Allez… Viens… On est bien.



Si tu suis un peu ce que je raconte sur ce blog, tu n’auras pas manqué mon dernier billet dans lequel je raconte que j’ai un tout petit peu besoin de revenir à l’essentiel, de resserrer les rangs, loin du bordel ambiant.

Back to basics

Dans la foulée de la purge que j’ai infligée à mon compte Facebook perso, et pour pallier la fin de FeedBurner, l’outil archaïque que j’utilisais, comme beaucoup de blogueuses et blogueurs, depuis des années, pour te permettre de t’abonner à mon blog par mail, j’ai copié sur Monsieur Fraises, et j’ai mis en place ce petit formulaire que tu trouveras à droite de ton écran si tu me lis sur ordi ou tout en bas de ton écran si tu me lis sur un téléphone intelligent.

Tu peux donc t’inscrire et tu auras l’immense plaisir de recevoir un petit mail de ma part pour t’informer des nouvelles publications sur ce blog.
Compte tenu du rythme de feignasse que j’ai adopté depuis plusieurs mois, tu ne devrais pas recevoir des masses de mails… Tranquille quoi.

Le vieux Yann a lui aussi mis en place une petite newsletter, vachement bien, qu’il envoie au fil de l’eau, quand l’envie lui prend car, lui aussi, il en a ras-les-couettes des réseaux sociaux.
(Oui. Yann a les cheveux assez longs pour faire des couettes, j’en suis sûre).
Mais comme son blog est top, et que sa plume est quand même très affûtée et affinée, c’est toujours un plaisir de le lire, par mail aussi.

Par conséquent, avant que tu ne te jettes avec frénésie sur mon petit formulaire d’abonnement, n’oublie pas de t’abonner aussi aux infolettres, aux niousletters, et autres correspondances, de Yann et de Monsieur Fraises.

Et si toi aussi, tu fais partie des blogueuses et blogueurs qui utilisaient le brûleur de flux pour avertir tes abonnés et abonnées de tes nouvelles fulgurances bloguesques, tu peux rejoindre la troupe et mettre en place cet outil fort révolutionnaire et tellement so 2005 : la newsletter.

FeedBurner n’étant pas totalement détruit, tu peux extraire ta liste d’abonnés et l’importer dans ton nouvel outil.
Perso, je ne l’ai pas fait. Par flemme mais aussi parce que, ma petite centaine d’abonnés, n’a peut-être plus envie de recevoir de mes nouvelles.
Donc, comme pour mon compte Facebook perso, je pratique la technique de la terre brûlée et je repars à zéro, avec toi, pour resserrer les rangs et revenir à l’essentiel.

Allez… Viens… On est bien.

Vous aimerez aussi

9 commentaires

  1. Parlons des choses essentielles ;-) on ne dit pas pallier à mais pallier qqch ou remédier à :-) https://www.lalanguefrancaise.com/orthographe/pallier-a-ou-pallier

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Corrigé juste avant la lecture de votre commentaire !
      Les grands esprits se rencontrent !

      Supprimer
    2. Ah ça ! Les esprits, ça me connaît (cf. ma pp, Ghost, le film, emoji clin d'œil)

      Supprimer
    3. Eh ! oh ! normalement c'est moi, le vieux con qui pinaille sur la langue ! Faudrait voir à pas me piquer le dernier boulot que j'avais encore…

      Sinon, votre truc, là, ça veut dire que si on ne s'abonne pas, on ne pourra plus vous lire ?

      Dernière chose : le vieux Yann n'a pas de quoi se faire des couettes ! ni même des tresses d'ailleurs.

      Supprimer
    4. Pookie Pookie : en effet 😉

      Didier : vous avez mal lu…
      Vous me lirez toujours ici mais vous pouvez faire du zèle si vous voulez être prévenu par mail quand je publie un truc.
      Quant aux couettes de Yann, je suis à peu près sûre que c’est possible, sauf s’il s’est coupé les tifs sans prévenir.

      Supprimer
    5. Pas besoin d'être averti : j'ai la blogoliste du gros Kremlino-Breton…

      Supprimer
  2. OUIIIIIIIIIII soyons so-2005 ! Revenons à l'infolettre, aux brûleurs de flux, aux blogs. Tu as vu ? Tu as passé la barre des 2 millions !?

    RépondreSupprimer

Vous qui passez par là, ne restez pas anonyme et choisissez au moins un pseudo.
Et si vous voulez balancer du lien, intégrez cette balise