Bienveillance, binouses, guili et nougatine... J'vous aime, putain



Nicolas vient de rédiger un billet après 15 jours d'inactivité totale sur son blog.
Moi, j'ai rien fichu ici depuis 2 mois, presque jour pour jour. À tel point que le vieux Didier Goux a commenté hier mon dernier billet pour parler d'un truc dont j'avais parlé il y a plusieurs mois.
Bref.
En deux mois, c'était pourtant pas les sujets qui manquent : le grand n'importe quoi de l'abstention aux régionales et départementales, mon opération du canal carpien, la sortie d'un bouquin que je cosigne avec 40 personnes talentueuses, mon week-end prolongé dans le Nord... 

Que du lourd, quoi.

On aurait aussi pu s'attendre à ce que je me jette sur mon clavier pour commenter le bordel post-allocution de Macron du 12 juillet.

Eh bien, non, que dalle. La fatigue, la lassitude.

Auxquelles s'est ajoutée l'incapacité totale de taper à l'ordi pendant 12 jours à cause de mon bras en écharpe. Et comme je suis droitière puissance 1000, autant te dire que cette immobilisation n'a pas été une partie de plaisir. Tout devient compliqué de ouf. Même les gestes les plus élémentaires du quotidien sont compliqués.
J'ai bien tenté la dictée à mon téléphone intelligent, mais ce con ne connaît pas bien les accords au pluriel, le genre grammatical féminin ni le subjonctif imparfait. Corriger de la main gauche les coquilles qu'il laissait traîner partout me prenait autant de temps que de prendre une douche le bras enrubanné dans du film alimentaire étanche.
Donc... Comme je me suis éloignée, par la force des choses et malgré moi, des rézosocios, j'ai fait d'autres trucs que ma mono-bras-titude ne m'empêchait pas de faire : mater des films, écouter des podcasts et de la musique, binger des séries et bouquiner.
De toutes façons, avec le temps de merde qu'il fait depuis des semaines, fallait être sacrément motivée pour mettre le nez dehors.

Donc (bis), voilà ma petite sélection (non exhaustive) de trucs cools à regarder (sauf un), à lire ou à écouter.

Pas de critique hein, on n'est pas au Masque et la Plume ici. Je ne sais pas rédiger de critiques. Juste, j'ai kiffé ces trucs, et comme le dit Claire, le temps est venu de mettre en avant le #BienveillanceEtBinouses.
Alors voilà.

Antoinette dans les Cévennes.

Déjà, je suis archi fan de Laure Calamy que j'avais - comme tout le monde - découverte dans la série Dix pour Cent. Cette fille est folle, fraîche et tellement drôle. Quand elle a décroché son Cesar, elle m'a fait chavirer. Donc, je me suis jetée sur Antoinette.

La Bonne Épouse.

J'étais perplexe. J'y allais en mode furtif. Mais comme j'aime beaucoup Yolande Moreau, j'y suis allée. Sacrée surprise : Edouard Baer en amoureux transi, Juliette Binoche en directrice d'école ménagère totalement coinsos qui refoule ses pulsions libertaires, Noémie Lvovsky en bonne sœur totalement psychorigide mais qui n'aspire, elle aussi, qu'à la libération, Yolande Moreau... Bah Yolande Moreau quoi. Gros kif.

Les Choses qu'on dit. Les Choses qu'on fait.

J'ai super bien dormi. Pendant au moins une demie heure entre la 45e minute et la 75e minute du film, en gros. J'ai adoré le fond du film. J'ai détesté la forme. Je me suis ennuyée comme un rat mort.

Garçon Chiffon.

Je transpose au masculin ce que j'ai écrit pour Laure Calamy. Déjà, je suis archi fan de Nicolas Maury que j'avais - comme tout le monde - découvert dans la série Dix pour Cent. Ce mec est beau, drôle, super émouvant et totalement décalé. Ce film est super beau, drôle et émouvant lui aussi. Un vrai film câlin. Tellement câlin que j'avais envie de serrer Nicolas Maury très fort dans mes bras.

La Meute.

Une série chilienne. L'histoire d'une ado qui disparaît dans les faubourgs ultra jet-set de Santiago du Chili. On découvre qu'elle est au cœur d'un jeu vidéo sordide qui fait des femmes les proies de mecs totalement masculinistes, déclenchant dans la foulée une révolte féministe. Avec un cliffhanger de ouf dans le dernier épisode qui annonce une saison 2.

La Guerre des Mondes.

Tout le monde en parlait. Je la voyais qui remontait dans mes suggestions de séries à mater mais le pitch me soulait un peu. Bah finalement, j'ai vachement aimé. Je suis pas une mordue de science-fiction parce que, systématiquement, à un moment, je suis totalement paumée dans les ruptures spatio-temporelles mais ça vaut le coup. C'est top.

L'Anomalie.

Le Prix Goncourt 2020. J'ai pas souvent lu de Goncourt. Je ne sais pas trop pourquoi il a eu le Goncourt d'ailleurs parce que je trouve pas que ça soit de la grande littérature. Mais quelle histoire ! Incroyable scénario. J'ai littéralement dévoré ce bouquin. Et je l'ai trouvé totalement inattendu.

Les Enfants sont rois.

Je n'ai jamais réussi à finir à livre de Delphine de Vigan. J'ai toujours abandonné au bout d'une centaine de pages, et encore, en me tractant. Voilà donc l'exception qui confirme la règle. C'est un livre super bien écrit, parfaitement ancré dans la vie réelle et qui dénonce sans manichéisme les travers de nos vies ultra connectées sur les réseaux sociaux.

Je suis le prix de votre Liberté.

Il fallait que je lise ce livre. Je soutiens Mila depuis le début de l'affaire qui porte son nom. Je suis stupéfaite par sa force, son courage et sa maturité face à la tornade dans laquelle elle est prise depuis plus d'un an maintenant. Je m'attendais à un bouquin d'ado vénère, je suis tombée sur un livre d'une grande sagesse, sans complaisance ni pathos, et alors... Quelle écriture ! Bref, je la soutiens encore plus.

Balthazar sans Gilet Jaune.

Je ne pouvais pas clore ce paragraphe sur mes dernières lectures sans faire un arrêt sur ce premier roman de mon ami Boris. Et je ne l'ai pas terminé. J'en suis à la page 83. Il paraît qu'on sait si on kiffe un bouquin à la page 99. Je ne sais pas si c'est vrai, mais à la page 83, je suis déjà dans le kif.

Et pour la musique d'ambiance...

Les derniers albums de Clara Luciani, Julien Doré, Eddy De Pretto et ACDC, ça fera très bien l'affaire.

Allez... On est vendredi. C'est l'heure de l'apéro #BienveillanceEtBinouses.

Et comme disait Jérôme Niel:
"Guili et nougatine, j'vous aime putain."


Vous aimerez aussi

18 commentaires

  1. "Et comme je suis droitière puissance 1000"

    On sait...

    RépondreSupprimer
  2. Nous aussi, on t'aime. Ceci dit, j'ai beaucoup beaucoup beaucoup aimé Garçon Chiffon, Antoinette dans les Cévennes (Laure Calamy et les Cévennes, et Patrick nous ont convaincu de passer un bout de vacances dans cette magnifique région), le livre de Mila (force à elle !), l'Anomalie m'a tenu en haleine, les livres de Delphine de Vigan et de Boris sont dans ma pile à lire. Je suis en train de dévorer Florida de Olivier Bourdeaut, que je te conseille chaudement.

    RépondreSupprimer
  3. Tiens, votre "ultra-droitisme" (si je puis me permettre…) me rappelle quelque chose. Il y a une dizaine d'année – j'avais donc dépassé la cinquantaine –, j'ai subi une petite intervention au coude droit, qui m'a, tout comme vous, immobiliser le bras durant un certain temps. Avant l'opération, je m'étais dit : « J'ai quand même du bol d'être gaucher à cent pour cent ! »

    Or, une fois de retour à la maison, je me suis aperçu, pour la première fois de ma vie que je faisais depuis toujours certaines choses de la main droite sans jamais en avoir eu vraiment conscience. Des gestes aussi "basiques" que, par exemple, me passer un gant de toilette sur le visage. Ou encore (attention, c'est un peu plus scabreux)… manier les feuilles de papier hygiénique !

    J'avoue que cette découverte, à un âge aussi "mûr" m'avait un peu perturbé…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ben vous faites bien de parler de ça justement.
      Moi, je me suis rendu compte, ou plutôt, J’ai confirmé que je ne savais absolument rien faire de la main gauche.
      Mais vraiment rien.
      J’ai donc dû apprendre…

      Supprimer
    2. Cela dit, je vais vous avouer un truc : bien que gaucher, je ne sais, moi non plus, à peu près rien faire de ma main gauche…

      Supprimer
  4. Sinon, pour revenir dans le sujet, vous avez vraiment des goûts de ch***tes en matière audiovisuelle ! (Ou alors c'est moi, mais c'est forcément l'un de nous deux.)

    J'ai essayé il y a quelque temps de regarder la série Dix pour cent : j'ai tenu un épisode et demi, tellement ce que je voyais était formaté, prévisible, très approximativement joué, mal écrit et dépourvu d'imagination.

    Il est vrai que, concernant la production française, je suis "un peu" de parti pris…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ben ça… on a toujours des goûts de chiottes par rapport à d’autres hein

      Supprimer
  5. Pas mieux non plus, mais pas le temps pour tout ça... vaste programme (et la Meute ne se pose pas vraiment là pour la bienveillance... Un peu dans le même style - enfin les mêmes ressorts scénaristiques- tu as Blackspace, série israélienne que j'ai préférée au final).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui mais c’est mon billet qui se veut bienveillant !
      Oui, J’ai aussi vu black Space, J’ai beaucoup aimé !

      Supprimer
  6. Cela fait du bien de te lire a nouveau bordel ! Et de goûter sans retenue ton style décoiffé et décoiffant
    Bon..et la saison 4 de "la Servante écarlate ?.."
    Moi, j'ai fini le livre de Boris Faure et c'est un vrai pied ce bouquin...quelle écriture ! Ce mec écrit comme une caresse indécente.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ☺️
      J’ai essayé dans la mesure du possible de recommander seulement des saisons 1.
      J’ai adoré la saison 4 de la servante écarlate. Et j’aimerais bien en parler, surtout après le dernier épisode électrochoc mais si je spoile ici, je vais me faire allumer !
      Boris est aux fraises en vacances, je vais lui dire de faire un saut ici pour lire ton commentaire!

      Supprimer
  7. Bonjour Elodie,
    J'imagine bien ta situation. L'absence d'utilisation du bras droit rend quelque peux délicats certains mouvements comme par exemple se gratter derrière l'oreille droite. Par contre, je ne comprends pas pourquoi tu te plaint du splendide temps pourri sur la région parisienne alors que tu viens de passer un long week-end chez Monsieur Fraise.
    Tu aurais dû y rester, le temps est agréable hors de quelques journées maussades.

    RépondreSupprimer

Vous qui passez par là, ne restez pas anonyme et choisissez au moins un pseudo.
Et si vous voulez balancer du lien, intégrez cette balise