Et si on passait tout de suite à 2022 ?


Je savais bien que je ne tiendrais pas le rythme.
Galvanisée par les nouveaux blogs de Claire*, Stéphane et Boris, je me croyais capable d'écrire plusieurs billets par semaine.
Que nenni !
Et en plus, je me suis rendu compte que si je ne blogue pas, je ne lis plus les blogs.
Donc, je me suis dit :
"C'est mal, va lire les blogs et blogue !"
Et figure-toi, que depuis hier, en plus, je suis candidate à l'élection présidentielle de 2022 grâce au lobbying de Nicolas.

La flemme

Il faut dire que mon dernier billet était pas hyper youhou. C'était pas la grosse teuf dans ma tête. J'en avais ras-les-couette de tout ce bordel, j'étais fatiguée, avec le moral au fond des chaussettes. La flemme de tout. la flemme de me faire à manger, la flemme de sortir, la flemme de lire, la flemme de faire la vaisselle, la flemme de me lever, la flemme de me coucher. La flemme de tout. Ma vie, la semaine dernière, était une flemme.

Mais aujourd'hui, good mood.

Pourquoi ? 
Aucune idée.

Peut-être que c'est parce que je suis candidate à l'élection présidentielle.
Peut-être que c'est parce que mon frigo est plein. Quand j'étais petite, j'adorais quand le frigo était plein. D'abord, ça voulait dire qu'on n'avait plus trop de problème d'argent comme on avait pu en avoir. Ensuite, comme disait ma grand-mère, il pouvait y avoir la guerre, on avait de quoi manger et j'ai fait mienne cette remarque.
Peut-être que c'est parce que je me suis acheté une nouvelle paire de Dr. Martens (bordeaux, d'occase...). Ça faisait des semaines (mois ?) que j'en cherchais, mais ça coûte un bras donc je me suis dit "et pourquoi pas d'occase ?" Affaire (ou pas...) à suivre (ou pas), mais normalement, elles sont comme neuves ou presque et moitié moins chère que neuves.
Peut-être que c'est parce que j'ai enfin trouvé des mugs en Arcopal dits "Lotus" bleu/vert et orange/marron, les mêmes que ceux qu'on pouvait gagner dans les stations essence Mobil dans les années 70-80 et avec lesquels mon collègue me nargue tous les matins en visio (oui oui, le même qui a une boule à facette au plafond de son bureau-chambre de télétravail et dont je te parlais ici).
Peut-être que c'est parce que je lis Charly 9 de Jean Teulé et que c'est vachement bien.
Peut-être que c'est parce qu'il fait encore jour à 17h50, H-10 avant le couvre-feu.
Peut-être parce que je me dis que finalement je ne suis pas trop à plaindre et que même si j'ai pour habitude de dire que ce n'est pas parce qu'il y a pire ailleurs qu'on n'a pas le droit de se plaindre, j'avoue que quand je vois tout ce bordel ambiant et j'entends toutes les mauvaises nouvelles qui tombent les unes après les autres, bah finalement, je relativise.

Mais si ça se trouve, demain j'aurai à nouveau le moral dans les chaussettes hein.

Au train où vont les choses, mon humeur et mes avis divergent un jour sur deux. Alors, je pourrais, fidèle à mon habitude, égrener les trucs qui me vénèrent, qui me choquent, qui me mettent en colère ou qui me font flipper.
De Marylin Manson accusé de viol, de harcèlement sexuel et moral et de torture.
De ces femmes assassinées dans le cadre de leur boulot : DRH ou conseillère Pôle Emploi.
De Pôle Emploi qui n'est qu'une machine déshumanisante et qu'il faut réformer de fond en comble. On m'a dit au dernier bureau national du Parti socialiste (en message privé hein, pas publiquement, n'exagérons pas) que c'était vrai et nécessaire mais trop technique pour figurer dans un projet politique. Ah, d'accord.
De cette femme tuée à coups de couteau par son compagnon.
De cette tête tranchée retrouvée dans un carton, apparemment balancé par un mec du haut de chez lui, à Toulon.
De ce restaurateur tellement à bout qu'il rouvre son resto n'importe comment, sans aucun geste barrière en éructant, postillons en supplément, "Libertéééééé" dans le plat d'un de ses clients, lui aussi sans masque, collé-serré contre sa voisine de table, elle aussi sans masque. 
De ces étudiants à qui on refuse l'accès au RSA dès 18 ans et qui sont en train de crever de précarité tellement ils ont faim qu'ils font la queue aux soupes populaires, dans le froid. 
De ces mesures ou mesurettes auxquelles plus personne ne comprend rien et / ou auxquelles on - j'ai - cessé de chercher une explication rationnelle et cohérente.

Je pourrais.


Et puis il est 18h. Et d'après notre Premier Ministre, c'est l'heure où on arrête tout pour picoler. 

C'est l'heure de l'effet apéro.

Vous aimerez aussi

14 commentaires

  1. Argh... tu me rallonges la liste des commandes pour le blog pseudo culinaire (ou le pseudo blog culinaire) : genre les bidules à apéro et allons-y pourquoi pas les cocktails tant qu'on y est ? Je devrais penser à inviter des co-auteurs sur ce blog, tiens ! Keep on keeping the good mood (et bonne chance pour ta candidature au fait !)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci !!

      Je peux contribuer si tu veux. Je maîtrise le mojito, la caipirinha et le spritz.

      Ahahha

      Supprimer
  2. C'est bon ! Tu tiens un début de programme. Réchauffer les files d'attentes à la soupe populaire. Attention, néanmoins, ce n'est pas très écolo.

    RépondreSupprimer
  3. La photo d'illustration me rappelle furieusement la rue Watt (13ème arrondissement), près de laquelle j'habitais dans ma jeunesse (1976 – 1980, en gros) et qui doit aujourd'hui n'exister plus. Boris Vian en avait même fait une chanson.

    On peut l'écouter ici.

    Pour ce qui est de l'arcopal, c'est une chose que j'ai toujours détestée. Je me souviens que, chez mes parents, les jours "ordinaires", on mangeait dans des assiettes en arcopal… sauf moi qui m'y refusais absolument et à qui on avait donc acheté une écuelle à part : enfant pourri gâté, quoi.

    Donc, je veux bien soutenir à donf votre candidature, mais à deux conditions :

    1) Interdiction absolue de l'arcopal sur tout le territoire, y compris l'outremer,

    2) vous vous engagez à prendre Olivier Duhamel comme Premier ministre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vais devoir renoncer à votre soutien. Croyez bien que cela me fait grand peine.

      Pour la photo... J'avoue l'avoir trouvée sur une banque d'images gratos...

      Supprimer
    2. Je comprends, je comprends : vous tenez absolument à l'arcopal…

      Cela dit, ne venez pas vous plaindre si vous perdez l'élection parce que tous les vieux cons réacs auront finalement voté pour votre adversaire du second tour !

      Supprimer
    3. Ah ben si hein. C’est la base.
      Perdre et se plaindre. La base

      Supprimer
    4. Mais non ! vous n'aurez qu'à suivre l'exemple de Dame Royal : le soir de votre défaite, promettez solennellement à vos supporteurs de les entraîner vers de nouvelles victoires…

      Supprimer
    5. Interdire l'Arcopal ? Z'êtes pas un peu fou mon cher Didier ? C'est que j'y bosse moi chez ce verrier ! Vous voulez me foutre sur la paille ?

      Et pis regardez-y d'un peu plus près, que ce soit en platerie, en creux ou en verre à boire, il y a de très beaux produits ! Et ne venez pas me dire que je vous fais l'article, je n'ai aucun pourcentage sur les ventes.
      Par contre, ceci étant dit tout à fait entre nous, j'ai de super réductions sur tous ces bidules.

      Supprimer
    6. Tu peux. Bien sûr faire voyager du verre s'pas simple mais pas impossible ;)

      Supprimer

Vous qui passez par là, ne restez pas anonyme et choisissez au moins un pseudo.
Et si vous voulez balancer du lien, intégrez cette balise