Touchez pas aux allocs des riches!

Fragonard
"Anne-Cécile est prof de maths. Nicolas est cadre dans une grande entreprise. A eux deux, ils gagnent environ 6500€ par mois. Avec leurs 3 enfants, ils reçoivent 289€ mensuels d'allocations familiales. Pas grand chose à priori au regard de leurs revenus. Ce couple voit pourtant d'un mauvais œil la probable baisse de leurs allocations:

"Pour des gens qui gagnent beaucoup plus d'argent, euh oui, c'est pas grand chose. mais pour des gens comme nous qui gagnons... effectivement, on peut considérer qu'on gagne bien notre vie, mais avec les 3 enfants à habiller, à faire manger... Les allocations familiales me permettent de boucler mes fins de mois."

Car si une des préconisations du rapport Fragonard [1] est retenue par le Gouvernement, avec de tels revenus, la famille devrait voir ses allocations familiales divisées par 3 et toucher donc moins de 100€ par mois. Anne-Cécile a déjà fait ses comptes.

"Une nounou pour deux, donc il faut déjà compter 1300€ par mois sur les 1500 que je gagne. Si vous rajoutez la cantine pour 3 enfants et la cantine pour 3 enfants, avec le salaire que j'ai, je ne suis pas sûre que ça vaille le coup de travailler".

Le couple attend donc avec une certaine nervosité les décisions du Gouvernement en matière de politique familiale. Car au moment de leur entrée en vigueur à la rentrée prochaine, la famille comptera alors 2 enfants de plus. Anne-Cécile est enceinte de jumeaux." 

Voilà ce qu'on a pu entendre au JT de Canal+ / iTélé aujourd'hui.

J'ai failli versé une larme est puis rapidement, je me suis ravisée.

Madame ne gagne pas beaucoup, c'est clair. Elle est prof.

Autant dire qu'être prof et gagner peu, c'est un pléonasme.

Si elle gagne 1500€, Monsieur est donc à 5000€. J'ai beau être nulle en maths, cette soustraction reste à ma portée.
Elle nous affirme que les 283€ d'allocs qu'elle touche lui servent à "boucler ses fins de mois". Soit.

Sauf qu'elle a l'air de faire totalement abstraction du reste de la populace dont elle ne fait visiblement pas partie.

Boucler ses fins de mois grâce à 283€. Tant mieux pour elle. Et j'imagine qu'elle ne fait pas non plus partie de ceux dont la fin de mois tombe le 10. Mais passons.

Pour remonter le moral d'Anne-Cécile, on pourrait lui rappeler que 96% des Français gagnent moins que son mari même si elle, elle fait partie des 3/4 gagnant au moins 1500€.
Oui mais ils sont mariés ces deux-là. On peut donc aisément imaginer que Monsieur ne laisse pas Madame se dépatouiller toute seule en faisant des comptes d'apothicaire pour "boucler ses fins de mois" comme elle dit.

Donc, en admettant qu'il font bourse commune, à eux deux, ils gagnent plus que 89% du reste des Français.

Dans ces conditions, et malfaisante comme je suis, j'avoue que j'ai un peu de mal à m'apitoyer sur ce couple versaillais [2].
J'ai aussi un peu de mal à imaginer que 193€ de moins sur leurs allocs amputent considérablement leur budget.
Tout le monde sait que dans les 3/4 des familles, quand on a au moins 2 enfants, l'équipement et l'habillage coûte à chaque fois moins cher. Qui plus est quand on en a 3 et qu'on s'apprête à en avoir 5.
J'ai du mal à pleurer aussi en imaginant qu'ils ne pourront peut-être plus partir en vacances à chaque vacances scolaires ou qu'ils vont devoir revoir leurs prétentions vestimentaires ou culinaires.

Parce qu'on ne parle que de 200€ à tout casser.

Alors je sais, on va me répondre qu'ils attendent encore 2 enfants et que ça va vraiment augmenter les dépenses du foyer... Bah oui, ma brave dame, ça coûte cher les enfants.

Et puis finalement, j'ai toujours un peu de mal avec celles et ceux qui hurlent à la crise, ou qui crient au loup dès qu'on leur "pille" 200€ mais qui ne voient pas plus loin que le bout de leur nez et qui ne prennent pas conscience (ou refusent de prendre conscience) qu'ils font partie des foyers les plus aisés. 

Tiens, d'ailleurs, ils gagnent "tellement" bien leurs vies qu'ils ne rentrent même pas dans le graphique que j'ai posté ici. Ils sont même au-dessus du revenu minimum des 20% les plus riches.

Ça y est, le mot est lâché: les riches. 

Mais comme je suis d'une mauvaise foi crasse et que j'ai tendance à virer langue de vipère quand on essaie de faire passer pour des victimes un couple qui gagne 6500€ à deux, je vous invite à éclairer ma lanterne pour me faire changer d'avis. 

Mais ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit: je n'ai rien contre les personnes qui gagnent bien leur vie, je n'ai rien non plus contre les familles nombreuses.

Ce qui me chagrine (et c'est un euphémisme), c'est d'entendre les mêmes qui dénoncent la Crise refuser qu'on sabre quelque peu leur riche budget pour tenter un tant soit peu de résorber certains déficits.

[1] Le fameux rapport doit être remis aujourd'hui au Premier Ministre.
[2] Aucune supputation de ma part hein. C'était précisé au début du reportage.   

Vous aimerez aussi

43 commentaires

  1. J'ai beaucoup pleuré aussi sur le sort de cette famille ... rien à ajouter !

    RépondreSupprimer
  2. Vous vous trompez de cible.

    Facile de tirer sur ceux qui bossent (et donc contribuent à payer les charges sociales de tout le monde) quand parallèlement on apprend (entre autre) qu'une certaine adjointe au maire de Paris s'est fait mise en retraite à 52 ans et 'collecte' 3000€ en plus de ses 5000€ d'élu.

    200€ c'est la différence pour cette femme de bosser ou non. N’êtes vous pas la championne des droits des femmes et de leurs droits à une carrière?

    Indignez vous plutôt de ces donneurs de leçons qui exploitent le système au lieu de pointer su doigt ceux qui gagnent un peu plus honnêtement.

    Juste parce qu'un Hollande en campagne vous a bassiné qu'à 4000€/mois on était riche n'est qu'un n-ième mensonge de sa part pour diviser les français.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "200€ c'est la différence pour cette femme de bosser ou non." Pardon ? Vous faites certainement parties des gens qui pensent encore que ne pas travailler paye plus qu'avoir un emploi. En ces temps de chômage, j'invite grandement tout ceux qui pensent cela à démissionner pour voir un peu. Cela fera du boulot pour les gens qui savent, eux, que non, être au chômage ce n'est pas la vie de luxe.

      Je suis d'accord à 100% avec cet article. Quand on gagne plus de 6000€/mois, 200€ ne représentent rien. C'est une sortie de moins au resto ou des vacances raccourcies de 2 jours. Là où beaucoup ne vont plus du tout au resto et ne partent jamais en vacances.

      Et si les enfants reviennent si chers, pourquoi en faire autant ? Il y a en marre aussi de payer pour le choix de vie des autres. Si on veut des enfants, il faut assumer. Il serait plus juste de donner quelque chose dès le 1er enfant, jusqu'au 2ème et après chacun se débrouille. La société n'a pas à porter le poids de toutes les bouches à nourrir.

      Supprimer
    2. "La société n'a pas à porter le poids de toutes les bouches à nourrir." donc 200€/mois pas cool pour 'fabriquer' des bons petits citoyens pour payer la (pre)retraite de certains privilégiés 3000€/mois?

      Je suis désolé mais je suis de ceux qui pensent que ces 3000€ devraient effectivement être redistribués à ceux qui en ont besoin, et non pour des politiciennes opportunistes et démago.

      Supprimer
    3. Je ne vois pas bien ce que vient faire Anne Hidalgo ici mais passons. Ou alors, comparons aussi le salaire à 6 zéros du PDG d'Air France avec Anne-Cécile et Nicolas.
      Si cette femme décide d'arrêter de bosser c'est parce qu'elle tient à son train de vie. Elle choisit donc de sacrifier son taf plutôt que ses vacances. C'est son choix. Faut arrêter deux minutes là.
      Quant à ceux qui "exploitent" le système comme vous dites (j'imagine que vous parlez des plus modestes), vous savez qu'il a déjà été prouvé maintes fois que ce ne sont pas eux qui coûtent le plus cher. Même si comme je l'ai déjà écrit, je suis contre les abus en général.
      Et prenez un pseudo cher Anonyme.

      Supprimer
    4. "Je ne vois pas bien ce que vient faire Anne Hidalgo"
      "Quant à ceux qui "exploitent" le système comme vous dites"

      Il faut faire un dessin ou vous êtes prise dans l’enfumage?

      Je ne parle absolument pas des plus modestes. Au contraire, j'ai même explicitement écrit que les subventions honteuses ( pré-retraite à 52 ans) de l'Etat à des personnes politiques comme Madame Hidalgo devraient être reversées à des familles dans le besoin ( dans son cas =10 à 12 familles!!)

      On est dans un monde où Pierre est dans le besoin, Paul bosse pour subvenir à tout le monde et pendant ce temps tu as Jacques qui culpabilise Paul vis à vis Pierre ( tu as un boulot, tu devrai être reconnaissant et te taire) et pendant ce temps se goinfre.

      Et bien je vous le dis. Paul en a ras le bol. Elle est là l'indignation. L'indécence n'est pas chez Paul mais chez Jacques. Pierre, réveilles toi!

      Supprimer
    5. L’effondrement de notre société civile n'est que l'expression d'une profonde indignation (de droite comme de gauche). Les opportunistes à droite nous ont vendu le "do it yourself", quant à gauche ce fut le "give to me". En fin de compte tous floués.

      Supprimer
  3. heu... tirer sur ceux qui bossent ? Ils sont à 200 euros près ?
    Je crois rêver ! Moi qui pensait naïvement que les allocs étaient réservés aux revenus modestes, je tombe de haut avec cette histoire. Moi PRÉSIDENTE je les aurais tout simplement supprimées. Heureusement que le changement c'est maintenant parce que c'est n'importe quoi. Un mot pour résumer le cas d'Anne Cécile et Nicolas : INDÉCENCE.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est dans mes tags "indécence".
      Et prenez un pseudo siouplaît.

      Supprimer
  4. si c'est tout ce que canal + a comme exemple pour nous faire pleurer sur le sort de cette "pauvre" petite famille............J'en reste sans voix et ça me déçoit de canal.
    vu les trois bambins habillés de pyjamas qui ne viennent pas de chez tati, plutôt jacadi,la coupe de cheveux très classe pour les trois petits blondinets gravures de mode et tutti quanti (les 289 euros sont largement investi dans le surplus).
    c'est indécent pour cette famille de se plaindre.
    a quand un vrai reportage sur les familles qui ont besoin vraiment des 289 euros.



    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est une bonne question!

      Supprimer
    2. je suis tombée de ma chaise lorsque j'ai decouvert ce reportage j'ignorais qu'un couple qui gagne 6500€ pouvait bénéficier des prestation familiales....et bien anne cecile tu vas apprendre a te restreindre ;-(

      Supprimer
    3. Oui c'est le principe d'universalité des allocs.
      Dites, pourquoi vous prenez pas un pseudo?

      Supprimer
    4. Question à l'Anonyme : est-ce qu'il a déjà des enfants où non ?
      L'arrivée d'un enfant, selon la CNAF, c'est 15% de niveau de vie en moins d'un coup.
      Puis 30% pour le 2e.
      Et 50% de niveau de vie en moins pour le 3e.

      Supprimer
    5. Je crois que notre Anonyme le sait. Toujours est-il que je crois qu'elle ne vous répondra pas... Sinon elle aurait pris un pseudo!

      Supprimer
  5. 283 Euros ? Ah, mais c'est environ la moitié de ce que ma compagne et moi avons pour vivre chaque mois. Ça fait de nous des quoi, là, exactement ? Des animaux ?
    Sinon, chez le fromage de Hollande et selon ton billet, il est donc question de baisser les allocs des "dits" (je m'excuse, hein, je prends des gants) riches, qu'en est-il de hausser rien qu'une misère (on veut pas non plus plomber la croissance) ceux des pauvres ? Me semble pas avoir entendu quoi que ce soit à ce sujet et surement pas dans la bouche de ce gouvernement libéral. De plus, on dirait que ça n’intéresse personne (ça doit faire loose et c'est pas du genre à booster la croissance).
    Vrai qu'il ne faudrait pas non plus que le cancer de l'assistanat se développe à Vitesse grand V, hein, puisqu'on a de remède à rien ? En ces temps de reconnaissance de cette "Grande Dame" qu'était Thatcher, ça ferait tache.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison (enfin même si je ne suis pas d'accord sur tout). C'est une bonne question en effet.
      J'en ferai un prochain billet.
      Qui ne porte pas sur les pauvres riches mais sur un peu peu plus de richesse pour les pauvres.

      Supprimer
  6. T'as oublié ça, dans ton titre "Touchez pas non plus à celui des pauvres".

    RépondreSupprimer
  7. Honnêtement je crois rêver!

    RépondreSupprimer
  8. Tout est relatif comme dirait Albert ! Pour Anne Cécile (et son mari Charles Édouard ?), les allocs représentent 4,25% de leur revenu total mensuel, allocs incluses (reste à vivre 6500 €), alors que pour un couple de smicards dans la même situation, elles représentent 11,88¨de leur revenu mensuel (reste à vivre 2242 €)
    Je ne suis pas pour la suppression de l'universalité des prestations familiales, mais il faut bien reconnaître que ce reportage est plus qu'indécent, tant de la part des intervenants, que de la part des journalistes qui en sont à l'origine...

    RépondreSupprimer
  9. 6500 euros par mois, la classe moyenne selon l'UMP.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui souvenons-nous qu'en dessous de 5000 on est un minable.

      Supprimer
  10. Libé y est allé aussi de sa rubrique "témoignages"

    Ca me saoule ce débat, parce qu'on va passer du temps à parler des gens pour qui c'était un confort, et pas une nécessité. Moi, quand quelqu'un dit "cela remettrait en cause notre mode de vie" et pas "j'en ai besoin pour vivre" ça me met en boule.

    A l'époque de la loi Ciotti en 2011, on n'avait pas donné une tribune dans les média aux gens qui allaient se faire sucrer des allocs parce que leur enfant séchait les cours, pour qu'ils s'épanchent sur l'impact que ça allait avoir sur leur mode de vie, ou plutôt dans ce cas précissur leurs modes de subsistance.

    Bref, la presse encore au service des dominants.

    Va faire un tour sur l'observatoire des inégalités, resitue toi dans les 10 à 20% les plus riches de France, et demande-toi si t'es pas en train de te foutre un tout petit peu de la gueule du monde.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui pas mal le témoignage de Libé...
      Je suis d'accord sur le reste aussi.
      Particulièrement sur ça:
      "Va faire un tour sur l'observatoire des inégalités, resitue toi dans les 10 à 20% les plus riches de France, et demande-toi si t'es pas en train de te foutre un tout petit peu de la gueule du monde."
      Pas mieux.

      Supprimer
  11. Oui alors là je mets un gros bémol. Mon couple gagne 4300 euros par mois, donc effectivement on fait partie des "riches" du deuxième décile. On a 5 et 10 ans d'expériences, on a fait des études. On s'est pris un crédit sur 25 ans pour acheter une maison à 250 000 euros. On respecte la règle du tiers. On paye plein pot la taxe d'habitation, la cantine scolaire, les colonies, le centre aéré, les transports. Avec notre quotient familial, la cantine du boulot nous revient à 400 euros par mois à nous deux (on compense pour ceux qui gagne moins), on n'a pas de chèques vacances. On paye des impôts de 10% (c'est rien mais ça va vite). Je suis en CDD, je me paye une mutuelle de 40 euros (je peux pas être avec mon conjoint car on est "riche") qui ne me remboursera que si j'ai un accident grave, en attendant je suis remboursée de 10 euros sur les dépassements d'honoraires sur certains spécialistes (et je n'ai aucune couverture sur le dentaire et l'optique). On prie pour que nos deux vieilles bagnoles ne nous lâchent pas. On mange raisonnablement en privilégiant les producteurs locaux, on essaye de mettre 100 euros de côté tous les mois en cas de coup dur.
    Je m'en fous des allocations si c'est pour sauver le système mais il parle de supprimer la PAJE. Notre nounou nous coûte 300 euros tout déduit, je suis fière de lui payer même 10 minutes d'heures supplémentaires, fière de la payer même dans mes périodes de chômage. On ne pourra pas payer 1000 euros d'un coup comme ça tous les mois même si c'est que pour 3 ans. Je suis terrifiée même. On parle de centaines de milliers d'assistantes maternelles qui se retrouveraient au chômage, qui travailleraient au noir, qui ne cotiseraient plus au chômage, à la sécu, à la retraite. Des mères qui dans notre société gagnent moins que les pères qui seraient contraintes d'arrêter de travailler.
    Je garde mes convictions, je sais bien que c'est trop compliqué de tout calculer les aides qui fait que certains couples d'amis ont plus à la fin du mois même si ils gagnent moins à la base. Je sais que je fais partie des privilégiées, mais suis-je si riche et si illégitime pour que des technocrates aient pu penser que ce n'était pas grave de supprimer la PAJE, que des couples de deux travailleurs pouvaient d'un coup payer 700 euros de plus une assistante maternelle? Que cela n'aurait pas un impact macroéconomique massif? Je suis terrifiée parce qu'on a un emprunt de 900 euros, deux vieilles voitures, qu'on dépasse tous les paliers pour les aides, que je suis en CDD et qu'on me dise que je peux bien payer 700 euros de plus pendant 3 ans. Suis-je si illégitime que ça à vos yeux? Suis-je une profiteuse de riche sur le dos des pauvres? Je suis terrifiée, on ne parle que des allocations parce eux là-haut leurs femmes ne travaillent pas, ils ont 5 enfants et tout le monde s'en fout de ces mères qui travaillent et qui doivent payer une assistante maternelle plein pot alors qu'on peut déduire 10 000 euros d'impôt sur du personnel de maison. Suis-je une telle exception statistique? Si vous pensez toujours que 700 euros c'est rien pour moi, l'effet que cela aura sur l'emploi déclaré des assistantes maternelles!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @ Elody, je relis mon commentaire et je me rends compte que je suis assez accusatrice mais ce n'est pas du tout à votre encontre. Je voulais juste souligner qu'à force de parler des allocations, on oublie tous les autres dispositifs qui sont un levier puissant d'emploi particulièrement des femmes et qui sont remis aussi en cause, bien plus puissant et économe que les milliards de déduction de charges patronales accordées ces dernières années aux grosses entreprises.

      Supprimer
    2. J'ai bien compris votre intention Lyly et votre com a tout à fait sa place ici.
      On ne parle que des allocs: vous avez raison.
      Et les exemples sont souvent bien mal choisis comme ici avec Anne-Cécile et Nicolas.
      Et d'ailleurs mon billet ne portait SUR sur les allocs.
      Et loin de moi l'idée de dire que 700€ c'est rien quand on gagne 4300€ à deux.

      Supprimer
  12. Un couple qui vit sans enfants avec 6500 euros est riche.
    Le même avec 4 enfants est classe moyenne.

    Aux yeux de l'Insee, une personne qui vit dans un foyer gagnant 6500 par mois pour 1 couple et 4 enfants en bas âge a le même niveau de vie qu'un célibataire vivant seul avec 2400 euros.

    2400 euros c'est ni zola, ni byzance : c'est soit "aisé" (si on a pas de crédit immo sur le dos ou loyer cher), soit "moyen plus" si on en a un en zone urbaine dense. On est certainement pas dans les 1% les plus riches, certainement pas dans les 10%, et à cheval entre les 20 et 30% selon la situation patrimoniale.

    On peut penser ce qu'on veut, mais cette dame n'a statistiquement pas tort de se dire classe moyenne.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ai-je dit le contraire?
      J'ai dit qu'ils faisaient partie des 20% des Français les plus riches.
      C'est ainsi. Et j'ai pris en compte leurs enfants.
      Le problème c'est surtout les 80% restant.
      Est-il normal qu'avec 6500€ par mois à deux (malgré les enfants), on soit parmi les plus aisés, riches ou privilégiés?
      Et j'ai aussi dit qu'il était difficile de s'apitoyer vraiment sur leur sort.

      Supprimer
  13. Par ailleurs :

    Anne Cécile et son mari gagnent 6500 euros. PAr les charges et la CSG, leurs salaires financent la CNAF à hauteur on va dire de 350 euros mensuels.
    La CNAF leur en reverse pour le moment moins de 300 : même quand ils sont allocataires Anne-Cécile et son mari continuent à financer les allocations des ménages moins riches qu'eux. Sachant qu'avant d'avoir des enfants, ils financaient la branche sans rien recevoir, et qu'au départ des enfants, il en sera de nouveau de même.

    RépondreSupprimer
  14. Chère Eloody, comme vous ne niez ni le fait que Mme Anne Cécile et son mari font partie des classes moyennes, ni qu'elles font partie aussi de ceux qui financent le plus la sécurité sociale, vous avez les prérequis pour lire ma diatribe jusqu'au bout.

    Dans les 20% "les plus riches", vous avez ceux qui financent le plus le système social (santé, famille...), tout en recevant déjà moins que les autres. Ce qui est bien normal : on cotise selon ses moyens, on reçoit selon les besoins.

    (note : être dans "20% les plus riches" ne vous confère qu'une richesse relative... et pas un statut de nabab... les nababs, c'est les "1%", à 12 000-16000 euros par couple et par mois, c'est eux qui gagnent avec la croissance, et qui paient moins d'IRPP, car leurs revenus viennent de plus en plus du capital). C'est eux qui ont vu leurs revenus augmenter alors que les "99%" stagnaient.

    Problème sur la branche famille (la CNAF) : les 20% les plus riches continueront à assurer genre 50% ou plus du financement de la CNAF par les charges sociales et la CSG, mais ils ne recevront plus rien ou presque de la CNAF.

    Ca fait que la partie la plus puissante de la société, celle où se situent tous les élus, tous les chefs d'entreprise, tous les journalistes institutionnalisés papier et TV, tous les acteurs de société civile locaux ou nationaux d'envergure, une grosse partie des fonctionnaires et des enseignants. Tous ces gens n'en auront progressivement plus rien à battre de la politique familiale. Ils se sentiront de plus en plus créanciers des bénéficiaires, c'est à dire nous, pauvres irresponsables qui faisons des gosses alors qu'on a pas les moyens.

    Parce que c'est ça aujourd'hui : on cotise quand on a pas encore d'enfant, ou quand on en a plus chez soi, au profit de ceux qui en ont encore chez eux. Tout le monde joue le jeu, pas seulement par charité pure, mais bien parce que tout le monde est susceptible d'en bénéficier un jour.

    Au lieu de militer pour demander des hausses d'allocs (qui bénéficient à tous), tous ces gens plus puissants, bien introduits, auront de plus en plus un intérêt objectif à juste demander des baisses de charges (qui nuisent à tous sauf eux).

    Vous me direz, pas grave, ils ont qu'à payer ces riches, on va les forcer, et ils paieront, y'zont qu'à être généreux. Et ils paieront. Au début.

    Et puis dans disons 4 ans, quand la droite repassera, elle supprimera dans l'indifférence les allocations pour ces 20% (en plus ça fera "social"), donnera un petit surplus aux plus pauvres, gardera la marge pour réduire la dette.

    Ce sera fait au nom du coût de gestion vu la modicité des sommes (rappel : la CAF ne verse pas les allocations logement si elles font moins de 15 euros par mois sur ce prétexte).

    Ce sera aussi peut être juste par souci de cohérence avec la logique d'aide verticale (je n'invente rien : c'est au nom d'arguments aussi vagues que la cours des comptes recommandait fin 2012 la mise sous condition de ressources du complément mode de garde, qui est déjà modulé à la mode des allocations).

    Ce sera peut être plus ouvertement par idéologie libérale pure : n'aider que ceux "qui en ont vraiment besoin", d'abord pour limiter les coûts, mais aussi et surtout pour bien stigmatiser, et bien faire sentir qu'on est bien gentils de les aider à les nourrir, eux et leurs enfants de pauvres qu'ils auraient du ne pas faire s'ils ne pouvaient pas se les payer, alors que nous, les bons riches, on compte pas sur des allocations.

    RépondreSupprimer
  15. (suite)
    J'exagère ? allez voir ce que sont devenues avec le temps l'équivalent des allocs outre atlantique. Pour les toucher, certains états demandent de passer un test de dépistage de stupéfiant...

    Lisez les premières pages des tabloïds anglais qui adorent taper sur les allocataires d'aides sociales.

    Ah, et le Medef obtiendra du coup, on va dire "en échange", le transfert du financement de la branche famille depuis les charges sur la TVA, qu'elle réclame depuis presque 15 ans. Ca permettra d'augmenter les marges du CAC40, les salaires n'augmenteront pas d'un centime, pas plus que l'export. L'Etat récupèrera par la TVA des familles pauvres le peu que la CNAF leur aura donné en plus.(la TVA est un impôt régressif pour les familles : plus on a d'enfant, plus on la paie)

    Puis à mi mandat, re-crise : on baissera le plafond de manière à ce que les allocations deviennent dégressives à partir des 50% les plus riches.

    Et puis dans 10 ans, quand la gauche repassera, on commencera à se demander pourquoi les frais médicaux de ces salopards de 20% de ménages les plus riches sont remboursés autant que ceux des pauvres quand ils ont un rhume, alors qu'ils sont pétés de thunes et n'ont qu'à s'acheter une mutuelle privée, ces gros porcs. Et on commencera à sabrer l'assurance maladie.

    La solidarité c'est un équilibre politique avant tout, très fragile, très précaire, toujours à entretenir. L'universalité renforce considérablement la solidarité, car c'est difficile de s'attaquer à un système dont tous bénéficient. La CGT ne s'y trompe pas quand elle la défend becs et ongles et s'oppose à la modulation des allocations.

    Si le prix pour préserver la protection sociale française c'est 1 ou 2 milliards d'allocations familiales versées chaque année à des gens comme Anne Cécile, je veux bien aider à les payer, même si je n'ai jamais de gosses, et même si n'ai jamais leurs revenus. Juste pour ne pas leur donner un prétexte de venir grossir le nombre des gens qui disent déjà "Ahhh c'est ça, maintenant y'aura plus que les gens pas d'chez nous et les va-nu-pieds qui f'ront des gosses, ma bonn'dame", et que ce pays devienne encore plus moche qu'il n'est devenu.

    Oubliez pas un truc : il y a 13% de français qui pensent que le bénéfice des allocations familiales devrait être réservé à ceux qui cotisent.

    Heureusement, il y en a encore 54% qui pensent qu'elles devraient être identiques pour tous. Faut espérer qu'ils se fassent entendre.

    C'est là, page 22.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous n'exagérez pas. Au contraire. J'ai tout lu est c'est fort instructif. J'espère juste qu'une partie du scénar que vous envisagez ne se réalisera pas...
      Je suis une optimiste. Hum.
      Nombre de vos arguments rejoignent ceux de Seb Musset

      Supprimer
  16. Hé! Hé! Bravo Elodie.
    Je suis heureux de constater que vous prenez la défense d'un symbole très clivant.
    Indirectement vous défendez l'idée que celui qui gagne bien sa vie grâce à son travail n'est pas coupable.
    Je trouve ça chouette. Même si votre texte dit un peu le contraire, la conclusion est juste!

    Bon vikaine!

    RépondreSupprimer
  17. On nous paie de l'argent parce qu'on a des enfants, et on arrive encore à se plaindre? Il faut voir les enfants soldats ou encore les ménages dans les pays en guerre pour comprendre la chance qu'on a.

    RépondreSupprimer

Vous qui passez par là, ne restez pas anonyme et choisissez au moins un pseudo.
Et si vous voulez balancer du lien, intégrez cette balise