31/07/2012

Bon alors... Hum...

Voilà t'il pas qu'hier, je me dis qu'il faut faire un peu de ménage sur mon blog. A commencer par ma blogroll qui n'était plus à jour depuis des lustres.

La voici donc toute belle toute neuve avec les 25 blogs règlementaires imposés par Blogger (ici en bas à gauche sous mes tags), classés par ordre de mise à jour. J'aurais pu tous les afficher, mais comme je suis abonnée à 83 blogs, la liste aurait vraiment été trop longue...
Donc, si vous n'y êtes pas, c'est:
  • Soit parce que vous n'avez rien publié sur votre blog depuis des lustres et qu'il est temps de vous mettre au taf.
  • Soit parce que j'ai mal rangé ma chambre et que je vous ai perdu-e-s dans les méandres virtuels de mon blog. Dans ce cas-là, il suffit de vérifier ici si je suis bien abonnée chez vous... ou pas.
Bref.
Mais pendant que je passais mon week-end du côté du Festival de la Bouse, voilà t'il pas que Nicolas nous a explique deux choses:
  1. Ce n'est pas la peine en tant que blogueur-se de polluer Google+ avec les billets de vos blogs, surtout si vous êtes suivi-e ou cerclé-e par les mêmes personnes.
  2. Mieux vaut avoir deux comptes Google+: un perso où vous y faites ce que vous voulez sans abuser de vos billets de blogs, un deuxième qui rassemble uniquement vos billets de blogs, permettant ainsi à celles et ceux qui ne vont pas sur votre blog de vous suivre sur Google +.
Si comme moi, vous trouvez que cette dernière consigne n'est pas claire, accrochez-vous, ça ne va pas s'arranger...

En bonne blogueuse qui débute (je ne sais pas trop à partir de quel moment on considère qu'on ne débute plus hein...), j'ai suivi ses conseils à la lettre. Notamment pour mes potes de droite (oui j'en ai) qui n'ont peut-être pas envie de se taper ma propagande gauchiste sur ma page perso.

Bref.

Je m'empresse donc de créer un profil Google+ - Elo Dy - rattaché à mon blog. J'aurais bien voulu que mon nom soit le même partout (Elooooody) mais Google est tatillon sur les patronymes qui ne ressemblent à rien...

Jusqu'ici tout va (à peu près) bien.

Dans la foulée, je modifie mon profil et mes avatars de blogueuse pour qu'ils soient en harmonie avec Google+.
A ce moment-là, je suis donc à deux doigts de virer schizo en naviguant d'un profil à l'autre.

Mais voilà t-il pas que Nicolas en rajoute une couche en conseillant aux blogueurs-es de se créer une page Google + (pas un profil hein... Une page) qu'il faudra ensuite - idéalement - associer à son blog pour que les billets publié ici se retrouvent automatiquement.

Cette fois-ci, c'est la bonne, je deviens ouf.

Mais la folie a du bon puisqu'il il semble - je dis bien "il semble", car on n'est pas à l'abri, et vous non plus, d'un bug par ci par là - que j'ai réussi mon affaire.

Sauf que d'un coup, je réalise que mon compte Google+ Elo Dy ne m'est plus d'aucune utilité puisque désormais je peux publier mes billets sur ma page Google+ et raconter ma vie sur mon profil perso.
Ni une ni deux, histoire de ne pas finir en HP d'ici la fin de la semaine, je supprime le profil Google + Elo Dy.
Ouf.

Donc, en gros, si vous voulez des nouvelles du blog sur Google+, c'est ici.

Et si vous voulez de mes nouvelles à moi rien qu'à moi sur Google+, c'est .

Et enfin, histoire d'en rajouter encore une couche, Affichage libre dispose également de sa page Facebook, au cas où Google+ vous débecte, vous pouvez suivre l'actu du blog ici:


Maintenant, y'a plus qu'à!
A vos cercles!
A vos like!
A vos blogrolls!

30/07/2012

Honda Civic 1989
Crise automobile oblige et désastre chez PSA plus particulièrement, les Leftblogs ont entamé une séquence nostalgie et se rappellent leurs premières Titines.
Juan, David et Nicolas ont partagé leurs souvenirs automobiles.
Je ne pouvais pas rester sans y ajouter mon grain de sel.
J'ai le permis depuis 1999.
Après une première tentative de passage foiré le 13 juillet 1998.
Mémoire des dates?
Oui, car c'était le lendemain de la Coupe du Monde.
Il faisait une chaleur à crever. Mais comme je savais que je passais le permis le lendemain, je me suis retenue d'aller faire la fête jusqu'au bout de la nuit.
Et bien, si j'avais su... J'aurais dû... J'aurais même pu arriver complètement saoule au permis, ça n'aurait rien changé.
Car le 13 juillet 1998, à 9h du matin, il pleuvait des cordes. Que dis-je? Des sauts d'eau.
Un peu comme si là-haut, une espèce de sadique s'était dit :"Ah tu veux passer ton permis? Et bien tu vas voir ce que tu vas voir... On va bien rigoler si j'ouvre les vannes!"
Aquaplanning.
Merci.
Bonne journée.
Bref.
1999, l'heure de gloire est arrivé et j'hérite de la voiture maternelle: une Honda Civic année modèle 1989, gris métallisé, vitres électriques, rétros électriques, la grande classe quoi.

Honda Civic 1989
Et comme c'est du solide, c'est toujours avec la même caisse que je sillonne mon patelin aujourd'hui.
Alors, vous n'aurez pas la primeur d'une chronologie iconographique de mes voitures puisque je n'en ai eu qu'une.
C'est du solide certes, mais c'est pas commun.
Alors rouler avec une telle bagnole, ça expose à des klaxonnages intempestifs des copains et des copines qui vous reconnaissent à tous les coins de rue.
Surnommée Jojomobile par les un-e-s, comparée à la DeLaurean de "Doc" Emmett Brown par les autres, je trimballe mon tacot en dépit des lois du temps qui semblent n'avoir aucun impact sur elle.
Quoi que.
Elle est un peu bignée de partout, car elle s'apparente davantage à un kart en terme de hauteur qu'à une véritable voiture. 
Du coup, elle racle tous les dos d'ânes. C'est à se demander si son bas-de-caisse n'est pas en béton armé.
Pour la piloter, on est carrément allongé, en mode chaise longue un peu, voyez l'idée?
Honda Civic 1989
Bref.
C'est ma caisse et tant qu'elle roule, je n'en changerais pour rien au monde.
Elle ne vaut plus rien. Je pense même que son autoradio vaut plus cher.
Bah oui, parce qu'un jour mon autoradio K7 auto-reverse Blaupunkt a rendu l'âme. alors il a bien fallu investir.
Allez! En voiture Simone!
Avec des "si", on met Paris en bouteille.

Nicolas Sarkozy - en vacances, c'est important de le préciser - fait le malin en critiquant l'attitude de François Hollande vis-à-vis de la Syrie.
"On m'a critiqué sur la Libye, mais moi au moins, j'ai agi. [...] Il faut être plus ferme contre le régime de Damas, beaucoup plus ferme"

Bref, si Monsieur Sarkozy était toujours président, cela ne se serait pas passé comme ça.

Mouhahahaha.

Le soleil a dû lui taper sur la tête et il semble oublier que le massacre du peuple syrien a débuté sous son mandat. Bref.

En revanche, je remercie Laurent Fabius d'avoir réagi lui aussi en qualifiant les remarques de l'ex-président de "propos de vacances".

Invité de RTL, le Ministre des Affaires Étrangères a annoncé que la France allait demander une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU pour faire arrêter les massacres en Syrie.

En août, la France va présider le Conseil de Sécurité de l'ONU et demander d'ici la fin de la semaine une réunion à échelle ministérielle et Laurent Fabius devrait diriger lui-même cette réunion.
"Puisque la France prend la présidence du Conseil de sécurité des Nations unies au 1er août, nous allons donc demander avant la fin de cette semaine la réunion du Conseil de sécurité, probablement au niveau ministériel à la fois pour essayer d'arrêter les massacres et pour préparer la transition politique".
Laurent Fabius passe donc en mode fermeté - ce que Nicolas Sarkozy n'a jamais fait - puisqu'il affirme qu'"il faut tout tenter" vis-à-vis de la Russie et de la Chine qui s'entêtent à refuser depuis le début des massacres toute résolution contraignante à l'ONU, prétextant le risque d'une extension du conflit aux pays voisins.

Et enfin, contrairement à Nicolas Sarkozy qui déroulait le tapis rouge à Bachar al-Assad en 2010, Laurent Fabius ajoute:
"C'est un martyr que subit le peuple syrien et le bourreau s'appelle Bachar al-Assad".
Pour info, selon une ONG syrienne, le conflit aurait fait en 16 mois plus de 20 000 morts.

28/07/2012

Y'a des endroits en France où on fait des trucs chelous quand même.
Ici, en Vendée, il semble que la bouse ait une valeur festive certaine.
À quand le rythm'n bouse?
Bouse
Bouse
Bouse

24/07/2012


Pendant que je suis pendue à mon pinceau et que je joue à Tétris avec mes meubles et mon ordi pour repeindre mon salon, je me dis que ça fait 4 jours que je n'ai pas écrit de billet sur ce blog.

Pourtant, c'est pas les idées qui manquent mais entre deux couches de peinture, c'est juste pas gérable.

Alors, pendant que je croise et décroise mes couches de peinture au rouleau, je réfléchis à ce que je pourrais bien écrire.
Donc je fais comme d'habitude, je vais voir ce qu'ont raconté les copains et les copines, je zieute Twitter pour voir de-quoi-qu-on-cause, je cheke Google actu.
Et là, je vois que Lolobobo explique présentement comment choisir un sujet au hasard.
Si je suis sa méthode, je suis sensée vous parler de ça
  • Autoroute espagnole A 78
Mon illustration devrait être celle-ci:
Un veau


Et mon incipit:
"Et t’as vu le mec qui partageait ma chambre, il était couvert de tatouages et de piercings. Je suis sûr que lui et ses copains auraient fini par me droguer et me sodomiser". (source)
Donc, une autoroute espagnole, un veau et un type qui flippe de se faire sodomiser par un autre mec plein de piercings et de tatouages.
Ça pourrait donner un bon scénar de film de série Z dont le pitch serait:
Partis en vadrouille pour leur spring break annuel, quatre copains empruntent l'autoroute espagnole A 78 quand soudain ils heurtent un veau. Pas tout à fait mort, mais pas vraiment vivant, le veau gémit et se vide de son sang. Se mettant en quête d'un vétérinaire, les quatre amis échouent dans une bourgade un peu glauque: un motel, un dispensaire et un vieux rade miteux. Se hâtant de déposer le veau au dispensaire, et la nuit tombant, ils décident de dormir au motel après deux-trois bières au bistro. Quand soudain, alors qu'ils s'apprêtent à quitter le rade, ils se font alpaguer par un homme mystérieux au regard vitreux, recouvert de tatouages et de piercings. Ce que les quatre amis pensaient n'être qu'une halte dans une aire de l'autoroute espagnole A 78 se révèle en fait être leur pire cauchemar...
Voilà.
Ou sinon, il y a la méthode de Jegoun qui consiste à aller sur le site de Boursorama et de prendre parmi les 3 premières dépêches celle qui aura été le moins traitée sur le web.

Si je suis sa méthode, je suis sensée vous parler de ça:
  • Royal n'ira probablement pas à l'Université d'été du PS à la Rochelle
Ma foi, c'est un sujet qui peut tout à fait donner lieu à un billet de blog. D'autant plus que je l'aime bien moi Ségolène Royal et que même si je n'ai pas encore lu la dépêche, celle-ci ne m'étonne guère et je la comprends Ségo, de ne pas y aller. Elle peut bien en louper une après tout et j'imagine qu'elle l'a encore mauvaise de sa défaite aux Législatives.
Et puis, sa présence à l'Université d'été du PS n'est pas - à ce que je sache - une condition sine qua non pour continuer à peser dans la vie politique française.
Et puis d'ailleurs, c'est pas comme si elle était en vacances à ce moment-là puisque j'apprends après la lecture de cette dépêche qu'elle se rendra peu de temps après au congrès de l'Internationale socialiste (IS), dont elle est vice-présidente.
L'occasion pour moi d'embrayer sur ce Congrès.
Ce XXIVe Congrès se déroulera au Cap en Afrique du Sud. Cette manifestation a lieu tous les 4 ans et rassemble les chefs de gouvernements, les leaders et délégués des partis qui sont membres de l'Internationale Socialiste, ainsi que quelques invités.
C'est la 1ère fois dans l'histoire de l'Internationale que le Congrès prend place en Afrique sous l'égide de l'ANC.
Cette année, le thème du Congrès sera "Pour un nouvel internationalisme et une nouvelle culture de solidarité". 4 thèmes principaux y seront abordés:
  1. Pour une économie avec des emplois, la croissance et la protection sociale: la réponse social-démocratique à la crise financière
  2. La lutte pour les droits et libertés: renforcer la démocratie représentative et gagner des nouvelles démocraties dans le monde
  3. Pour un chemin commun vers la paix, la durabilité et la coopération: le besoin de garantir le multilatéralisme
  4. Pour un nouvel internationalisme et une nouvelle culture de solidarité parmi les peuples et entre les nations
Voilà.
Grâce à Lolobobo et Jegoun, vous avez gagné deux billets pour le prix d'un.
Et leur méthode me semble assez efficace puisqu'il y avait peu de chances que j'aborde ces deux sujets ce soir.
Car, des idées j'en avais plein.
Mais forcément, quand on se prend pour Bob le Bricoleur et qu'on décide de repeindre son appart' par 33°C, et bien, d'autres se chargent pour vous d'aborder les sujets que vous auriez pu traiter vous-même
Sur ce, je m'en vais mettre Boursorama dans mes favoris.

22/07/2012

poker
Hier soir, la politique s'est invitée dans ma soirée poker.

Un ami m'a dit qu'il était quand même un peu déçu des 2 premiers mois du mandat de François Hollande. Il m'a notamment dit qu'il ne comprenait pas très bien cette histoire d'IRFM (Indemnités de Représentation de Frais de Mandat).

J'avoue que, comme lui, je suis très déçue, voire sceptique, que les socialistes n'aient pas soutenu en masse l'amendement défendu par le centriste Charles de Courson.

L'IRFM d'un montant de 6412 €/mois a pour but de permettre aux députés "de faire face aux diverses dépenses liées à l'exercice de leur mandat qui ne sont pas directement prises en charge ou remboursées par l'Assemblée".
Elle s'ajoute à leur indemnité parlementaire (7100 €bruts/mois) et à l'enveloppe dédiée à la rémunération des collaborateurs (9138 €/mois).

Charles de Courson dit tout haut ce que beaucoup pensent tout bas puisqu'il accuse certains de ses confrères et consœurs d'utiliser (au moins en partie) l'IRFM à des fins personnelles et comme une rémunération complémentaire non déclarée.

Finalement, il semble que nos cher-e-s député-e-s ne se soient pas entendu-e-s sur la forme. Car sur le fond, on dirait quand même qu'une espèce de consensus se dégage et que l'idée de contrôler, de rembourser le surplus ou de le fiscaliser d'une manière ou d'une autre, ait fait son chemin.

Bref.

Toujours est-il que face à la levée de bouclier les déput-é-e-s, c'est Claude Bartolone qui a hérité du problème et qui doit s'engager à proposer une solution d'ici la fin de l'année.
Finalement, cette réflexion aurait pu être confiée à la commission dirigée par Lionel Jospin en charge de la moralisation de la vie politique. J'ai entendu dire que les résultats de cette commission devraient être connus d'ici fin juillet d'autant plus que parmi les buts affichés de cette commission, il y a celui de définir des règles déontologiques de nature à garantir la transparence de la vie publique

Mais bon. en même temps, 5 mois de réflexion, c'est cool, ça va permettre à bon nombre d'entre eux-elles d'en mettre un peu de côté et d'en profiter pour prendre des RDV chez le dentiste, le podologue ou la dermato.

Finalement, je n'y comprends pas grand chose.

François Hollande a tenu ses promesses en réduisant de 30% son propre salaire et celui de ses ministres.
Si les député-e-s sont tellement attaché-e-s à leur IRFM dans sa forme actuelle, pourquoi ne pas la réduire de 30% elle aussi?
Elle passerait ainsi à 4488 € par mois soit 1924 € d'économie mensuelle par député-e, soit 1 110 148 € d'économie globale sur un mois, soit plus de 13 000 000 par an, soit plus de 66 millions sur la totalité du quinquennat.

Je suis nulle en calcul. J'ai reposé l'addition et la soustraction dans tous les sens et c'est quand même à ce résultat que j'arrive. Me serais-je gourée quelque part?

C'est possible, d'autant plus qu'hier j'ai perdu au poker.

20/07/2012

Clint Eastwood
Je suis taguée par Melclalex, comme d'autres copains copines blogueurs-ses, pour répondre à cette question (qui n'est pas vraiment formulée comme telle):
"Je laisse le soin à mes copines et mes copains  Nicolas, Romain, FalconHill, El Camino, Gaêl, Dada, Yann, Seb, Gildan, Trublyonne, Cycee, Iboux, Juan, David, Homer, Lolobobo, Bembelly, Elodie, Marco, o16o, Captainhaka, Eric, Monsieur Poireau, Romain P, Ema, Mehdi, MajicWoofy, de vous dire s'ils apprécient plus particulièrement une star du cinéma ou d'un autre art et de nous dire de qui il s'agit".
Vaste entreprise. Moi qui suis culturophage. Qui choisir?

Cinéphile en herbe, amatrice de musique, visiteuse de musées, photographe du dimanche, déambuleuse parisienne, mangeuse de livres... C'est compliqué.

Vous ne vous en rendez pas compte en lisant ce billet, mais je viens de traverser un grand vide introspectif pour savoir de qui je vais parler.

Je suis passée par Helmut Newton, Michael Jackson, Xavier Dolan, Roshdy Zem, Florence Foresti, Meryl Streep, Marlene Dietrich, Miro, Gustave Courbet, Louise Labé, Amy Winehouse, Clint Eastwood, Janis Joplin et Charlotte Gainsbourg... C'est vous dire.

Finalement, j'ai tranché. Melclalex en demande un mais vous en aurez deux comme chez Cycee.

Et ce sera Clint Eastwood et Amy Winehouse.

J'entends déjà les critiques sur Clint Eastwood, républicain conservateur, macho limite raciste diront certains, et ils n'auront pas complètement tort. Mais puisqu'on parle d'art, je vais essayer de me focaliser là-dessus même si je ne suis pas critique de métier.

Je devais avoir 12 ans quand j'ai vu Le Bon, La Brute et le Truand pour la 1ère fois. Et je me souviens encore de la claque que je me suis prise. J'ai évidemment fantasmé sur Blondin le Bon, flippé devant Sentenza la Brute, et eu pitié de Tuco le Truand. J'ai immédiatement demandé à ma mère de m'acheter une compil d'Ennio Morricone qui a tourné en boucle pendant des semaines dans mon walkman Sony jaune fluo auto-reverse.

Et puis après, j'ai carrément détesté les 3/4 des films dans lesquels jouait Clint.

Jusqu'à Jugé Coupable et Clint le réalisateur.
Et depuis, je me prends régulièrement des claques: Mystic River, Million Dollar Baby, L'Echange, Gran Torino et Invictus.

Quant à Amy Winehouse, je ne sais pas quoi dire. On ressent parfois des trucs difficiles à retranscrire. Je l'ai aimée dès son premier album Franck, en 2003.

Comme tout le monde - ou presque - j'ai décollé vers l'infini et au-delà avec Back to Black en 2006.

J'ai aimé l'icône qu'elle est devenue malgré elle.
J'ai aimé sa coupe, ses tatoos, sa rock'n roll attitude.
J'ai aimé ses "fuck" qu'elle adressait à tout bout de champ aux paparazzi qui guettaient le moindre de ses dérapages.
J'ai éprouvé une admiration mêlée d'une certaine tendresse quand elle chantait.
J'ai eu de la peine et j'ai été inquiète quand les tabloïds se régalaient de sa descente aux enfers.
J'ai vraiment eu de la peine quand elle est morte.
Mais vraiment hein. Je crois même que j'ai versé une larme. Mais il ne m'en restait plus beaucoup, car je crois que j'avais tout pleuré deux ans avant quand MJ est mort. Bref.

Finalement, il ne fait pas bon avoir 27 ans quand tu es keupon ou rock'n roll.

Ainsi Amy Winhouse s'en est allée rejoindre Brian, Jimi, Janis et Kurt.

Voilà.

A vous maintenant de répondre à Melclalex (en n'oubliant pas le bon vieux backlink vers chez lui!)

19/07/2012

masterisation LRU
A l'Assemblée Nationale comme sur les blogs, l'heure est au bilan du sarkozysme.

Certains le dénoncent, d'autres sont nostalgiques.

Et le gouvernement quant à lui tient les promesses de campagne de François Hollande en abrogeant plusieurs lois et autres décrets mis en place sous Nicolas Sarkozy.
Ça a beau être les vacances en ce moment - et quoi qu'en dise Nicolas (pas Sarkozy hein...), tous-tes les blogueurs-es "gauchistes" ne sont pas barré-e-s aux quatre coins du monde ou de la France (smiley, toussa) - on peut quand même parler des profs même si toutes ces feignasses sont à coups sûr barré-e-s.

C'est bien connu, ils ont tellement de vacances et bossent tellement peu qu'ils n'ont que ça à faire de partir dès que la cloche a sonné début juillet.
J'aime abuser des clichés, surtout quand ils ne sont pas de moi, mais qu'ils sont le résultat d'une politique méprisante à l'égard des profs et qui a duré bien plus longtemps que le seul quinquennat de Nicolas Sarkozy.

La rentrée c'est dans moins de deux mois.
On a le temps de voir venir me direz-vous.
Certes.

Mais, bon nombre de parents feront moins les malins quand on leur annoncera début septembre que leurs bambins n'auront pas de prof en anglais, en maths ou en français.

D'ici à ce qu'on nous dise que c'est la faute de François Hollande qui n'aura pas tenu ses promesses d'augmenter le nombre de postes dans l’Éducation Nationale, y'a pas des kilomètres.

Mais voilà, le problème est ailleurs.

En cassant la fonction publique et en mettant en place la masterisation des concours de l'enseignement, Nicolas Sarkozy a dégoutté les étudiant-e-s du métier d'enseignant.

Avant la masterisation, ça se passait comme ça:
  • On obtenait sa licence.
  • On s'inscrivait à l'IUFM pour une année de préparation au concours du CAPES.
  • On passait son concours au printemps.
  • On le réussissait (ou pas) en été.
  • On était prof stagiaire à la rentrée suivante (rémunéré environ aux 3/4 de son futur salaire) pour être titularisé un an plus tard.
Moralité: Bac+3 + 1 an de concours + 1 an de stage rémunéré = poste de prof titulaire au bout de 5 ans.

Après la masterisation, c'est devenu ça:
  • On obtient sa licence (Bac + 3)
  • On s'inscrit en Master Enseignement (Bac + 2)
  • On passe le concours pendant le master
  • On est prof au bout de 5 ans sans avoir jamais été payé.
Moralité: Bac+5 sans une tune avant d'être prof.

Ça coûte moins cher à l’État, ça supprime les IUFM, ça oblige les facs à former les futurs enseignants, ça retarde d'un an l'entrée dans la vie active et rémunérée des jeunes profs, qui n'ont plus de stage et sont alors lâchés sans aucune formation didactique dans une classe.

Sans parler de celles et ceux qui ont l'immense privilège de faire partie de la nébuleuse des "reçus-collés": qui ont validé leur master Enseignement mais qui ont foiré leur concours. Ils sont donc Bac+5 mais sans aucune autre formation diplômante que le métier d'enseignant.

Reste pour eux plusieurs alternatives:
  • Répondre présent pour combler un poste vacant à la dernière minute, faire le job d'un prof sans en avoir les compétences officielles puisqu'ils ont foiré le concours
  • Recommencer à zéro le master Enseignement
  • Lâcher l'affaire et se réinscrire en master Recherche
  • Lâcher complètement l'affaire et se réorienter
Voilà - entre autre - pourquoi j'ai fait grève avec bon nombre de camarades universitaires en 2009, assumant pleinement de n'avoir dispensé aucun cours pendant 14 semaines, alors que j'étais moi-même enseignante précaire à l'université.

masterisation
Résultat de la politique de Nicolas Sarkozy (le nom remplacement d'un fonctionnaire sur deux + la mastérisation):  le nombre de candidats au concours à chuté. Particulièrement en maths, lettres et anglais.
 
En même temps, c'est pas étonnant.
Faut quand même être sacrément motivé pour suivre le nouveau cursus proposé par l'ancien gouvernement. Il ne faut pas non-plus oublier que le CAPES est un concours de recrutement (nombre de reçus = nombre de postes mis au concours) et que le faible taux de réussite (entre 20 et 30% seulement) est assez décourageant pour s'engager dans cette voie.

Cette politique a été tellement désastreuse que lorsqu'il faut combler un poste vacant en début ou en cours d'année, on se retrouve à faire appel à des gens qui n'ont parfois pas reçu la formation pour être enseignant.
 
Il n'y a qu'à se rendre sur le site de Pôle Emploi pour apprécier le nombre d'offres pour être prof en secondaire.
 
Et tout ça, sans parler de celles et ceux qui se sont inscrit-e-s aux concours entre 2009 et 2011 et qui se sont donc retrouvé le cul entre deux chaises. Les deux chaises étant l'ancien cursus classique et la nouvelle mastérisation. La réforme et sa mise en place ayant été extrêmement périlleuses, ils-elles sont nombreux-ses à avoir abandonné en cours de route.

Aucun doute alors que c'est bien "la réforme de 2010 sur la formation des enseignants qui est en cause: désormais, les profs sont recrutés à bac+5. Or, il y a 300.000 étudiants de moins en master qu'en licence" (source).
Et au dernier concours du CAPES, on se retrouve donc avec:
  • 131 postes non pourvus en anglais, soit 17 %
  • 652 admis pour 950 postes offerts en maths, soit un poste sur trois non pourvu
  • 75 admis pour 170 postes proposés en lettres, soit 56 % des postes non pourvus
Voilà.
 
Voilà comment Nicolas Sarkozy et toute sa bande on saccagé le métier d'enseignant.
Je suis tombée par hasard sur ce docu hier sur Canal +:
"PLAY dresse un portrait de l'humanité par le sport. Partout dans le monde, les hommes jouent. Pour se dépasser, se mesurer, s'unir, s'illustrer ou créer le spectacle... 
Le sport est l'un des plus petits dénominateurs du genre humain. Il se retrouve dans toutes les sociétés, toutes les cultures, toutes les classes sociales et à toutes les époques. D'une pulsion primitive au plus grand événement du monde, du sport le plus méconnu au plus mondialisé, des plateaux arides éthiopiens aux stades survoltés des mégalopoles, le film voyage au cœur de cette activité universellement partagée.
Construit comme un film "opéra" avec les plus belles images de sport tournées en très haute définition ou des archives récentes de grande qualité, PLAY repose sur la parole conjointe et entrelacée de grands champions internationaux et d'athlètes anonymes de sports méconnus. Un film qui témoigne de notre diversité mais aussi de ce qui nous relie". 
Hyper intéressant, vraiment rien à dire.
Sauf qu'à un moment, on tombe sur ça:
Football américain
Voilà précisément quelle est la tenue des femmes quand elles jouent au football américain.

Non ce n'est pas une blague.

Pour mémoire, un footballeur américain est équipé comme ça:
Football américain
Cherchez l'erreur.
Du coup, je me suis penchée sur cette histoire de fringues de sport pour hommes et femmes, et j'ai réalisé (enfin je le savais déjà mais quand on se penche dessus c'est encore pire) que les valeurs de genre sont hyper marquées dans le sport.

Je vous passe les histoires de force, de virilité, de courage, le fait que le foot féminin c'est pas du foot, que les matches de tennis féminins sont plus chiants que ceux des hommes, et blablabla et blablabla.

Sauf quand il s'agit de se rincer l’œil, et alors là, ces messieurs sont servis. 

Tennis
Tennis
Saut en hauteur
Saut en hauteur
Course
Course
Bon heureusement, c'est pas dans tous les sports comme ça: foot, volley (mais pas le beach-volley où là c'est un autre festival), basket, cyclisme... Les femmes sont plus ou moins habillées comme les hommes.

Hier, nombre de blogueurs-es - moi y compris - ont évoqué le sexisme et le machisme ordinaires qui siège sur les bancs de l'Assemblée Nationale, notamment pendant la prise de parole de Cécile Duflot.

Quelques jours auparavant, je parlais du baisodrome olympique de Londres et des conditions de vie lamentables des femmes en charge de son entretien (j'imagine qu'il y a aussi des hommes dans ce staff... mais tout le monde sait bien que "femme de ménage" c'est comme son nom l'indique un "métier de femmes").

Finalement, c'est à ce demander par quel bout le prendre le sexisme ambiant...

Tellement ambiant que parfois on ne s'en rend même plus compte et qu'on se prend en pleine face des images d'amazones directement débarquées de Bimboland et qui jouent au football américain comme des hommes... Mais à moitié nues...comme des femmes.

Vivement les JO!

18/07/2012

ethylotest
Tiens tiens...

Il y a quelques temps, nous avons eu un débat par mail entre Leftblogs au sujet des éthylotests obligatoires dans chaque véhicule en circulation à partir du 1er juillet.

Pour ma part, j'avoue que cette mesure me laisse hyper sceptique quant à sa réelle efficacité.

Bon en plus, il faut bien l'avouer, j'avais pas bien compris qu'il fallait en fait 2 éthylotests dans sa caisse, histoire d'en avoir toujours un sous le coude après avoir soufflé dans le 1er.

Ça se complique.

En même temps, je conduis jamais pompette.

Mais ce qui me laisse la plus sceptique c'est d'imaginer la scène - au bistrot ou en soirée -  de quelqu'un/e - pas complètement raide bourré/e - juste un peu pompette (genre 2-3 verres de vin pour quelqu'un comme moi qui a la maturité alcoolique d'une lycéenne de 17 ans) et qui, mort/e de rire et ayant pleinement conscience de sa pompettitude, irait soufflé dans son ballon qui deviendrait positif.

Il/elle se trimbalerait alors fièrement avec l'objet du délit au bout de son bras, ferait le/la guignol/e devant ses potes, regarderait sa montre et se dirait "faut qu'je rentre".

Mais passons.

Je ne suis pas experte en sécurité routière vous l'aurez compris, mais je doute fort que le résultat qui ressortira de ces machins dissuadera beaucoup d'automobilistes pompettes de prendre le volant.

Bref.

Quand aujourd'hui PGildan nous a transféré un mail qu'il avait lui-même reçu et qui - grosso-merdo - disait ça:
"Comme quoi, on nous prend vraiment pour des Cons.
Pas surprenant, n'importe quel "con" sait que la température d'un véhicule fermé au soleil est à 50°c !... Bravo la fiabilité ! Complément sur les éthylotests...
Pour info : Savoir que les éthylotests restent « consommables » très peu de temps dans la chaleur d’une voiture. Ainsi, même si vous n’avez pas bu une goutte d’alcool, il risque d’indiquer un taux d’alcool irréel et vous ne pourrez pas vous fier à cet instrument".
Et bah, en voilà une qui est bien bonne.

Puisqu'il convient de conserver ces machins à des températures allant de 0° à 20°, il va falloir que je songe à installer une boîte à gant isotherme dans ma Honda Civic 1989 car:
  • Elle est toujours garée dehors.
  • L'hiver, je gratte l'extérieur ET l'intérieur de ma voiture.
  • Elle n'a pas la clim.
Euh... non en fait... Je crois que ça va pas être possible.
Alors je vais faire comme tout le monde.
Je vais acheter ces deux satanés éthylotests - quand les stocks auront été réapprovisionnés - et je les mettrai dans ma boîte à gants et advienne que pourra. 

Mais sinon, puisque l'heure est à l'abrogation de nombreuses lois et arrêtés, y'aurait pas moyen qu'on supprime celle-là?

Enfin, j'dis ça comme ça hein...

Et puis ça nous donnerait l'occasion de fêter ça...