Violences sexistes et sexuelles en politique : Lettre à Jean-Luc Mélenchon

© Photo Anthony Dehez / REA
Cher Jean-Luc,
Cher Camarade, 

On dit souvent de moi que je ne lâche rien. Je ne sais pas si c'est vrai ou non. Mais ce dont je suis à peu près sûre, c'est que sur certains sujets, j'ai tendance à être pugnace, voire carrément reloue.
Et sur le sujet des violences sexistes et sexuelles, je peux carrément me transformer en troll.
J'assume et je ne m'en excuse pas. Je ne peux imaginer que tu m'en tiennes rigueur puisque depuis maintenant près de 10 ans, nombre de tes supporters se comportent de la sorte sur les réseaux sociaux, et j'en ai fait les frais. J'ai même porté plainte contre plusieurs d'entre eux.
Mais c'est un autre sujet.
Mon sujet aujourd'hui, c'est que nous sommes à moins d'une semaine du 1er tour des Législatives et que j'ai deux questions qui tournent en boucle dans ma tête et que je n'ai de cesse de pousser sur Twitter, dans l'attente d'une réponse de la France Insoumise, ou, carrément, soyons fous : de toi, yourself.
En vain.
Alors je vais faire court et bref.
Bref et intense comme on dit.

Les violences sexuelles et sexistes

Il y a 4 ans, plusieurs enquêtes et témoignages sont sortis dans la presse au sujet d'un député de La France Insoumise qui aurait eu un "comportement inapproprié" (c'est la nouvelle expression mainstream pour "comportement de porc") avec une ou des militantes du parti.
Le nom de ce député n'a jamais été cité, et ces enquêtes et témoignages expliquent justement pourquoi les femmes qui témoignent ont fait le choix de ne pas citer son nom : crainte, pression, rouleau compresseur médiatique, découragement... Bref, comme d'habitude, les victimes ont peur de l'après.
Ma question, je te rassure, n'est pas de savoir qui est ce député. Ma question, c'est de savoir si, 4 ans plus tard, la Nupes'Coalition l'a réinvesti ou pas ? En effet, je ne peux imaginer que toi, tu ne sois pas au courant...
Compte tenu du contexte, tu comprendras qu'il m'est difficile de ne pas avoir de réponse à cette question.

La boîte de Pandore

Mais comme une affaire n'arrive jamais seule et que la boîte de Pandore ne demande qu'à être ouverte, voilà qu'on découvre il y a quelques jours dans Médiapart que le député Ugo Bernalicis aurait eu, lui aussi, des "comportements inappropriés" il y a quelques années, qu'un signalement aurait alors été fait à la cellule du parti dédiée aux violences sexistes et sexuelles mais que ce signalement aurait été enterré à la faveur d'un changement d'équipe à la direction de cette cellule d'écoute et d'accompagnement.
Tu comprendras mon désarroi - je n'en doute pas - et donc, les questions qui me taraudent, voire m'obsèdent...

Et soudain... La matinale de France Inter

Alors, forcément, quand je t'ai entendu t'énerver de bon matin sur France Inter aujourd'hui, je suis sortie comme une balle de ma douche (on est passé à deux doigts de l'accident domestique), j'ai saisi mon téléphone intelligent, j'ai cliqué sur "réagir" dans l'appli de la radio, j'ai posé mes 2 questions dans l'appli, par mail mais aussi dans Twitter... Et bien entendu, elles ne t'ont pas été posées. 
C'est pas grave , j'ai l'habitude. A chaque fois que je contacte le 7-9 d'Inter pour poser une question sur les violences sexuelles et sexistes, ma question se perd en chemin.
La routine, quoi.
Le problème, c'est que, comme toute bonne militante politique qui se respecte, je suis parano.

Taha Bouhafs

Et comme je suis parano, j'en arrive même à douter du signalement pour violences sexistes et sexuelles qui a visé Taha Bouhafs. 
Genre, j'en arrive à me dire que, finalement, tu t'es rendu compte que le gars, c'était quand même pas le candidat du siècle avec ses embardées et ses dérapages clivants, et qu'un bon vieux signalement pour violences sexistes et sexuelles, ça serait imparable pour le "débrancher", comme on dit dans le jargon.
Et en plus, ça expliquerait la légère foirade en matière de timing et de calendrier entre le moment où le type est reçu par la cellule de La France Insoumise, son communiqué de presse annonçant qu'il renonce, vos tweets de soutien chez LFI et le dévoilement public du signalement en question.
Mais, j'ai envie de croire que je divague totalement.

Mais, du coup, cher Jean-Luc, si je divague complètement, comment expliques-tu que Taha Bouhafs ait été débranché en quelques jours seulement, à cause d'un signalement pour violences sexuelles et sexistes, mais que le Député-dont-personne-ne-prononce-le-nom et Ugo Bernalicis, ça passe crème ?

C'est pas un petit sujet, Jean-Luc, les violences sexuelles et sexistes en politique. 
Et tu l'as dit plusieurs fois.
Mais il reste encore des non-dits, et ça, c'est pas possible, Jean-Luc.

Alors... On fait quoi, maintenant ?

Vous aimerez aussi

7 commentaires

  1. Salut Elodie,
    Il y a trois ans, je me suis retrouvé avec du temps pour lire. Alors, jke me suis tourné vers les bouquins qui me permettaient de faire tourner mon imaginaire à plein régime.
    Alors, quand j'ai lu ton texte ce matin, le premier voyage a été pour la renaissance.
    Chez Botticelli plus exactement.
    Quand aux différentes questions, fort légitimes au demeurant, en attendais tu une réponse ?
    On a à faire à des gens qui sont dans l'invective permanente. Du moment qu'ils ont éructé, c'est comme une jouissance. Rien de réfléchi, de positif.
    En résumé, de gros lourdingues.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai pas bien compris le lien avec Boticelli 🤣

      Pour le reste : non, je n'attends absolument aucune réponse car je sais que je n'en aurai pas.

      Supprimer
    2. J'ai pas bien compris le lien avec Boticelli 🤣

      Pour le reste : non, je n'attends absolument aucune réponse car je sais que je n'en aurai pas.

      Supprimer
    3. lorsque tu nous parles d'une sortie de douche précipitée et l'image qui m'est venue en te lisant : La naissance de Vénus de Botticelli.
      Une merveille.

      Supprimer
  2. Dans le mythe de la boîte de Pandore, seule l'espoir reste enfermé dans la boîte...
    Mais, bon, il est quand même très mince, l'espoir qu'il y ait une réponse.

    Ça ne va pas arranger mon opinion déjà désastreuse sur la politique...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi non plus... Ça ne va pas l'arranger.
      Et sur ce sujet précisément, j'ai de moins en moins d'espoir en fait.

      Supprimer

Vous qui passez par là, ne restez pas anonyme et choisissez au moins un pseudo.
Et si vous voulez balancer du lien, intégrez cette balise