08/11/2015

Bref, on a dîné avec Barto. Merci Claude.

Crédit photo : Frédéric Audibert
Si tu suis un peu l'actu des copains, tu n'es pas sans savoir que nous avons dîné avec Claude Bartolone.

Avec Barto. Carrément. On est comme ça.

En même temps, on n'en est pas à notre coup d'essai. On aime bien faire boire les politiques pour leur faire dire des bêtises
Sauf que là, on n'a pas réussi à faire boire Claude qui n'a pris qu'un verre de blanc et une bavette saignante avec des frites. 
Information primordiale, tu en conviendras.

Et donc, il n'a pas dit de bêtises. Bien au contraire. 

Évidemment, comme d'habitude, son auditoire n'était composé que de viles gauchistes : socialos, encartés, non-encartés, écolos libéraux de l'UDE... Mais contrairement aux apparences, ce public pourtant jovial n'était pas 100% Bartocompatible. 

Toujours est-il qu'au terme de cette sauterie, nous étions unanimes pour reconnaître que Claude, le bougre, il connaît drôlement bien les dossiers.
On est loin de l'amateurisme de Valérie Pécresse, du populisme de Nicolas Dupont-Aignan ou du droitisme extrême de Wallerand de Saint-Just. 

Au taquet le Barto.
On a abordé tous les dossiers, on lui a coupé la parole, on a insisté, parfois lourdement, et il s'est prêté au jeu.
Ça a du le changer de certains journalistes qui n'ont pour seul objectif que de pousser les politiques dans leurs retranchement pour créer le buzz.

Contrairement à ce que certaines mauvaises langues pourraient penser, ce n'était ni de l'entre-soi sans intérêt, ni un meeting politique. Il est resté un peu plus de deux heures, on a parlé logement, transports, Grand Paris, Lycées (c'est à ce moment-là que Valérie Pécresse est allée chez l'ORL car elle avait les oreilles qui sifflaient), égalité femmes-hommes, maisons de santé... On a insisté lourdement lorsqu'il tournait autour du pot. 

Bref, on a dîné avec Barto.

14 commentaires:

  1. Réponses
    1. Alter Oueb voulait qu'on lui serre la main pour lui ;-)

      Supprimer
  2. On a abordé tous-tes les dossiers

    Les dossiers mâles et les dossiers femelles ; les dossières ?

    J'espère que vous aurez noté que Claude est un prénom épicène, c'est un gage de progressisme.

    RépondreSupprimer
  3. Bartolone ? Bartolone ? Même pas français, comme nom, ça !

    RépondreSupprimer
  4. Est-ce qu'il a payé pour tout le monde, au moins, le merveilleux monsieur qui-connaît-bien-ses-dossiers ?

    RépondreSupprimer
  5. Entre "on a insisté parfois lourdement" et "pousser les politiques dans leurs retranchements", j'ai du mal à saisir la différence

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La différence, c'est qu'on l'a fait avec respect sans être à l'affut d'une petite phrase, reprise ensuite sortie de son contexte, uniquement pour le faire le buzz.

      Supprimer
  6. Vous avez bien fait de la mettre en noir et blanc cette photo : le Socialisme appartient au passé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non. Con. De la part d'un réac débile, c'était mieux avant et tout ca.

      Supprimer

Vous qui passez par là, ne restez pas anonyme et choisissez au moins un pseudo.
Et si vous voulez balancer du lien, intégrez cette balise