamais dans certains cas derrière l'écran de mon handicap, je vous mets un exemple ahurissant : au lycée je subissais pas mal de moqueries et de brimades, je savais pertinemment que c'était lié au fait que je sois homo; mais combien de fois j'ai entendu les profs et les responsables de l'établissement invoquer la surdité à la place ? Ca fait très très mal : le problème profond était occulté.
    Le deuxième problème vient du fait que j'ai besoin de mes aides auditives, ce sont des prothèses auditives dites de contour de pavillon : c'est cher. 1800 euros l'appareil, donc pour deux ca s'élève à 3600 euros. Je m'insurge sur le fait que seuls les implants cochléaires soient pris en charge à 100% par la sécurité sociale, cette option n'est pas adaptée à tous les types de surdité. Pour ma part, j'ai 400 euros de prise en charge sur les 3600. je m'inquiète souvent de les abîmer ou de me faire voler, je n'ai pas les moyens. Invoquer les aides de la MDPH est long, et ca n'aboutit pas toujours même si la surdité est justifiée. La mutuelle prend en charge une partie de l'ordre de 900 euros sur les 3600.
    Je ne comprends pas pourquoi je devrais payer pour un handicap dont je n'ai pas choisi et que je subis surtout professionnellement.
    Même dans ma vie personnelle c'est compliqué. le milieu LGBT n'est pas tendre envers les handicapés.
    Je me suis battu pendant 23 ans pour m'assurer un avenir, battu contre des préjugés tenaces, contre des systèmes rigides (musique, éducation, gens). Je suis fatigué en ce moment. Je me suis vidé de mes forces à m'épuiser à me justifier en permanence auprès des autres, à être un bon enfant intégré dans la société. Les gens n'imaginent pas qu'en 2014 ca isole encore.
    Bref, je dis courage à tous ceux qui en ont besoin, et qu'on a le droit de craquer de temps en temps.
    C'est humain car nous sommes des êtres humains comme n'importe qui.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton témoignage Mika. Je suis d'accord avec tout.

      Supprimer

Vous qui passez par là, ne restez pas anonyme et choisissez au moins un pseudo.
Et si vous voulez balancer du lien, intégrez cette balise