Et un joyeux Noël aux chômeurs, cette bande de feignasses!


Dans la série des bonnes nouvelles de la fin d'année, on apprend (alors qu'on a encore la gueule de bois du réveillon de Noël) que le Gouvernement va enfin s'attaquer à ce mal qui ronge notre société: ces profiteurs de chômeurs qui glandent rien et passent leur temps à profiter des allocs pour partir en vacances aux Bahamas au lieu de chercher du taf.

Bande de feignasses! Assistanat! cancer de la société!

Toi qui visites ce blog régulièrement depuis plusieurs années, tu connais ma passion pour le sujet. La dernière fois que j'en ai parlé, j'avais interpellé Myriam El Khomri et Jean-Marie Le Guen qui, bons princes, m'avaient répondu. Mais bien entendu, nous n'étions pas tombés d'accord. Faut pas rêver.

Et aujourd'hui, le hashtag #Chômeurs est en TT sur Twitter. Magie de Noël.

Bon... Avant qu'on ne me taxe d'anti-macronisme primaire, je tiens à préciser que je suis pour l'extension des droits au chômage pour tout le monde (artisans, commerçants indépendants, entrepreneurs, professions libérales et agriculteurs). Je suis aussi pour la lutte contre la fraude. 
Toutes les fraudes.
Mais j'aimerais bien qu'on mette autant d'énergie et de moyens à lutter aussi contre la fraude fiscale... Mais c'est un autre débat.

Donc on y est. Le Gouvernement va encadrer les chômeurs et les chômeuses. Pierre Gattaz vient de sabrer le champagne. Joyeux Noël Pierre!

Dans l'immédiat, on attend avec impatience la définition de ce que sera "une offre d'emploi raisonnable" à la sauce Macron. Parce que la nouveauté c'est quand même qu'au-delà de deux refus, on sera puni. On ira au coin. Sans alloc pendant une certaine durée.

Selon le Canard Enchaîné:
En cas de refus de deux offres d’emploi jugées raisonnables, ce pourrait être 50% de moins pendant deux mois. Et en cas de récidive, plus d'alloc' du tout pour la même durée.
Reste à savoir quelle tournure cette réforme va prendre car, en l'état actuel, le droit du travail dit qu'une offre "raisonnable", c'est:
un emploi compatible avec ses qualifications et compétences professionnelles et rémunéré à au moins 95% du salaire antérieurement perçu. Ce taux est porté à 85% après six mois d'inscription. [sur le caractère "raisonnable" de la distance géographique, il est stipulé que] à l'aller comme au retour, un temps de trajet en transport en commun, entre le domicile et le lieu de travail, d'une durée maximale d'une heure ou une distance à parcourir d'au plus trente kilomètres. (article L5411-6-3).
Du coup, j'en arrive à me dire que quand Pôle Emploi m'a proposé d'être assistante sociale dans l'armée de l'air, conductrice de bus, hôtesse de charme sur le net ou rabbin, c'était "raisonnable". Et pourtant, j'ai refusé les quatre, hein. 

Par contre, je me demande aussi quand va-t-on carrément réformer Pôle Emploi?

Quand j'ai commencé à rédiger ce billet de blog, je le voyais plutôt comme un Best Of de ma vie de chômeuse pendant 19 mois de 2011 à 2013... Et puis ça m'a découragée tellement j'en ai dit, écrit, critiqué, tellement il y a tout à revoir dans cette grosse machine (pour pas dire "usine à gaz"), tellement c'est facile de pointer du doigt les chômeurs qui glandent rien et passent leur temps à profiter des allocs pour partir en vacances aux Bahamas au lieu de chercher du taf.

Ce serait tellement plus audacieux, ambitieux, de mettre vraiment les mains dans le cambouis en s'attaquant aux dysfonctionnements de Pôle Emploi. Tellement.

Mais non, c'est plus facile de s'attaquer directement à la source de tous les maux de la société: les chômeeeeeeeeeeeeurs! Ces êtres perfides, avec un baobab dans la main:

  • qui se lèvent à midi tous les jours, 
  • qui claquent leurs allocs chômage dans des écrans plats, 
  • qui mangent des pâtes tous les jours jusqu'à plus faim pour économiser et pouvoir se payer un voyage aux Bahamas, 
  • qui font la fine bouche en refusant un job qui n'a strictement rien à voir avec leur profil, leurs compétences, 
  • qui se voient opposer des refus systématiques de bilans de compétences parce que "bah nan hein, Pôle Emploi ne financent pas les bilans de compétences", 
  • qui restent parfois plusieurs mois sans toucher un rond entre le moment où ils s'inscrivent à Pôle Emploi et le moment où ils touchent leur première alloc,
  • à qui on envoie des offres d'emploi auxquelles ils ne sont même pas éligibles (CUI, CAE...)
  • qui ne voient pas leur conseiller parfois pendant plus de 4 mois,
  • qui, parce qu'ils sont au dessus du bac+5, s'entendent dire "Bon... Vous êtes bien consciente que c'est pas nous qui allons vous trouver un job hein?"
  • qui ne peuvent jamais joindre leur conseiller sur sa ligne directe,
  • qui sont obligés de raconter 72 fois la même histoire à 72 télé-conseillers différents quand ils appellent 72 fois le 3949 pour des bugs administratifs à la pelle...
Oui. Vraiment. Quelle audace!

[Message de service]
Je me tiens bien évidemment à la disposition du Président de la République, de Muriel Pénicaud et de tous-tes celles et ceux qui ont vraiment envie de réformer tout ce bouzin sans insulter les chômeurs.

--

Et sinon, pour le Best Of de ma vie de chômeuse pendant 19 mois, c'est là:


Vous aimerez aussi

1 commentaires

  1. Mais qu'est-ce qu'elles vous ont fait, ces fucking Bahamas pour que vous les stigmatisiez trois fois ans le même bifton ? Vous y avez passé des vacances pourries ? C'est sur une de leurs plages enchanteresses que votre premier boyfriend vous a largué pour la grosse pouffe vulgaire du Macumba Beach ?

    RépondreSupprimer

Vous qui passez par là, ne restez pas anonyme et choisissez au moins un pseudo.
Et si vous voulez balancer du lien, intégrez cette balise